Germain Barre

5 inventions célèbres dues à des accidents

Il n’y a pas que la pénicilline qui a été découverte par erreur !

URBANIA et Espace pour la vie s’unissent pour vous parler des surprises qui font partie du métier de scientifique.

On dit souvent que la nécessité est mère de l’invention. C’est cute, mais ce n’est pas toujours le cas. Une des qualités premières qu’un scientifique ou un inventeur doit posséder, c’est l’humilité. Il ne faut pas avoir peur d’échouer (plusieurs fois, même), et il faut accepter parfois de travailler pour des résultats décevants, voire inexistants.

Cependant, si on est chill avec l’échec, ça signifie qu’on est également ouvert aux possibilités que certains échecs peuvent offrir.

Voici cinq cas où des échecs et parfois des hasards ont permis la découverte de certaines inventions modernes.

  1. L’anesthésie

Tout a commencé quand Joseph Priestley a découvert le protoxyde d’azote en 1772. Le protoxyde d’azote est aussi parfois appelé gaz hilarant. Ça, c’est parce que Humphry Davy en a découvert les propriétés euphorisantes en 1798. Par la suite, c’est un peu devenu l’équivalent du weed dans les partys de maison. Oui oui, vous avez bien lu : au début du 19e siècle, les gens sniffaient du gaz hilarant dans les partys pour se faire du fun!

Oui oui, vous avez bien lu : au début du 19e siècle, les gens sniffaient du gaz hilarant dans les partys pour se faire du fun!

En 1844, dans un de ces partys, le dentiste Horace Wells a observé qu’un de ses amis qui avait un peu trop consommé de gaz hilarant s’était pété la face en tombant, récoltant ainsi une plaie sur la jambe. Mais vu tout le gaz qu’il avait sniffé, il ne s’était même pas aperçu qu’il saignait, parce qu’il ne semblait pas ressentir de douleur.

Horace Wells a donc décidé d’utiliser le protoxyde d’azote pour certaines interventions, mais il a un peu fait ça tout croche et le concept d’anesthésie a pris un certain temps avant de se raffiner et de devenir sécuritaire.

Cela dit, on aurait aimé assister à ces partys de sniffage de gaz; sérieux, ça avait l’air lit!

  1. Le Slinky

Un des jouets les plus populaires en Occident a vu le jour sur un navire. En 1943, l’ingénieur naval Richard James travaillait sur un bateau à la conception de ressorts permettant de stabiliser des objets fragiles contre le roulis des vagues. Un jour, Richard a par mégarde échappé un des ressorts et l’a regardé, médusé, tomber en rebondissant sur son bureau, puis par terre.

Richard a apporté sa découverte à la maison et, avec sa femme, y a vu un fort potentiel de commercialisation comme jouet. À peine deux ans plus tard, en 1945, le Slinky se retrouvait au sommet des ventes de cadeaux de Noël.

  1. La couleur mauve

En 1856, William Perkin avait 18 ans et exerçait la profession de chimiste. Moi, à 18 ans, j’écrivais des poèmes pour un gars qui ne savait pas que j’existais et qui est aujourd’hui gérant dans un Sport Expert. Bref.

William Perkin cherchait à créer une version synthétique de la quinine (un remède contre la malaria) quand une de ses expériences a produit un liquide épais et foncé qui teintait les étoffes d’une couleur mauve intense comme qu’on n’en avait jamais vu. Le mauve était né.

La couleur est devenue tellement populaire que la reine Victoria elle-même a porté une robe mauve au mariage de sa fille.

La couleur est devenue tellement populaire que la reine Victoria elle-même a porté une robe mauve au mariage de sa fille.

Et c’est pas tout! Demandez-moi pas comment, mais les travaux du jeune Perkin ont éventuellement permis au bactériologiste Paul Ehrlich de faire avancer les recherches dans le domaine de l’immunologie et de produire les premiers traitements de chimiothérapie, ce qui lui a éventuellement valu un prix Nobel.

Faque quand les Denis Drolet chantent Le Collier mauve, sachez que, sans le savoir, ils font référence au cancer et au Prix Nobel.

  1. Les Post-it

Tsé des fois, t’essaies des affaires, tu mets beaucoup d’efforts dans un projet et ça donne des résultats exactement contraires à tes objectifs? Un peu comme les gars qui envoient des photos non sollicitées de leur truc nu en espérant séduire une fille. Ben c’est ce qui est arrivé à Spencer Silver en 1968. Il n’a pas envoyé de photo compromettante à qui que ce soit : il effectuait plutôt des recherches en laboratoire pour trouver une formule de colle extra-forte. Sauf qu’une de ses expériences a donné une colle qui adhère assez pour faire tenir un morceau de papier sur une surface, mais qui se décolle facilement sans laisser de trace.

Un collègue de Silver a eu l’idée de mettre la colle sur des bouts de papier – et le Post-it est né. Il aura cependant fallu plusieurs années avant de commercialiser le produit, mais disons qu’on n’y pense plus trop aujourd’hui quand on connaît la popularité de l’invention.

  1. Le Viagra

Avant d’améliorer la vie sexuelle de millions d’hommes, ce médicament était destiné à traiter l’angine de poitrine, une maladie douloureuse qui fait en sorte que le système circulatoire ne distribue pas assez de sang oxygéné vers le cœur. En fin de compte, les patients qui ont essayé le médicament n’ont vu aucun changement concernant leur circulation sanguine – mais ont par contre remarqué un gros changement dans leurs bobettes. Les chercheurs ont donc décidé d’orienter leurs expériences dans cette direction et tada! Vive les tentes en draps!

****

Les chercheurs d’Espace pour la vie connaissent aussi leur lot de « fails » et de mésaventures sur le terrain lors de la réalisation de leurs travaux de recherche. Parce que tsé, ça arrive des ours qui détruisent des pièges d’insectes remplis d’alcool ou de perdre son cellulaire dans le fleuve quand on échantillonne l’eau pour connaître la concentration en terres rares. Ils raconteront ainsi leurs anecdotes à La Nuit des chercheur.euse.s le 15 novembre prochain au Planétarium Rio Tinto Alcan. En plus de leur Bons coups, bad coups!, vous pourrez manipuler leurs pièces à convictions et speed dater ces scientifiques avec pas de bas bruns!

Cliquez ici pour acheter vos billets!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up