Jules Delorge

Où créativité et technologie s’entrecroisent

L'Abitibi-Témiscamingue ne laisse pas sa place dans le domaine numérique et interactif.

URBANIA et Avantage numérique s’unissent pour vous faire découvrir l’Abitibi-Témiscamingue sous un tout autre jour !

Au cas où vous ne le saviez pas, il n’y a pas que les grands centres urbains qui peuvent être des pôles de développement en numérique et autres technologies. Bien nichée dans son Bouclier canadien, l’Abitibi-Témiscamingue n’a rien à envier aux autres régions quand il s’agit d’innover et d’être créatif.

À preuve : pour une troisième année consécutive, le Petit Théâtre du Vieux Noranda, à Rouyn-Noranda, a récemment accueilli en ses murs le Laboratoire de création sur l’interactivité, une initiative découlant de la collaboration entre le Petit Théâtre et l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT).

Bien que le Lab ait eu un franc succès, c’est loin d’être la seule initiative numérique digne de mention dans la région, où ce genre d’activité gagne constamment en popularité. Grâce à l’UQAT, qui forme des créateurs du numérique au premier et au deuxième cycle, et à des organismes culturels qui s’investissent énormément dans le domaine, l’Abitibi-Témiscamigne a su s’illustrer, et elle est de plus en plus reconnue comme un lieu propice au développement et au succès d’initiatives technologiques.

Profiter de la vague

Selon Valentin Foch, chargé de projet en recherche et numérique au Petit Théâtre du Vieux Noranda, plusieurs facteurs expliquent ce fourmillement d’activités. D’abord, l’intérêt croissant pour le numérique, aussi bien localement qu’à l’échelle de la planète, crée de plus en plus d’occasions d’échanges et de développement pour les chercheurs et créateurs de la région qui désirent percer dans le domaine.

De plus, le contexte régional offre certains avantages. En Abitibi-Témiscamingue, il règne une belle culture d’entraide, et la proximité entre les différents acteurs du milieu facilite grandement l’éclosion et la réalisation des projets, estime M. Foch.

Ça bouillonne à Rouyn

Mais revenons au Laboratoire de création sur l’interactivité. Agissant comme un réel incubateur de projets, le Laboratoire rassemble chaque année des étudiants à la maîtrise en création numérique et des artistes professionnels, venus d’un peu partout au Québec et même de l’étranger, pour une semaine de recherche et de cocréation.

Le Laboratoire rassemble chaque année des étudiants à la maîtrise en création numérique et des artistes professionnels, venus d’un peu partout au Québec et même de l’étranger, pour une semaine de recherche et de cocréation.

Selon Jean-Ambroise Vesac, enseignant, artiste numérique et initiateur du projet, ce genre d’activité répond à plusieurs objectifs, dont celui de mettre les étudiants dans un contexte où ils doivent faire face à des exigences et à des contraintes qui ressemblent à celles du monde professionnel. De plus, le fait de travailler avec des artistes qui ne font pas partie du cadre scolaire et de devoir présenter leur travail sous la forme d’une exposition publique contribue grandement à rehausser le niveau d’engagement des étudiants, selon M. Vesac. C’est également une belle occasion pour eux de mettre concrètement leurs connaissances en application tout en expérimentant de nouvelles façons de faire.

Artistes et public également ravis

Ce type d’activité est également très enrichissant pour les artistes puisqu’il les amène à élargir leurs horizons et à découvrir les façons dont les outils technologiques peuvent s’intégrer à leur pratique artistique. D’ailleurs, à la suite d’un appel de candidatures lancé en novembre dernier, près de 50 artistes ou groupes d’artistes ont dit vouloir participer au laboratoire de création. Parmi les candidatures reçues, cinq ont été sélectionnées.

Au terme de cinq jours de réflexion, de tests et de production, les créations qui ont émergé de ce laboratoire ont été présentées au grand public, le 1er février dernier, lors d’un 4 à 6 en formule déambulatoire.

Des œuvres à la fois ludiques et philosophiques où le réel et le virtuel s’entremêlent et où les spectateurs sont aussi parfois performeurs : voilà devant quoi se sont retrouvés les quelques centaines de personnes qui ont franchi les portes du Petit Théâtre pour découvrir le résultat de cette semaine de création.

Tout comme les membres de la communauté de Rouyn-Noranda et des environs, l’équipe d’URBANIA a eu la chance de vivre cette expérience immersive inspirante, déstabilisante et enrichissante en testant les différentes installations. Des œuvres à la fois ludiques et philosophiques où le réel et le virtuel s’entremêlent et où les spectateurs sont aussi parfois performeurs : voilà devant quoi se sont retrouvés les quelques centaines de personnes qui ont franchi les portes du Petit Théâtre pour découvrir le résultat de cette semaine de création.

Rayonner dans le monde

Parmi les projets réalisés figurait celui d’Anne Lerognon, sculptrice depuis plus de 30 ans et venue tout droit de France pour participer au laboratoire. Durant cette semaine de création, Mme Lerognon et son équipe d’étudiants ont conçu un dispositif faisant appel à la réalité augmentée afin de créer un environnement virtuel visuel et sonore autour d’une sculpture réalisée par l’artiste.

Selon Mme Lerognon, l’intégration du numérique à son art a permis de donner une plus grande profondeur à sa création. Par ailleurs, même si c’était la première fois qu’elle essayait ce type d’approche, elle dit souhaiter explorer les possibilités d’intégrer davantage les outils technologiques à sa pratique artistique à son retour en Europe – une belle preuve qu’une activité de ce genre peut avoir une influence au-delà des frontières de la petite ville de Rouyn-Noranda, où elle s’est tenue.

*********

Vous n’avez pas pu assister au Laboratoire de création sur l’interactivité ? Pas de problème : UBISOFT, URBANIA et L’OPÉRA IMMERSIF GLORIA seront à Rouyn-Noranda du 11 au 14 mars 2020 pour le FORUM AVANTAGE NUMÉRIQUE 2020. Cet événement regroupera les milieux du savoir, de la culture et des affaires pour discuter des technologies numériques lors de différents ateliers, conférences et présentations de projets. Allez-y en grand nombre !

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

« Restez à la maison » ça veut dire quoi pour ceux qui n’en ont pas ?

«La plupart des gens se disent : qu’on meure aujourd’hui ou demain, qui va s’en soucier?», lance Ray qui fait du bénévolat depuis […]

Dans le même esprit