Est-ce que l’automne nous pousse vraiment à vouloir être en couple ?

Recension non exhaustive des études sur le sujet.

Au moment où j’écris ces lignes, il tombe 50 mm de pluie. Il fait noir comme chez le diable, on ne croirait pas qu’il est 9h du matin. Si je n’avais pas le doux regard de mon amoureux pour bouée, je me laisserais sombrer dans la déprime d’automne.

Joke, j’ai besoin de personne. Mais bon, ça m’aide quand même de savoir que je pourrai combattre le froid nouveau par une savante cuillère, cette nuit. C’est rassurant, le couple, quand l’hiver se profile. Même qu’il y a cette idée qui revient chaque année : c’est l’automne, faut se trouver un.e partenaire!

Mais n’est-ce pas un peu réducteur de prétendre que la météo nous gère le cœur? Je veux dire, on est plus forts qu’une saison, right?

Après mon Wikipédia de la récession sexuelle et mon enquête sur les effets de l’été sur notre libido, je me lance à nouveau dans l’épluchage d’études. D’ici la fin de cet article, vous saurez enfin si votre envie de dire ciao-pow aux aventures éphémères pour vous plonger dans la stabilité relève de la biologie ou de la folie.

De rien. (Et bonne chance.)

On change de statut

Commençons avec une information qui tend à démontrer un lien entre l’automne et notre volonté d’être en couple: selon les données compilées par Facebook, c’est durant cette saison que le plus grand nombre de personnes passent de « célibataire » à « en couple » ou « fiancée ».

Et si vous voulez tout savoir, toujours selon Facebook, les couples s’officialisent davantage en début de semaine, alors qu’ils se séparent les vendredis ou samedis… (Internet me terrifie.)

Selon Facebook, les couples s’officialisent davantage en début de semaine, alors qu’ils se séparent les vendredis ou samedis…

Maintenant, comment justifier cette hausse de coups de foudre à la tombée des feuilles? Le site de rencontre Hinge a sondé 1 000 de ses abonné.e.s pour connaître le moment où ils et elles sont le plus à la recherche d’une relation. Eh bien, les hommes étaient 15% plus tentés par le couple en hiver, et les femmes 5% plus intéressées par la stabilité au même moment.

Bref, l’envie est là. Le timing est bon. Mais pourquoi?

On est apparemment en rut

Tenez-vous bien : en 2002, des scientifiques norvégiens ont établi que le taux de testostérone présent dans le corps des hommes et des femmes est plus élevé durant les mois d’automne. On parle ici d’une hormone qui influence notre niveau de désir, ainsi l’une des théories émises est que l’automne serait l’équivalent d’une période de rut pour les humains. Une idée reprise dans de nombreux articles consultés dans le cadre de ma recension… Or, c’est à prendre avec un grain de sel.

«Il fait plus froid et on participe à moins d’évènements, alors ça limite le bassin de rencontres potentielles. Ça peut mener les gens à croire qu’ils ont un désir plus grand de se coller à la même personne pendant les mois hivernaux.»

Clarissa Silva, scientifique qui se penche tout particulièrement sur les comportements amoureux, a expliqué à Bustle que « Contrairement à la croyance populaire, les humains n’ont pas de pattern saisonnier de reproduction, mais il y a des raisons pratiques qui expliquent pourquoi certains se matchent. Il fait plus froid et on participe à moins d’évènements, alors ça limite le bassin de rencontres potentielles. Ça peut mener les gens à croire qu’ils ont un désir plus grand de se coller à la même personne pendant les mois hivernaux. »

Alors, programmation biologique ou construction de notre esprit frileux? Choisissez votre camp.

On ne va pas bien

Restons dans les hormones, si vous le voulez bien. La dépression saisonnière est un mal qui nous guette dès que les heures ensoleillées sont en baisse. Et vous savez ce qui peut apaiser notre sentiment de tristesse? L’amour. Ben oui, selon certains, la dopamine, cette hormone du bonheur, nous serait d’un secours relatif en automne.

Qu’on en soit conscient ou non, on se tournerait peut-être vers le couple (ou le trouple ou plus, à votre guise, vraiment) pour se dorloter l’âme. J’imagine qu’obnubilé par notre quête de douceur, on oublie que l’amour, ça vient également avec un petit lot d’angoisses… On est de drôles de petites bêtes, pareil.

On est plus fidèles

Le site de rencontres Gleeden tient un observatoire sur l’infidélité des Français.e.s. Dans un sondage mené auprès de 10 000 personnes, il a été établi que c’est aux mois d’octobre et novembre que se vivent le moins de relations extraconjugales. On parle d’un taux d’infidélité de 12% en automne, comparativement à 39% en été! Certains croient donc que le temps froid nous invite à la chaleur humaine du type durable plutôt que passager…

On est plus romantiques

Vous trouvez ça cheesy, ce que je viens d’écrire? Je dirais plutôt romantique. Et ce n’est pas un hasard, puisqu’il a aussi été démontré que l’automne nous rend plus enclin.e.s à regarder des films d’amour…

Si notre corps a froid, notre tête cherche de la chaleur partout où elle le peut. Même dans nos choix Netflix.

Une étude menée par l’Université des sciences et technologies de Hong Kong a établi un lien neuronal entre les sensations physiques et psychologiques. En gros : si notre corps a froid, notre tête cherche de la chaleur partout où elle le peut. Même dans nos choix Netflix. Et qu’y a-t-il de mieux pour se réchauffer le cœur que le classique Elle a tout pour elle, hein?

Mes théories

Bon, l’automne nous rend malheureux et romantiques, ce qui nous entraine peut-être à s’attacher à autrui par réflexe hormonaux et neuronaux. Je comprends. Par contre, je crois qu’il existe aussi plusieurs raisons pratiques de se mettre en couple quand le froid arrive. Je n’ai rien trouvé là-dessus, mais j’invite les scientifiques qui me lisent (êtes-vous là?) à se pencher sur mes théories. J’ai un bon feeling.

  1. 1- C’est que l’hiver coûte cher

Chauffer la maison, cuisiner des repas bien riches pour survivre, aller skier… Toutes des affaires pas données qu’il vaut mieux splitter à deux pour ne pas se détruire le budget.

  1. 2- C’est une question de sécurité

On se cherche peut-être juste une main qui va retenir la nôtre tandis qu’on perd notre ballant sur un trottoir glissant…

  1. 3- C’est la faute du capitalisme

Avoir un.e partenaire officiel.le, c’est aussi avoir un cadeau de plus à Noël.

  1. 4- C’est à cause de notre inévitable fin

Qui veut mourir seul, hein? QUI?

Ça fait que longue vie à vos amours, et bon automne.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up