C’est jour d’élection : VOTE OR DIE

Ou pas. Personne ne va mourir si tu n’as pas envie de voter aujourd’hui.

Lundi, 7 avril 2014. Après un lourd mois de campagne rempli d’arguments vides, de discussions qui ne mènent à rien et de campagnes de peur, l’heure est venue pour nous, électeurs et électrices de la province de Québec, de choisir notre prochain gouvernement. C’est notre rôle en tant que citoyen de cette nation de se présenter aux urnes, right?

Pas obligatoirement.

On connait tous la fameuse citation de Winston Churchill : « La démocratie est le pire système de gouvernement, à l’exception de tous les autres qui ont pu être expérimentés dans l’histoire » (merci Wikiquote). Si cette phrase a encore beaucoup du sens aujourd’hui, elle ne veut pas dire qu’il faut se ranger automatiquement derrière la démocratie.

Bien que je ne suis pas de leur avis (je vais aller voter un peu plus tard cet après-midi et serai très fier de le faire), je comprends que l’idée de se présenter aux urnes puisse donner des haut-le-coeur à certains électeurs.

S’il y a un parti qui m’intéresse dans cette offre électorale, ce n’est pas le cas de tout le monde. Certains en ont même contre la démocratie représentative et aimeraient abattre ce mode de scrutin pour des raisons qui sont les leurs (ce qui n’est pas mon cas, même si certaines réformes sont nécessaires).

Allez voter parce que sinon C’EST LA FIN DE TOUTE

Pourquoi mettre autant d’effort pour tenter de convaincre les gens à aller voter? Est-ce qu’on a vraiment besoin de ces campagnes cheap de style VOTE OR DIE (exemple extrême, s’il en est un) qui, au final, transforment autant, sinon plus, l’action d’aller voter en spectacle que la politique elle-même?

L’acte de voter en est un extrêmement important. On prend le temps d’accorder notre confiance à quelqu’un qui, en retour, promet de représenter et de défendre nos intérêts.

Les problèmes de notre système politique viennent peut-être du fait que l’on banalise le vote et transforme en spectacle chaque campagne électorale. On chiale à outrance des problèmes de corruption chez nos élus, mais on entre aux urnes pour en choisir un. On se scandalise à chaque attaque envoyée par un politicien à un autre, mais on continue d’écouter le débat des chefs en sachant très bien ce à quoi on aura droit.

On fait exprès de nager dans notre propre marde, finalement. Et par dessus ça, on se fait rabattre les oreilles comme quoi il FAUT aller voter, que c’est NÉCESSAIRE, c’est l’acte démocratique FONDAMENTAL et la BASE de notre SOCIÉTÉ, tout en banalisant le vote avec des affirmations comme « peu importe pour qui vous votez, il faut voter! ».

Pognez-vous l’ironie là-dedans?

Je ne tente pas ici de défendre l’abstentionnisme à tout prix. Il y a des candidats et députés qui font très bien leur travail et à qui j’accorderais pleinement ma confiance d’électeur, malgré ce cirque électoral qui nous offre très peu d’alternatives. Et lorsqu’aucun choix ne se présente à nous, ça se peut qu’on finisse par se questionner sur le pourquoi et le comment de notre système politique, au point d’en avoir ras-le-bol et de le rejeter. Ce n’est pas mon cas, mais je peux comprendre.

Refuser de voter est un acte politique en soi. C’est refuser de participer à ce système qui, malgré tout, demeure le moins pire qu’on a pu connaître à ce jour. Mais imaginez la claque que recevraient nos politiciens si personne n’allait voter aujourd’hui. Ça brasserait un peu notre lac de marde, qui en a bien besoin.

Du même auteur