5 films et séries télé à regarder quand on est SPM

Quoi écouter pour oublier les crampes, les maux de tête et les hormones en montagnes russes.

Une fois par mois, certain.e.s d’entres nous pourraient avoir besoin d’un petit quelque chose de cathartique, question de se libérer du trop plein d’émotions qui nous fait pleurer (ou rire) pour des riens. Il se trouve que trouver LE film ou LA série parfaite pour purger ses passions est un art pas aussi simple qu’il en a l’air. Il ne faut pas que ce soit trop quétaine, ni trop trash, ni trop dramatique, ni trop compliqué, ni trop bien écrit, ni mal écrit, etc. Ça prend la dose parfaite de répliques qui surprennent et qui font rire, des personnages auxquels on s’identifie automatiquement, qui vivent des drames que l’on pourrait vivre aussi. 

De ce fait, on oublie la science fiction comme Dark ou Stranger Things, les telenovelas comme Jane the Virgin, les comédies intelligentes comme The Office et Silicone Valley ainsi que la majorité des films d’auteurs. Cessez les jugements : ON EST PAS LÀ POUR S’INSTRUIRE GANG, ON EST LÀ POUR RIRE ET BRAILLER. Ça prend de la finesse! De la finesse grosse comme le bras, mais de la finesse quand même. 

Voici donc quelques suggestions de films et de séries qui ont su tirer leur lots de larmes au fil des années. 

To All the Boys I’ve loved Before – Susan Johnson 

À ce qu’on dit, un auteur pourrait écrire toute sa vie en se servant uniquement des émotions vécues durant l’adolescence. C’est pas pour rien qu’on dit ça : crisse que c’est intense être ado. Ce film vous plongera à nouveau dans cette intensité et il le fera de manière très charmante. 

Lara a l’habitude d’écrire des lettres d’amour aux hommes qu’elle aime de loin, sans jamais les leur envoyer. Foncièrement romantique, elle est de celles qui vivent l’amour dans leur imaginaire. Un jour, quelqu’un envoie toutes les lettres aux garçons désignés et Lara doit les confronter un par un. 

Afin de palier à sa gêne, elle demande au plus beau garçon de l’école de faire semblant de sortir avec elle. Autant l’histoire peut paraître clichée à l’os, autant on a l’impression de regarder un film d’ados différent pour plein de raison. La relation qu’elle entretient avec ses soeurs, son père, sa mère décédée et plein d’autres détails bien pensés viendront vous faire pleurer. 

Grey’s Anatomy – Shonda Rhimes

Je suis une fan finie à peine objective, mais pour pleurer à chaudes larmes il n’y a rien de mieux qu’un épisode de Grey’s Anatomy. On dira ce qu’on voudra mais Shonda Rhimes sait comment manipuler nos émotions. Bon, la finesse n’est pas toujours au rendez-vous. Des fois c’est un peu too much, mais en période de SPM, les hauts et les bas de Derek Shepherd et Meredith Grey sont tous ce qui a de plus crédibles, profonds et complexes. 

The Duff – Ari Sandel

Un autre film d’ados qu’on aurait tous aimé voir quand on était réellement ado. C’est l’histoire de Bianca, une fille très intelligente et jolie mais pas aussi jolie que ses deux meilleures amies. Elle se fait dire dans un party qu’elle est la « DUFF » du groupe. Cet acronyme veut dire « Designated Ugly Fat Friend » (l’ami.e gros.se et laid.e du groupe). Selon le garçon qui a le bonheur de lui apprendre l’existence de ce mot, chaque groupe masculin ou féminin a un DUFF. C’est la personne « accessible » à qui personne d’extérieur au groupe n’est intimidé d’aller parler. 

Juste écrire le résumé du film m’est douloureux. À priori, je trouve ça horrible comme message à passer. Mais le film n’est pourtant pas mauvais si on le compare aux Elle a tout pour elle auxquels on avait droit dans les années 90.

  1. Bianca devient vite notre personnage préféré par sa manière de dealer avec cette information. Ses amies, qui sont les plus jolies filles de l’école, ne sont pas des « mean girls », au contraire. Ce qui a le potentiel de nous rendre émotifs lors d’une première écoute est que le scénario nous ramène nos insécurités adolescentes en plein visage. Disons que ça pèse sur les bons boutons.  
  2.  

After Life – Ricky Gervais

Ok j’ai menti, cette série se qualifie pour le côté émotions tout en étant incroyablement bien écrite et drôle. Je vous en parlais d’ailleurs il y a quelques semaines, After Life, le plus récent projet du très célèbre Ricky Gervais a le potentiel de chambouler même les coeurs de pierre. Quand la femme de Tony meurt, ce dernier décide de vivre sa vie pour lui-même, sans faire de compromis puisqu’il a la ferme intention de se tuer. Il sera donc méchant envers tous ceux qui essaient de l’aider. Le facteur «larmes»? Les flashbacks et les épisodes ponctués de vidéo de sa défunte femme qui s’adresse à lui sur son lit de l’hôpital. Rien de mieux pour se rappeler l’éphémérité de la vie et accueillir toute la charge émotive que cette phrase transporte.  

Outlander – Ronald D. Moore

Si vous aimez les histoires d’amour impossible, celle-ci fait partie des meilleures. L’histoire commence quand Claire et Frank sont en vacances dans un petit village d’Écosse. Pour une raison qu’on ignore, Claire arrive malencontreusement à voyager dans le temps et se retrouve en Écosse quelques années avant la bataille qui anéantira les Highlanders. Très amoureuse de son mari Frank, elle a le coeur brisé et veut le retrouver. Mais au fil du temps, elle s’entiche de Jamie, un Highlander mystérieux un peu rustre qui a le coeur au bon endroit. L’histoire est fascinante parce qu’elle se construit autour d’événements historiques réels et les performances d’acteurs sont solides. Si la première saison ne vous fait pas pleurer, n’ayez crainte, ils se rattrapent un peu plus tard. 

Chers amis, vous voilà fin prêt.e.s pour des règles cathartiques. Aux partenaires de vie: merci de continuer de fournir soutien et Kleenex en prenant soin de ne JAMAIS ridiculiser notre émotivité. Parce que même si nous savons pertinemment que les SPM nous mettent dans un état autre, sur le coup on l’oublie tout le temps et il ne faut surtout pas nous le rappeler. 

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up