Après un mois passé à lire, penser et respirer camping, nous n’avons pas encore déterminé s’il s’agit d’une merveilleuse occasion de reconnecter avec la nature ou d’une technique de torture postmoderne.

Parce que le camping, c’est les veillées autour du feu, mais c’est aussi les moustiques, c’est les réveils au chant des oiseaux, mais aussi les ronflements de votre voisin de tente, le grand air, mais aussi les toilettes en plein air. Un adorable paradoxe bien de chez nous, dans le fond.

C’est pourquoi pour le magazine interactif URBANIA publié dès vendredi dans La Presse+, nous nous sommes demandé s’il s’agissait de vacances authentiquement québécoises, si notre envie de s’évader en nature était dans notre ADN. Et aussi, pourquoi on se complique autant la vie?

Nous avons donc discuté avec Julien Roussin-Côté qui a fait de la #vanlife son métier, avec une campeuse qui n’a pas peur de l’hiver, bien au contraire et avec un guide de forêt qui utilise les vertus du feu de camp en gang pour soulager les maux psychiatriques.

Ce mois-ci, URBANIA essaie de démêler les satanés piquets de la tente et part en CAMPING! Si vous êtes sur tablette, c’est par ICI!

Chaque mois, URBANIA bricole un magazine interactif dédié à l’application de La Presse+, puis repris sur le web. Une collaboration de rêve entre la fougue d’URBANIA et la crédibilité de La Presse, pour offrir du contenu inédit aux deux communautés.

Chez URBANIA, on est aussi content que si on s’était fait choisir en premier au ballon chasseur.