16 Nov 2011

La ville de la semaine: Lachine

Crédit: Julie Désormeaux

Par Éric Samson

Même si je suis techniquement né à Montréal, c’est à Lachine que j’ai (pas beaucoup) grandi, et même si j’ai passé les vingt premières années de ma vie à conspuer la maudite ride de bus qui me menait en ville (et autres désagréments banals de la vie de banlieue), je me surprends maintenant à trouver qu’elle est quand même chouette, ma ville.

Le slogan de Lachine a longtemps été La première banlieue. C’était avant les fusions, avant “l’arrondissement Lachine-Saint-Pierre”. C’est que Lachine a été la première ville à être fondée après Montréal, pour le commerce de la fourrure (quelque part vers 1660).

1- Lachine, ville schizophrène
Quand je dis que je viens de Lachine, à peu près une personne sur trois me demande où c’est (les deux autres font habituellement une joke plate sur le fait que j’ai pas l’air d’un chinois.) Lachine, c’est la frontière entre Montréal et le West-Island. Le pont entre le Montréal français (ha!) et l’ouest de l’île ultra-anglophone (pensez Beaconsfield ou Baie d’Urfé). Du coup, il y a deux Lachines: le “haut” et le “bas”. Il faut savoir que personne ne s’est trop cassé la tête quand est venu le temps de nommer les rues: il y a cinquante-six avenues à Lachine, et chacune d’elle porte simplement un numéro (avec deux exceptions, l’avenue Georges-V qui est en fait l’avenue zéro, et la dix-huitième qui a changé de nom pour l’avenue Esther-Blondin).

La frontière est à la 32e. De zéro à 32, c’est francophone et traditionnellement ouvrier, alors qu’en haut de 32, c’est anglo et plus banlieusard. Des bungalows, des pelouses et des piscines hors-terre. J’avais même un voisin qui a un mât et un drapeau du Canada dans sa cour.

C’est comme ça que Lachine est à la fois une ville royaliste, turbo-fédéraliste et WASP, en même temps qu’une ville de péquistes fonctionnaires qui organisent des gros shows à la Saint-Jean.

2- Lachine, bouillonnante métropole culturelle (presque)

Je n’ai jamais très bien compris comment une ville de 42000 habitants pouvait se ramasser avec son propre festival de musique, sans même avoir d’attrait particulier (comme de la gibelotte, du cochon ou du fromage en crottes). Une semaine par année, c’était le party: Jean Leloup, les Colocs, RBO, Fred Fortin, Caféïne, enweille don. Plein air, gratis.

J’ai vu des christies de bons shows à Lachine. D’ailleurs, un des secrets les mieux gardés de la ville est la salle de spectacles de L’Entrepôt, où j’ai déjà vu Karkwa devant de 300 personnes. Fans de concerts intimes, pas besoin d’aller virer à Terrebonne pour voir Malajube dans une salle équivalant à 10% du Métropolis.

3- Dédé Fortin au pays des mannes
Parlant des concerts en plein air, une des particularités de Lachine est que le Lac Saint-Louis est à côté, donc qu’on a de la bibitte en masse. Je me souviens clairement de Dédé Fortin en plein show qui dit “On m’avait parlé des mannes à Lachine, mais je ne pensais pas que c’était aussi fou.” Quand c’est rendu que les artistes s’avertissent de la population d’insectes d’une ville, y’a quelque chose de marquant. Bref, si vous allez faire du vélo sur le bord du Lac Saint-Louis en été, mettez des lunettes de grâce, et pédalez la bouche fermée.

4- Qui dit “lac” dit “bord de l’eau”
D’ailleurs, un des plus grand features de Lachine est sa série de parcs sur le bord du Lac Saint-Louis, avec piste cyclable et une assez étonnante collection de sculptures d’art contemporain. C’est un beau parc, et ça devient même sérieusement bucolique, par bouttes. C’est aussi un des seuls endroits sur l’île de Montréal où on voit encore des gens en rollerblades.

5- Couper des arbres, contre le crime
L’autre gros parc de Lachine est ironiquement nommé le parc Lasalle. On parle ici d’un parc full-equip: terrains de baseball, piscine, terrains de pétanque, etc. Mais c’est aussi un peu le rendez-vous des thugs. On raconte beaucoup de choses sur le parc Lasalle, notamment que les arbres bas ont tous été clairés en faveur de bouleaux et autres arbres à branches hautes pour que les policiers puissent aisément voir, en un coup de flashlight, si des Jeunes Contrevenants sont en train de boire ou de, généralement, s’adonner à des plaisirs illicites. C’est assez surprenant de voir une “forêt” où y’a zéro branches en bas de 5 ou 6 pieds.

