Closer du point de vue de la fille

J’écris souvent en sachant que la majorité de mon lectorat est composé de femmes, mais cette semaine j’ai envie de parler aux hommes. Tous ces fantastiques jeunes hommes bourrés de testostérone en quête de sexe pour un soir (ou plusieurs).

Y’a rien de mal à vouloir une aventure d’un soir condom inclus. J’ai été, avant d’être casée, fan de ce genre de soirées chaudes. J’ai même écrit un roman qui s’intitule “21 amants sans remords ni regrets”.

Je n’ai pas la vérité absolue, mais voici mon constat aux fils des ans :

Lorsqu’un gars rencontre une fille dans un bar, qu’il lui paye un verre, qu’ils ont du plaisir, la demoiselle prendra la décision de coucher avec lui lorsqu’elle… n’avait pas encore mis les pieds dans le bar.

Oh oui! Messieurs, faites un léger sondage auprès de vos chums de filles et je vous assure qu’on a décidé bien avant de partir si on allait baiser ce soir-là ou pas. La décision se prend dans la douche en même temps qu’on se pose la question : j’me rase ou pas? Et ça se confirme en mettant notre kit de bobettes-brassière qui matche. Rendu là on a fait 80% du travail pour vous : on a déjà envie, il ne vous reste qu’à être cute, sentir bon et être capable de tenir une similiconversation. (By the way, il existe toutes sortes de cute.)

D’un autre côté, si la demoiselle porte ses vieilles bobettes usées et qu’elle arrive avec ses jambes de Youppi, vous perdez votre temps.

Ce sont des mécanismes de défense qu’elle enfile volontairement avant de sortir. Les raisons sont multiples : Elle a ses règles ou le lendemain, elle ne veut pas à arriver à la course, slip dans la sacoche en sentant le sexe de la veille, au brunch du 75e de grand-maman, ou elle n’a simplement pas envie d’être, point.

Vous aurez beau lui payer huit shooters qui ont des noms de sexe, une fille n’est jamais assez saoule pour oublier la face que vous pourriez faire en voyant sa forêt amazonienne. D’ailleurs, ça serait cool qu’on en revienne du poil. Ce n’est pas sale et ça empêche aucun être humain équilibré d’avoir du plaisir et d’atteindre l’orgasme.

Et est-ce vraiment nécessaire les shooters qui ont des noms de sexe? Quand je vois un gars qui commande 4 cochonnes, 4 orgasmes, 2 blowjobs pis 1 sex on the beach, ça met de la pression à la pauvre fille!

Deuxième secret bien gardé : Si par manque d’observation ou d’expérience t’as encore l’âge de croire que c’est toi qui choisis la fille, t’as pas saisi la game.

Dans 99,9% des cas, ELLE te choisit, car ELLE a maitrisé l’art de jouer les proies actives. Elle évite volontairement de t’approcher directement en te laissant vivre le sentiment que tu chasses. C’était ma tactique, qui était bien efficace, car selon moi, un homme qui croit avoir attrapé sa proie la mange avec plus d’appétit que si elle s’était jetée devant son bumper de char.

Le mot “proie” ici n’est pas un synonyme de victime. Les filles ne sont pas les martyrs du gros méchant loup chasseur. Ce sont elles qui installent les filets et qui décident dans lequel elles se mettent le pied.

Une fille qui entre dans un bar avec l’envie d’avoir du sexe sans attache s’arrangera pour être dans le champ de vision du mec qui lui plait en permanence. Et quand leurs regards se croiseront BAM! Attendez-vous à ce qu’elle lui donne “ZE LOOK”. Toutes les filles qui ont envie de sexe ont un “ZE LOOK”. C’est un mélange de confiance, de vulnérabilité et de yeux de chatte excitée de pouvoir sauter sur une boîte en carton ne sachant pas trop ce qu’il y a dedans.

Si elle t’intéresse jeune homme, mon conseil pour toi c’est : soutiens son regard, souris-lui et penche-toi pour dire quelque chose à ton chum de gars.

Ce que tu dis n’est pas important, ce qui compte c’est de jamais lâcher le regard de la fille. Tape sur l’épaule de ton wingman qui sert rarement à closer tes deals anyway, et quitte tes boys. Laisse tomber Tinder, va voir la fille la tête haute seul comme un grand garçon, dis-lui bonjour, nomme-toi et mentionne qu’elle est le genre de fille avec qui on parle en 3D et non sur une application. Finalement, demande-lui son nom, parce que rendu là, c’est 90% dans ta poche et 100% dans la sienne.

Love, xx

Pour lire un autre texte de Mélanie Couture : “T’as le droit de te trouver belle”

Humoriste détentrice des écussons jaune, orange, rouge, marron et bleu en natation. La scène, c'est mon Disney Land. Mes grilled cheese torchent.

Du même auteur