Urbania - enqueteshttp://urbania.caTurbulent Media RSS Builder v1.0http://www.rssboard.org/rss-specificationWed, 04 Mar 2015 10:09:44 EST60Salon de la moto de Montréal : vitesse, flammes, cuirSur place, on apprend qu’en ce vendredi soir du Salon, c’est la très attendue «Soirée des femmes» qui bat son plein. Pour souligner l’évènement, les organisateurs ont cru bon attirer la gente féminine avec une affiche de concours aux teintes roses collée sur le plancher. Gracieux.


Seul problème: pas beaucoup de femmes dans le Palais des congrès malgré tous les efforts déployés par le Salon. Une bonne partie d’entre elles sont rassemblées aux alentours de ces deux kiosques au rose prédominant.



Tenue tendance 2015 pour les trippeuses de vitesse.


Autre composante particulière de cette très étoffée soirée féminine : cette moto sensuelle de type talon haut. «T’es mieux de pas t’accrocher les culottes dedans», précise un habitué de la place à sa fille. 


Les motos pleuvent partout dans le Palais. Des modèles vintage attirent l’attention, notamment celui-ci au side car novateur.


En plus d’avoir influencé la pop américaine avec son nu-disco, Daft Punk peut se vanter d’avoir inspiré les mouvances actuelles dans le monde bien sélect des confectionneurs de casques de moto. 


Souffleuses, scooters, motocross, VTT… On se rend rapidement compte que le Salon ratisse large. Du lot, ce véhicule impressionne. 


Grosse section de motos à trois roues (aka spyders) au fond. On apprend que la confrontation est bien réelle entre les motocyclistes et les sypderistes. «C’est sûr que c’est deux cliques différentes», explique un préposé. «Tu diras pas que tu fais d’la moto si tu fais du sypder… C’est sûr que tu vas t’le faire dire !»


Engouement unanime pour la valeur ajoutée du Salon cette année : le jump start du projet de moto électrique LiveWire de Harley Davidson. Ce gars-là sait faire runner la patente comme il faut.


Aperçu des personnes considérables repérées lors de ce prestigieux Salon. N’hésitez pas à vous tagguer.





Moment tendre entre cet homme et ce pneu de motocross. Touchant.


Moment tendre entre cet homme et son reflet dans le rétroviseur. Émouvant.


Beaucoup de kiosques méritent qu’on s’y attarde. Celui-ci transpire la VITESSE.


Véhicule expérimental aux composantes multiples.


Nouveauté chez Cuir Dimitri : des boîtes décrissées les unes sur les autres.


S’il y a bien une affaire que Terminator n’aurait pas mis, c’est bien un petit casque légal.


Malgré toutes ses démarches insistantes, cet oreiller n’est pas capable d’avoir un service convenable. Dommage.


Trouvex l’erreur.


Meilleur ET pire jeu de mots du Salon.


Loin d’être lamentard, le frère à Vincent Guzzo est sur le gros business de motos de luxe. 


Malgré l’ambiance contagieuse qui y règne, ce kiosque demeure très impopulaire. À n’y rien comprendre…


Discussion animée entre trois chaises.


Même s’ils n’ont pas de moteur sur leurs bikes, les trialistes donnent un show au fin fond du Salon sous le regard d’une gang de curieux. 

Aperçus convaincants :


Les échos se multiplient au sortir du Palais des congrès. «Demain soir, on s’en va dans une cabane à sucre, fait qu'à soir, on va prendre ça relax. M’a prendre mon petit sirop pis m’a me coucher après», nous apprend notamment un salonneux. 

Une cabane à sucre le 28 février ? Discutez.

Photos iPod Touch™ 5 et vidéos: Olivier Boisvert
Photos caméra jetable: Didier Charette
]]>
http://urbania.ca/canaux/enquetes/5668/salon-de-la-moto-de-montreal-vitesse-flammes-cuirTue, 03 Mar 2015 11:46:21 ESTOlivier Boisverthttp://urbania.ca/canaux/enquetes/5668/salon-de-la-moto-de-montreal-vitesse-flammes-cuir
Le « lobby » qui veut faire taire la nuit à Paris

« Ce qu’ils sont ? Des aigris, des grincheux, des pétainistes. » Aïe ! Jean-Bernard Meneboo, représentant du bar Le Cox à Paris, l’a mauvaise quand StreetPress lui demande ce qu’il pense de l’association « Vivre le Marais ! ». La pilule n’est toujours pas passée dans son équipe, gérante d’un micro-empire de clubs gay dans le Marais. Car en janvier, l’association de riverains « Vivre le Marais ! » a réussi son plus beau coup en faisant annuler leur permis de construire pour l’ouverture d’une boîte de nuit, rue Pierre-au-Lard (4e arrondissement). Un joli projet qui devait faire danser sur 350 mètres carrés et qui sonne comme une nouvelle défaite pour les proprios d’établissements de nuits. Et ce, au moment où ils sont toujours aussi nombreux à dénoncer le poids des associations dites « de riverains » sur la vie nocturne parisienne.

Car la situation est toujours aussi tendue à Paris entre résidants et noctambules. En 2010, la mairie de Paris avait lancé ses Etats Généraux de la Nuit, censés concilier amateurs de gin tonic et de verveine. Une réaction au beau succès de la pétition « Quand la nuit se meurt en silence », qui avait recueilli 17000 signatures. Initiée par des clubbeurs et des pros du milieu, elle dénonçait « la loi du silence généralisée » qui transformait Paris « en ville morte. »

Leurs résultats : Des fermetures de bars à gogo

Mais deux ans plus tard et malgré plusieurs initiatives, comme les étonnants Pierrots de la nuit (des clowns qui demandaient aux noctambules de faire « chuut ») c’est toujours la guéguerre. En janvier, ce sont 5 bars dans la rue du Faubourg Saint-Denis (10e arrondissement) qui ont encore connu des fermetures administratives pour tapage nocturne, après les très populaires Zéro Zéro (11e) ou le Point Ephémère (10e) les mois précédents. Encore plus fort : Depuis juin 2011 dans le quartier de la Butte-aux-Cailles, très fréquenté par les étudiants universitaires, un arrêté préfectoral (NDLR: l'équivalent français d'un règlement municipal) interdit toujours la consommation d’alcool dans les rues à partir de... 16 heures. « Une mesure digne des mormons! », s’offusque Francis Combrouze, pourtant adjoint au maire du 13e et farouche opposant au règlement.

Leurs méthodes

Joint par StreetPress, Ian Brossat, président du groupe communiste au Conseil de Paris qui avait poussé les « Etats Généraux de la Nuit », est catégorique : c’est d’abord à cause des associations de riverains que toutes ces décisions sont prises et que Paris devient « une ville musée ». Armelle Trouche, à la tête d’une association créée en réaction à l’arrêté de la Butte-aux-Cailles, fulmine, elle, contre « un petit lobby » dont elle dénonce « les méthodes de harcèlement »:  

« Ils écrivent, ils écrivent, ils écrivent! Au maire, à la préfecture! Les gens de la mairie en privé, ils nous disent : “Ils nous emmerdent, on n’en peut plus”. Mais en public, ils ne font rien. » Les buveurs d’apéro sont persuadés que la mairie est à plat ventre devant « lobby », trop soucieuse de perdre les voix de ces résidants « à forte capacité de nuisance ». Comme lorsqu’ils mettent aux fenêtres de leur propriété d’immenses banderoles pour dénoncer la qualité de vie du quartier.

Devant son expresso matinal, Anne Penneau, boss de l’association des résidants de la Butte-aux-Cailles, n’est pas peu fière d’avoir « participé pendant presque un an au travail d’enquête de la préfecture » qui a abouti à la mise en place du fameux règlement interdisant la consommation d’alcool dans le quartier à partir de 16 heures. Celle qui est aussi prof de droit, d’expliquer qu’ elle constitue depuis 10 ans « des dossiers » contre les bars. Avec dedans des photographies d’attroupement et surtout les mesures au sol des terrasses.

Des petits dossiers envoyés au tribunal dont Idris Boukhtouche, patron depuis 22 ans de la Taverne de la Butte, s’estime être la victime : « Il y a eu plus de 4 procès. Ce qui monte au moins à 8 ou 10 avec les appels ! »


En tout, ce sont plus d’une dizaine de bars de la Butte-aux-Cailles qui ont été convoqués au tribunal suite aux plaintes de l’association. Une des plus belles victoires d’Anne Penneau : Avoir réussi à faire fermer la terrasse d’Idris parce qu’elle s’étendait sur un trottoir trop petit de… 1 centimètre par rapport au règlement. Et ce, malgré un avis favorable de la mairie.

« Ce n’est pas du pinaillage! Et puis de toute façon des terrasses de 0,60 centimètres comme autorisé aujourd’hui, c’est beaucoup trop grand », se justifie la quinquagénaire.

Idris, qui a dû « gratter son mur », pour réinstaller une terrasse, envisage de porter plainte pour « harcèlement » devant « l’acharnement » de Mme Penneau.

S’endormir un samedi soir à Paris avant 1 heures du mat’ peut effectivement relever de l’exploit dans certains quartiers. L’association de résidants Accomplir a mis en ligne des textos de voisins envoyés à des gérants de bars qui sentent bon le coup de carabine à plombs à cause du manque de sommeil :

« Faites taire ce connard de barbu : qu’il nous fiche la paix et vous aussi ! » ou encore: « Méfiez-vous des riverains : on en a juste marre de vous, ça va très mal se passer. »

Ambiance assurée... Car si certaines associations de résidants en font trop, les patrons de bars qui font payer 8€ la pinte ne sont pas des anges non plus.

Mais c’est un projet messianique qui dépasse largement le sujet du tapage nocturne que portent certaines associations de riverains. Anne Penneau, par exemple, de se voir comme « le jardinier qui prend soin des arbres, pas pour lui, puisqu’il va mourir, mais pour les générations futures. » Une bataille qui se mène pêle-mêle contre « la mondialisation » :

« On est inféodé à une concurrence mondiale quand on nous dit que Paris n’est pas assez attractif par rapport à Berlin. »

...Et aussi contre la finance :

« En ces temps de crise, il faut mieux que les gens se bourrent la gueule plutôt qu’ils réfléchissent. »

Un discours à la limite de la paranoïa qui ressurgit quand il est question des pouvoirs publics :

« Ils parlent tous d’une même voix ! La police, la mairie, les gens d’affaires. C’est évident qu’ils marchent ensemble! Ils ne veulent pas qu’on touche à leurs espoirs de poule aux œufs d’or. »

Un petit noyau de résistants face à l’empire de la mondialisation... C’est d’ailleurs en parodiant le village d’Astérix, qu’Anne Penneau présente son association dans ses tracts.

Extrémistes

« Le problème, c’est qu’il y a un certain nombre d’extrémistes qui ont un point de vue inconciliable avec un peu de conversation », se désole Francis Combrouze de la mairie du 13e arrondissement, longtemps correspondant municipal dans le quartier de la Butte-aux-Cailles. Ian Brossat, qui vient d’être débouté dans une affaire de diffamation contre l’association de riverains Accomplir, fait lui valoir qu’il n’y a pas de « réelle procédure contradictoire » quand ces collectifs déposent plainte :

« C’est l’arbitraire qui règne sans que les gérants aient leur mot à dire. »

Car c’est au « jugement des agents de police » que sont distribués les contraventions qui peuvent entraîner les fermetures forcées. Joint par StreetPress, Serge Quilichini, commissaire du 13e arrondissement, explique être soumis à une forte pression puisque « systématiquement, ce sont presque toujours les mêmes personnes qui nous avisent chaque week-end. Et souvent après coup, avec des photos. » Et les décisions sont « compliquées » à prendre, compte tenu de la difficulté de mesurer les infractions liées au bruit.

« Une des solutions, ce serait de condamner l’abus de recours aux numéros d’urgence pour tapage nocturne », propose Ian Brossat qui fait référence ici à une proposition de loi de décembre 2011 de la députée Socialiste de Paris, Sandrine Mazetier.

Combien sont-ils? 

