Thanh Tran

5 mythes sur la survie en nature à oublier une fois pour toutes

Ça donne envie de garrocher notre vieux guide de survie aux poubelles.

URBANIA et MEC s’unissent pour vous aider à rester en vie.

Il arrive parfois que notre vie citadine s’enfonce un peu trop dans le confort et la sécurité. On oublie notre connexion avec la nature et on oublie à quel point elle est souvent plus forte que nous.

Et si jamais il arrive qu’un jour on se retrouve perdu en nature, on ne sait souvent pas comment se débrouiller. Souvent, nos sources d’information sur les trucs de survie sont de vieux guides dépassés ou des films hollywoodiens, et on finit par se retrouver avec des informations erronées. Dans la vraie vie, à moins que vous ne soyez Liam Neeson, vous ne risquez pas de pouvoir tuer des loups à mains nues pour vous faire un manteau. C’est pourquoi nous avons contacté Guillaume Turgeon-Cazelais de chez MEC (Mountain Equipment Co-op) pour déconstruire certains de ces mythes.

MYTHE #1 : DEVANT UN OURS, IL FAUT FAIRE LE MORT

(Rires) Faire le mort, oui, il y a une grosse partie de mythe là-dedans! En fait, il y a une seule raison pour laquelle on pourrait vouloir faire le mort, c’est vraiment si on se fait charger par un ours, là on peut se laisser tomber par terre, si c’est par exemple une maman ourse avec ses petits. Mais sinon, la plupart des ours ne s’approcheront pas du tout de nous. Au contraire, les sons, la voix humaine, ils vont les entendre d’assez loin et ils vont s’éloigner et se tenir loin.

IL FAUT MONTRER À L’OURS QU’ON N’EST PAS VRAIMENT DE LA BOUFFE.

Même si un ours a faim, l’être humain n’est pas vraiment une proie facile pour lui, alors il ne se rapprochera pas beaucoup. Ce qu’on essaie de faire, c’est d’avoir l’air le plus gros possible, si on a un sac à dos, on le met sur soi, on le met au-dessus de sa tête, on fait des gestes lents en reculant tranquillement et on parle à l’ours, pour montrer à l’ours qu’on n’est pas vraiment de la bouffe, qu’on n’est pas dangereux pour lui, mais qu’on est assez gros pour se défendre si on a besoin.

MYTHE #2 : IL SUFFIT DE FAIRE BOUILLIR DE L’EAU POUR LA RENDRE PROPRE À LA CONSOMMATION

C’est un petit peu plus compliqué que ça. C’est sûr que de faire bouillir de l’eau à gros bouillons, c’est-à-dire qu’on est certain que l’eau a été à 100 degrés [Celsius] partout, ça va tuer tout ce qui est vivant dans l’eau, donc ça va purifier l’eau. Mais si on a des résidus dans l’eau, que ça soit des copeaux, ou des résidus vivants un peu plus gros, du moment qu’on avale ça, ils vont se désintégrer dans le corps, et s’il y avait des trucs de pris à l’intérieur ça peut être quand même dangereux. Souvent, si on a de l’eau à prendre qui n’est pas nécessairement bonne, ça vaut la peine de faire un pré-filtre avant, soit avec ses vêtements ou quelque chose comme ça, pour être certains qu’il n’y a pas de résidus. Idéalement, on essaie de faire ça avec de l’eau courante, on essaie d’éviter les marais, ou les endroits où il pourrait y avoir des animaux morts ou des excréments.

MYTHE #3 : LE PLUS URGENT, QUAND ON SE PERD, EST DE SE FAIRE UN ABRI

Pas nécessairement. Ce qu’on veut essayer de faire, c’est de signaler sa présence. On veut rester sur place, et avant même de commencer à faire un abri (parce qu’il va sûrement falloir se déplacer un peu pour ramasser des choses pour se faire un abri si on a besoin d’en faire un) c’est de délimiter un territoire balisé autour de soi. On veut déterminer un endroit où on va rester, souvent où est-ce qu’on est au moment où on s’en rend compte, et baliser avec tout ce qu’on a pour baliser : souvent, prendre des branches et faire des X, des flèches en direction d’où on est, pour faire en sorte que si quelqu’un nous cherche, il va pouvoir nous trouver plus facilement. Si par la suite on veut faire un abri, on veut pas se perdre en allant chercher du bois!

MYTHE #4 : UN BON TRUC POUR SE RÉCHAUFFER EST DE SE FROTTER LES MEMBRES FROIDS

C’est vraiment pas recommandé. On veut éliminer toute humidité avant toute chose. On ne se réchauffera pas si on est humides, si on a des vêtements humides on veut les enlever. Ça nous prend une source de chaleur quand on est rendus en hypothermie.

ON VEUT ÉLIMINER L’HUMIDITÉ AVANT TOUTE CHOSE

Ce qui va se passer avec le corps en cas d’hypothermie, c’est qu’il va couper ce qui est non-nécessaire. Il va se concentrer uniquement sur les organes vitaux, ce qui fait que tout ce qui est capillaire, l’épiderme, n’aura plus de sang qui va arriver là, ou très très très peu. On n’aura plus de tonus au niveau de la peau, donc on peut se faire des blessures en se frottant.

MYTHE #5 : SI ON SE FAIT MORDRE PAR UN SERPENT VENIMEUX, ON DOIT SE DÉPÊCHER À ASPIRER LE VENIN

Ça, c’est une mauvaise idée. Ce qui risque d’arriver, c’est qu’on va avaler le venin. C’est donc une autre entrée pour le venin. Alors qu’il aurait pu uniquement se retrouver dans le sang, à l’endroit où il pourrait être traité par nos anticorps, l’avaler augmente le risque d’avoir une réaction allergique directement au niveau des voies respiratoires. Ça risque d’aggraver la situation encore plus rapidement.

***
Si vous avez envie vous aussi de vous mettre au plein air, sachez que les conseillers de MEC, qui fête son 15e anniversaire au Québec cette année, sont là pour vous offrir des conseils ainsi que toute une gamme de produits de qualité afin de vous préparer pour vos aventures. Après, il ne restera plus qu’à aller vous amuser!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up