Adam Yauch un jour, Adam Yauch toujours

Vous admirez les Beatles? Vous êtes en transe extatique devant Pink Floyd? Vous ne pouvez refréner ce hochement de tête contagieux que procure l’écoute des plus grands tubes des Rolling Stones? Je ne suis fan d’aucun de ces groupes. Si j’avais à effectuer une sélection, mon équipe de rêve se composerait plutôt de Beastie Boys, Blink-182, et Underoath. Bien que j’écoute maintenant les deux derniers de façon plus aléatoire, il n’y a pas une semaine qui passe sans que Mike D, Ad-Rock, et MCA me soufflent les effluves d’un tas de souvenirs ayant un lien direct avec l’écoute de leur musique, et ce, à un moment ou à un autre de ma vie. Des après-midi de mon adolescence à faire du skate au son de « Sabotage », fast-forward à l’automne 2007 où je suis arrivé trente minutes trop tard pour des billets au parterre, jusqu’à aujourd’hui, je suis toujours resté fidèle. Comme des milliers d’autres, j’attendais avec impatience la deuxième journée de l’édition 2009 du festival Osheaga, où les Beastie Boys devaient initialement prendre la scène d’assaut. L’histoire en a voulu autrement alors qu’hier, Adam Yauch (MCA) nous annonçait le plus simplement du monde qu’il avait le cancer via un vidéo sur YouTube. Dans un message qui se voulait rassurant sur son état de santé, MCA repoussait les limites de l’humilité, allant même jusqu’à s’excuser du report des dates de concerts à venir et de la parution du nouvel album, “Hot Sauce Committee PT.1”, qui était à l’origine prévu pour le 15 septembre prochain. Nous avons ici l’exemple parfait de la proximité qu’offre les médias sociaux. En moins d’une heure la nouvelle avait déjà fait le tour du monde sur Facebook, avait été re-twitté à satiété sur Twitter, et tout ça bien avant que les principaux organes de presse emboîtent le pas. Inquiétant? Non, cela démontre tout simplement que le journalisme-citoyen, lorsqu’il est utilisé à bon escient, peut-être un excellent canal de communication. Listen all of y’all it’s a sabotage…

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up