Comment ne pas être un client de marde au Salon de l’auto

Confessions d'une ex-ambassadrice de marque.

Noël est passé, janvier s’installe à peine et déjà on nous bombarde sur toutes les plateformes publicitaires possibles, de pubs du Salon international de l’auto.

Il y a différents types de personnes qui se réjouissent de l’arrivée de cette exposition.

— Les personnes qui magasinent sérieusement un véhicule et qui n’ont pas envie de se taper trois concessionnaires dans la même journée

— Les amoureux d’chars, ceux qui aiment tester toutes les portes et tous les pitons et qui font que les employés passent leur temps à replacer tout ça.

— Les « experts » qui veulent te prendre en flagrant délit de ne pas savoir quelque chose qu’eux savent.

— Les vendeurs, ils sont faciles à repérer, y sont overdressed (trop habillé ne veut pas forcément dire bien habillée) et ils parlent entre eux autres. Ils se tiennent généralement dans un coin sombre et ils évitent de parler à la clientèle le plus possible.

— Les artistes, qui sont dans leur période creuse et qui se réjouissent à l’idée de pouvoir payer leur loyer. Comédiens, chanteurs, humoristes, bref des gens qui paraissent bien, qui sont capables de rester debout 12 h par jour à écouter Rénald leur raconter l’histoire de chacun des camions qu’il a eus.

Et ces artistes-là occupent généralement 3 types de fonctions :

— Présenter les véhicules : ne les sous-estime jamais, il faut quand même qu’ils apprennent un texte pourri dans les deux langues et qu’ils soient assez bons comédiens pour sourire et être énergiques même si personne ne les écoute.

— Spécialiste de produit : leur formation est plus à jour que celle des vendeurs ET ils ne sont pas là pour te vendre quoi que ce soit. Avec leur talent d’interprète, ils te font croire à une passion qu’ils n’ont jamais eue et qu’ils n’auront jamais.

— Finalement, celles qui te donnent une bébelle cheap en échange de ton courriel.

Comment ne pas être un client de marde

Au cas où tu aurais envie d’aller voir des chars stationnés en dedans, en tant qu’ex-ambassadrice de marque, voici quelques conseils pour ne pas devenir un client de marde.

— Ne demande pas aux filles si elles viennent avec le char que tu aimerais gagner. Dans une journée moyenne, on accueille 22 000 visiteurs. T’as beau te sentir spécial et très drôle, t’es sûrement le cinquantième à la faire ta blague de marde et on est en 2019.

— Ne fais pas semblant que tu n’as pas d’adresse courriel en exigeant qu’on t’inscrive quand même au concours. On le sait que tu en as une! Y’a une boîte cachée en dessous du kiosque qui « emprunte à long terme » tes données de médias sociaux.

— S’il y a des morceaux qui s’enlèvent dans les véhicules, pars juste pas avec… Parce qu’il y a 400 personnes par jour qui vont nous dire qu’il manque de quoi dans une des voitures. C’est de la torture!

— S’il y a des panneaux de plexiglas, des cordons de velours ou n’importe quoi qui pourrait ressembler de près ou de loin à une clôture TOUCHES-Y JUSTE PAS!

— Ne demande pas à toutes les filles si tu peux les prendre en photo. Celles qui sont là pour ça sont facilement identifiables, leur costume est tellement serré qu’elles portent le camel toe.

— T’as beau avoir payé ton entrée, avoir chaud parce que tu voulais pas laisser ton manteau vestiaire pis être en hypoglycémie tu peux dire : « Bonjour, s’il vous plaît pis merci ».

Pour ceux qui travaillent tout le weekend: courage!

Toi l’ami. e, qui travaille au Salon de l’auto, je t’oublie pas. Voici quelques conseils pour survivre :

—Laisse ton cerveau à la maison.

—Aie l’air d’écouter, mais pense à d’autres choses, fais-toi des énigmes avec tes collègues.

—Joue à plugger des mots pas rapport quand tu parles au micro.

—Si un visiteur te dit quelque chose d’offensant, pars à rire crissement trop fort à un moment inopportun. Le monde autour va se retourner, ton interlocuteur va figer, pas à l’aise comme un chevreuil, et je te jure, il ne restera pas longtemps. Ça va te permettre de résister à l’envie de l’envoyer chier, et il va se sentir tout comme si tu l’avais fait.

—T’as aussi le droit de quitter la conversation sans rien dire. Juste un regard, pis tu le laisses seul avec sa honte… en espérant qu’il en éprouve.

—Fais ta facture d’avance, ça va te motiver et pense pas trop au fait que tu vas juste être payé. e dans 3 mois.

—Établis un code avec tes collègues pour qu’ils puissent te sauver quand un client gosse.

—(Celle-ci c’est un mantra pour vous aider à endurer les vieilles mesdames qui magasinent des Audis…)

«Madame, je suis forcée de constater que la jeunesse vous a depuis longtemps échappé. Mais si je n’ai pas réponse à votre question et que j’ai l’humilité de vous orienter vers la personne qui l’a, c’est pas la peine de me regarder droit dans les yeux et de me dire que je ne sers a rien, juste parce que votre corps est constitué à 80 % de rides et de regrets.»

Bon salon gang!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up