6- La Duff

Parlant de thugs, il existe à Lachine une genre d’enclave où les HLM sont entassés autour de la polyvalente, qui s’appelle Duff Court, ou plus communément “La Duff”. Pas à cause de la bière des Simpsons, mais à cause du nom d’un vieux maire de la ville. C’est la place où t’essaie de pas trop aller. Y’a vraiment rien là-bas. Mais il fallait que j’en parle, ne serait-ce que pour prévenir les éventuels visiteurs: stop. Au nord de la rue Provost, y’a rien.

7- La 191, l’autobus du démon
Quiconque a habité, habite ou même visite la splendide ville de Lachine passe presque obligatoirement par la 191 Broadway Provost. Une ligne d’autobus visiblement dessinée par le Diable en personne, qui passe aux 40 minutes la plupart du temps et qui prend une demi-heure pour se rendre n’importe où, à partir du métro Lionel-Groulx, en passant par le bord de la 20 où on peut admirer les usines de recyclage de papier d’un côté et les vieilles tracks de train de Turcot de l’autre. C’est possiblement la ligne de bus la plus moche, panoramiquement parlant, de l’île de Montréal, elle est longue et cahoteuse, et on l’attend pendant une éternité. De quoi rendre le plus écolo jaloux des automobilistes.

8- Ville Saint-Pierre, la mal-aimée
Lachine, juste avant les fusions de 2002, a absorbé une petite ville à côté, qui s’appelait Ville St-Pierre. (On disait toujours “Ville St-Pierre”, jamais “St-Pierre” tout court. Aucune idée pourquoi.) Le problème c’est qu’à part un Lafleur, une Belle Province et un stand de tir, y’a rien de bon à Ville St-Pierre. Ça va toujours rester une enclave à part, plutôt pauvre et plutôt laide. Mais bon. Au moins, ils ont un Lafleur.

9- Pour une vie nocture lachinoise
Il n’y a pas grand chose à faire à Lachine une fois la nuit tombée, à moins que les choses aient dramatiquement changé depuis mon départ. Quelques bars country sont d’un intérêt certain pour les fans / ironicofans de danse en ligne, quelques bars turbo-crades sont assez impressionnants pour faire revivre ousortir.com, mais la seule place qui marche vraiment est, sur la 32e avenue, la fameuse Brasserie 12, qui appartenait jadis à Yvan Cournoyer. Maintenant, la 12 est ce qui se rapproche le plus d’un resto-bar de région, avec une table d’hôte comprenant à la fois pizzaghetti et festival de scampis, et des soirées où on fait venir un DJ et un band de cover, pour que les gens du haut et du bas se crouzent. Toute une expérience.

10- Chercher les weirdos
Les villes de la semaine ont presque toutes leur portrait du personnage loufoque local. C’est peut-être que je ne me suis pas tenu dans les bons spots, mais je ne peux pas nommer un seul personnage particulièrement “classique” de Lachine... C’est dommage, il me semble qu’avoir une mascotte, ça aurait été pratique. Si vous en connaissez, parlez-en dans les commentaires, et j’irai essayer de prendre leur photo.

NDLR: Urbania mettant Lachine à l'honneur cette semaine, nous offrons 10% de réduction sur les abonnements à tout résident de la ville! Écrire à lisamarie@urbania.ca

Lachine en images

Derniers commentairesRSS
  • Wow, I will be a little different and write in English. Je suis francophone, but grew up all over lachine. As a child living in lower lachine where I was French and later on we moved to upper lachine, where I was still very francais every friend I made was Anglophone. Alors, "maman, daddy, je veux aller a l'école en anglais?" I was able to go to English school because of my father. So off to Lachine high I went. Worked at Dixie pool as a life guard and swam and played waterpolo in a "Mann" infested pool. Ahh the smell of fish while swimming in a chlorinated pool. I worked a club video 29cent on 45 avenue and enjoyed the wonderful people from all the coop housing who would stop by for a movie and some would bring me dinner. What a wonderful neighborhood. Unfortunately, that building was lost in a fire.