Mais c’est surtout la légitimé de ces associations hyperactives qui est remise en question par les activistes de la nuit. Car quand ils ne gonflent pas le nombre de leurs membres, c’est le flou le plus total sur leur poids. Anne Penneau revendique 200 adhérents dans l’association des riverains de la Butte mais refuse d’apporter la moindre preuve. Un chiffre qui amuse beaucoup Armelle Trouche, militante anti-règlement municipal :

« C’est un tout petit groupe. Elle, elle présente bien : elle est plutôt belle femme, une prof de droit. Mais autour d’elle il n’y a que des vieux avec un discours incohérent! »
Encore plus cocasse, « Vivre le Marais ! » clame réunir 1 600 riverains. Mais dès que l’on creuse la lecture des comptes-rendus de conseil d’administration, consultables à la mairie, le responsable de l’association n’évoque plus qu’un « ordre de grandeur estimé ». Il explique aussi avoir recours à des « adhésions collectives » d’un conseil syndical, qui comptabilise de facto tous les habitants d’une copropriété.

Le responsable de l’association « Vivre le Marais! » n’en dira pas plus sur son nombre d’adhérents mais continue à se poser des questions métaphysiques sur les us et coutumes des jeunes d’aujoud’hui :

« Intellectuellement j’ai beaucoup de mal à comprendre les gens qui achètent un pack de bière et le boivent sur un banc dégueulasse. »
Jean-Pierre Meneboo, représentant du Cox, insiste lui sur les intrigues personnelles, qui sont parfois à l’origine de ces guerres de voisinage : « Yvon Le Gall était surtout un ancien habitué d’un de nos établissements. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. » 

D’ailleurs, Le Gall, porte-parole de « Vivre le Marais ! » est aussi le boss du syndicat de copropriétaires de l’immeuble du Cox. Et c’est contre les établissements de l’équipe de Meneboo que se concentrent les plaintes de son association.


]]>
http://urbania.ca/canaux/enquetes/5659/le-lobby-qui-veut-faire-taire-la-nuit-a-parisWed, 25 Feb 2015 11:19:23 ESTRobin D'Angelo / STREETPRESSbruitrésidantsnightlifereportagehttp://urbania.ca/canaux/enquetes/5659/le-lobby-qui-veut-faire-taire-la-nuit-a-paris
Magislain, magicien pour enfantsÊtre magicien pour enfants, c’est moins glamour qu’être Luc Langevin, mettons. Qu’est-ce que tu aimes là-dedans?

Les gens pensent que c’est facile parce que c’est avec des enfants, parce que les gens pensent que c’est facile d’impressionner un enfant, mais c’est pas vrai. Nous souvent on pense trop loin alors qu’un enfant peut voir ton truc parce qu’il ne se pose pas 6000 questions. En plus, s’ils trouvent ça plate, ils n’auront pas la politesse de faire à semblant d’aimer ça. Ils vont s’en aller! Beaucoup de collègues m’admirent d’avoir le tour avec les enfants. 

Ça te vient d’où? 

C’est avec eux que j’ai commencé. Avant, j’étais éducateur en service de garde et une fois, lors d’une de mes nombreuses pauses, je suis tombé sur un DVD de magie au centre d’achat. T’as beaucoup de pauses quand tu travailles en service de garde et pendant mes pauses, je pratiquais mes trucs pour impressionner les enfants. À leur retour, ils capotaient. J’ai trouvé ça vraiment le fun la magie et à un moment donné, après avoir fait plusieurs spectacles dans des écoles et dans des fêtes d’enfants, j’ai décidé de ne faire que ça. Aujourd’hui, je donne aussi des cours de magie dans les écoles. 

Ok, maintenant, parlons de ton… nom.

Ouin, je sais que c’est un jeu de mot facile, à la limite quétaine. L’autre jour, un ami m’a dit que Louis-José Houde riait de mon nom dans une de ses capsules. Le pire, c’est que les enfants ne comprennent pas tant le jeu de mot parce qu’ils n’ont pas la référence de mon prénom. Alors quand ils disent à leurs parents qu’ils ont vu un magicien à l’école et qu’ils voudraient le recevoir pour leur fête ils disent que je m’appelle «Magicien». Et là les parents me cherchent sur Internet et, évidemment, ils ne tombent pas sur moi!

Est-ce que tu trouves ça difficile de travailler surtout pendant que les gens font la fête? 

Non! Moi, je travaille beaucoup dans le temps des fêtes et je trouve que c’est la plus belle période. Premièrement parce que ça me donne du travail, mais aussi parce que les gens sont déjà disposés à voir un spectacle de magie, ils sont déjà dans la magie des fêtes. J’emmène ma famille dans les hôtels de la province et c’est ça notre Noël. 

]]>
http://urbania.ca/canaux/enquetes/5655/magislain-magicien-pour-enfantsMon, 23 Feb 2015 11:54:07 ESTJudith LussierJournal Métroreportagehttp://urbania.ca/canaux/enquetes/5655/magislain-magicien-pour-enfants
Le centre d’achats du mois : le Centre Jacques-CartierIci, le king, c’est le Méga-Plex Guzzo 14, et ça se voit tout de suite en rentrant dans le stationnement vu qu’il est en forme de vaisseau aérodynamique à quatre fusibles. 


Un prince à ne pas négliger : le Village des valeurs. Pour les sections, l’administration y est allée de façon très simple pour être certaine de pas trop mélanger ses clients. Pour faire une histoire courte, les petits articles sont en avant, pis les autres gros sont au fond.


Comme d’habitude, les compositions architecturales proches du backstore ont de quoi impressionner. 

Simple et élégant.


Conseil déco-audace 2015 : n’hésitez pas à prendre vos répliques de Jenga comme abat-jour.


Tout le monde est content de venir passer son vendredi après-midi au Village des valeurs, même Wayne Gretzky qui, pour l’occasion, a sorti son plus beau visage niais.


Faire réchauffer son rôti de porc dans le micro-ondes <  Faire cuire son rôti de porc dans le micro-ondes. 


Autre classique incontestable des centres d’achats de prestige : le Rossy. Sans doute inspirée par son comparse cinématographique juste à côté, l’institution italo-montréalaise mise ici sur un gracieux décor rétro-futuriste.


L’infaillible stratégie marketing du Rossy prend place au Centre Jacques-Cartier, à travers ces fameux «WOW!» qui surplombent les étiquettes.



Pour donner l’impression que cette commode brune coussinée aux tiroirs en tissu vaut réellement 200 piasses, les boss du Rossy ont sorti la belle nappe blanche en dentelle fleurie.


Ce qui est l’fun avec cette chaise-là, c’est que le client peut choisir entre la payer 33$ ou 27$ plus cher.


Ce qui est l’fun avec cette plante-là, c’est qu’elle s’harmonise parfaitement avec des chaises en cuirette à 93 piasses.


Vu que Pâques approche, les gens commencent à penser à leur réception, en magasinant allègrement au Dollarama. «Des bols, ça va en prendre beaucoup parce que les gens vont manger des chips pas mal tout le long. Ça va être ça leur souper», signale une femme à son mari, en regardant cet attirail de bols.


Au Ardène, c’est la grosse folie parce qu’un nouvel arrivage de linge à la mode vient de débarquer. Les boites vides vont sans doute niaiser là jusqu’à temps que le boss se tanne.


Tendance hiver-printemps 2015 : être cool.


S’il y a une affaire qui est justement «cool» au Centre Jacques-Cartier, c’est bien l’ambiance de la cour alimentaire. À part le fait qu’on pourrait organiser un tournoi de volleyball en plein milieu, l’espace est utilisé avec parcimonie.


En fait, y’a tellement de place dans les allées du Centre que même les chandails ont leur propre aire de repos.


Cette dame a complètement perdu le sens des priorités en détournant malencontreusement son regard du Méga-Plex 14. Une attitude indigne, considérant la splendeur de ses néons bleus et le charisme de son guichet ATM, dont les frais de transaction spectaculaires sont à la base même du triomphe économique de son valeureux propriétaire, le non-lamentard Vincent Guzzo.


Beaucoup d’autres personnalités québécoises ont leur pied à terre au Centre Jacques-Cartier, à commencer par Mitsou et Serge Fiori.


Légende urbaine : ce nettoyeur était auparavant la propriété de la sœur de Lise Dion. 

Les vrais savent.


Les vrais savent aussi qu’au Centre Jacques-Cartier, Indigo, c’est pas une librairie, mais bien une tabagie. En hommage au Ardène, le magasin propose une décoration style «entrepôt» où les bacs de plastique s’agencent avec brio aux boites de carton pitchées à bon escient un peu partout.


La Tabagie Indigo mise aussi sur une approche DIY qui consiste à coller les uns aux autres des bouts de feuilles blanches découpés aléatoirement.


Une logique implacable signée Jimmy.


Côté logique, ce magasin de linge ne laisse pas non plus sa place en annonçant que, pour une dernière semaine, il paie les taxes aujourd’hui.


Dans le tronçon droit du centre d’achats, certains magasins attirent l’attention par leur nom rapide et audacieux.



En espérant que ce fabuleux logo trouvera preneur avant la fin du bail.


Malheureusement, le seul et unique magasin de liquid paper au Québec a dû fermer ses portes…


Au sortir, la politesse du centre d’achats est appréciable, tout comme son délectable slogan, qu’on se désole de découvrir aussi tardivement.


Aperçu du parking de l’autre bord, où un enfant semble jouer au roi de la montagne tout seul.


Jacques Cartier aurait été fier, sans aucun doute.

]]>
http://urbania.ca/canaux/enquetes/5646/le-centre-d-achats-du-mois-le-centre-jacques-cartierTue, 17 Feb 2015 11:55:51 ESTOlivier Boisvertcentre d'achats du moisreportagehttp://urbania.ca/canaux/enquetes/5646/le-centre-d-achats-du-mois-le-centre-jacques-cartier
Valentin en prisonMa blonde me parlait de « 50 shades of Grey ». Je sais pas si elle parlait du film, ou du vin. Dans un cas comme dans l’autre, le résultat sera le même : elle aura les mains baladeuses dans l’auto, mais va s’endormir en arrivant à la maison.

Ça reste une St-Valentin joyeuse. Cupidon serait fier que j’honore sa journée comme ça. Vous savez, Cupidon, le petit archer nain en couche…

La St-Valentin est moins joyeuse pour plusieurs gens autour de moi. Pour eux, c’est plus difficile, sortir. Quand t’es en dedans, tu peux pas sortir. Pour le commun des mortels, je suis un agent de services correctionnels. Pour le citoyen moyen, je suis un gardien de prison. Pour la vaste partie de ma clientèle, je suis un screw. Pour les autres, je suis Jo. Je suis bon, là-dedans, être Jo: j’ai quand même une trentaine d’années d’expérience. Pour ma job, j’en ai sept.

Je travaille dans un secteur particulier : avec les prévenus. Eux, c’est ceux qui attendent leurs procès respectifs. Avec le système de justice qu’on a, c’est parfois plus long que certaines sentences à vie.

Des fois, les procès sont une formalité pour prouver leur culpabilité. Mais dans un état de droits, on est présumé innocent jusqu’à preuve du contraire. Contrairement à une émission de téléréalité, où tu es innocent à tout moment.

Mais ça arrive aussi que, pour des questions de sécurité, on détienne quelqu’un en attente d’un procès où il sera éventuellement prouvé innocent. Comme Raymond. (Raymond, ce n’est pas son vrai nom. C’est un nom d’emprunt. Soit parce que je n’ai pas une bonne mémoire. Soit parce que je n’aime pas me baigner dans le fleuve avec des flotteurs en ciment.)

J’ai reçu Raymond dans mon secteur pendant l’hiver. Je m’en souviens parce que dehors, il neigeait. De la poudreuse. Et il arrivait entre nos murs pour trafic de poudre. Belle ironie du sort.

Raymond se disait innocent. Innocent par opposition à coupable. Pas le genre d’innocent qui pense que Joël Legendre organise vraiment des combats de chiens.

Raymond disait ça. Comme tous les autres. Mais lui, il avait quelque chose dans le regard. Un fond de vérité possible.

Généralement, chaque prévenu qui s’autoproclame innocent arrive et, par le plus heureux des hasards, retrouve de vieux amis, aussi innocents que lui, prouvés coupables du même crime. Mais ils n’étaient pas complices d’une même organisation. Oh non! C’est le fruit du hasard. À chaque fois. 7-8 fois par semaine. Toujours le hasard.

Mais Raymond, lui, quand il est arrivé, il s’est terré dans son coin, ne parlait à personne, ne cherchait pas le trouble, ne cherchait pas à s’allier comme dans les films américains.

