BOUFFE DES STATES (spécial Noël) : On essaie les patates sucrés / yams dans le sirop Southern Style.

Hugo Mudie teste des produits dénichés dans les plus obscurs temples de la grignotine « made in USA ».

Hugo Mudie, inventeur de la pouzza (fusion entre la poutine et la pizza) et Grand-Duc du glutamate met son expertise au profit des lecteurs d’URBANIA dans cette série où il testera pour vous des produits dénichés dans les plus obscurs temples de la grignotine de niche made in USA. Voici BOUFFE DES STATES.

Cette semaine, pour célébrez les festins du temps des fêtes, il goûte pour la première fois aux patates sucrés dans le sirop Southern Style.

J’ai souvent souhaité habiter en Floride ou du moins dans le Sud des États-Unis. Pas parce que je trippe sur les Américains et leurs fusils, mais plutôt parce que j’aime la température chaude et humide, la plage, les vieux chars décolorés par le sel de mer, les peanuts bouillis, et la musique country. J’ai eu un trip cowboy qui à duré quelques années. À un moment donné ma blonde m’a dit que j’avais l’air d’un maillet avec mon chapeau de cowboy et ma chemise country à Montréal en février. J’ai rien contre les maillets, mais j’aime que ma blonde me trouve beau.

Je me suis dit que patates et sirop sont assurément une recette très safe pour servir à Noël dans le Sud entre 2 rondes de shotguns sur une vieille carcasse de char dans cours. Les enfants arrêter de faire exploser l’arbre où vous avez collé la photo de Rose Macgowan, c’est le temps des cadeaux! Ah noooooooon! J’ai eu un fucking livre ! 

Mais la vraie raison pour laquelle je suis pas devenu totalement éleveur de taureaux en Alabama, c’est parce que je me disais que Noël dans le Sud des États-Unis c’était de la marde. Y a pas de neige first. Tu peux pas passer la soirée à regarder par la fenêtre pour voir la lune briller sur une grande couverture de neige blanche et pure, hallucinant le son des clochettes des rennes qui flyent dans le ciel. Je ne veux pas voir Le Père-Noël en chemise hawaïenne. Qui dit chaleur intense à Noël, dit réveillon avec de la bouffe totalement différente qui n’a pas pour but premier de réchauffer les cœurs. Donc, pas de crème de menthe, pas de dinde fumante ou de sirop d’érable chaud sur un quatre étages de crêpes tendres. Les grignotines d’un party des Fêtes dans le Sud des États-Unis pourraient être glacées et je n’accepte pas de manger une bombe 3 couleurs le 25 décembre St-Ciboire. Jésus n’était pas fait en crème à glace.

Je reste donc ici et je grignote avec aisance et respect pour le Christ. Malgré ce fait, mon intérêt pour la bouffe des States, plus particulièrement, le sud du pays d’Oncle Sam m’intéresse toujours beaucoup. Curiosité morbide ou intérêt véritable, je ne le sais plus depuis l’avènement de la toile.

Quand j’y allais en tournée à l’époque des sacrés Sainte Catherines, je plongeais dans les trucks-stop et 7 Eleven ensoleillé, mais aujourd’hui je demande à du monde de me ramener des shits pour combler la soif de connaissances de mes lecteurs. J’ai donc essayé pour vous, chers voyeurs, les Patates Sucrées dans le Sirop ( YAMS ) de la compagnie Bruce’s, à la façon REAL SOUTHERN STYLE. Je me suis dit que patates et sirop sont assurément une recette très safe pour servir à Noël dans le Sud entre 2 rondes de shotguns sur une vieille carcasse de char dans cours. Les enfants arrêter de faire exploser l’arbre où vous avez collé la photo de Rose Macgowan, c’est le temps des cadeaux! Ah noooooooon! J’ai eu un fucking livre ! 

 

À la première bouchée, je me suis demandé si j’avais fait une erreur et j’ai relu l’étiquette. Est-ce que j’étais supposé ajouter quelque chose pour que ça goute de quoi ? Est-ce que j’étais censé faire une sauce à part ? Y’est où le fucking sirop ? Rien de rien, j’avais suivi le modèle à coller à la lettre. 

