Germain Barre

Comment les Français consomment-ils leur weed ?

On a enquêté.

Depuis la légalisation du POT, on a des discussions un peu plus décomplexées au bureau sur le sujet. C’pas qu’on s’empêchait d’en parler avant, ou qu’on se cachait. Mais on dirait que ceux qui étaient curieux de la substance étaient plus gênés de poser leur question.

Or, depuis le 17 octobre, plusieurs de mes collègues viennent me voir pour obtenir les conseils du « buzzé du bureau » sur comment fumer, avec quoi, ou encore, quelle sorte utiliser en fonction de leurs besoins ou de leurs envies. D’autres recherchent aussi une plug illégale (puisqu’on se souvient que c’est ben nice que le weed soit légal, maintenant ce serait le fun qu’on puisse en acheter), mais ça, c’est une autre histoire.

Bref, dans la foulée de ces discussions est venue une interrogation par rapport à nos collègues français : en matière de weed, y a-t-il des différences culturelles et sociales sur le vieux continent? 

C’est donc autour de l’îlot de la cuisine du bureau que je me suis entretenu avec Bouillon Cube (nom fictif d’un collègue français, qui lui n’est pas fictif) afin de savoir ce qui se passe avec la feuille, de l’autre côté de l’océan.

Place au savoir!

C’est quoi la place du weed en France? Sur un groupe de 10 personnes, combien vont fumer du weed dans le lot?

J’évaluerais à sept ou huit. Est-ce que c’est à cause de notre milieu, la culture et tout ça, peut-être? Et encore je dis ça, mais j’ai des amis qui travaillent à la banque et dès qu’ils rentrent chez eux ils se gazent pour oublier le stress de la journée. Ça fume quand même beaucoup beaucoup en France, de manière illégale bien sûr.

Est-ce que c’est mal vu? 

Mmmmm, peut-être un peu par la génération un peu plus âgée, puisque c’est illégal. Mais c’est pas non plus les racailles qui fument. Par contre, l’aspect thérapeutique est moins bien perçu en France. Ici, on dit que ça fait du bien pour la dépression et tout : en France tu fumes parce que t’es un fumeur et que tu veux get high. C’est pas un médicament quoi.

Ça m’est déjà arrivé dans des partys que mes parents viennent me voir en me demandant « as-tu un peu de weed pour les vieux? » et que je leur roule un joint.

T’achètes ça où? Ça coûte combien? 

Je viens de Marseille alors je vais le chercher dans les cités. Tu entres dans la cité, dans les grands blocs. Y’en a même qui offrent le service au volant. Tu t’arrêtes à la fenêtre et tu demandes ce que tu veux.

Ensuite ça dépend de ce que tu veux. Si tu veux du shit [NDLR : du hasch], tu vas à tel endroit, de la beuh [NDLR : du pot] à telle autre place. Mais la beuh est très chère en cité, vaut mieux avoir des amis qui en vendent ou la faire pousser soi-même.

Ah ouin, c’est combien mettons?

Ah c’est plus cher qu’ici. Ça dépend de la saison en fait, les prix fluctuent. Si c’est la saison des récoltes, c’est moins cher. Ça m’est déjà arrivé d’en planter et de la vendre en mars pour pouvoir en tirer le double du prix.

Donc c’est quand même rare? C’est pas comme ici où tu fais trois coins de rue en étant sûr de trouver quelqu’un qui en vend?

Y a des endroits où tu es sûr d’en trouver, mais après il faut d’abord t’y rendre. À Marseille y a peut-être 3 ou 4 cités qui en vendent contrairement à ici où tu peux en trouver à peu près partout dans la ville.

Est-ce que c’est dangereux?

Oui, les gens vont dans des fours. Ce sont des entrées d’immeuble où tu demandes ce que tu veux et ils te le glissent par un trou. Mais faut pas rigoler. Je connais un pote, il a touché de la beuh et ils l’ont séquestré, attaché, volé ses clés de voiture, pris sa carte pour retirer de l’argent au guichet. Ils sont pas toujours violents parce que c’est du business, mais faut pas niaiser non plus.

Ils barricadent aussi les grilles de cage d’escalier. Ils font la loi là-bas, mais c’est pas dans leur intérêt de te faire du mal. Souvent, ça fait plus peur qu’autre chose. Quand tu y vas l’hiver des fois ils sont cagoulés, avec des feux dans des tonneaux.

Moi jamais j’ai été dans un ghetto pour acheter mon weed.

En France, t’as pas vraiment le choix. Toujours ensemble et c’est la mission. Ici, ceux qui vendent c’est des hippies. En France, c’est des racailles.

Sinon je me demandais : vous en trouvez facilement du shit ici?

Vois-tu nous c’est plus rare ou plutôt moins populaire je pense. Mais c’est aussi que notre hasch c’est du hasch caca.

Et c’est vu comme quelque chose de plus luxueux?

Non, c’est un truc de paumé. Et si tu veux acheter du weed, ça coûte combien ? Mettons que tu veux environ 3 g?

En France, selon la période ça peut monter jusqu’à 15 euros

Wow, presque 30 $ pour 3 g… Et le weed est bon?

Oui, presque aussi bon qu’ici. C’est juste que ça buzz moins parce que nous on ne le fume pas pur.