Mais au Québec, nos prisons ne sont pas comme dans les films américains. Il n’y a pas de roulottes de visites conjugales. Et c’est ça qui faisait le plus mal à Raymond. Il avait autour de 30 ans. Il avait une blonde. Ils venaient d’avoir un bébé, quelques mois avant. C’était sa première St-Valentin sans sa petite famille. Ça avait l’air de le faire souffrir. Ça se voyait à sa façon de fixer sa petite photo de famille qu’il avait collée au mur de sa cellule. On permet ce genre de décoration. Ça donne un peu d’espoir. Ça rappelle qu’il y a une vie en dehors des murs. Une lumière au-delà de l’ombre. 

On n’a pas de roulotte, mais il y a des visites, à l’occasion, qui sont possibles. La St-Valentin en est une. L’amour, c’est ce qui distingue l’Homme de l’animal. C’est important de lui rappeler. Surtout quand l’homme est gardé en cage. Ça évite de virer fou.

Une semaine avant la St-Valentin, des drones ont survolé la prison. Des drones, c’est de petits hélicoptères. Pas les robots de Darth Vader. Des petits hélicoptères téléguidés qui ne font pas de bruit et viennent déposer des colis entre nos murs. Généralement de la drogue. Ou n’importe quoi qui se  vend bien.

En réponse à cet événement, le directeur a décidé de couper les privilèges de tous ceux qui étaient liés de près ou de loin à des histoires de trafic de stupéfiants. Dont Raymond.

Le fond de vérité qu’il avait dans ses yeux avait laissé place à du désespoir. Il ne pouvait pas voir sa douce et son enfant, à la St-Valentin.

Je me suis mis à avoir un peu peur pour lui. Quand le désespoir et/ou la peur prend trop de place dans les yeux d’un client, il choisit parfois de s’évader. Et je ne parle pas d’escalader une clôture ou d’un plan avec un vrai hélicoptère.

À chaque jour, je faisais ma ronde. À chaque fois, je voyais la détresse d’un père absent. Heureusement, ou malheureusement, pour le bébé, il était trop petit pour comprendre le monde dans lequel il vivait. Autrement, comment expliquer à un enfant que « papa, il a pas le droit de t’aimer le jour de l’amour ».

Finalement, le 14 février, on a reçu des ordres d’en haut. Les charges posées contre Raymond ont été levées. L’enquête avait su démontrer qu’il avait réellement été « framé ». C’était un coup monté contre lui. C’était à moi d’aller le libérer. Quand je lui ai dit qu’il pourrait aller rejoindre sa famille, chez lui, ses yeux étaient plus loquaces que jamais. Je n’ai jamais été aussi fier de débarrer une porte de ma vie. Le poids des démêlés avec la justice était maintenant futile. Il avait gagné. Il avait regagné sa famille. Une victoire pour l’espoir. Une victoire pour la justice. Une victoire pour l’amour. 

Il est fort, ce petit archer nain en couche.

]]>
http://urbania.ca/canaux/enquetes/5635/valentin-en-prisonWed, 11 Feb 2015 11:55:59 ESTJo valentineprisonreportagehttp://urbania.ca/canaux/enquetes/5635/valentin-en-prison
Salon national de la pourvoirie de Montréal: «Ta bizoune est-tu prête?»
Ça joue du coude solide à la billetterie. Dépêchez-vous avant que ce soit sold-out. 


Les trois personnes qui sont officiellement entrées en dedans sont bien contentes de s’être fait souhaiter la bienvenue.


Sur place, plus de 150 pourvoiries sont présentes pour tenter d’essayer d’aller possiblement chercher des clients. 

Désavantage notable de celle-ci : tu dois choisir entre y aller en hydravion ou avec un de tes parents.


Peu importe ce qu’essaieront de vous dire les statistiques : tirer un orignal avec un arc-arbalète >


Curieusement, tout le monde semble se calicer de ce kiosque.


Nouvelle administration : synonyme universel de «avant c’tait d’la marde».


En affichant sa tendance masculiniste, cette pourvoirie préfère mettre les choses au clair en partant.


Véritable brute dans le monde de la chasse, le pourvoyeur Réal Massé se sert de sa gracieuse moustache retroussée sur les bords comme outil de marketing. Brillant.



Même les zèbres ont pas le choix de plier face à un swag aussi relevé.


Pour éviter de s’embourber devant les salonneux, ce commerçant n’a pas pris de chances et s’est dressé une liste de mots-clés à ne pas oublier. Ingénieux.


Tendance forte chez les pourvoyeurs du Salon : les albums avec des photos prises par des clients. 

Si vous êtes chanceux, le gars au kiosque va même se faire un plaisir de vous expliquer le contexte : «Ça, c’est un de mes clients qui a ouvert son barbecue pis qui est tombé sur un écureuil. Y’en revenait pas calice ! Un écureuil !»


Autre tendance : les photos avec des pêcheurs comblés.



Des grosses prises pour des gros bonhommes. 


Bravo bébé !!!!!


Côté chasse, la mode, c’est les animaux empaillés. En voici une gang qui chill ensemble.


Oubliez les ours à 92% : les ours complets, c’est vraiment plus nice.


L’étendage de fourrure, c’est cool en tant que tel. Pas besoin de s’arranger pour que ce soit beau.


Très prudent, cet homme a décidé de tenir son chien en laisse pour éviter qu’il se fasse gunner pis éviscérer dans une boîte de pick-up par une gang de chasseurs carnassiers et sans scrupule.


Aubaine à ne pas manquer.


Ornée par une sélection botanique impressionnante, la section des bateaux attire l’attention.


L’occasion est donc parfaite pour passer une couple d’heures à jaser, ben assis dans une embarcation à moteur. 

«Y’a une barge de 40 pieds, cet esti-là», s’indigne vivement un homme à casquette. «En plus, il vient de La Tuque !» 


Véhicule idéal pour remporter l’édifiante Descente pas d’allure du légendaire Babu. 


Ex aequo avec lui :


Au fond de la salle, les conférences battent leur plein. Les titres ont le mérite d’être clairs.


17h48 : un représentant d’Orientation Azimut nous parle de GPS avec un franc-parler déconcertant. «Vous devez mettre l’option ‘’précision’’ sur toutes vos pages pour vous éviter de taponner sur votre GPS !» dit-il, la main dans les airs en guise d’intensité. 


En exclusivité : l’arrivée remarquée d’un homme qui ose s’asseoir dans l’une des quatre premières rangées.


Pas de quoi impressionner cette débarbouillette qui a trouvé une bien meilleure place : drette sur le trépied à côté de la scène.


En plus de nous parler en direct, le représentant d’Orientation Azimut est au cœur de l’action d’une trépidante bande dessinée. 


Un peu plus loin, le kiosque de l’entreprise épate grâce à son infographie novatrice.


Même chose ici, avec cette affiche qui rendrait sans doute jaloux les producteurs de Fast and Furious.


De son côté, ce kiosque attire l’attention par son slogan original.


En primeur, la mode vestimentaire 2015 dans le monde de la pourvoirie :




En primeur, ça :


Vers 18h30, la cafétéria se remplit pas pire, malgré la pointe de pizza à 6,50$.


Reste que le king de la bouffe, c’est ce gars-là avec ses mini-brochettes de sanglier et de bison grillées à 2$. 

Impatient de recevoir son festin, un génie s’exprime avec singularité. «Hey ! Ta bisoune est-tu prête ? J’veux manger de la bisoune !!!!»


Plus ambitieux, cet homme propose un menu qui a pas vraiment l’air bon.


Jeu de mots de l’année ?


En tout cas, l’an prochain, «forêt» tous que vous y alliez, vous aussi, à ce merveilleux salon, ne serait-ce que pour vous ramasser cinq-six menés dans le merveilleux étang de pêche.



Crédits photos : Olivier Boisvert-Magnen et Julie Mathieu
]]>
http://urbania.ca/canaux/enquetes/5625/salon-national-de-la-pourvoirie-de-montreal-ta-bizoune-est-tu-preteTue, 03 Feb 2015 11:32:11 ESTOlivier Boisvertchasse et pêchebloguehttp://urbania.ca/canaux/enquetes/5625/salon-national-de-la-pourvoirie-de-montreal-ta-bizoune-est-tu-prete
Le Salon de l’amour et de la séduction : entre coquineries, sadomasochisme et jeu sexuel douteux avec une ballouneCertains y vont pour l’amour, d’autres pour la séduction, mais le plus important là-dedans, c’est d’éviter de se tromper de bord et de se ramasser au Salon de la franchise.


Mine de rien, si ces deux personnes-là s’étaient pas sacrés devant l’objectif, ça aurait fait une pas pire photo d’ambiance générale.


Drette en rentrant à gauche, une dame explique, pendant de longues minutes, le fonctionnement de l’enveloppeuse, genre de stimulateur manuel masculin qui enveloppe le pénis avec délicatesse. «Si vous voulez être fine fine fine avec votre homme, vous pouvez lui faire la job avec l’enveloppeuse et aller la laver, à sa place, après l’utilisation. Après ça, vous allez voir : vous allez avoir ce que vous voulez, une sacoche par exemple», dit-elle, avec une surprenante candeur.


Rapidement, ce kiosque attire l’attention, grâce à son incroyable nom.


Chez O My Gode Michou, on trouve exclusivement des constructions artistiques de pénis. 



Plus-value notable : certaines ont un côté pratique, à ne pas négliger.


Beaucoup de cossins dispendieux gisent à travers ce mythique Salon. Parmi les tendances dernier cri qui SUCEcitent l’engouement, le Spinning Fantasy Swing offre, à qui veut bien saisir le jour, une occasion en or : celle de fourrer dans les airs. 


Même si la plupart des salonneux se doutaient bien qu’ils allaient en voir, peu pouvaient se douter que ces fameuses friandises chocolatées en forme de parties génitales allaient être, cette année, ornées d’une étiquette créée à partir de la fameuse composante WordArt. 

Fou infographie.


Du métal, des cordes, des chaînes pis des béquilles. Bref, un kiosque complet.


Les amateurs de tendresse ne sont pas en reste avec l’implantation de ce comptoirs à câlin (sic). «Si les gens recevaient un câlin chaque jour, y’en aurait pu de dépression», évoque avec une pureté insatiable l’un des préposés.


Les offres promotionnelles se bousculent tellement au Salon que les commerçants ne se forcent même plus pour essayer d’écrire des affaires qui ont de l’allure. 


Ne manquez surtout pas cette offre !!!!!!!!!!!!!


Le bargain de 2015, à date : 11$ la canette de liqueur.


Ça s’appelle du savon.


Dans la salle de conférence, le sociologue Frank Mondeose use de son français approximatif pour nous en apprendre un peu plus sur l’approche sexuelle tantriste, essentiellement basée sur l’équilibre et l’harmonie de la polarité sexuelle. «Il y a différents types de respiration pour faire partir notre énergétique vitaux», dit-il, quatre doigts dans les airs.


Indissociables à l’orgasme tantrique, ces respirations doivent être correctement exécutées et, en tant que bon professeur, ouvert à partager son savoir, Frank nous en offre un exemple. 


À donner en cadeau prochainement à Frank : Antidote.



Plus tard, la psychologue Dr. Laurie Betito s’amène pour donner la conférence franglaise Better Sex Après 50, un exposé visant à défaire les mythes sur la sexualité chez les personnes de 50 ans et plus. «Les hommes, si vous êtes encore vivants après 80, allez vivre dans une résidence. Là-bas, c’est un gars pour dix filles !» dit-elle, quatre doigts dans les airs.


Comme tout le monde, Laurie sait que le format de type «feux d’artifices» est, de loin, le plus nice sur le Power Point de Windows XP.


En primeur, voici les personnes les plus coquines à avoir été aperçues lors de cette 21e édition du Salon de l’amour et de la séduction ! 



Photo croquée sur le vif, entre deux pognages de boules.


Époustouflant.


Un look de couple à tout casser. 


Moment de recueil mortuaire pour cet homme à la soyeuse chevelure blonde. Touchant.


C’pas mêlant : même le gars de Dans une galaxie près de chez vous était là.


La gang d’Escalade Québec aussi.


Insérez votre propre commentaire.


Gros skills de dépognage de nœuds ici, durant la performance judicieusement intitulée Attaché et aveuglé. Immense props.


Toujours sur la même scène, un grand prince s’exécute avec brio et magnificence sur une musique de type «P.O.D.». L’euphorie est à son comble, pis ça fait juste commencer.


