Baiser les jets du gouvernement Harper…

J’aimerais vraiment être «  hop la vie !  » en ce lendemain de marathon de sexe (oui, oui ! Demande à ta mère !), mais non… le moral n’y est pas…

Bon lendemain de Saint-Valentin! J’espère que la nuit a été longue et chaude ou, si vous êtes un(e) de ces irréductibles célibataires qui nous casse les oreilles depuis hier avec leurs billets de blogue et/ou chroniques reprenant à peu près le même refrain – « Nooooon! Rien de rieeeeeen! Noooooooon! Ça ne me fait rieeeeeeeen! » -, j’espère que vous aurez tout de même trouvé quelques heures de sommeil entre vos séances de « pleurnicharge » ponctuées de « Il/elle va revenir! »

Hey désolé! J’en suis qu’à deux paragraphes et je me tombe déjà sur les nerfs (pourtant – comme vous le savez sûrement à force de me lire, je suis mon plus grand fan). C’est qu’à l’heure d’écrire ces lignes, je lis que l’Ouest du Canada, le fameux « ROC » qui a élu le gouvernement Harper ™, est maintenant plus populeux que l’Est. Ce qui signifie aussi un plus grand pouvoir politique (plus de votes) et davantage de ressources (plus de ressources). Avez-vous « scoré » hier? Je l’espère! Faut repeupler pis ça presse!

Pire encore, la CBC annonçait hier matin que l’honorable Julian Fantino, le ministre associé de la Défense nationale, et ses sbires gardent le cap et prévoient toujours acheter 65 avions de combat même si la facture pouvait passer de 16 à 30 G$ alors plusieurs pays, dont nos voisins d’en bas, revoient leurs commandes à la baisse chez le fournisseur Lockheed Martin.

65 jets pour le Canada! Ainsi, le pays réputé comme étant le plus poli de la planète – si j’en crois les clichés des séries télé américaines du moins…  – veut se procurer un « coat de cuirette » foutrement cher pour avoir l’air d’un dur à cuire? Yep!

Pourquoi? Est-ce que le Saguenay brûle comme Athènes? Est-ce qu’on va nous envahir pour s’emparer de nos compteurs d’électricité intelligents? Est-ce que Mike Ward a fait une blague épicée sur la Corée du Nord? Est-ce des mesures préventives au cas où le Canadien ne ferait pas les séries (si c’est le cas, ce n’est pas assez!), est-ce qu’on a assez de pilotes pour remplir ces sièges de jets, en fait?! Les voies du Gouvernement Harper ™ sont impénétrables!

Mine de rien, 60G$, c’est…

–    Une équipe de hockey réunissant de grands noms comme Roberto Luongo, Vincent Lecavalier (10 M$ en 2010-2011), Sydney Crosby, Alexander Ovechkin (9M$ en 2010-2011) et Scott Gomez (OK, mauvais exemple) puis au moins une douzaine d’amphithéâtres pour Québec. Bien sûr, vous me direz que mes chiffres datent et que le plafond salarial fait en sorte que patati et patata, mais bon, si Réjean Tremblay peut s’en permettre, moi aussi!
–    Trois drinks au Metropolis et deux billets pour le nouveau spectacle de Patrick Huard (OK, j’exagère… à peine!)
–    Un incroyable cadeau du ciel pour la SRC qui, après des coupures draconiennes de 171 M$ en 2009, en prévoit de nouvelles. Imaginez l’équipe d’Infoman pourrait maintenant se payer les délires qu’elle souhaite, Studio 12 pourrait survivre malgré sa case horaire douteuse et les valeureux journalistes d’Enquête pourraient pousser leurs sujets davantage. Malheureusement, j’imagine que ça assurerait aussi la pérennité d’À la semaine prochaine, mais bon…
–    Une série de suites au film célébré Monsieur Lazhar (produit à l’aide d’un budget de 3,6 M$). Imaginez! Le retour de M. Lazhar, M. Lazhar rencontre Paul au parc, Bon cop, Bad M. Lazhar, M. Lazhar contre les extra-terrestres, Nuit #1 avec M. Lazhar…
–    Le Huffington Post Québec, Voir, Urbania et un paquet d’autres portails feraient de nombreux heureux et couperaient le sifflet à leurs détracteurs.
–    Y’aurait pas de grève étudiante en cours (le gouvernement pourrait  même offrir des manteaux Canada Goose et des portables Apple aux étudiants poursuivant des études supérieures)*
–    Au moins un pont pour réunir la Montérégie et Lanaudière (500 M$), voire 11 ponts (5 G$ chacun) réunissant Montréal et la Rive-Sud.
–    Un méchant fonds de recherche pour financer les recherches et la construction d’une série de Rapidotrons – le fameux téléporteur permettant à Robin et Stella de se déplacer d’un endroit à l’autre à pied et en quelques secondes – et, ainsi, en finir avec cette guéguerre dans le Plateau.

Mais non, ces 65 G$ seront investis dans l’achat de très utiles jets de combat. Un plan qui, malgré les reproches – à lire : le dossier touffu d’Embassy Magazine à ce sujet, ira de l’avant car les opposants à ce projet « vont contre tout ce qui est saint et décent »  selon M. Fantino. Ayoye! Si Dieu le dit…

Alors qu’on peine à ramener nos soldats au pays et, pire encore, à les encadrer à leur retour, on ne se contente plus de préparer une guerre, mais bien une croisade. Pire encore, l’électorat qui a mis ce gouvernement au pouvoir a maintenant plus de poids!

Chers lecteurs, en ce lendemain de Saint-Valentin. Je vous invite à lancer des clins d’œil, à vous inscrire à un site de rencontre, à tendre les cuisses et, surtout, d’être fiers de descendre votre braguette.

Oui! Au nom de notre province fleur de lysée, je vous invite à faire grincer ce lit beaucoup plus souvent et à lancer des « Encore! EN-CORE! » défiants!

Pas de doute, baiser au Québec est maintenant un acte politique. Aux verges, citoyens! Il faut repeupler,  car l’heure… est grave!

* : Juste au cas où la blague passerait mal : j’appuie la grève. Je ne fais que ressasser de gros clichés aperçus maintes fois sur les memes universitaires qui circulent en ce moment. Si vous faites un sapristi de « lipdub » pour faire valoir votre cause, par contre, vous me perdez le temps de mimer « Mazel tov! ».

Pour suivre l’auteur sur Twitter : twitter.com/andredesorel
Pour suivre l’auteur physiquement : il se tient dans le coin de Rosemont

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Carnets intimes de la députée : faire éclore la tendresse

Jeudi 4 avril 23h Je suis allée chercher les enfants trop tard, épuisée tout autant qu’elles. La culpabilité me twistait le ventre : il […]

Dans le même esprit