Cinquante nuances de sexe pour femmes mûres en manque

Le « Twilight érotique » de l’heure, Fifty Shades of Grey, vient tout juste de sortir des librairies dans la merveilleuse langue de Molière, sous le titre Cinquante nuances de Grey.

Un soulagement monstre s’est fait ressentir chez une certaine catégorie de la population, surtout féminine, émoustillée et excitée (pour ne pas dire mouillée), d’enfin avoir le chef d’oeuvre d’E. L James entre leurs mains.

Pour qu’un produit culturel devienne un produit populaire à grand déploiement, il faut une recette parfaite. On savait avec Twilight que les jeunes filles raffolaient des histoires d’amour impossibles et dangereuses avec les vampires. De son côté, semble-t-il qu’E. L James a trouvé ce qui plaisait aux « horny mommies »: la domination.

L’auteure a été critiquée vu les ressemblances de sa saga avec celle de Twilight. Fifty Shades of Grey serait à l’origine une fanfiction de la célèbre série de Stephanie Meyer. Cela n’a pourtant pas arrêté son ascension, E. L James a été considérée en avril 2012 par le magazine Time parmi les 100 personnes les plus influentes In the World.

L’histoire est simple. La belle petite Anastasia Steele rencontre le beau et milliardaire Christian Grey (on remarque ici l’utilisation du second degré par l’auteure). La pauvre petite se sent intimidée par le mystérieux PDG d’entreprise. M. Grey revient à la charge vers l’innocente Anastasia avec son vice caché: sa fervente pratique du BDSM (Bondage et discipline, domination et soumission, sadomasochisme).

Le succès de Fifty Shades of Grey se tient dans ces quatre lettres: BDSM. Les « horny mommies » raffolent de ce qui ne leur arrive pas, de ce qui est à la limite du dangereux, de ce qui reste dans le virtuel. Combien de ces « horny mommies » le feraient dans le monde réel? Très peu.

Tout n’est que psychanalyse. On comble un vide chez ces femmes en leur vendant à profusion ce livre pour leur faire revivre et redécouvrir leur sexualité.  44 millions d’exemplaires plus tard, ce livre érotique est à la conquête du monde avec ses jouets érotiques, son disque de musique et son film en préparation. Une vraie bombe pour les mamans en quête d’aventures.

Emma Watson sera peut-être, selon certaines rumeurs, celle qui incarnera Anastasia Steele. De quoi se départir de son personnage d’Hermione Granger. Reste à savoir si la fièvre d’Anastasia et Christian sera aussi forte que celle de Bella et Edward.

Et vous, ça vous tente le sadomasochisme sur fond de musique classique ?

Pas sûre.

Illustrations: Martine Frossard

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Lettre ouverte – District 31 : quand la fiction fait fi de toute rigueur, nuance et empathie

On a fait des personnes vivant avec le VIH des monstres aux yeux de plus d’un million de téléspectateurs·trices. Voici comment.

Dans le même esprit