C’est quoi l’intérêt de le couper alors?

Parce que c’est cher et que ça buzz trop. Moi avant je fumais des cigarettes et des joints tous les jours et j’aimais bien pouvoir fumer juste un petit joint très relax. Ça buzz moins et ça se fume plus lentement. Mais en France, jamais, mais jamais on fume des purs.

Toi tu fumes juste des purs?

Oui, parce que j’ai arrêté de fumer la cigarette, mais aussi parce que je trouve que ça goûte meilleur. Je trouve aussi qu’avec la cigarette ça donne mal à la gorge.

Comment on fume? Comment vous roulez?

En France, tout le monde fume avec des longues feuilles. Et comme on arrive plus difficilement à trouver des feuilles minces, on roule parfois à la Hollandaise [NDLR : avec de la colle à l’intérieur, ce qui permet de brûler l’excédent de papier].

Les papiers avec les filtres, les gens vont jusqu’à Amsterdam pour en chercher parce que nous, on a pas ça. On a les paquets OCB et Rizzla.

Ah oui, aussi on roule en style Maroc : tu prends un bout de clope, tu la casses et tu l’utilises pour faire un bout de filtre avec.

Ah man c’est tellement dégueu!

C’est parce qu’on fume pas mal de shit en France, surtout à Marseilles. Quand tu vas dans les cités, c’est pour aller chercher du shit. Tu peux acheter une brique pour 30 euros alors c’est avantageux.

Utilisez-vous des bongs quand vous voulez vous péter la face?

Non, c’est juste les gros stoners qui utilisent des bongs. Les gens normaux, chez nous, ils fument des joints dans des feuilles, avec du tabac. Moitié-weed, moitié-tabac. Et quand on veut vraiment se défoncer, on fait des collages.

Est-ce qu’il existe une culture du cannabis en France, même légale?

Non. C’est même pas permis d’en consommer médicalement.

Et mettons que tu te fais pogner, tu t’exposes à quoi comme sanction?

Ça dépend si t’es sympa haha! Moi j’ai un pote qui s’est fait prendre avec 10 pieds de cannabis qui poussaient dans son jardin et pourtant il s’est simplement fait rappeler à l’ordre avec un stage obligatoire et une petite amende.

Un stage?

Oui, c’est comme des ateliers de sensibilisation, comme quand tu perds ton permis. Mais bon c’est deux jours pour te faire chier, pour ne plus que tu recommences… 

Comme une retenue.

J’ai déjà acheté du weed un été, je me suis rendu à la cité en bas de pyjama en me levant le matin. Je suis rentré, j’ai acheté mon stock, je suis sorti et les flics m’attendaient. Ils m’ont mis les mains sur le capot de la voiture, ils m’ont fouillé pendant que les rabatteurs de la cité criaient pour avertir les dealers proches de se pousser, et je me disais que je ne pourrais plus jamais y retourner, qu’ils allaient me reconnaître.

Ils ont trouvé ma braquette de hasch et faisaient des blagues avec. Ils l’ont jetée par terre, ils l’ont écrasée et ils m’ont dit de ne plus jamais revenir ici. J’étais tellement surpris que j’en ai même parlé à mes parents en arrivant chez moi.

C’est quoi les grosses différences à propos de la culture de la marijuana que tu as observées en arrivant ici?

C’est vraiment la quantité de tabac, mais aussi le choix. J’arrive pas à savoir si c’est à cause de la légalisation ou pas, mais on a jamais autant de choix. On a plus de choix de produits : l’huile, le CBD, les gummies. C’est des trucs qu’on a en France, mais c’est vraiment galère en trouver.

J’ai l’impression en t’écoutant que c’est surtout parce qu’ici, le pot est plus ancré dans notre style de vie par rapport à vous.

Je pense surtout que c’est en fonction de ton milieu. Moi j’étudiais en graphisme et on fumait des joints à la pause de nos cours pour être inspirés, on fumait avec les profs et tout ça.

Et qu’est-ce qui est le plus populaire, le haschisch ou le weed?

C’est surtout les plus jeunes qui fument du haschisch, parce que c’est moins cher. Ceux qui vieillissent le délaissent tranquillement parce qu’ils se rendent compte que c’est dégueulasse.

Donc en gros, ce que je retiens de notre entretien, c’est qu’un peu comme ici, le weed est tabou dépendamment de ton milieu, mais sans plus. Par contre, la substance est beaucoup moins démocratisée : beaucoup plus difficile de se procurer des accessoires pour fumeurs, même du bon papier à rouler, moins de choix de strain et de type de produit reliés au cannabis.

Et même si c’est possible de se procurer une bonne gamme de produits là-bas (comme pas mal partout sur la planète grâce au marché noir), leur marché illicite me semble plus hostile que celui d’ici. Je ne me souviens pas m’être déjà senti en danger en essayant de me trouver du pot. Je me souviens même d’une fois chez un ami où notre dealer nous a demandé de lui réchauffer son lunch au microonde parce qu’il n’avait pas eu le temps de dîner!

Bref, souhaitons donc que nos cousins nous rejoignent du côté vert de la force prochainement, histoire qu’ils puissent au moins s’acheter autre chose que du papier à rouler Rizzla. (sad react only)

CQFD.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Dans le même esprit