Les confessions d’un Père Noël de centre d’achats

Noël après Noël, tous mes oncles sont passés sous le costume et la fausse barbe. Rendu au tour de ma tante Monique, la magie commençait déjà à moins opérer. L’année suivante, ma famille a engagé un inconnu, pour qu’on arrête de chercher des ressemblances. Seul hic : il avait un trou dans son costume, exactement au niveau de l’entrejambe. C’est à peu près là que j’ai arrêté de croire au Père Noël.

Continuant mon pèlerinage sur la route aride de la désillusion, je me suis tournée vers le royaume de la consommation : j’ai voulu savoir à quoi ressemblait la vie d’un Père Noël de centre d’achats. 

**Trigger warning: contient beaucoup de bonnes valeurs et de magie de Noël**

Monsieur dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, vous êtes Père Noël depuis combien de temps?
Je fais ça depuis 6 ans.

Vous faites quoi le reste de l’année?
Je suis retraité et également grand-père, l’hiver je fais du ski alpin et l’été du vélo.

Être Père Noël, est-ce que c’est trippant ou c’est un peu l’enfer?
C’est trippant! Bon c’est certain qu’il y a des longues journées quand il n’y a pas beaucoup de clientèle. Surtout en jour de semaine quand les enfants sont à l’école, là oui: on compte les minutes. Dans ces moments-là, je comble le vide en allant chercher des passants. Même si c’est des jeunes enfants de 95 ans, je les invite pareil.

Non, faut surtout le physique de l’emploi. T’sais, ressembler au père Noël de Coca-Cola.

C’est combien d’heures une journée de travail? Êtes-vous plusieurs Pères Noël par centre d’achats?
Une journée de travail c’est environ 6-7 heures. Là où je travaille, on est deux et on alterne: un fait le shift de jour, l’autre le shift de soir.

Vivez-vous dans la peur qu’un enfant repasse deux fois et remarque que c’est pas le même Père Noël?
C’est sur qu’on y pense. Ça peut arriver, mais c’est rare. En fait, c’est un des problèmes de nos jours: le côté magique et féérique est plus compliqué à conserver parce que les enfants vont dans plusieurs centres d’achats et ils vont voir plein de Pères Noël un peu partout. Ça peut diluer l’effet.

La grosse question: est-ce que c’est payant?
Assez oui, mais j’ai la chance d’avoir un bon contrat, c’est pas partout comme ça.

Vous faites combien par jour? On veut savoir!
(marmonne quelques calculs)
Ça doit faire 260$ par jour!


Est-ce que ça requiert une formation d’acteur?
Non, faut surtout le physique de l’emploi. T’sais, ressembler au père Noël de Coca-Cola.

C’est quoi l’éthique de travail à respecter?
Le Père Noël, il faut qu’il demeure magique. Il peut pas aller se chercher un subway pis faire la ligne comme tout le monde. Ça fait qu’il est pas mal confiné à son trône parce que sans son décor, la magie s’effrite un peu. D’ailleurs quand on va prendre nos pauses on a une loge, mais elle est assez loin du royaume alors ça nous oblige à marcher quelques minutes dans le centre d’achats. C’est toujours un peu inconfortable, mais on essaye de faire avec. On y va en groupe, on se prend des petites clochettes, on interagit avec les passants et on les invite au royaume. Faut vraiment rester dans notre personnage tant qu’on est à la vue.

Je veux m’asseoir sur vos genoux, mais je suis un ado qui veut juste niaiser avec ma gang de bum, vous réagissez comment?
Ça c’est intéressant… Vois-tu s’ils viennent jusque là, même si c’est pour niaiser, c’est qu’à la base, ils ont quelque chose en dedans: une nostalgie du passé. Étonnamment, quand ils arrivent devant moi, ils perdent toute leur arrogance. Souvent ils figent. Ils pensaient me prendre de court, mais c’est eux qui se font prendre à leur propre jeu bien plus souvent.

Je vous tire la barbe, vous faites quoi?
Ça honnêtement on en parle beaucoup, mais en 6 ans, ça vient de m’arriver pour la première fois et c’était même pas mal intentionné, c’était un bébé de 12-15 mois. Mais faut dire que j’ai une vraie barbe, ça c’est ben important.

J’en entends beaucoup dire: « Hey lui c’est le vrai y’a une vraie barbe ». Des fausses barbes, ça paraît.

