Cette semaine je me cherche un conseiller financier

Comment trouver une aiguille honnête dans une botte de foin.

Quand je tape « conseiller financier » dans Google, on me propose :

  1. Earl Jones : soupçonné d’avoir fondé une entreprise pyramidale et d’avoir volé 50 millions à ses clients, pour la plupart des connaissances de longue date ou des membres de sa propre famille.
  1. Andrew Scheer : chef du parti Conservateur du Canada

Rien pour m’aider à avoir confiance en la profession.

Du monde trop heureux, c’est louche

C’est à la suite un atelier sur l’investissement que j’ai décidé que j’allais me grayer d’un conseiller financier. J’ai réalisé que j’étais mieux de commencer à épargner pour mes vieux jours immédiatement si je veux pas passer ma retraite dans une maison mobile sur le bord d’la 20.

J’ai donc commencé à parler autour de moi de ma quête d’un conseiller financier pour réaliser que tout le monde adooooore le sien et que, je cite, « c’est absolument lui que ça te prend ».

C’est génial que tout le monde soit satisfait de son conseiller, mais les clients du susmentionné Earl Jones l’aimaient aussi beaucoup avant qu’il parte à Londres boire des bières flattes en cask avec leur cash.

Là où le bas de laine blesse

Le problème, c’est que dès que je pose des questions à mes amis, je réalise que tous les conseillers ont une façon différente de fonctionner. Certains sont affiliés avec des banques ou des compagnies d’assurance et on n’a pas besoin de les payer. Mais comment ils font leur argent? Ils font clairement pas ça pro bono.

Et si le dude travaille pour une compagnie d’assurance, mais que sa job est de placer ton argent sans te vendre des assurances, c’est quoi le bénéfice pour la compagnie d’assurance?

D’autres conseillers, souvent indépendants, prennent une cut sur les profits. Ils ont donc plus à cœur que nos investissements aillent bien, mais en même temps, plus on fait d’argent, plus ça coûte cher. C’tu une bonne chose? Je suis pas certaine encore.

Le planificateur planifie et le conseiller conseillie

J’ai aussi réalisé qu’il y a une différence entre conseiller et planificateur financier. Le conseiller s’occupe des actifs et le planificateur aide à faire un budget pis calculer l’argent qu’on doit mettre de côté. Me semble que l’un ne va pas sans l’autre, non? Comment je sais combien d’argent je dois mettre dans mes REER si je ne sais pas combien mettre de côté pour faire une mise de fonds?

J’ai pas envie d’avoir 32 personnes différentes qui m’aident à me gérer le portefeuille.

J’ai pas envie d’avoir 32 personnes différentes qui m’aident à me gérer le portefeuille. Je veux trouver UNE personne qui va m’aider à cerner mes besoins, qui va me conseiller pour faire les bons choix et qui ne partira pas aux Bahamas avec mes économies, de préférence.

Commencer par le débutement

C’est donc avec beaucoup de questions que je commence cette quête à la recherche du conseiller financier idéal pour moi.

Par où vais-je commencer? En cliquant sur les huit publicités ciblées de banques et de cabinets de planification financière qui sont apparues dans mon fil d’actualité depuis que j’ai tapé « conseiller financier » dans Google pour commencer cet article.

Y a pas à dire, tout le monde se bat pour me conseiller! J’trouve ça de plus en plus louche…

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Ce doux confort de rester à la maison le vendredi soir

Parce que de prendre soin de soi, relaxer et surtout DORMIR, ça n’a pas de prix. L’important est de faire ce que vous voulez.

Dans le même esprit