Quelques secondes plus tard, on troque les hochets pour les fouets. Les deux personnes assises sur la scène ont visiblement le trip de leur vie.


Non loin de là, on tombe sur la portion de spectacle la plus édifiante de la journée/soirée. Afin de gagner un maximum de points, deux couples s’affrontent et doivent se péter des ballounes dessus en mimant les positions sexuelles de base, genre le doggy style et le missionnaire. 

Ce jeune couple formé il y a à peine un an s’exécute, tout d’abord, avec une difficulté enivrante. Extrait :


Puis, cet homme se lance furtivement sur sa femme avec la volonté bien féroce de remporter le concours. Malheureusement, ça va pas vraiment plus bien.


Qui remporte la palme ? Difficile à dire.

Chose certaine, beaucoup d’autres questions restent ouvertes ou, du moins, sans réponse un peu partout dans le Salon. En voici quelques-unes :




Tout ce mystère semble également s’implanter à travers certains kiosques qui, en y pensant bien comme il faut, ont aucun esti de rapport avec l’amour et la séduction.



Le plus gros dilemme de l’histoire : Orford ou les Caraïbes ?


La tête pleine de questions, on repart du Salon de l’amour et la séduction avec une certaine incompréhension latente, puis on repasse, un peu abasourdi, devant le Salon de la franchise, constatant, au passage, toute l’ambiance honnête et franche qui en émane.


C’est là qu’on aurait tous dû aller. 

Crédits photo : Olivier Boisvert-Magnen, Pollo et Pier-Luc Turcotte. 
Crédits vidéo : Olivier Boisvert-Magnen et Stéphanie Robillard
]]>
http://urbania.ca/canaux/enquetes/5593/le-salon-de-l-amour-et-de-la-seduction-entre-coquineries-sadomasochisme-et-jeu-sexuel-douteux-avec-une-ballouneTue, 20 Jan 2015 11:58:32 ESTOlivier Boisvertreportagehttp://urbania.ca/canaux/enquetes/5593/le-salon-de-l-amour-et-de-la-seduction-entre-coquineries-sadomasochisme-et-jeu-sexuel-douteux-avec-une-balloune
Dehors novembre : Les angles mortsCamille a passé un mois à vivre dans sa voiture. Pour lire la première partie de son expérience, c'est par ici. Et la deuxième, ici


J'avais expliqué mon plan à trois amis trop proches de moi pour qu'ils ne se rendent compte de rien, mais pour les autres, famille, collègues, amis, c'était motus et bouche cousue.

Je l'avoue, j'ai dû user de quelques mensonges inoffensifs. « Pourquoi je prends ma douche au travail après un chiffre qui finit à 22h? L’eau chaude est brisée chez nous, c’est tu plate! » « Pourquoi j'ai un sleeping bag et de la bouffe dans ma valise? Je suis allée en camping d'hiver l'autre jour, pis tu me connais, je suis lâche, j'ai rien rangé! »

Mais sinon... personne ne s'est rendu compte de quoi que ce soit. 

« Wow! Ça prouve vraiment qu'on n'est pas attentifs à ce que les gens nous disent vraiment, et à ce qu'ils vivent mais ne disent pas », m'a fait remarquer ma mère quand je lui ai expliqué l'expérience que j'avais faite.

Elle a bien raison, dans le fond. On remet rarement en question les informations que les gens nous donnent. On ne fait pas toujours de recoupements entre les deux ou trois détails louches qui, accolés ensemble, révèlent une réalité.

Et mon comportement avait quand même quelque chose d'un peu étrange, pour quelqu'un qui porterait attention aux détails. Dès que j'étais chez quelqu'un, je me pitchais sur une prise pour recharger mon téléphone. Soudainement, j'allais au gym tous les matins. Je déjeunais en arrivant au travail plutôt qu'avant. 

Mais quand même, rien de si bizarre. Rien pour se dire « Oh my god, c'est limpide, elle doit vivre dans son char ».

Parce que quand tu restes dans les angles morts, personne ne te voit. On fait tous des trucs un peu ridicules quand on est sûrs que personne ne peut nous observer, et effectivement, personne ne s’en rend compte. Vivre dans les angles morts, c'est aussi possible, faut juste savoir où se mettre.

J'ai trouvé ça rassurant, dans une société où on a de plus en plus le sentiment d'être épié en tout temps, de savoir qu'on peut fuir cet œil omniprésent qu'est celui de notre entourage aussi facilement. Qu'on peut cacher quelque chose d'aussi gros relativement aisément. Instagram sait ce que je porte, Facebook sait comment je me sens, Twitter sait ce que je lis, mais y en a pas un maudit qui sait où je dors ce soir.

À l'inverse, ça veut aussi dire que notre entourage peut nous en passer des pas pire sans qu'on le sache. 

Depuis novembre, je me dis : peut-être que ma mère est en fait une espionne suisse undercover. Peut-être que ma meilleure amie a le cancer et qu'elle se fait traiter une fois par semaine en cachette. Peut-être que mon voisin a une aventure avec Scarlett Johansson une fois par année, tous les 3 octobre.

Hautement improbable, oui. Mais c'était pas tant probable que je vive un mois dans mon char non plus. 

***

Avant de quitter mon appart, j'avais quelques inquiétudes concrètes (peur d'avoir froid, de mal dormir, de devenir dysfonctionnelle), mais aussi une peur assez marquée de quelque chose de plus insaisissable; la peur que mes amis, collègues, me trouvent weird quand ils apprendraient ce que je faisais, weird à un point de n'être plus trop sûrs que c'était une bonne idée de me garder dans leur carnet et contacts.

« Ben voyons, c'est un peu absurde! Comme si les gens t'aimaient parce que tu as un appart, et que si tu n'as plus d'appart, pouf, ils ne t'aimaient plus! » me disait un ami à qui je faisais part de mes inquiétudes.

Oui, mais non. Je sais bien que les gens ne m'aiment pas pour mon appart. J’ai un 2 et demie meublé grâce au bord du chemin. Quand j'invite plus d'une personne chez moi, je dois commencer à quêter des chaises aux voisins. Mettons que ce n'est pas une maison de campagne avec spa.

C'était plus la perception du mode de vie qui me faisait peur.

Après l'expérience, donc, j'ai commencé à dire aux gens qui m'entouraient comment j'avais vécu au courant du dernier mois.

Mon ami avait raison : ils semblaient pas mal plus curieux que scandalisés. Je me suis fait poser plein de questions.

- Ça permet d’économiser?
- À long terme, pas vraiment, je pense. Mon loyer n'est pas très cher, et je compensais pas mal en prenant plus de gaz et en mangeant un peu plus au resto. Il me fallait aussi un abonnement au gym pour la douche.

- Qu'est-ce qui te manquait le plus?
- Un endroit à moi où je pouvais dessiner en bobettes en me faisant des café Baileys. Sans aucun doute.

- Est-ce que tu penses laisser ton appart et vivre comme ça de façon permanente? (Ma mère m’a réellement demandé ça.)
- Absolument pas.  

- T'as pas eu froid, la nuit? 
- Non. Le truc ultime : un thermos plein d’eau bouillante que tu transfères dans une gourde style Nalgene au moment de te coucher. Tu la mets dans le fond de ton sleeping, et magie, t’as un chauffage à l’eau chaude.

- As-tu eu des bad luck? 
- Un iPhone, dans le froid, ça s'éteint, à moment donné. À en croire mes amis, j’étais la seule sur terre à ne pas le savoir – c’est mon premier hiver dans le camp Apple. En tout cas, ça fait pas un réveil matin super efficace, quand tu le laisses sur la banquette avant de ton char. Conseil : le mettre dans son sleeping.

- As-tu fait un apprentissage scientifique? 
- Du savon à linge, ça gèle. Du liquide à verres de contact, non, mais ça devient froid en simonac pour l'œil.

- Y a-t-il un beau moment dont tu vas te souvenir? 
- Le soir avant de m’endormir je mettais du Georges Brassens sur mon iPhone et je regardais par la fenêtre. Une fois j’ai vu deux chevreuils se promener à quelques mètres de mon char : un spectacle un peu plus joli que le transformateur que je vois normalement par la fenêtre de ma chambre.

***

C’est le matin, j’ouvre tranquillement les yeux, les vitres de mon auto sont recouvertes de buée. Je trace un petit rond dans celle-ci et je regarde dehors : les chevreuils sont partis.

Mon iPhone crachote une chanson pour me réveiller.

Ma liberté
Longtemps je t'ai gardée
Comme une perle rare
Ma liberté
C'est toi qui m'a aidé
À larguer les amarres
Pour aller n'importe où
Pour aller jusqu'au bout
Des chemins de fortune

Je sors de mon sleeping chaud et je me rhabille dans l’air froid en linge portable en ville. Je me catapulte sur le banc de devant, et je démarre doucement l’auto.

Je regagne la route principale. Les mots de Moustaki me hantent; je pourrais bien tourner à droite, partir à l’aventure drette là, et ne jamais revenir : j’ai toute ma vie, dans ma Neon. Personne ne sait où je suis.

Mais ma main s’écrase sur le bras du flasher, je tourne à gauche, et je roule. Direction la ville.

Je roule dans l’aube, étrangement déçue de mon choix.

***

Épilogue : Je suis rentrée chez moi à la fin du mois, j’ai remonté le chauffage et dépaqueté mon auto en 15 minutes. 

Mon thermos est sur mon comptoir, mon sleeping dans l’armoire, mon linge de retour sur ses cintres.

Et ma liberté est encore sous le banc de mon char. Après tout, il n’est jamais stationné bien loin.
]]>
http://urbania.ca/canaux/enquetes/5592/dehors-novembre-les-angles-mortsTue, 20 Jan 2015 09:54:59 ESTCamille Dauphinais-Pelletierreportagehttp://urbania.ca/canaux/enquetes/5592/dehors-novembre-les-angles-morts
Les mauvaises idées d'Éric : 40 onces de chocolat chaud

Lundi, 13h, deuxième étage du Marché Jean-Talon. 

Oui, il y a un deuxième étage au Marché Jean-Talon. C'est là qu'ils tournaient les Kiwis, avant. Maintenant, c'est là que se situe la cuisine de La Tablée des chefs, un organisme qui donne des cours de cuisine à des enfants défavorisés et qui redistribue les surplus de restaurants à des familles dans le besoin. A priori, des bonnes personnes. 

Pour ramasser des fonds, ils se sont associés à une compagnie de chocolat, Valrhona, et à 22 restaurants, cafés et pâtissiers du grand Montréal pour organiser La Grande Tournée du Chocolat Chaud, en fin de semaine (le 17 et 18 janvier 2015). Le concept est simple: les établissements ont créé des recettes de chocolat chaud spéciales pour l'événement, qu'ils vendront 3$. 50¢ par boisson sera versée à la Tablée. Jusqu'ici, tout va bien. 



Sauf qu'on est lundi, et que je suis au Marché Jean-Talon, à l'événement de presse. On a invité des médias et blogueurs à venir déguster vingt des créations originales pour la fin de semaine. 

Et j'ai eu la mauvaise idée de prendre ça pour un défi. 

20 échantillons de 2 onces chacun de chocolat chaud fancy. Je devrai tous les finir, même ceux qui ont des guimauves ou de la crème fouettée. 

Go. 



Ça commence rough. Le Point G est parti d'un chocolat à 69% et y a ajouté un petit kick: dans la boule de chocolat noir qu'ils mettent dans la tasse, il y a de ces bonbons qui explosent en bouche. Résultat: un chocolat chaud pétillant. Ça saisit. On continue. One down, nineteen to go.


Du chocolat chaud au chai avec une mousse de lait de coco et du zeste de lime. Nice. 


Ici, ils ont mis des noisettes pralinées. 


Chez Geneviève Grandbois, ils font leur propre miel, qu'ils ont utilisé pour sucrer le chocolat chaud, en plus d'ajouter une guimauve au miel dans le mix. Ça se passe toujours bien. 


Deuxième guimauve du projet, celle-ci à la cardamome. C'est vraiment l'épice à l'honneur cette année, on dirait, parce qu'il y en avait presque partout. 


À la Folie, eux, ont décidé d'exagérer. Le chocolat est déjà bien riche et crémeux... et leurs guimauves (encore!) sont nappées de caramel régulier et de caramel d'érable. 

