Boss de la toponymie à Montréal

La Ville de Montréal nomme en moyenne 35 nouvelles rues par année. Historien et urbaniste de formation, Dominic Duford reçoit les requêtes (parfois pas d’allure) des citoyens qui veulent mettre leur grain de sel dans le patrimoine urbain.

Ce texte est extrait du Spécial RUE, en kiosque dès maintenant ou disponible en version PDF sur la Boutique Urbania.

Qu’est-ce que l’ensemble des noms de rues nous dit sur Montréal?

Ils laissent des traces de différentes époques. Par exemple, il y a une rue de l’Hôpital dans le Vieux-Montréal, mais il n’y a plus d’hôpital. C’est le nom qui nous dit ce qu’il y avait sur place. Au milieu du 19e siècle, les rues ont été nommées d’après les propriétaires terriens, leurs familles. Et si on regarde dans le quartier NDG, les choix qui ont été faits au début du 20e siècle sont inspirés de villes d’Angleterre. Sur le plan historique, c’est très riche comme information.

Comment s’y prend-on aujourd’hui pour nommer une rue?
Soit on a un lieu à nommer et on doit lui trouver un nom, soit, à l’inverse, on « reçoit » un nom pour lequel on veut trouver un lieu. On évite aussi de changer le nom d’une rue, parce qu’on veut que la toponymie conserve sa mémoire.

Est-ce que vous recevez beaucoup de propositions de noms?

Oui, on en reçoit de toutes les sortes. Surtout quand un artiste décède, comme c’est arrivé avec Oscar Peterson ou Lhasa de Sela. On a une banque confidentielle dans laquelle on verse les noms qui mériteraient d’être ajoutés dans la toponymie, mais pour lesquels on n’a pas de lieux. On en a au-delà de 500.

Qu’est-ce que les gens veulent commémorer aujourd’hui?
Les personnages les plus connus du grand public dans les domaines de la culture, de la politique et des sports. Et on va essayer d’inclure à ça d’autres noms qui sont moins connus, comme des scientifiques qui ont fait des avancées incroyables et qui viennent de Montréal, ou ont travaillé ici.

Ce texte est extrait du Spécial RUE, en kiosque dès maintenant ou disponible en version PDF sur la Boutique Urbania

Photo : Daphné Caron

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Le dernier Noël

Les fêtes dans une maison de soins palliatifs.

Dans le même esprit