    My English improved as the years went by, slowly my friends stopped laughing at my accent. (It was funny). I was the frenchy in my Anglo part of lachine.

    I have had the wonderful opportunity to truly be part of all of Lachine.

    From living on rathwell, thesserault and Broadway from working at Dixie pool and on 45 th avenue, and getting my education at Philip Morin, college st-Anne and Lachine high. I experienced the francophone and anglophone side of lachine.

    I have since moved to many other provinces and about 8 yrs ago back to Montreal.

    It's nice to see the improvements made on lachine and now owner of Houblon et Cepages on Notre-Dame, I hope to see more improvements on that street.

    I have so many family members still in lachine and with my own children couldn't stand the commuting I was doing. We have recently moved to lachine. I am back in my childhood roots and can't wait to hear my kids experiences... Ici a Lachine.

    Tellement heureuse d'être de retour :)

    14 Fév 2014 | Melanie Kis

  • personne n,a parlé de Léo Poteau, y pouvait te donner toute la meteo pour la semaine pis y finissait avec une petite danse ou

    y se tenait sur une patte. y ramassait les bouteille vide dans le parc. je pense qu,il habitait dans la duff court, ca c,est dans les annees 80.

    13 Fév 2014 | maryse

  • Je viens de revivre Lachine. Je suis née à Lachine en 1951 -- Je repense à mes hivers à glisser au GroveHill - à mes picnics avec ma mère au Canoe Club - au mariages célébrés au El Paso - a mon école Savaria -

    Mes étés travaillées à la Piscine du Parc LaSalle comme sauveteur. Les visites de l'Abbé Destroismaisons pour collecter la dîme pour l'église. A mes trois fils qui ont foulé les mêmes endroits que moi.

    Maintenant, je suis partie depuis 2009...je pensais manquer mes repairs souvenirs de Lachine mais ils sont presque tous partis - mais mes amis(ies) restent

    Pour un nouvel arrivant c'est une très belle ville et les souvenirs commencent.

    Merci pour ces moments de souvenirs.

    13 Fév 2014 | Danielle

  • Merci Amélie de préciser que celle que certains appelle ''la folle aux toutous''... Et bien cette dame a effectivement perdu ses 5 enfants dans un feu. Sur Notre-Dame, il y avait le Monte-Carlo avec Pietro le portier un peu fêlé dû aux combats et qui avait les mains longues. Il y avait aussi le Café Cercle des sportifs au coin de la 10e et Provost, des sportifs qui jouaient aux cartes et reluquaient les filles qui attendaient l'autobus à la lumière (90, 110, 191, 195, 190). Il y a eu l'entrepôt des chips Humpty Dumpty, ou les jeunes allait se ''chercher'' des caisses de crottes de fromage en sautant la clôture et courant sur la 20 en direction de La Duff, maintenant fermé par un mur de son. Il y avait le Toto dont une panoplie de ''gens qui avaient des problèmes mentaux'' s'y tenait pour siroter leur café (Georges, celui qui a perdu sa femme il y a 20 ans et parle tout seul constamment depuis) L'ancien professeur qui sentait la litière à chats et se promenait de table en table pour soit quêter une cigarette, soit vider le cendrier (le bon temps ou les gens pouvaient fumer encore dans les restos). Il y avait le dishwasher, tout droit sortit de ''Frankenstein'' ce dernier perdu sa mère, il s'est retrouvé itinérant dans le Parc Lasalle et il fût retrouvé mort d'hypothermie sur un banc, par les policiers du poste 8. Je me souviens aussi d'un homme qui a marqué ses étudiants dans son cours d'histoire à la Polyvalente Dalbé-Viau, Monsieur Jean Patenaude qui a sû inculqué sa matière avec brillo, ses diapos et sa façon colorée de nous enseigner et la visite du Général Roméo Dallaire dans ce cours m'a marqué à tout jamais. Tout plein de beaux souvenirs m'habite de cette ville, un jour, j'y retournerai.

    13 Fév 2014 | M

  • C'est vrai qu'il y avait plein de dépanneurs et de «bineries» comme Chez Réal où les bonbons à trois pour une cenne m'ont ruiné les dents. Il y avait aussi le dépanneur Lacharité, devenue Patenaude par la suite. Dans le quartier, il y avait aussi un boucher dont j'oublie le nom (rue Remembrance entre la 16e et la 17e) Un barbier juste à côté. Il y avait aussi le marché Turenne, coin 17e et Saint-Antoine, le dépanneur Ouellette, sur la18e. Bref, c'était avant l'arrivée des supermarchés qui ont fait fermer ces petits commerçants.

