Candice, wingwoman professionnelle

On connaît le terme wingmen grâce à la série How I Met Your Mother et son célèbre personnage de bachelor séducteur éternel, Barney.

Dans la vraie vie, des entreprises offrent des services de wingwomen dans le but d’aider les mâles célibataires à trouver chaussure à leurs pieds. Entrevue flirtée avec Candice, qui fait ce métier pour Toronto Wingwomen.



Qu’est-ce qu’une wingwoman?

C’est quelqu’un qui va t’aider à faire ressortir le meilleur de toi-même. On travaille avec des gens qui sont très insécures, qui manquent de confiance en soi. Notre but est de les aider à faire ressortir le meilleur d’eux-mêmes.

Comment ça fonctionne, exactement?

On commence par s’asseoir avec eux. L’important, c’est de savoir ce que notre client veut exactement. Est-il à la recherche d’une relation sérieuse, ou veut-il simplement hookup avec quelqu’un? Nous, on s’adapte à ça.

Est-ce que vous accompagnez vos clients dans les lieux de date?

Si besoin est, oui. Nous avons une liste de quartiers et de bars, et choisissons le lieu le plus adapté au client que l’on accompagne. Ce qui est difficile, ce n’est pas de rencontrer des gens, c’est de trouver des rencontres de qualité. Il faut trouver quelqu’un qui va « matcher » avec notre client, pas n’importe qui. C’est ça, la difficulté.

Et comment vous procédez?

Nous le faisons sentir confortable. C’est la chose la plus importante. Ça met les gars à l’aise d’avoir une femme avec eux, quelqu’un à qui parler et avec qui ils peuvent se présenter. Ils n’ont pas l’impression d’être en mode chasse dans ce temps-là. On peut aussi les aider à démarrer les conversations si le client est trop nerveux.

Avez-vous des techniques que vous enseignez à vos clients?

Il y a la technique du nombre 3. Si tu poses trois différentes questions à quelqu’un et que la personne ne répond que par des « oui » ou des « non » et n’essaie pas de continuer la conversation, ça veut dire qu’elle n’est pas intéressée. On a épluché les livres comme « The Game », mais notre but n’est pas d’enseigner des techniques de séduction. On vise surtout à dégêner nos clients et à les rendre confortables.

Dans le fond, vous êtes comme une coach?

À peu près. On peut, par exemple, dire à nos clients que, pour cette soirée, son objectif est d’aller aborder 50 personnes en leur demandant l’heure et ensuite de leur parler. Ça peut avoir l’air niaiseux, mais quand tu es gêné, c’est super difficile!

Est-ce que ça coûte cher?

Ça, c’est privé. Et ça dépend des clients. C’est sûr que c’est plus cher si on se déplace avec eux dans les bars.

Est-ce que vos clients s’essayent sur vous, parfois?
Ça arrive, oui. Mais nous avons un code de conduite très strict qui interdit aux wingwomen de dater leurs clients. Si ceux-ci persévèrent et ne lâchent pas le morceau, on brise le contrat. On ne peut pas travailler dans ces conditions.

Avez-vous des clientes aussi?
C’est beaucoup plus difficile avec les filles (rires). Une fille qui se fait conseiller par une autre fille va prendre ses conseils beaucoup moins au sérieux. Elle va avoir l’impression que c’est simplement du « girl talk », alors que les conseils d’un gars, ça va être plus écouté. On étudie présentement la possibilité d’engager plus de wingmen pour conseiller les femmes.

Si vous aviez des conseils à me donner, ce serait quoi?
Commence par savoir ce que tu cherches. C’est plus simple de trouver quelqu’un d’adapté à ses besoins sachant que tu veux une relation à long terme ou une rencontre d’un soir. Trouve quelqu’un qui se tient dans les mêmes endroits que toi. Il y a de fortes chances que vous ayez plus de points en communs. Mais surtout, parle à des inconnus! On n’est plus des enfants, ce n’est pas dangereux (rire)!

Illustration : Pierre-Nicolas Riou
pnriou.tumblr.com

Notre Spécial Célibataires est disponible en version papier, dans tous nos points de vente ou en version numérique (PDF), sur la Boutique en ligne Urbania.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Peut-on guérir une peine d’amour en faisant de l’exercice physique ?

Réparer un cœur brisé, un pas (de course) à la fois.

Dans le même esprit