Crème Glacée et Tricératops, virée en vélo dans les Cantons – Partie 2

Récit d'une aventure à deux… sur deux roues !

URBANIA et Garneau s’unissent pour vous donner le goût de l’aventure… en vélo!

« Hamza, ça te dit d’aller faire du vélo, boire du vino du terroir, dormir dans un hôtel 4 étoiles, te prélasser dans un spa, monter à bord d’un bateau-croisière, explorer les Cantons-de-l’Est, etc,  tout ça sur un vélo flambant neuf de Garneau? » euhh…. laisse-moi y réfléchir deux secon….DUHHHH!!!

L’idée de déambuler de vignoble en vignoble sur les routes de campagnes loin des nids de poule montréalais m’enchante. J’accepte l’offre illico et j’attends avec la même excitation qu’un enfant la veille de Noël ma nouvelle bicyclette que je baptiserais en hommage à Louis Garneau LL Cool G. 

Voici donc la seconde partie de l’aventure!

Lundi, jour 2

Pour résumer en un seul mot notre réveil lundi matin : ouch. Tous les muscles de nos corps criaient à l’unisson. On avait l’impression, Ève et moi, d’avoir disputé un combat dans l’octogone contre Georges St-Pierre. Clairement Georges nous avait terrassés.

Il fallait lever nos vieilles carcasses et rouler vers la ville de Coaticook et c’est là que nous nous sommes rappelé qu’à Coaticook, il y a de LA CRÈME GLACÉE COATIKOOK. C’était la carotte glacée au bout de notre bâton!

J’ai retrouvé LL Cool G et on a décollé de l’Espace 4 saisons, hôtel lové au pied du mont Orford. La bonne nouvelle, c’est qu’il ne faisait pas 45 degrés comme la veille. Le ciel gris, une température fraîche et un vent qui nous poussait dans le dos sont la preuve que les dieux des cyclistes existent!

45 km nous séparait du Saint Graal aka une tite molle de Coaticook. Nous avons emprunté la route nationale qui nous faisait passer par des coins enchanteurs : Magog, le lac Massawippi, la ville d’Ayers Cliff, etc. Sur le chemin, on pouvait admirer des fermes multicolores, des vaches bicolores tendrement indifférentes, des locaux qui nous faisaient des coucous de la main, des cyclistes qui hochaient de la tête comme pour dire « lâchez pas la gang » lorsqu’on se croisait (j’adore la complicité entre cyclistes, une solidarité de gens en spandex).

Arrivés à Coaticook quelques heures plus tard, nous étions déjà à terre et quoi de mieux pour nous recrinquer que de faire DU VÉLO DE MONTAGNE? C’était la dernière étape (très) physique qui nous séparait de la douce substance glacée. Et en plus on m’avait prêté pour l’occasion un maillot léger, un short à l’épreuve des branches que l’on allait rencontrer, des gants rembourrés, un casque et des souliers des plus confortables. 

Les gorges

Dans les gorges de Coaticook, deux vélos de montagne nous attendaient. Des gros bikes avec de gros pneus et de grosses suspensions. Évidemment, j’ai automatiquement eu envie de faire des welly et des drifts. Munis de nos gros bikes-tanks, nous avons dévalé à toute vitesse les routes sinueuses qui se perdaient dans la forêt dense. On enfourchait nos vélos comme des démons en faisant des sauts périlleux….Non pour vrai, on était super lents et on avait peur de tomber, mais c’était amusant pareil!

Le mini-putt

Juste avant de quitter les gorges, sur le coin d’une rue, un immense Tricératops attirait notre attention. Intrigué on est allés jeter un coup d’oeil pour s’apercevoir que c’était un complexe de mini-putt intérieur. Sérieusement, c’était le meilleur mini-putt du Québec, chaque trou était savamment conçu. Il y avait des extra-terrestres, de la fumée, des néons blacklight, un immense requin, une roue psychédélique : quoi demander de plus?

Un twist

La suite du programme a été plus clémente pour nos corps éprouvés. Arrivés à la laiterie Coaticook, nous sommes retombés en enfance d’un seul coup. Deux gamins qui arrivent dans un magasin de jouets avec un budget illimité, imaginez l’extase! On s’est pris une tite molle moitié-moitié et nous l’avons dégustée avec la foule bigarrée ravie elle aussi. En passant, nous avons pris une crème glacée AVANT le souper, juste parce qu’on le pouvait!

Parlant de souper, oh mama mia. On est allés de l’autre côté de la rue à la Microbrasserie Coaticook. Même si on était encore en train de digérer notre cornet, on a commandé le menu dégustation de bières (question de ne pas en manquer une seule) et on s’est gavés d’un burger agrémenté d’oignons confits à la bière et de fromage Coaticook, un délice suprême.

La magie de Foresta

Pour terminer en beauté notre escapade dans les Cantons-de-l’Est, on s’est offert une balade dans Foresta Lumina, un parcours féérique qui n’a rien à envier à Poudlard. Situé au creux des gorges de Coaticook, le parcours de 2,6 km, conçu par les génies de Moment Factory, vous transporte dans un monde parallèle qui mêle jeux de lumière, labyrinthe et contes fantastiques. La forêt tantôt lugubre, tantôt festive prend vie et surprend tous ceux et celles qui s’y aventurent. Une fois sortis de Foresta Lumina, nous étions sûrs et certains que les créatures mythiques croisées en chemin viendraient peupler nos rêves, engendrés par le doux confort du Gîte Claire de lune où nous avons été hébergés.

*******

Si vous aussi vous souhaitez parcourir la beauté des Cantons à vélo, visitez Garneau.ca pour vous équiper!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up