Bye bye crucifix !

Aussi, Trump s'en sort encore et Québec solidaire en beau calvaire

Il y a des semaines où il ne se passe pas grand chose dans l’actualité, et il faut gratter les fonds de tiroir pour trouver des sujets intéressants. 

C’est sûr, je pourrais parler d’actualités internationales, mais personne le fait, je ne vais pas lancer le bal moi-même. 

Mais cette semaine, mon problème a été inverse: quoi choisir? Il s’est passé tellement d’affaires, c’est certain que vous allez vous dire que je passe à côté d’une nouvelle importante. Voici donc mon opinion résumée sur les autres grandes nouvelles de la semaine que je dois passer sous silence. 

Trudeau répond bête à des manifestants autochtones: wtf

Ottawa pense qu’il faudrait l’accord des autres provinces pour que le Québec se sépare: chouuuu.

Facebook tire la plogue sur les groupes nationalistes blancs: enfin. 

La NRA aurait encouragé des conspirationnistes qui harcèlent les parents des victimes de Sandy Hook: en prison. 

La CAQ présente son projet sur la laïcité

D’emblée, je vous invite à prendre mon opinion avec un grain de sel; je suis un jeune homme blanc, élevé catholique mais aujourd’hui athée, qui ne porte aucun signe religieux sauf mes t-shirts de lutte. Je ne suis donc pas la personne la plus visée par ce projet de loi. 

Mais reste qu’on remarque tout de suite que ce projet, qui était attendu avec une brique et un fanal, a été rédigé sous le signe du compromis. On va de l’avant avec la promesse d’interdire les signes religieux aux employés en position d’autorité (incluant les professeurs), mais on accorde une clause grand-père aux employés déjà en poste. 

Par contre, si l’employé obtient une promotion, il ou elle doit alors retirer son signe religieux. Un dilemme pas tellement le fun, j’imagine. 

Question de mieux faire passer la pilule, le gouvernement a également fait voter une motion, adoptée à l’unanimité, pour retirer le crucifix de l’Assemblée nationale. Enfin. 

Perso, j’applaudis les compromis, mais j’ai l’impression que c’est une loi qui va nuire plus qu’elle va aider.

Question de mieux faire passer la pilule, le gouvernement a également fait voter une motion, adoptée à l’unanimité, pour retirer le crucifix de l’Assemblée nationale. Enfin. 

Je suis athée, et je crois qu’il est souhaitable qu’ultimement, nous nous libérions de la religion. Mais si on interdit aux femmes voilées (parce qu’on va arrêter de se «voiler» le visage, c’est d’elles dont il est question) de pouvoir progresser dans leur carrière, je doute que, placées devant le choix entre leur religion ou leur job au ministère, elles choisissent le ministère. 

Est-ce qu’on pense construire un meilleur vivre ensemble en encourageant les femmes musulmanes à rester chez elles, à part de la société? 

En tout cas, au moins le maudit crucifix s’en va.

Le rapport Mueller épargne Trump

Depuis des mois et des mois, on parle du fameux rapport Mueller, qui devait nous éclairer sur une potentielle collusion entre Trump et la Russie. 

Évidemment, ce que les adversaires de Donald Trump espéraient, c’est que le rapport accuse formellement le président d’être un gros pas propre, et qu’ils puissent s’en servir comme arme pour mettre Trump par terre aux élections de 2020.

Finalement, grosse déception, puisque le résumé de 4 pages partagé par le ministre de la justice Bill Barr montre que le rapport conclut qu’il n’y a pas de preuve de collusion avec la Russie. 

Je ne vous le cacherai pas, du coté des républicains, c’est le gros party. 

Les démocrates, quant à eux, sont évidemment déçus. Mais ils plaident qu’il faudrait rendre le rapport complet public, et pas seulement le résumé de quatre pages. 

Parce que si le rapport complet, qui comporterait plus de 300 pages, disculpe le président au niveau de l’accusation de collusion, les conclusions restent vagues sur une éventuelle entrave à la justice. 

Tsé, si vous avez déjà triché dans un travail de français en lisant juste la page Wikipédia au lieu du roman au complet, vous savez bien une chose: on ne peut pas se fier au résumé. 

Québec Solidaire s’en va-t-en guerre

Si vous avez lu mon compte-rendu du budget provincial la semaine dernière, vous savez qu’il n’y a pas de quoi sabrer le champagne au niveau environnemental.

Il semble que le parti de Manon Massé partage mon analyse, puisqu’ils ont décidé de faire un coup d’éclat cette semaine en tendant un ultimatum environnemental au premier ministre: s’il ne présente pas un plan d’action environnemental jugé suffisant d’ici le 1er octobre 2020, QS entend bloquer les travaux parlementaires de toutes les façons possibles, que ça soit à l’Assemblée ou dans la rue. 

QS et la CAQ avaient la réputation de bien travailler ensemble dans les coulisses de l’Assemblée nationale. Ça pourrait changer. 

QS a inclus trois demandes plus spécifiques dans son ultimatum: l’interdiction de tout projet gazier ou pétrolier sur le territoire québécois, l’adoption d’un plan de lutte contre les changements climatiques conforme aux cibles fixées par le GIEC, et l’approbation de ce plan par un expert indépendant. 

Si c’est un coup d’éclat inhabituel, il reste que QS a dans les faits peu de mordant. Les caquistes étant majoritaires, ils peuvent adopter un bâillon et QS ne pourra pas faire grand chose. Il leur reste l’espoir d’une mobilisation massive dans les rues, mais encore là, ça reste à voir. 

Reste que l’ultimatum de Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé risque d’avoir un impact bien réel: QS et la CAQ avaient la réputation de bien travailler ensemble dans les coulisses de l’Assemblée nationale. Ça pourrait changer. 

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

New York veut notre électricité pis on va être riches, beubé !

Aussi, Joe Biden se lance dans la course (soupir) et Fitzgibbon met sa propre tête sur le billot.