Rendu là, je commence à filer moyen. Je suis rendu au neuvième, soit 18 onces (530ml) de chocolat chaud, et pas le moins riche. Déjà, ce matin, j'ai plus ou moins déjeuné (deux cafés, ça compte comme un déjeuner, je pense). J'ai chaud et je suis étourdi. Je n'ai pas encore passé la moitié. 

Un verre d'eau glacée me semble une excellente idée. Avant tout, je me fais happer par le dude de Fous Desserts qui a décidé de ne pas faire comme tout le monde et de faire une infusion de grué de cacao. 


La minute éducative
Voyez, le chocolat, c'est fait avec du cacao. Le cacao, ça pousse dans une cabosse (la grosse affaire que vous voyez en haut). Dans la cabosse, il y a des fêves (les trucs qui ressemblent aux amandes, dans le milieu), et quand on ouvre les fêves, on trouve le grué, et c'est avec ça qu'on fait le chocolat. Normalement. 

Mais lui il a décidé d'en faire une infusion. C'est léger et ça fait du bien. 

J'ai quand même envie du plus grand verre d'eau de la Terre. 

C'est alors que commence le discours du monsieur de Valrhona et de la madame de La Tablée, en même temps qu'un « sympathique » waiter me tend une assiette avec des petits gâteaux. « Financier au grué ou petit gâteau ananas et chocolat blanc? », me chuchote le sadique personnage. Fidèle à l'esprit du défi, je prend un de chaque. À part les guimauves, c'est la première nourriture solide que je mange depuis les tacos de la veille. 

Je finis par me rendre à la table aux pichets d'eau. 


Les gâteaux sont revenus là-bas. Je commence à me dire que le gars a juste fait une tournée pour en offrir aux pauvres gens qui manquent de jugement comme moi. Je le trouve d'autant plus sadique. Ils étaient vraiment bons, tho. 

Retour à la tâche: 


Le Ritz-Carlton ne fait pas les choses à moitié, avec un chocolat 70% au poivre des Dunes et à la fleur de sel de Camargue. C'est délicieux et juste assez relevé. Je trouve que trop peu de gens se sont donnés la peine d'ajouter du piquant dans le mix, alors que tout le monde sait que le chocolat au piment fort est une des meilleures choses qui existent. 

...avec le chocolat aux framboises. (Je ne comprendrai jamais les gens qui n'aiment pas les framboises. C'est comme ne pas aimer les couchers de soleil, ou le son du rire d'un enfant au printemps.)


Chez Laloux, ils se sont gâtés sur le terroir. Chocolat. Épices chai. Guimauve au sapin (!). Nice shit. 

Je commence à être étourdi. 

Soyons clairs: je savais que c'était une mauvaise idée à la base. Mais c'est à peu près rendu là, au douzième, que j'ai saisi l'ampleur de la chose. 

Ça ne pouvait pas bien se terminer. 


Le suivant offre un format plus petit, mais plus concentré. "Des shooters", dit-il, sauf qu'il recouvre le tout de mousse de lait, alors ça revient pas mal au même. 


Mention spéciale à Miss Choco, qui était sur Skype tout au long de l'événement, ne pouvant pas être présente sur place parce qu'elle était encore au Brésil en train de magasiner du cacao. Y'a pire, comme job, je trouve. 


Pas de file à Juliette et Chocolat, pour une fois. Mais ces hosties-là m'ont tué raide. Du chocolat chaud aux framboises, ça va. Mais la crème fouettée, elle aussi aux framboises (notez la sympathique bien que traîtresse teinte rosée) a assez rapidement transformé ce délice onctueux en sueurs et quelque chose qui s'apparentait à de l'arythmie cardiaque. 

Ça commençait à faire beaucoup, mettons. 


Un hostie de praliné avec une hostie de guimauve. Je commence à suer abondamment. 


Du christ de chocolat blanc avec du lait chaud, c'est rendu de la torture tout simple et délicieux. 


Et parce que je suis inconscient et que je ne réfléchis pas avant de faire les choses, j'ai gardé le grand chef Patrice Demers pour la fin. 


D'ailleurs, tous ceux qui participent à la Grande Tournée courent la chance de gagner un atelier de pâtisserie avec m'sieur Demers. C'est chic, quand même. 

Il est 14h30 et ma mission est accomplie. J'ai bu vingt verres de deux onces de chocolat chaud en à peine une heure et demie. J'ai les mains qui tremblent depuis une demi-heure. J'ai chaud, j'ai la tête qui tourne. 

De retour au travail, mes collègues trouvent que j'ai l'air saoul. Je pense que mon corps ne comprend tout simplement pas ce qui se passe. Je suis au-delà du sugar high : je suis rendu sugar drunk

Je quitte le bureau en ayant rien accompli de grandiose pendant les deux dernières heures. Arrivé chez moi, je réalise que je n'ai toujours rien mangé depuis le souper de la veille. Pourtant, je suis loin d'avoir faim. 

Mon foie commence à me lancer des signaux plus ou moins agréables. (Pense « pic à glace dans le flanc », ça va te donner une idée.) 

Heureusement, j'ai du Perrier au frais. J'en cale une bouteille d'un litre. Ça ne s'améliore guère. 

Je n'ai pas dormi, cette nuit-là. Ou peut-être ai-je somnolé quelques heures, quand je n'étais pas en train de respirer vite pour essayer de ne pas mourir de soudaine déficience hépatique. Le lendemain matin, je me sentais presque comme un lendemain de veille et je me suis dit que Chocolate Hangover ferait un bon nom de band. 

Verdict: 40 onces de chocolat chaud en 90 minutes, c'est un peu comme 40 onces de quoi que ce soit en 90 minutes: une très, très mauvaise idée

Alors allez participer à la Grande Tournée du Chocolat Chaud en fin de semaine, mais de grâce, avec modération.

S'il y avait un organisme qui s'appelait Éduc'Choco, je serais sur sa black list. En attendant, je ne veux pas voir de chocolat, chaud ou pas, avant un bon petit bout. 

 


]]>
http://urbania.ca/canaux/enquetes/5580/les-mauvaises-idees-deric-40-onces-de-chocolat-chaudWed, 14 Jan 2015 10:02:42 ESTÉric Samson#lgtchocolatchaudles mauvaises idées d'éricreportagehttp://urbania.ca/canaux/enquetes/5580/les-mauvaises-idees-deric-40-onces-de-chocolat-chaud
Dehors novembre : Une Neon dans la nuitCamille a passé un mois à vivre dans sa voiture. Pour lire la première partie de son expérience, c'est par ici.


Ce qui est vraiment difficile, c'est de trouver un bon endroit où parquer son auto.

Avant de partir vivre un mois dans mon char, j'ai lu quelques blogues d'Américains qui vivaient ainsi. Certains sont un peu yolo et se stationnent à peu près n'importe où, et ça semble souvent marcher. Mais comme je n'avais personnellement pas tellement envie de me faire réveiller à 3h du matin par un policier qui me croit en détresse ou par un banlieusard pas content que je dorme devant sa maison, j'ai décidé de m'isoler et d'aller dormir dans des rangs de campagne. Si y a un endroit où t'as la paix, c'est bien dans un cul-de-sac dont le nom commence par « chemin ».

Alors le soir, une demi-heure avant d'être prête à dormir, j'ouvrais Google Maps et je me repérais un secteur pas trop loin de l'endroit où je me trouvais, qui comportait deux ou trois chemins sans issue. 

Des fois ça allait comme un charme : le premier chemin visité était un cul-de-sac tracé entièrement sur une terre à bois inutilisée en hiver. Personne à l'horizon, juste de la grosse forêt. La joie. 

Des fois c'était... un peu moins simple. 

Vous avez probablement remarqué que, rendu à une certaine profondeur dans le Québec régional, la camionnette de Google Maps a abdiqué. Dans ce monde où tu peux te promener virtuellement dans les capitales de tous les pays, il est toujours IMPOSSIBLE de savoir à quoi ressemble tel rang creepy à 5 km de chez toi sans te rendre sur place.

Ce genre d’incertitude peut évidemment vous chambouler une fin de soirée, vous vous en doutez bien.

À ma toute dernière nuit dehors, je me suis dit que je me ferais plaisir : j'allais retourner dormir dans mon meilleur spot du mois, une terre à bois justement, à 12 minutes d’auto de l’endroit où je me trouvais. Ça semblait super simple comme plan, je n'aurais pas à chercher, donc je suis partie assez tard, à minuit quelques. J'étais fatiguée, j'avais hâte d'arriver. 

Une fois sur place, petit problème. Ç’a l'air que finalement, elle est utilisée l'hiver, cette terre à bois. De grosses traces de pneus marquent le chemin, et la barrière dans le fond est ouverte. Fuck. Je ne veux clairement pas de bûcheron suspicieux qui rôde autour de mon char : demi-tour, je sacre mon camp avant de découvrir qui vient ouvrir la barrière d’une terre à bois en pleine nuit un vendredi soir. J’veux pas le savoir, pis encore moins le voir.

De retour sur la grande route, je prends mon cell, scanne les alentours et je repère deux autres chemins potentiels proche. Ça va.

Je me rends donc jusqu'au premier, le rang Warner. Pratiquement rien tout le long, et dans le fond, un club de tir. Ça doit pas être ouvert l'hiver ça, hein Google? 

Sur la page d'accueil du site, en rouge : « Nos installations sont ouvertes toute l'année 7 jours sur 7 de 7h00 à la noirceur! »

Le point d'exclamation à la fin là. Faites-moi pas croire que c’était pas pour me narguer.

Si les services gouvernementaux prenaient exemple sur ce club de tir, la vie serait simple en tabarnouche, que je me dis en fixant mon écran. Mais un peu de focus : je peux pas dormir là, les gens vont arriver tôt le lendemain matin, je risque d'être encore là, ils vont avoir des guns en plus, non, c'est pas une bonne idée.

Bon. Option deux, le chemin Laporte. Une fois sur place, le chemin… n'existe juste pas. Mes yeux se promènent entre le fossé frette et Google Maps qui me promet monts et merveilles si je tourne à droite. Un autre classique. 

Ma fatigue se transforme tranquillement en exaspération, et je me me rends compte à ce moment que je roule depuis un bout dans un brouillard de malade. À travers les brumes, je distingue une pancarte : 

Bienvenue à Ascot Corner. 

Blackout. On dirait que c'était ce qui me manquait pour laisser tomber mon optimisme et basculer dans un mode franchement désagréable. Je chiale après les arbres, le ciel et les vaches, je tourne sec, je maudis les dieux et je monte le volume de ma musique.

Je commence à ressembler à un danger public, mais y a pas grand monde sur les routes de campagne à 1h du matin, que je me dis.

Alors que j’enfonce un peu plus l'accélérateur, un chevreuil décide de se pointer la face comme pour me rappeler qu'on est toujours un peu into the wild, jamais complètement seul.

Oubliez les lions et les serpents; le chevreuil est l'animal qui fait monter l'adrénaline du Québécois moyen le plus rapidement. Je slamme les breaks, mon Thermos plein d’eau bouillante revole de la banquette arrière et vient s’écraser dans mon dos, le chevreuil s'enfuit dans le champ comme un perdu, je shake dans mon char, dans la brume, à Ascot, 1h du matin, Karma Police qui joue dans le tapis.

La vie, les amis. La vie.

***

Roulant à 30 km/h le temps de me calmer, je repère deux autres culs-de-sac. Je passe devant le chemin Larochelle, qui n'est pas entretenu en hiver -- une pancarte l'indique à l'entrée. Comme mon sens critique s'envole précisément à 1h15 AM, je l'essaye quand même. À mi-chemin, je me rends compte que ce n'est pas tant une route qu'une trail qui traverse le champ d'un agriculteur. On voit bien sa maison, d’ailleurs. Suis-je en train d'embourber ma Neon en pleine nuit sur le terrain de quelqu'un? Je pense ben que oui. Pendant que je spinne dans la bouette et la slush, j'invente l'histoire que je raconterai au gars du CAA s'il accepte de venir me secourir dans un chemin fermé. MAIS, mon char étant doté d'une bonne volonté surprenante, je m'en sors avant d'avoir eu à faire l'appel fatidique.

Petite note au cas où c'était pas clair : à ce moment, j'étais un peu à bout.

Je roule vers un dernier cul-de-sac. Celui-là sera le bon, pas le choix. 

Je vais au fond du rang. Y a un petit carré dans lequel sont parqués deux vieux chars enterrés sous la neige, et une espèce de grosse machine agricole. On dirait une cour à scrap artisanale. 