Une fois sur vos genoux je me mets à crier et pleurer (je suis un bébé out of control).Comment vous gérez ça?
Avec les bébés qui pleurent on essaye de pas trop insister pour pas les traumatiser. Mais cette année on a trouvé un autre truc: quand l’enfant pleure, on pleure avec lui. On l’imite. Parfois ça fonctionne, ils arrêtent. Sinon on prend la photo rapidement avec bébé et Père Noël en pleurs pis ça finit là. On insiste pas.

Page suivante

———

document.getElementById('ShopifyEmbedScript') || document.write('');

Excellent truc! Et le festival des fluides corporels, ça arrive souvent?
Oui ça arrive occasionnellement. Des petits rots, des relents de couches, etc. Mais c’est pas ça le pire. Le pire c’est vraiment les parents. Les parents qui veulent absolument immortaliser leur progéniture avec le père Noël, qui forcent leur enfant à rester assis sur moi, qui négocient avec lui jusqu’à perdre patience. Moi je trouve ça odieux. Mais tsé, surtout la fin de semaine, ils viennent d’attendre deux heures et arrivés à 10 pieds du Père Noël l’enfant ne veut plus: c’est exaspérant.

Comment gérez-vous les enfants désillusionné qui veulent briser la magie de Noël?
Les cas comme ça ce sont les enfants les plus âgés, dans le coin de 10-11 ans. Ils y croient plus, mais ils viennent pour leurs parents qui veulent la photo annuelle pour la continuité du murs de photos dans les escaliers. Alors je leur dis: “Ah ouin, je suis pas le vrai Père Noël? M’as tu bien regardé?” Habituellement, quelque part au milieu de l’inspection, le doute se glisse. Ils restent sceptiques, mais un peu moins.

C’est quoi le truc le plus insolite qu’on vous ait demandé? Est-ce qu’il y a des enfants qui souhaitent des choses immatérielle genre la paix dans le monde ou la santé de leur famille?
Oui ça arrive, mais c’est rare. Sinon c’est toujours des jouets. Y’en a qui arrive bien organisé avec leur liste faite de découpes dans les magazines d’autres qui oublient ce qu’ils sont venus demander. Beaucoup veulent des bidules électroniques. Quand ils demandent des Wii (Oui) moi je leur dis: “Ah c’est plate, ils nous restent juste des Non!”. Ça fait plus rire les parents que les enfants.

Comment gardez-vous en vie la magie de Noël?
Je trouve ça important d’accorder beaucoup de temps à chaque enfant, qu’il se sente écouté puis spécial. T’sais les enfants sont venus, ils ont attendus, ils ont droit à leur 5-10 minutes avec le Père Noël (5-6 minutes quand y’a beaucoup d’attente, 10 minutes quand c’est tranquille mettons). C’est une question de respect. J’ai déjà fait mon espion dans d’autres centres d’achats pis c’est pas comme ça partout. À certains endroits c’est: genoux, photo, next! Ça fait pas des souvenirs très mémorables pour les enfants. La magie de Noël ça se construit pis faut y faire attention.

Oh aussi, de plus en plus, depuis cette année en fait, on me demande de faire des petits messages filmés avec des cellulaires, pour des proches. Ça on avait pas ça avant. Ça ajoute une variante à notre travail.


Et, les risques du métier?
On en parle pas beaucoup, mais c’est périlleux être Père Noël! T’es directement exposé aux microbes de centaines d’enfants qui mouchent, bavent, éternuent ou te parlent à quelques pouces du visage alors tu finis par tout pogner. C’est pas facile.

Votre plus beau moment en tant que Père Noël?
Y’a une année, par une journée tranquille, une madame dans la cinquantaine est venue me voir et m’a dit que ce qu’elle voulait c’était la santé. Elle avait l’air déjà pas mal en santé pourtant. Et bien non: cancer, plus qu’un an ou deux à vivre, la grosse affaire. Les deux bras me sont tombés. Qu’est-ce que tu dis dans ces moments-là? Le Père Noël est pas psychologue. Ça j’avais trouvé ça dure.

Sinon la première année, alors que la file était particulièrement longue, j’ai remarqué une petite fille qui arrêtait pas de me faire des signes et des saluts. Quand ça a été son tour, elle s’est élancée en courant pis m’a sauté dans les bras. Sans farce je l’ai littéralement attrapé au vol. J’ai compris que c’était ça être Père Noël. Arriver à créer cet enthousiasme-là. C’est assez impressionnant.

Merci Monsieur dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, en vous souhaitant un bon temps des fêtes et le moins de gastros possible! 

Pour lire un autre texte de Jade Fraser: « Six idées cadeaux pour vos parents ».

——–

document.getElementById('ShopifyEmbedScript') || document.write('');

Du même auteur