Depuis que je fais peur aux hommes

Sont-ce littéralement les pénis qui me craignent ?

« Tu dois beaucoup faire peur aux hommes, hein? »
« T’es intimidante, faut être très confiant pour t’aborder. »
« Je serais terrifié d’avoir une date avec toi. »

Trois phrases qu’on m’a dites en très peu de jours. De quoi me plonger dans une remise en question existentielle. Parlez à mes collègues, ils vous confirmeront la chose : j’ai passé la semaine à sonder chaque homme que je croisais. Me daterais-tu? J’te fais-tu peur? Qui tu frencherais en premier entre Freddy Kruger pis moi?

C’est ainsi que j’ai appris que pour certains, une soirée avec un meurtrier qui sévit dans les cauchemars de ses victimes est plus alléchante qu’un tête-à-tête avec ma douce personne.

Pourquoi les hommes ont plus peur de moi que d’un meurtrier à la peau maganée?

Correct. Je peux accepter ça.

Mais revenons à l’expression « faire peur aux hommes ». C’est une bien drôle d’idée, non? Les hommes ont-ils tous les mêmes peurs? Et qu’est-ce qu’un homme?

 

Page suivante : «Parle-t-on de la définition biologique ou d’une vision idéologique de la masculinité?»

——-

document.getElementById('ShopifyEmbedScript') || document.write('');

Je veux dire, sont-ce littéralement les pénis qui me craignent? Ou parle-t-on plutôt de constructions sociales et de normes de genre qui causent une certaine crainte à l’égard des femmes qui rient fort?

Qu’est-ce qu’une femme? Et qu’est-ce que rire fort?

JE SUIS PRISE DANS UN TOURBILLON SANS FIN.

C’est alors que j’hyperventilais en murmurant : « J’veux pas nécessairement plaire à tout le monde, mais j’veux pas non plus effrayer la moitié de la population » qu’une amie a tenu à me rassurer. Selon elle, derrière la phrase « tu fais peur aux hommes » se cache en fait un compliment maladroit : « T’as de la jasette, t’as des opinions, t’es un petit défi pour une personne gênée! »

Sont-ce littéralement les pénis qui me craignent?

Ok. Mettons que cette hypothèse se révélait juste, si on retournait le commentaire, demeurerait-il un compliment? Si je disais à un ami garçon : « Le problème, c’est que tu fais peur aux femmes», est-ce qu’il le prendrait en souriant ou s’il se demanderait plutôt ce qui le rend si creepy?

Je n’ai pas de réponse. On jase.

Peut-être aussi que certaines d’entre nous font littéralement peur aux hommes.

Si un saut est effectué à la seconde où j’apparais dans un champ de vision, je pense que c’est important de me le dire. C’est le genre de choses bonnes à savoir.

Mais ultimement, j’ai un peu l’impression que dans un contexte de chasse amoureuse, on nous demande surtout de ne pas trop afficher d’assurance. De répondre à une certaine vision de la féminité, d’avoir un doux relief et des bras qui ne déplacent pas trop d’air.

J’ai un peu l’impression que dans un contexte de chasse amoureuse, on nous demande surtout de ne pas trop afficher d’assurance.

Je me trompe sûrement. On jase.

En attendant d’en savoir plus, depuis que je fais peur aux hommes…

  • J’évite d’aller au Vatican, de peur de péter l’ambiance ;
  • Je pense me partir un club de discussion avec Lili Boisvert ;
  • Je vérifie régulièrement si ma vulve a des dents. #carnivulve

Pour lire un autre texte de Rose-Aimée Automne T. Morin : « J’ai tenté de séduire le comptable du bureau grâce au langage corporel ».

———–

document.getElementById('ShopifyEmbedScript') || document.write('');

Du même auteur