Fuck off. Ma chambre est une cour à scrap, pis ça me dérange même plus. Je me stationne, je me change et me glisse dans mon sleeping sur la banquette arrière. Avant de m'endormir, je regarde par les fenêtres... pis je réalise que la maison la plus proche est ben ben proche.

(Il s'agit d'un bon moment pour vous dire que le seul défaut des campagnards que j'ai de la misère à trouver adorable, c'est celui de se lever exagérément tôt. Je trouve qu'il est inhumain de commencer à travailler avant 10h, mais eux, ils se lèvent parfois à 5h30 pour aller promener le chien, PIS C'EST BEN NORMAL. Anyway.)

Tant pis, ils me réveilleront, ils appelleront la SQ, ils pèteront mes vitres de char. Je suis dans ce bel état esprit, quand on est tellement fatigués que le monde pourrait nous exploser dans la face qu’on dormirait quand même. Fait que plantation de pot, entrepôt de voitures volées, QG d'un gang de rang... Peu importe où je me trouve réellement, je m'endors en deux secondes et quart.

***

Le lendemain matin, je me réveille. Les volutes de Radiohead se sont tues, le silence règne. Je sors doucement de mon auto, et je la contemple, maintenant enterrée sous la neige comme les autres.

Je suis incognito dans une cour à scrap maison, à deux pas d'une bâtisse non identifiée, au bout d'un rang cahoteux. Pis la seule chose à laquelle ça me fait penser… c’est que ça serait un pas pire endroit à réutiliser.

Comme quoi on finit par se sentir chez soi un peu n'importe où, j’imagine.


]]>
http://urbania.ca/canaux/enquetes/5578/dehors-novembre-une-neon-dans-la-nuitTue, 13 Jan 2015 09:58:59 ESTCamille Dauphinais-Pelletierhttp://urbania.ca/canaux/enquetes/5578/dehors-novembre-une-neon-dans-la-nuit
Le centre d’achats du mois : le Faubourg Sainte-CatherineMême la porte d’entrée a le mérite d’être réaliste : ici, y’a pas personne qui, historiquement, a fait plus qu’UN achat. 


À première vue fabuleuse, l’affiche d’accueil du sous-sol s’avère également fort trompeuse. Non seulement y’a pas de wi-fi, ni de toilettes, mais, en plus, y’a juste un escalier roulant et, considérant qu’on est au sous-sol, il serait très surprenant que le troisième étage soit en bas.  


Sans oublier le Scoops qui, lui aussi, semble avoir des gros problèmes à exister… 


Heureusement, le Movieland, lui, pète le feu grâce à sa décoration inspirée. Le carton des caisses de papiers d’impôts s’agence à merveille avec le métal du panier d’épicerie et avec le rose toilé qui, de son côté, offre un magnifique contraste avec le grisâtre brut des tuiles du plancher. 


À la fois morcelée, triturée et déchirée, la toile rose offre des possibilités esthétiques infinies à quiconque sait la manier avec originalité et délicatesse.



Pas d’argent pour acheter un autre pot à fleurs ? 

La solution : un pot de yogourt.


La logique des prix est épatante chez Movieland. Alors que l’offre de Blu-ray à 2,99$ bat son plein dans tout le magasin, on est en droit de se poser des questions sur le prix de cette vieille cassette, pas de pochette, du Roi Lion.


Comme d’habitude, on est aussi en droit de se poser des questions sur la carrière à François Massicotte.


L’épopée se poursuit au rez-de-chaussée. 

Au lieu d’attendre après les clients, le Saint Cinnamon prend pas de chances et ferme sa caisse assez vite dans la journée. Décision avisée.


Pourtant, le spécial déjeuner à 4,95$ collé 48 fois avec du tape sale avait du potentiel.


En se promenant à travers les corridors du Faubourg, on se rend compte que, si y’a ben une affaire qu’on peut pas faire ici, c’est bien du magasinage. 



À moins de vouloir acheter une passoire turquoise, évidemment.


Fans de planchers décalissés, vous serez servis ici, dans les multiples «allées» de ce centre «commercial».


Quatre sortes de revêtements en six mètres… Qui dit mieux ?


Au moment où on pense avoir tout vu, on traverse une petite porte secrète à l’extrémité du centre et on arrive ici : drette dans la tête de Marc Dupré. 


«Ça fait au moins une dizaine d’années qu’y a pu rien ici !», explique un agent de sécurité, à deux pas de la face de Marc Dupré. «Tu devrais faire comme tout le monde pis aller au Centre Eaton.»

Rapidement, on se rend compte que cet agent de sécurité ne s’est probablement jamais promené au deuxième étage : lieu festif où la notion de party se redéfinit constamment. 


Ça promet.


LA question ultime : qu’est-ce que ça prend pour organiser un VRAI party réinventé ?

Très simple : des colliers, des tubes, des chandails et des vestes à capuchon.



En fait, le magasin est tellement su’l gros party tout le temps qu’il en vient même à perdre l’usage de son français. 


Le reste du deuxième a trois attraits principaux, à ne pas négliger : des chaises, une table et une poubelle.


De son côté, ce tailleur de vêtements pour femmes a de la difficulté à écrire son nom de façon uniforme.



Le moment tant attendu : l’arrivée à la renommée foire alimentaire du troisième étage, reconnue pour sa tangente internationale et, particulièrement, pour le Yuki Ramen qui, semble-t-il, vaut le détour. 

Un décor simple, lumineux, épuré, tapissé d’éléments botaniques et de caméras de surveillance.


Rapidement, ce design Word Art dernier cri attire l’attention.


Se dépêcher à manger de la fondue chinoise : nouvelle tendance culinaire 2015 ?


Des fleurs en plastique autour d’un arbre empoté : nouvelle tendance florale 2016 ?


Juxtaposer des plantes suspendues à des éléments de conciergerie : nouvelle tendance déco 2017 ?


Ça : telle affaire 2018 ?


D’ailleurs, c’est qui ce «monde»-là ?


En passant les portes à l’extrême gauche de la cour alimentaire, on trouve enfin l’entrée officielle du Dollarama. Modeste mais efficace.


En terminant : admirons, tous ensemble, la beauté de cette porte délabrée qui, sans surprise, ne mène nulle part.


À quand la démolition complète ?


Les paris sont ouverts.

]]>
http://urbania.ca/canaux/enquetes/5567/le-centre-d-achats-du-mois-le-faubourg-sainte-catherineTue, 06 Jan 2015 12:02:09 ESTOlivier Boisvertcentre d'achats du moishttp://urbania.ca/canaux/enquetes/5567/le-centre-d-achats-du-mois-le-faubourg-sainte-catherine
Dehors novembre : Un mois sans appartC'est le genre de situations un peu surréalistes qui surviennent quand tu décides que, pendant un mois, tu mets la clé dans la porte de ton appart et tu pars vivre dans ta voiture, incognito, pour voir.

Pas « survivre » dans ta voiture, non. Vivre, comme d'habitude. En travaillant, en voyant des amis, en allant souper au resto en gang, en continuant loisirs et implications. Certains font un mois sans voiture, un mois sans télé, un mois sans alcool. Ben c'est ça, un mois sans appart.

Au Québec, c'est pas un mode de vie courant et ça se comprend. Mais à Los Angeles, par exemple, le prix astronomique des loyers combiné à la température clémente fait en sorte que certains choisissent (ou n'ont pas trop le choix) d'adopter ce style de vie de manière permanente. À un tel point que des communautés en ligne s'organisent, que le fait d'habiter dans sa voiture a été décriminalisé à LA, et que les Walmart prêtent ouvertement leurs parking à des gens qui vivent ainsi. Vraiment rien d’impossible, donc.

Confession : je suis un peu fan des modes de vie atypiques. Les gens qui vivent dans les tunnels de métro abandonnés, dans les bois, dans des mongolfières ou dans des squats, ça me fascine. Évidemment personne ne souhaite être contraint à vivre ainsi, mais ceux qui y parviennent ont toute mon admiration.

Ce n’est alors pas étonnant que ce genre de nomadisme moderne ait piqué ma curiosité, et en plus, c’était ridiculement accessible. Je pouvais décider de l'adopter du jour au lendemain sans que ça me coûte une cenne, et c’était révocable assez facilement. On y ajoutait la variable « fait frette au Québec » (j'ai eu l'idée à l'approche de novembre); le défi me tentait trop pour que je choisisse de ne pas de le relever.

Alors un matin, j’ai paqueté trois sacs de linge, un peu de bouffe et de vaisselle, des bottes de rechange, un oreiller-sleeping-couvertures de polar, mon laptop, quelques livres et un sac de trucs de douche. J’ai mis ça dans le coffre de ma Dodge Neon, baissé le chauffage de mon appart, barré la porte et je suis partie.

Voilà donc comment je me suis retrouvée, après un dîner sur un banc de parc, à laver ma vaisselle dans la salle de bain d'un des seuls endroits où on peut entrer gratuitement dans une ville. La bibliothèque : eldorado des âmes errantes.

***

Avant de commencer l'expérience, je savais que j’allais trouver le mois pas mal long. En même temps, novembre, tout le monde trouve ça long : ça allait me faire quelque chose d'autre que la grisaille ambiante à quoi penser.

Et finalement... novembre a passé tout seul. 

J’ai constaté que quand on vit dans son char, les moments les plus pénibles sont ceux où on n’a rien à faire. Quand tu veux juste relaxer, dans ton appartement, il y a plein d’options. Quand tu veux juste relaxer dans ton auto et qu’il fait froid… c’est un peu moins le fun après une demi-heure, mettons.

Dans ces périodes vides (par exemple un mardi soir de 21h à minuit), je me retrouvais souvent à lire dans un Tim Hortons, l'un des seuls endroits où tu ne te feras JAMAIS kicker dehors (le second eldorado des âmes errantes, donc).

Découverte : quand tu lis la dernière édition de Wired en têtant pendant 3h le même café trop sucré assis à la table d’un Tim, ta vie te semble un peu dull, même si pourtant tu serais en train de faire à peu près la même chose dans ton appart sans te trouver dull.


Peut-être est-ce le regard éteint du caissier qui n’en peut plus d’endurer les blagues des gentlemen du quartier? L’odeur des roussettes qui stagnent derrière la vitre du comptoir depuis pas mal plus longtemps que le recommande le guide des employés? La lueur des néons qui éclaboussent la face d’une fille clairement gelée, entrée dans la place depuis 1h sans avoir rien commandé? LA PUB DES NOUVEAUX BEIGNES À SAVEUR OREO QUI TOURNE EN BOUCLE?

Dull, bref.

Par contre, j’ai réalisé que ces moments oisifs m'arrivent assez peu souvent : je passe pas mal mon temps à entretenir un agenda malsain qui me fait courir du travail à chez une amie à un café à une réunion au gym (ok non) à un bar, etc. 

Et quand tes journées sont loadées, l'endroit où tu dors a finalement peu d'impact sur le déroulement de celles-ci.

Même qu'à la limite, tout avoir dans son char, ça facilite la vie, côté voyageage. Une invitation à dormir chez quelqu’un? Une randonnée en montagne à la place d’un film au cinéma? Un road trip surprise? Pas de trouble, même pas besoin de repasser chez soi, on a tout ce qu'il faut dans son auto. TOUJOURS. 

Mon ostracisation sociale a donc été moins pire que ce que j'imaginais, mais soyons francs : la petite routine de la vie était effectivement pas mal plus compliquée que dans un appartement. Pour la douche, avec un abonnement dans un gym et en s’y prenant un peu d’avance, on s'en sort.

Pour manger… c'est un peu plus drabe. Ok oui, on peut se faire des sandwichs froids, manger des fruits et des barres tendres, mais à moins d'être très motivés, on tourne vite en rond. Le plus élaboré que j’aie réussi à préparer, c’est un chili végétarien, grâce au micro-ondes de la cafétéria à ma job. Pis c’était assurément pas du Ricardo.

Mais la question logistique qui revenait le plus souvent, lorsque j'ai commencé à dire aux gens que j'avais vécu dans mon char un mois, c'était : tu dormais où? 

Indice : pas dans le parking du Walmart. 

À suivre...

