Confessions d’un artiste de cirque

URBANIA et La TOHU s'associent pour dévoiler quelques secrets bien gardés du monde du cirque.

On a tous l’image romancée du cirque ambulant qui traine dans ses caravanes louches des personnages comme une femme à barbe, un homme-éléphant ou des jumelles contorsionnistes qui se rangent dans un coffre. Pour d’autres, le cirque, c’est des tounes des Beatles à Las Vegas. Chacun son cirque, comme y dise. (Personne dit ça, mais ça serait vraiment cool de partir cette expression-là :

« Hey c’tait l’enfer au bureau aujourd’hui. »

« Ah ben tu sais ben han… chacun son cirque. »

Il y a pourtant du cirque moderne, du cirque hors-norme, du cirque qui intègre et mélange d’autres formes d’art et qui rafraîchit l’âme.

Mais peu importe le cirque qu’on aime, ça reste un milieu tout de même assez mystérieux.

Parce que chez URBANIA, on est curieux de savoir ce qui se passe réellement derrière les rideaux, on a rencontré un artiste du cirque, qui a interprété un personnage dans une production circassienne qui s’est promenée pas mal à travers le monde. Il a accepté de répondre aux questions qu’on s’est toujours posées sur cet univers. Parce qu’il nous livre des confidences sans filtre (ou sans filet…), on a préservé son anonymat.

Une troupe de cirque qui part plusieurs semaines en tournée, est-ce que ça ressemble à sex, drugs and mains-à-mains?

Moi j’étais dans une grosse production. Sur le show que je faisais, c’était du monde assez âgé dans le sens mature. Donc il y avait un p’tit côté « chacun ses affaires chacun de son bord ». Il y avait évidemment des électrons libres là-dedans qui allaient effectivement du côté «  OK, j’me pogne un.e placier.ère ce soir. » On sent un certain regard chez les gens qui travaillent sur place, envers les artistes qui débarquent en ville, et certains se servent de cet aura-là pour séduire.

Mais côté party, j’ose croire que non, parce qu’il faut tellement être en shape et focus. Dans mon cas c’était plus scotch n’dodo que rock n’roll.

C’est quoi la pire blessure que t’as vue, durant une pratique ou un vrai show?

De ce que j’ai vu c’était en show. Un des artistes est mal tombé. Heureusement il n’en est pas mort, mais il est tombé d’une mauvaise façon sur ses jambes, sur un filet assez mou, sur lequel il faut être bien retenu par ses comparses. Ça lui a déchiré de quoi dans la jambe, il a continué à jouer un peu, mais après ça on a senti qu’il était pu vraiment là, il était en train de perdre connaissance. Il a dû partir pendant plusieurs mois pour se remettre en forme.

Est-ce qu’il y a un pays de reconnu pour former de meilleurs acrobates? Y’a-tu un pays plus souple que d’autres?

C’est un vieux classique dans plusieurs sports, mais les Russes, ne serait-ce que pour la discipline, c’est cliché, mais c’est vrai. J’ai travaillé avec des gens qui venaient du Kasakstan, de la Biélorussie, de l’Ukraine, bref chez les descendants de l’ancienne URSS, la hiérarchie et le respect de l’autorité sont super importants. Ça fait souvent des performances égales, si tu veux, des fois ça peut manquer un peu de folie, mais c’est rare que qu’ils vont avoir de la difficulté à performer.

Ça prend-tu absolument une formation d’école de cirque?

Non, pas nécessairement. Même si la plupart provenaient d’écoles de cirque réputées comme celle de Montréal, il a parfois des artistes qui ont une autre formation. Moi j’en ai côtoyé un, c’était un artiste de rue. Il a été pris à la fois pour son casting et son énergie. Mais comme il a toujours été habitué de travailler seul par lui-même, c’est devenu problématique pour lui de travailler en groupe. Il y a des formations qui sont importantes pour apprendre à travailler en équipe.

Si on part en tournée durant plusieurs semaines, c’est-tu mieux d’être célibataire quand t’es artiste de cirque?

Moi je suis tombé amoureux au moment où je partais en tournée, mais ça s’est bien passé. À l’âge que j’ai aussi, j’étais dans un autre mood. Je vivais quelque chose avec quelqu’un, oui il y avait la distance, mais cette personne-là pouvait venir me rejoindre dans chaque ville, donc c’était le fun pour elle. Pis après chaque ville je revenais à la maison.

Donc pour moi ça s’est bien passé, on a réussi et dans un certain sens ça a même renforcé mon couple.

Mais si j’ai un conseil à donner surtout si on est jeune, c’est de rester célibataire, parce que c’est compliqué et c’est important de profiter des choses que la tournée peut apporter.

Dans un party d’après-show où tout le monde est un peu pompette, y’a-tu des concours de flexibilité ou des affaires de même?

Ça se peut que des fois y en ait un qui veuille encore faire son show-off à un party de première, parce que des party de première, y en avait dans toutes les villes. Donc il pouvait y avoir un célibataire ou une célibataire de la gang qui faisait le paon devant les autres pour séduire une potentielle baise d’un soir. Mais pour vrai en général, quand le monde vient juste de performer pis qu’ils font le party, ça danse, ça jase, ça boit pas mal, mais ç’a pas le goût de refaire ce qu’ils viennent juste de faire sur scène. Ça veut juste décrocher.

Anyway tout le monde est habillé tellement sexy pis serré que c’est impossible de faire des contorsions dans des vêtements comme ça.

********

Apprendre des potins sur les coulisses du cirque, c’est bien, mais s’émerveiller devant les prouesses spectaculaires d’artistes qui vous font vivre des émotions fortes, c’est encore mieux!

Parlant d’émotions fortes, il faut absolument aller voir le spectacle vertigineux Celui qui tombe à la TOHU. Ça commence le 14 mars et ça dure jusqu’au 17!

Pour en savoir plus, cliquez ici!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up