Élections : merci Jean

Jean Charest, le premier ministre le plus satisfait de l’histoire du Québec, vient de déclencher des élections à la date et à l’heure qui fittaient le mieux avec son agenda caché. Si je me fie à ses dernières déclarations, c’est plutôt l’ouverture de la chasse qu’il vient d’inaugurer. Mais on ne va pas ergoter maintenant qu’on a enfin l’occasion de le remercier.

Merci Jean Charest pour tous ces millions que votre gouvernement si avare pour les étudiants vient de jeter par les fenêtres quelques jours avant les élections en plein milieu des vacances de la construction. C’est un hasard, mais ce cash tombe bien, donc merci pour les électeurs, ils se souviendront de votre grande bonté quand ils devront faire une croix sur vous.

Merci Jean (vous permettez que je vous appelle Jean, on est devenu si proche depuis que vous jouez avec mes sous pour acheter des votes) merci donc pour l’Île d’Anticosti, le joyau du St-Laurent, qui n’a jamais autant fait parler d’elle que depuis qu’elle a été donnée à des compagnies privées.

Merci Jeannot (depuis le temps que vous conduisez mon char avec vos deux grosses mains sales sur le volant, on est vraiment devenu intime), merci donc pour le financement des écoles juives, pour les écoles passerelles, pour les garderies à 5 $ + 2 + 3 +…, pour l’îlot Voyageur, pour l’adaptation du calendrier des écoles privées. Et après il y en a qui diront encore que vous ne faites rien pour l’enseignement et que vous ne vous intéressez pas à notre belle jeunesse.

Pour les gaz de schiste, merci, bien sûr. Un dossier que vous menez avec brio et finesse !

Pour la collusion, pour la corruption et pour la commission d’enquête que vous avez réussi à repousser assez loin pour qu’elle ne vous éclabousse pas, merci.

Pour le faste de Sagard, les soupers avec la mafia, les accolades avec les bandits, les enveloppes des amis, les lobbyistes à votre table, merci aussi.

Pour Line Beauchamp, pour Michèle Courchesne, pour Sam Hamad, pour Philippe Couillard qui s’est fait des couilles en or avec la loi qu’il a passée juste avant de passer du service public au service privé, privé surtout d’éthique, merci. Pour la pharmacie de Julie Boulet, pour la nouvelle job de Nathalie Normandeau dans le Plan Nord, pour les amis de Jacques Dupuis merci. Et pour la défense que vous avez prise de Tony Tomassi, merci aussi.

Pour le chaos du printemps dernier, pour avoir autorisé la police à gazer des passants et menotter des enfants, pour la loi matraque, pour ne pas avoir voulu négocier de bonne foi avec les représentants étudiants, merci, merci, mille fois merci.

Pour votre humour de salon et vos délires d’initiés, merci.

Pour nous rappeler les dangers de la rue, merci. C’est vrai que les gens conduisent comme des fous, qu’il y a des nids de poule partout et qu’on voit trop de Bixi rouler à l’envers.

Pour avoir déclenché des élections en plein été, alors que les étudiants ne savent même pas comment s’inscrire sur les listes, merci, quel coup de génie !

Pour le fiasco des défusions, merci encore.

Pour la mine Jeffrey, les malades de l’asbestose qui sont encore vivants se joignent à moi pour vous dire merci.

Merci de nous inspirer, de donner à des jeunes le goût d’être créatifs, à des citoyens impliqués l’envie eux aussi de vous dire merci et à d’autres le besoin de faire de l’exercice.

Pour tout ce que vous n’avez pas fait pour le Québec mais que vous n’avez pas non plus fait pour le Canada, de tout cœur, merci.

Vous recevrez votre petit carte le 4 septembre… si tout le monde se décide à la signer.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up