La photo sur la canisse me donnait l’impression de gens de patate enrobés de caramel. La photo était vraiment convaincante et ça m’a rappelé que ça faisait longtemps que je n’avais pas été chez ma grand-mère Mémé à Anjou me mettre une poignée de Werther’s Original dans les poches. L’emballage disait «  NO PRESERVATIVES/ NO GMO » et selon la photo, je me disais que c’était impossible d’arriver à une patate reluisante orange, sans qu’il y ai des produits que nous tuent à petit feu à l’intérieur. Y’avait aussi un dessin de patate douce écrit YAMS dessus en gros. J’ai donc fait mes recherches. What the fuck is YAMS ? En gros, c’est quelque chose qu’on pense être souvent une patate douce et vice-versa, mais qui ne l’est pas. Ça vient d’Afrique et D’Asie et c’est plus tendre qu’un patate douce. Apparemment qu’il y a une grosse confusion entre les deux légumes. Un peu comme les Frères Caouette. C’est lequel Sonny et c’est lequel Eric ? Personne ne sait, mais les deux sont moins bons que Kaïn. Même shit pour YAMS / patate douce, mais remplace Kaïn par frites.

J’ai ouvert la canisse. J’avais déjà soupé alors j’avais déjà pas très le goût de manger tout court. À ma grande surprise, l’intérieur de la conserve contenait ce qui semblait être des patates plus brunes qu’oranges, baignant dans de l’eau de bain, post-trempage. Rien de très appétissant. J’ai suivi les directives de cuisson en me disant qu’il y aurait peut-être une réaction chimique qui transformerait cette eau de bain sale en délicieux sirop caramélisé par la force de la chaleur. J’ai fait bouillir le contenu et j’ai regardé la magie de la chimie opérer. Je m’attendais à quelque chose d’aussi hot que des Mentos dans un 2L de RC COLA. Copperfield était en vacances. Fuck all arriva. J’ai regardé le liquide bouillir sans jamais changer de couleur ni de texture. Mes patates brunes dans l’eau de bain étaient maintenant chaudes.

J’ai pris ma petite cuillère de bois et je me suis servi une petite portion dans une petite tasse à thé David’s Tea. À la première bouchée, je me suis demandé si j’avais fait une erreur et j’ai relu l’étiquette. Est-ce que j’étais supposé ajouter quelque chose pour que ça goute de quoi ? Est-ce que j’étais censé faire une sauce à part ? Y’est où le fucking sirop ? Rien de rien, j’avais suivi le modèle à coller à la lettre.

J’ai eu honte pour Bruce. Comment tu peux vendre ça et faire passer un mensonge pour de la nourriture ? J’avais l’impression de prendre une bouchée dans du sable semi-mouillé avec lequel ma fille de 8 ans aurait fait «  une recette » sur la beach à Plattsburgh et pour vraiment embarquer dans son jeu, j’en aurais mangé pour de vrai. On dirait que c’était un prétexte pour manger de l’eau sucrée. Tout simplement.

On dirait vraiment de la nourriture pour quelqu’un qui n’a jamais rien mangé de sa vie sauf de la terre, des roadkills et des verres de terre, étant élevé par une famille de loups sauvages.

On dirait vraiment de la nourriture pour quelqu’un qui n’a jamais rien mangé de sa vie sauf de la terre, des roadkills et des verres de terre, étant élevé par une famille de loups sauvages. Pour ne pas trop le perturber et qu’il vire sur le casque, on lui sert un genre de bouillie qui contient quelques vitamines, mais comme c’est trop deg, on ajoute un p’tit gout sucré pour pas que l’homme-loup puke.

Si on me sert ça à Noël dans le Sud, non seulement j’y vais plus jamais, mais j’apprends à tirer du gun et je shoot les 2 mains du monstre qui salit la réputation du concept même de nourriture avec cette bouette qui mérite d’être déversée dans la litière de son chat redneck.

-800 / 10

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Microbrasserie du mois : Le Trèfle Noir

Le Trèfle Noir en trois bières.

Dans le même esprit