Crédit photo: Marie Lemonnier
]]>
http://urbania.ca/canaux/enquetes/5566/dehors-novembre-un-mois-sans-appartTue, 06 Jan 2015 09:58:38 ESTCamille Dauphinais-Pelletierreportagehttp://urbania.ca/canaux/enquetes/5566/dehors-novembre-un-mois-sans-appart
Le centre d’achats du mois : les Galeries LachineSur la rue Victoria qui longe les Galeries, on constate une influence anglo-saxonne assez forte. Un gros 2 piasses que c’est l’Office de la langue française, elle-même, qui est venue défaire la face à cette pancarte-là.



Pas de quoi ameuter la gang de paniers jaunes juste en face qui s’est organisé un gros chilling de fin d’après-midi dans le stationnement. Props à celui du fond qui s’est pas gêné pour aller pisser dans le banc de neige.


S’ils ont jugé bon coller une flèche sur l’immense structure de brique qui annonce déjà assez clairement le centre d’achats, ça veut dire qu’y a déjà des gens qui se sont trompés et qui sont, par exemple, allés se parker drette dans le rayon des surgelés du Maxi.  Fascinant.


Juste avant de franchir la porte d’entrée, cette affiche publicitaire au goût du jour, datant sans doute des belles années de la STCUM, donne le ton. 


Cette modeste clinique dentaire agit comme premier contact avec les 12 clients des Galeries, en ce samedi après-midi d’avant-Noël. Un «8» ou un «6» ? Les paris sont ouverts.


Même si les clients ne courent pas les corridors, l’organisation du centre d’achats ne délaisse pas pour autant la frénésie des fêtes et n’hésite pas à nous bombarder de décorations enguirlandées et de musique de Noël blastée dans le tapis. Mention au Urban Style qui, lui, n’a pas plié et continue de faire vibrer son rap de jeunes adolescents urbains à grand déploiement.


Oubliez le Carrefour Laval : ici, y’a pas de file pour voir le père Noël pis, en plus, personne va te juger si tu décides de rester en pyjama. 


Petit survol des établissements dignes de mention, à commencer par ce magasin de vêtements pour femmes qui a délibérément choisi de féminiser son nom en dépit de toute logique grammaticale.


Scaff était pas down avec cette succursale-là, donc il s’est retiré du dossier. Sage décision.


Dans la lignée des jeux de mots édifiants, Tabacs. J a certainement sa place. 


La classification dans le rayon des revues est particulièrement notable ici. 

La section Actualités : des chars.


Adolescent : de l’astronomie pis des guns.


Intérêts féminins en 2014? Des chats, des chevaux pis des oiseaux.


AVIS D’INTÉRÊT PUBLIC.


Suggestion de cadeau dernière minute du Tabacs. J : des livrets de reçus à 50% de rabais. Si vous feelez YOLO, y’a des acétates aussi.


Solution pour camoufler le fait que ta collection de vêtements date de 1996 : inscrire «Mode» sur ta bannière d’entrée.


Vu que le prix du baril de pétrole fluctue actuellement, le Gaz Inn doit être conséquent avec son nom et baisser le prix de son linge. 

Somme toute, les spéciaux épatent par leur capacité à ne pas prendre en compte la récente inexistence du sou noir. 


Une deuxième cravate à 1,01$. Qui dit mieux ?


Quand baisser les prix ne suffit plus, on rajoute un «WOW» bien senti pour teaser le client.


Même phénomène observé du côté du muffin anglais déjeuner au restaurant Pik-Nik, qui git comme un prince entre le Ardène et le Dollarama.


À 14 secondes de marche de là, au gracieux et vénérable Rossy, la folie du «WOW» est à son comble. 


S’il y a deux mots qu’on ne pensait JAMAIS utiliser pour qualifier des napkins, c’est bien «élégant» et «WOW». 


Du «linge de maison de Noël» ???????????????


Toujours nice d’acheter des produits qui, en plus de pas être remboursables, pourraient ne pas «fonctionnés».


Heureusement, le Rossy a une bonne politique de vol à l’étalage : seul le matériel électronique ne peut être emporté au-delà des caisses.


La mode pour toute la famille selon Rossy : des pantoufles roses et des crocs. 


À quel âge ça peut être cool de recevoir une chaise à Noël? 

Inbox.


En fin de journée, la folie des Fêtes prend légèrement d’assaut le Dollarama, aux prises avec un solide bumrush au niveau de ses sacs Ziploc. 


Vers la sortie ouest des Galeries, plusieurs magasins attirent l’attention par le niveau de prestige présupposé par leur nom. 


Ce qui est cool, c’est qu’il y a des t-shirts aussi.


Point culminant de l’expérience des Galeries Lachine : l’emblématique Québérac.


Renommé pour sa poutine, ses «festivals de pâtes italiennes» à l’année longue, son buck à 2,75$ en début de soirée et son ambiance survoltée assurée par des vieux routiers sympathiques, ce déli-bar s’impose dans l’ensemble du quartier, notamment grâce à ses soirées karaoké avec la chanteuse-animatrice Izabel.


Aperçu partiel du «stage» qui vous attend chaque samedi soir.


Assis au bar, les habitués de la place se confient. «Le monde me demande pourquoi j’vas pas en bas vu que la bière est moins chère. C’pas compliqué : moé, quand j’monte en haut, j’fais de l’exercice!» relate une dame en santé à propos d’un autre établissement du coin, avant de s’allumer une tope proche de la porte. 

Un peu plus loin, les jeux du hasard ont la cote. «J’suis en train de penser à mon grand-père, fait que la torieuse est mieux de cracher», confie un homme à haute voix à propos de sa machine, enchaînant plusieurs «Enweille la grosse !» au passage. 

Un peu plus loin, une dizaine de génies jouent au poker avec une fougue considérable. En primeur, les voici :


Avis aux intéressés.


En sortant du centre d’achats, on obtient finalement la réponse tant attendue. 


Bravo à ceux qui avaient vu juste.


]]>
http://urbania.ca/canaux/enquetes/5562/le-centre-d-achats-du-mois-les-galeries-lachineTue, 23 Dec 2014 11:25:13 ESTOlivier Boisvertcentre d'achats du moisvillehttp://urbania.ca/canaux/enquetes/5562/le-centre-d-achats-du-mois-les-galeries-lachine
Des prismes pis une fête foraine dans le Quartier des spectaclesPrésenté par le Quartier des spectacles

Au sortir du métro Place-des-Arts, sur Jeanne-Mance, les prismes fluorescents contrastent avec la neige et le bloc grisâtre d’en arrière.


Conçue par Raw Design, Prismatica est une installation de 50 prismes colorés qui s’apparente à un genre de kaléidoscope géant. «On était intéressés par l’idée de fragmenter la lumière en différentes couleurs», relate le directeur artistique du projet, Pierre-Alexandre Le Lay. 

Lorsque pivotés, les prismes laissent entrevoir leurs deux vertus interactives : refléter des couleurs et faire bouger des carillons. «C’est tellement beau ! En plus, ça fait plein de ‘’gling gling’’», résume cette madame, qui profite de l’occasion pour filmer sa fille qui court avec son iPad. 


Au lieu de regarder les prismes directement avec leurs yeux, la plupart des gens préfèrent les regarder par l’entremise de leurs appareils. D’autres poussent l’audace encore plus loin en admirant l’installation à travers le dispositif de quelqu’un d’autre.

 

Photo de profil ?


Un regard qui en dit long.


«En général, les gens ont beaucoup de questions, mais y’ont l’air de comprendre», indique le préposé à l’accueil, avec optimisme. 

Impulsif dans son approche, cet enfant anglophone ne ressent pas le besoin de se questionner, préférant faire tourner le prisme à toute vitesse comme un acharné. «THAT’S NICE! THAT’S SEXY!» hurle-t-il à répétition, devant ses parents abasourdis.


Plus opportunistes, certaines personnes profitent de l’ambiance lumineuse et récréative de Prismatica pour flirter comme bon leur semble. «C’est très random comme rencontre, mais c’est une belle occasion de vous fixer les yeux. Vous êtes toutes les deux vraiment très intéressantes», lance à deux femmes un  tombeur chauve qui se dirigeait vers un vernissage. «J’ai des évènements-champagne de temps en temps. J’pourrais vous inviter la prochaine fois.»


Bref, toutes les raisons sont bonnes pour venir faire pivoter des prismes lumineux.

«C’est beau, mais c’est pas facile à parcourir avec 90 kg de cidre dans le sac à dos», met en garde une dame avec justesse.


Direction métro Saint-Laurent pour la deuxième installation de cette cinquième édition de Luminothérapie. Créé par Lüz Studio, le Fascinoscope ici prend la forme de quatre jeux interactifs inspirés de grands classiques de la fête foraine : les fulgurantes machines volantes, le maître de l’illusion, les poulets en cavale et, surtout, le charmeur de serpents. 

Dans le but de dresser son serpent le plus haut possible pour faire sonner une cloche, le prétendant au titre doit frapper du plus fort qu’il peut sur un ballon-poire muni de capteurs. Pour ajouter au dynamisme de l’activité, le préposé à l’accueil se livre à de vifs et fougueux encouragements.


«On cherchait un thème pour faire en sorte que les jeunes et les vieux puissent y jouer, pas quelque chose de trop intello», explique le directeur artistique de l’installation, Matthieu Larivée. «C’est cette volonté-là qui nous a amenés vers le monde forain. Le ballon-poire, de son côté, ajoute quelque chose de typiquement québécois et, donc, de rassembleur.»

Considérant qu’une bonne majorité des passants s’arrêtent automatiquement (ou presque) quand ils voient au loin la silhouette du ballon-poire, on peut dire que le pari est effectivement gagné. 

Photo: Cindy Boyce

Perdante au début, cette dame effectue une remontée spectaculaire et remporte la partie des fulgurantes machines volantes. «Sacre, esti ! Écoute, j’ai même pas vu ce que je faisais, je regardais juste mon ballon en frappant fort dessus», dit-elle, encore secouée par son exploit.


Pour complémenter le jeu interactif, sept façades de vidéoprojection ponctuent le Quartier des spectacles et ses rues adjacentes. Chacune est accompagnée d’une musique électro enivrante post-fête foraine. Sur l’esplanade de la Place des arts, drette sur le Théâtre Maisonneuve, on peut admirer La Lanterne magique.


En fait, on nous annonce tellement de projections un peu partout au Centre-Ville qu’on finit par ne plus savoir ce qui en est une ou non. 

À la Place de la paix, la projection qu’on nous a concoctée est particulièrement impressionnante. 

Photo: Cindy Boyce

Et que dire de cette fabuleuse projection, en plein dans le ton pour les festivités de Noël. 


Pis ça, c’est vraiment nice.




]]>
http://urbania.ca/canaux/enquetes/5543/des-prismes-pis-une-fete-foraine-dans-le-quartier-des-spectaclesThu, 18 Dec 2014 17:30:00 ESTOlivier Boisverthttp://urbania.ca/canaux/enquetes/5543/des-prismes-pis-une-fete-foraine-dans-le-quartier-des-spectacles
La pourriture : Récit d'un espion (2e partie)
Emile Jutras-Laframboise raconte dans le magazine URBANIA spécial Anonymat son infiltration dans l'univers des grandes-surfaces.



Ensuite, je vais trouver sa vieille mère, me cracher dans la paume et lui retentir une bonne gifle pour avoir élevé une telle pourriture d’être humain.   Faut toujours garder une distance émotive, me disait le patron.  Rester froid et objectif.  Mais pas cette fois.  Pas pour lui.  Dans le cul.  Je vais lui monter la facture la plus salée de sa vie.
     
Moi aussi je croyais que ce serait tout.  Un truc de jeunesse, à vivre une seule fois.  Comme voter pour le Bloc Pot.  Mais la vérité est que, honte à moi, j’ai aimé l’expérience.  Le défi, l’adrénaline.  Et le magot que j’y ai récolté en empochant deux salaires.  J’ai pu acheter mon sofa bleu.  Celui sur lequel je roupille parfois, lorsque l’amoureuse tient à me raconter sa journée.  Le patron en était ravi.  Il souhaitait me voir renouveler le plus tôt possible.  Et comme tous les sofas bleus du monde se sentent seuls sans téléviseur à écran plat, je n’ai pu que replonger.    

En région ?  Oui, à quelques heures de Québec.  Un bel endroit, d’où tu pourras admirer le Fleuve qu’il me dit.  Et j’habiterai où ?  T’inquiète pas, tout est arrangé.  On t’a loué une maison, un truc meublé, avec piscine.  La grande classe.  Et le boulot lui-même, c’est quoi ?  Préposé aux bénéficiaires.  J’en suis perplexe, avec le pli de front pour appuyer.  Préposé du genre à couper les ongles d’orteil d’un vieux après lui avoir donné son bain ?  Le patron hoche.  Une noble profession qu’il ajoute.

