Des femmes voilées en uniforme du SPVM… ouin pis ?

Le gouvernement n’a juste pas le droit d’empêcher quelqu’un dont c’est la croyance sincère de porter un signe religieux, même avec un uniforme de policier.

Au Québec, on sait que les élections approchent quand les politiciens commencent à se préoccuper du linge que portent les minorités. Cette année n’y fait pas exception.

Il y a quelques jours, le chef de l’opposition officielle à la Ville de Montréal, Marvin Rotrand, a proposé que le SPVM adapte son uniforme aux besoins des femmes portant le hijab et des hommes portant le turban. La mairesse Valérie Plante s’est empressée d’applaudir l’idée, en pointant le fait que cela aiderait le SPVM à être plus représentatif de la population montréalaise.

Il n’en fallait pas plus pour que TOUS les partis d’opposition tombent à bras raccourcis sur le gouvernement Couillard, lui demandant d’empêcher la métropole d’accommoder ces minorités. La perle de la semaine allant sans doute à Agnès Maltais, pour sa déclaration selon laquelle « l’île de Montréal n’est pas une île en soi… »

Quoique du côté de la cohérence, la position de Québec solidaire mérite aussi d’être soulignée! En effet, la même journée où le parti annonçait que Eve Hawa Torres allait solliciter un mandat dans Mont-Royal-Outremont (devenant ainsi la première femme voilée à se présenter aux élections dans l’histoire du Québec), Amir Khadir venait réitérer la position de QS selon laquelle les fonctionnaires en situation d’autorité devraient se voir interdire de porter leurs signes religieux. Donc, QS permettrait à ses députés de porter un signe religieux au moment d’adopter les lois, mais pas aux policiers qui les appliquent… Ne cherchez surtout pas à comprendre!

Question posée, question réglée

Maintenant, faisons un peu de politique-fiction et imaginons ce qui arriverait si l’un des trois partis d’opposition prenait le pouvoir après que la Ville de Montréal ait émis une directive permettant au SPVM d’accueillir des agents portant le hijab.

Probablement qu’il ne se passerait rien pantoute.

Pourquoi? Parce que le gouvernement n’a juste pas le droit d’empêcher quelqu’un dont c’est la croyance sincère de porter un signe religieux, même avec un uniforme de policier.

Au Canada, cette question est réglée depuis 1995, dans un jugement de la Cour fédérale, rendu après qu’on ait essayé d’empêcher la GRC d’adapter son uniforme pour permettre aux policiers de confession Sikhs de porter leur turban avec leur uniforme de fonction.

Au Québec, la Cour suprême a décidé en 2006 que le port de signes religieux comme un kirpan faisait partie du droit fondamental à la liberté de conscience et de religion.

C’est bien beau de voir les partis d’opposition bomber le torse sur le dos des minorités, mais une fois au pouvoir, ils ne seraient pas plus capables que les libéraux d’interdire le port du voile ou de la kippa à d’éventuels agents du SPVM.

Je préfère de loin vivre dans un pays où on donne « trop » de droits, que dans un pays où on n’en donne pas assez. Surtout quand les droits en question ne changent absolument rien dans ma vie.

Maintenant, il est de bon ton dans certains milieux populistes de critiquer le « gouvernement des juges de la Cour suprême » qui donnerait trop de droits aux citoyens. Pour ma part, je préfère de loin vivre dans un pays où on donne « trop » de droits, que dans un pays où on n’en donne pas assez. Surtout quand les droits en question ne changent absolument rien dans ma vie.

Parce qu’à un moment donné, on va se dire les vraies affaires, si tu n’es pas au moins un peu raciste, ça change quoi dans ta vie qu’un policier t’arrête en portant une kippa?

Moi, quand je me fais arrêter, d’habitude, je suis en crisse d’avoir pogné un ticket, parce que je roulais trop vite. Que le policier porte des pantalons de clown, un hijab ou un turban ne changera strictement rien à ça!

Pousse, mais pousse égal

Maintenant, je trouve ça quand même spécial d’entendre les mêmes gens qui discréditent le phénomène du profilage racial commis par des policiers blancs, au nom d’une impartialité innée propre aux forces constabulaires, s’insurger soudainement à l’idée qu’une personne d’une autre religion leur colle un ticket!

Et que dire de ceux qui nous disent, le plus sérieusement du monde : « Ouin, mais qu’est-ce qui va se passer si une policière qui porte le hijab arrête un Juif hassidique? »

Encore là, il ne se passera rien pantoute.

S’il y avait réellement un problème d’accommodement des minorités, c’est à Montréal qu’il serait le plus grave et c’est là que les codes vestimentaires du PQ et de la CAQ devraient être le mieux accueillis!

On est à Montréal; pas dans la bande de Gaza, for Christ’s sake! On est habitué de côtoyer du monde d’autres religions au travail, dans le métro, au café, au resto. Et personne n’en fait un plat.

D’ailleurs, c’est intéressant de voir que ce sont la CAQ et le PQ, dont l’une n’a aucun député sur l’île de Montréal et l’autre risque d’y être rayé de la carte en octobre, qui sont les plus vocaux sur ces questions. Or, s’il y avait réellement un problème d’accommodement des minorités, c’est à Montréal qu’il serait le plus grave et c’est là que les codes vestimentaires du PQ et de la CAQ devraient être le mieux accueillis!

Pourtant, les hauts cris de la CAQ et du PQ ne recueillent à Montréal que de l’indifférence ou de l’exaspération. Les chiens aboient, la caravane passe…

Quand on se compare…

Finalement, depuis 1995 que la GRC permet le port du Turban. Est-ce que la GRC est devenue un service de police à la solde de la religion Sikhe? Il faudrait vraiment en fumer du bon pour l’affirmer sans rire! De même, les villes de New York, Toronto, Calgary et Edmonton permettent aussi depuis quelques années à leurs policières de confession musulmane de porter le hijab. Aux dernières nouvelles, l’État islamique ne s’est pas emparé de leur territoire!

La vérité, c’est qu’une personne ne sera pas moins neutre ou moins professionnelle du simple fait qu’elle pratique une religion. Tout comme rien ne vient garantir la neutralité de quelqu’un qui ne porte aucun signe religieux. Je pourrais citer une liste interminable de personnes bourrées de préjugés sexistes, racistes ou homophobes qui ne portent aucun signe religieux.

Et quand je vois des statistiques indiquant que les Noirs et les autres minorités sont encore surreprésentés dans les décès résultant d’interventions policières au Canada, je me dis que toute mesure favorisant la diversification des corps policiers devrait être accueillie à bras ouverts. Et ce n’est pas en demandant à des personnes de choisir entre leur religion et leur carrière dans la police qu’on y arrivera!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Chers environnementalistes : c’est foutu

On est tous écoeurés d’entendre parler du Pacte pour la transition écologique.

Dans le même esprit