5 nouveautés à regarder sur Netflix en août

WOOHOO ! MINDHUNTER EST DE RETOUR !

Vous rappelez-vous l’époque où on coupait tous le câble pour passer à Netflix parce que ça coûtait moins cher et que la sélection de films et de séries télévisées était presque infinie?

Ça ne fait que quelques années, mais la course à la domination des plateformes de streaming est maintenant belle et bien en branle chez les diffuseurs. Il y a maintenant Crave, Sundance Now, Criterion Channel, Tou.tv et plusieurs autres. On est de retour à la case départ et notre divertissement nous coûte encore tout aussi cher qu’il y a 10 ans. 

La sélection mensuelle Netflix s’en ressent de plus en plus, mais la plateforme fétiche des cord-cutters trouve le moyen de continuer d’offrir du contenu de qualité à travers un océan de séries cheap et de films inconnus. En voici 5 à ne pas manquer en août:

Overlord (2 août)

Bon, un autre film de zombies. 

Oui, mais celui-là se démarque des autres par la qualité de son écriture. Produit par J.J. Abram lui-même, Overlord raconte l’histoire de soldats coincés derrière les lignes ennemies la veille du débarquement de Normandie et qui se retrouvent confrontés à des sujets d’expériences macabres.

Ce qui rend ce film intéressant, c’est que personne ne doit sauver le monde. Les personnages principaux doivent survivre la nuit et, si possible, neutraliser la menace surnaturelle qui plane sur les troupes. Contrairement à trop de films de zombie, Overlord ne vise pas à faire de discours vagues sur l’humanité et à avoir un impact émotionnel, mais juste à divertir et ça fait du bien en tabarouette. C’est bizarre à dire, mais les zombies se prennent trop au sérieux dernièrement. 

 

Dunkirk (12  août)

À la base, ce film a été pensé pour l’expérience en salle. L’histoire est un peu «lousse» (ça raconte l’histoire de la bataille de Dunkerque vu de différentes perspectives), les scènes sont énormes, il y a beaucoup de personnages et ça pète de partout. C’est un film hyperactif qui transpose extrêmement bien l’expérience d’être du côté perdant d’une bataille militaire sans la raconter de manière littérale. 

Personnellement, j’ai un faible pour ce film à cause du personnage de M. Dawson. Sans rien vous spoiler, je vous avoue avoir un faible pour les personnages en quête d’une rédemption qui leur est impossible d’obtenir. Faites confiance à Christopher Nolan sur ce coup. Il n’a pas perdu sa touche de magie. 

Mindhunter, saison 2 (16 août)

Ma série préférée sur Netflix est de retour! *fist pump* On en sait encore très peu sur la deuxième saison du projet chouchou de David Fincher et du créateur Joe Penhall: l’enquête portera sur les meurtres d’enfants à Atlanta entre 1979 et 1981et Charles Manson fera partie des personnages interrogés. On ne sait pas encore si l’enquête sur le BTK Killer de la première saison se poursuivra. Ça leur a quand même pris près de 30 ans à l’attraper.

Ce qui est bien avec Mindhunter, c’est son approche atypique et inconfortable de la violence. La première saison ne montrait presque aucune scène ouvertement violente, mais le peu de détails qu’on voyait à l’écran pesait toujours extrêmement lourd dans la balance. Après une absence de deux ans, j’espère que la série saura se renouveler sans perdre son ton si unique.

 

Blade Runner 2049 (26 août)

Faire une suite à un grand film, c’est d’habitude une très, très mauvaise idée. Y’a des choses dans la vie qui sont parfaites comme elles le sont et qui ne devraient pas être retouchées. Le Blade Runner original est basé sur un roman de Philip K. Dick qui est décédé quelques mois AVANT la sortie du film et rouvrir le travail d’un auteur, c’est encore plus dangereux. 

Contre toute attente, Denis Villeneuve y arrive. Blade Runner 2049 est plus grand, plus ambitieux et surtout très différent de son prédécesseur. Il y apporte des réponses sans changer sa signification. C’est très évident qu’on a donné les clés du projet au réalisateur québécois et qu’il y a eu un minimum d’intervention de la part du studio. Ce n’est peut-être pas aussi révolutionnaire que le premier sur un point de vue philosophique, mais c’est une belle continuation de la réflexion. 

 

Flatliners (31 août)

Oubliez le remake qui se prend beaucoup trop au sérieux, avec Ellen Page et Diego Luna. L’expérience Flatliners, c’est 1) Les monstrueuses coupes Longueuil de Kevin Bacon et Kiefer Sutherland 2) des étudiants casse-cous et horny qui ont une idée de marde et 3) une histoire qui parle de la mort d’une autre façon.

Les films américains ont la fâcheuse habitude de contourner la mort dans leurs histoires: où les personnages disparaissent sans conséquence, ou bien elle n’existe tout simplement pas. Ici, le portrait de la mort est pas mal plus compliqué et intéressant, même si le film ne se prend pas vraiment au sérieux. 

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up