Ça exige un cours classique en accéléré.  Un condensé de compétences que je prends deux semaines à parfaire.  Me dis-je qu’à ce rythme, on ferait de moi un avocat de la défense valable en moins d’un an.  Me voilà donc professionnellement adéquat.  S’agit maintenant de préciser la mission, la cible.  Que le patron me montre le bobo.  

Il n’y a rien de très concret qu’il précise.  Comment rien ?  Je fais quoi alors ?  Je vais te le dire.  Tu vas entrer en douce, faire ton boulot, puis devenir la putain de vedette de cet hôpital.  Tu vas devenir le roi de la montagne, le chef de la meute.  Le président de la classe, tu piges ?  Oui, mais je le fais comment ?  À toi de me le dire qu’il répond.  Prends les moyens qu’il faut.  Séduit-les, charme-les.  Vas-y comme tu veux.  Ensuite, tu ouvres tes yeux et tes oreilles.  Et tu renifles un bon coup.  Et de là, tu me fais un rapport quotidien.  Y’a des trucs pas nets à cet endroit, et je veux que tu puisses m’en extraire toute la morve.  Ça me paraissait aussi clair qu’un jus de pruneaux.

La maison, en effet, met un baume sur mes incertitudes.  Un lieu magique, à trois chambres à coucher, trois salles de bains et deux cheminées.  Une centenaire aux abords du St-Laurent qui contraste drôlement avec mon demi-sous-sol de la rue Berri.  Pas mal du tout.  Je me surprends à vouloir inviter mes potes.  Et des gonzesses.  Après tout, on n’emprunte pas une Ferrari pour la laisser dans le garage.  Mais rapidement, je reviens à mes oignons.  Un hôpital.  Je commence demain.  Le quart de travail du soir.  Je vais rater Piment fort. 

C’est à la quatrième semaine que j’ai fait un peu de bruit.  Les gens étaient sympas, pour l’ensemble, mais j’étais loin de mes objectifs de vedettariat.  Jusqu’à ce que, sans le vouloir, j’étire ma pause-repas pour me rendre à la toilette.  Le superviseur en a pris note, et le soir même, devant les autres préposés rassemblés avant le départ, m’en a fait le blâme.  Devant public.  MON public.  Ça m’a comme qui dirait noué le sentiment d’humiliation, ce à quoi je devais répondre, question de ne pas perdre la face.  C’est « va chier » qui est sorti.  Pas violemment, non, mais un va chier tout de même.  Fallait entendre  le silence.  Les gueules ouvertes, sans mot.  Qu’est-ce que t’as dit ?  J’ai dit va chier, si t’as un problème avec mes pauses ou avec mon travail en général, aie la décence de me le dire en privé, plutôt que de me rabaisser devant tout le monde.  Le superviseur en a rapetissé d’un mètre, et a disparu dans le couloir pendant que les employés commençaient à se diriger vers l’extérieur.  

Célébrité instantanée vous-dites ?  J’en suis devenu une légende.  Après coup, pas un soir ne  passait sans une invitation pour un verre ou pour un repas.  J’avais terrassé Goliath.  Les plus vieux s’en souviennent encore.  Et j’acceptais avec le sourire.  Le petit bar de la rue principale en est devenu mon repère, mon oasis.  Et c’est là où la puce m’a sauté à l’oreille.

Un des préposés s’appelle Steve, un type primitif et bruyant, mais avec une mollesse de caractère qui lui coule des aisselles.  Un malpropre qui paye comptant par liasse, invitant les collègues à des tournées sans fin de shooters de région, laissant sa barmaid préférée ensevelie d’un pourboire trop gras.  Ça me titille.  Le pognon de Steve autant que la barmaid.  Je connais déjà son salaire, mais puisque les gens grossiers tendent à se vanter de leurs avoirs, Steve me dit tout sur sa maison, son Pick-up, sa moto, son VTT, son Ski-doo et sa Corvette décapotable.  Un viril que je vous dis.  Et un viril qui vit beaucoup trop pour ses moyens.  C’est donc ma première piste.  Je me mets à le talonner, à le suivre dans ses beuveries.  Je m’allume de la liqueur d’aneth dans la bouche, pour l’amuser, et lui fais de la grivoiserie en forme de blague, ce qu’il adore.  Le dilemme, quant à Steve, est cependant de choisir entre devenir son subalterne, ou assumer mon rôle d’étalon et prendre la tête.  La psychologie est importante ici, car il serait facile de me le mettre à dos, d’en faire un rival si je me mets à piler sur ses gros pieds d’argile.  Je n’ai pas eu à choisir, au final.  La barmaid l’a fait pour nous.  Ouais, encore une fille.  Encore une alliée sans le savoir, un accès au vestiaire des hommes par celui des femmes.  Freud vous l’expliquerait sans doute mieux que moi.  Elle s’est amourachée.  De moi et de mes pitreries.  De mon exotisme de jeune homme de la ville, aussi.  Ça crève les yeux de tout le monde, y compris ceux de Steve, qui n’a d’autre choix que de s’incliner devant plus chromé que lui.  Le roi est mort, vive le roi.  Et le superviseur qui nous installe sur la même aile puisqu’il nous déteste tous les deux, et qu’il souhaite nous avoir le plus loin possible de son bureau.  Exactement là où je veux être.
  
Le boulot de préposé en est un qui vous gonfle d’humilité.  Jour après jour, vous aidez des gens jadis solide, jadis pimpant dans l’accomplissement de leur besoin primaire.  Vous les aidez à faire des trucs que l’on tend à considérer comme acquis.  Et la tristesse devient votre compagnon de route.  Je suis un espion, mais surtout un homme.  Un homme tout comme lui, Monsieur Langevin, robuste en son temps, ex-bucheron et père de treize enfants, réduit à se faire laver les fesses par un inconnu, sans trop d’amour ou de délicatesse.  On discute parfois, lui et moi.  De sa vie, de la mienne.  Ça me touche.  J’aurais aimé le prendre dans mes bras, le réconforter.  Je ne l’ai jamais fait.  Je l’ai vengé, par contre.

Steve veut me plaire, m’impressionner.  Il y va à grande léchée depuis sa destitution par la barmaid.  Il me montre sa cachette.  Une petite trappe d’air derrière le lavabo de la conciergerie.  Deux vis à tête plate et bingo.  Le trésor.  Une chaine en or, et une bonne pile de billets.  Ça, c’est la cagnotte de cette semaine qu’il me dit.  Il compte l’argent devant moi.  575 $.  La chaine, j’en obtiendrai un autre 200 $.  Il met le tout dans un petit sac en plastique, et se le fourre en poche.  C’est ma tournée ce soir, qu’il dit.  C’est ta tournée tous les soirs que je corrige.  Il sourit.  Et t’as pris ça où mec ?  Viens, je vais te montrer.  Y’a une nouvelle patiente dans la 312.  Toi, tu t’occupes d’elle, et moi je fais le reste qu’il me dit.  Dans la chambre, une vieille dame en piteux état, abimée par la vieillesse.  Steve prend son dossier.  Madame Chaput, c’est l’heure d’aller à la toilette.  Elle acquiesce, et se lève péniblement avec mon aide, se trainant la carcasse jusqu’à l’étroite salle de bain.  Je la tiens pendant qu’elle baisse son pantalon.  Elle tremble comme une feuille.  À moitié nue, elle gémit de douleur juste à se mettre en position.  Je lui demande si ça va.  Elle fait oui.  Je me sors la tête de la salle de bain.  Steve est là à lui faire les poches.  J’en reste ahuri.  Le culot de ce type.  Telle une petite crapule de fond de ruelle, il lui fait les poches.  Ses vêtements, son sac à main.  Il tire quelques billets en me regardant.  Il est si fier, ce gros porc.  Je retourne à la dame qui en a terminé.  Je l’aide.  Je la ramène à son lit.  Elle ne se doute de rien.  Elle nous remercie pour notre dévouement.  Steve lui fait des façons.  J’ai un peu envie de vomir.  De me battre, aussi.  D’extérioriser cet atroce sentiment d’abus, d’injustice, de lâcheté qui me tenaille le digestif.  Il vole une dame âgée, malade, probablement pauvre et seule.  Un champion.  Et moi, je dois le féliciter.  Dieu que ça va sonner faux.  Bravo Steve.  Combien t’as eu ?   Il me montre les 80 $.  T’es rusé que je lui dis.  Il est content,  comme l’enfant qui montre son dessin à papa.  Il m’explique que l’idéal, c’est les gens âgés en occupation simple.  Parce que les gens âgés, contrairement au plus jeune, n’adhèrent pas au concept d’achat par carte, et conséquemment, tiennent encore beaucoup de liquide.  Sans compter qu’ils sont un peu dans la brume, pour la plupart, ce qui facilite les choses.  Brillant.  Une belle théorie.
 
Le médecin de garde est avec moi.  Il est chouette.  On échange des paroles.  Il me parle des patients de l’étage, de cet homme à qui il n’en reste plus pour longtemps.  Une histoire affligeante où aucun de ses enfants n’est venu le voir mourir.  Un naufragé de la famille.  Triste, en effet.  Et c’est lequel ?  La 329 qu’il dit.  Merde, Monsieur Langevin ?  Oui.  Ça me fout un frisson, un truc froid qui me longe le vertical.  Une question de jour ajoute le toubib.  Je ne sais que dire.

Écoutes vieux, y’a un type qui va crever dans la 329.  Je n’ai jamais osé me le faire parce qu’il est trop alerte.  Encore trop lucide.  Il me regarde bizarrement.  Mais toi, il t’aime bien, alors on devrait y aller.  Non.  Juste non.  Le patron dira ce qu’il veut, mais à ce moment précis, l’espion disparait.  J’ai dit non.  Mais pourquoi, il est plein de frics ce vieux tas d’os !  Steve, il va mourir.  Et alors !  Alors je ne volerai pas un mourant.  T’es chiant mec !  Steve se révolte.  Il est furieux et quitte le local.  M’en fiche.  Je veux m’en aller.

Le lendemain, je fais intrusion dans la chambre de M. Langevin.  Je lui demande s’il a besoin de quelques choses.  Oui ma bague.  Juste là sur la commode.  Un cadeau de mon grand-père que j’adorais qu’il murmure d’une voix faible.  Tu sais, je vais mourir.  Mon tour de piste est terminé.  Un homme extraordinaire, mon grand-père.  Je pars le rejoindre, et je veux porter cette bague pour le grand saut.  Je comprends M. Langevin, je comprends.  Je lui tends la bague, mais il ne la met pas à son doigt.  Il la garde dans sa paume, serrée.  Elle me fait mal parce que mes doigts sont enflés qu’il m’explique.  Je la mettrai au dernier moment.  Je lui sers un verre d’eau, et quitte la pièce.  J’ai une poussière dans l’œil.

Hey vieux !  Faut que tu viennes voir !  Steve sautille comme une truite.  Il m’ouvre la cachette.  Tu sais le vieux de la 329 ?  Celui que tu ne voulais pas voler parce qu’il mourrait ?  Et bien tu vas regretter.  Regarde-moi ça.  Le vieux avait 400 $ dans sa poche !  400 $ d’un coup !  Et regarde !  Steve me sort la bague de M. Langevin.  Je vais exploser.  

Pour le reste, laissez tomber.  L’espion, le vol, les rapports détaillés, les pièces à conviction, la perte d’emploi, l’arrestation.  Laissez tomber.  Ne vous attardez pas non plus sur l’enflure des jointures de ma main droite.  Ni sur les questions auxquelles j’ai dû répondre à propos des bosses sur le visage de Steve.  Pas plus que sur la chaudière de réprimandes du patron, et de mon renvoi potentiel de l’agence.  Oubliez tout ça.  Il y a des trucs plus importants, plus essentiels.  Comme monsieur Serge Langevin qui est mort le soir du 18 août 1997.  

Et avec sa bague au doigt. 

Illustration: Emory Allen
]]>
http://urbania.ca/canaux/enquetes/5548/la-pourriture-recit-dun-espion-2e-partieWed, 17 Dec 2014 10:12:37 ESTÉmile Jutras-Laframboiseespionreportagehttp://urbania.ca/canaux/enquetes/5548/la-pourriture-recit-dun-espion-2e-partie