    7 Fév 2014 | Michel

  • Quelqu'un a parlé de Bill…Lee ? Ce personnage super gentil et dévoué au Maroons depuis plusieurs années. Il est vrai que notre ville renferme un cachet unique. Malgré les nombreux condos qui poussent comme des champignons, il ne se passe pas une journée sans que je ne rencontre un ou une amie d'enfance. Le dépanneur Réal Proulx au coin de la 17 et Remembrance. M Proulx nous disait qu'il fallait choisir vite nos bonbons puisqu'il n'avait pas le temps de nous servir….(avec un gros sourire..).

    3 Fév 2014 | Marc

  • J'ai grandi dans la 18e avenue près de l'église Sainte-Françoise Romaine. J'ai fréquenté l'école Boileau et l'école Piché. À l'époque, il y avait le bas et le haut de Lachine. À partir de la 25e jusqu'à la 36e, c'était un grand champ qui séparait les deux Lachine. On ne s'y aventurait pas car on était certain de se faire lancer des roches par les anglais. Lachine a bien changé. Le haut de Lachine s'est un peu francisé. Les usines ont fermé pour être remplacées par des condos. La rue Notre-Dame se meurt. Le transport en commun est pourri, sans doute l'arrondissement le plus mal desservi par la STM. L'administration actuelle semble plus préoccupée par ses prochains voyages à l'étranger que par les problèmes à régler. Exemple: Les feux de circulation qui pourraient être clignotants à la 55e avenue le soir et les week-ends. Ou encore un lampadaire sur la rue Sherbrooke pas encore réparé après cinq ans. Heureusement, il reste le bord de l'eau (merci M. Descary). Malgré tout, Lachine demeure une ville assez agréable quand on la compare à d'autres arrondissements. J'y vis depuis 58 ans et je crois bien y rester encore un petit bout de temps!

    3 Fév 2014 | Michel

  • Que penser des deux cinéma l'Empress et le Royal de la rue notre Dame situés au coin de la 9e avenue, Ces cinémas ont vu tous les septuagénaires et octogénaires des bâtisseurs de la ville. Que penser de tous les pères lachinois qui ont travaillé à la Dominion Bridge. À midi et à cinq heures on entendait le sifflet qui donnait le signal aux mères de commencer le dîner et le souper. Que penser de la gare de chemin de fer " Convent " au coin de la 16e avenue et William Mc Donald du tunel de la 16e avenue. Que penser de la patinoire de Piché, des courses sur l'heure du midi avec les St-Onge, Cournoyer Hétu, en préparation des festival au Forum. Du frère Alfred, de la milice...De Dalbé Viau, des pièces de théâtre au cours de français, De la vente et du tressage de palmes pour le dimanche des rameaux.

    Que penser de chief, de fionfion sa dulcinée, de didi qui pour un gros pepsi nous chantait une belle chanson.

    Que penser des chanceux qui pouvaient aller à l'île Dixie, camper pour une fin de semaine, des terrains de jeux au x parcs Lasalle, Dixie, Carignan, au stade de baseball. Que penser de la destruction du stade de baseball le plus apprécié au Québec, remplaçé par le centre technique, une des plus grosses erreurs des politiciens lachinois. Comment avons-nous pu supporter une telle décision.

    Que penser du laitier Tremblay qui venait même déposer le lait dans nos réfrigérateurs de maison ( dans ce temps là, on ne barrait pas nos portes ) Du boulanger Vézina avec ses fils qui nous livrait notre pain quotidien... Du spot de la rue notre Dame de Dionne , du A et P, de la quincaillerie Desjardins entre la 13e et la 14e de Plante Boucherie , dans ce temps là il y avait de la vie sua dame.

    Il serait intéressant pour les jeunes te moins jeunes de poser des questions aux personnes plus âgées afin de mieux connaître ce que c'était de vivre àlLachine dans les années folles, on est encore là pour vous répondre.

    3 Fév 2014 | Jean-Marc

  • Naitre , vivre et mourir a Lachine voila !

    20 Nov 2013 | Louise

  • je me souviens que dans les annees 80 tout était beau et tout le monde était gentils,c était le cafe des berges, dance, musique rencontre les plus sympatiques ainsi que descentes tout semblait sans importance on s aimait wow jamais je ne vais oublier cette epoque.

    29 Oct 2013 | louise riviere

  • Lachine j y suis ne et si dieu le veux j vais y mourir moi j ai passer ma vie a me faire dire que j habitait ville lasalle perce que les gens n etaient pas au courant que de l autre cote du pont de la 6 eme anenue et chemin du canal ben oui c était encore Lachine nous etions bien une petite bourgades de gens previlegies d habiter au bord de l eau ayant le fleuve derrières et comme moi le canal Lachine en face de notre demeure ont nous appelaient le monde de l autre bord du pont jeune je dois vous avouez que oui je me sentait un peu a l ecart des autres enfants qui n habitaient pas sur notre bord a ce moment la jeunes et ne connaissant pas encore toute la valeur de l emplacement de nos domiciles nous avons tous grandit dans un monde tres maritime de bateaux de challants de barges et de togs quelle chance s en le savoir nous avions une bonne partie de ces gens faisaient parti de notre famille oncles tantes cousins es ni plus ni moins come un clan et nous autres ont n a vu du monde ca DAME et nous avions aussi sur cette dame plusieurs petits shack 27 je pense tout un a cote de l autre qui partageaient la saison estivale emsemble je me souvient entre autre du camp num 7 Jack Harris ou mon père cablait a son quai sa grosse chaloupe verchere et qui a chaques annees prenait un coup de vernis et de peinture avant de la remettre a l eau entre autre quelques noms me revienne mr Edgar Leblanc Alphonse ST Michel Jack Harris Jean Pomerleau Yvon O neil et temps d autres donc je ne me souvient plus et quelle chance aussi avions nous d avoir l honneur de partager comme voisin mr Le Maire de Lachine de l epoque Louis Gaston et de son fils le notaire me Leopold Gaston um Maire d une gentillesse et d une grande bonte pour tous dans ces annees la pauvre lui tout le monde allaient porter leurs contraventions dans sa boite a malle ha ha ha et que dire de notre musee de Lachine et de notre bassin de pissiculture avec les gardiens et amis qui y travallaient en autre Normand Miron Jean Couturier et beaucoup d autres quelques familles du temps donc je peut me souvenir il y avait nous les Leduc les Chatelois les Kassarda les Gagne les Bower les Robert les Dorais les Petit les Laurendeau les Guilbauts les Daoust les Carignant les ST Michel grocerie du coin AVEC DE LA BONNE BIERE ET SON BACK STORE HA HA HA nous les jeunes ont s en rapellent c est la qu ont allaient chercher nos peres pour souper hey oui le back store plus de monde la qu au conseil de vile lolll les Watier les Baillard les Vallee les Leclair les Claude les Boisselle les Gilardeau les Champagne les Larose encore d autres Leduc les Pickles les Adammoski les Butterfish les Thomson les Brais Capitaine de bateau comme mon grand père Leduc les Tessier et tant d autres avec tout le respect donc j ai oublier et du cote restauration coin du chemin du canal et chemin lasalle plusieurs propriétaires se sont succeder Bertolle Tessier mr roy et son epouse dons leurs deux filles faisait parti des ICE CAPADES wow et mr Truby et la fameuse patate a Rossi vieux camion stationner sur le bord du canal ou tout les marins des bateaux qui abbordaient sur le bord le temps d ouvrir les locks ou ecluses allaient chercher des centaines d hot dogs et patates frites ha ces italiens toud le monde les connaissaient le vieux et sa vieille et la au passage des bateaux la 6 eme avenue devenait congestionner comme aujourd hui le pont Mercier ou Champlain ha ha ah du traffic y en n avait mais il y avait la une routine bien vivante et tres particuliere pour nous tout cela faisait parti de vie de tous les jours et nous etions sans le savoir des enfants tres previlegier et a partir de notre tout jeune age les familles se faisaient un devoir d apprendre a leurs enfants la natation puisque nous vivions dans un environement contourner d eau moi mon père a 2ans m avait attacher par la ceinture avec un cable et m a tout simplement lancer a l eau dans le canal sous les yeux orrifier de ma mere qui ne nageait pas ha ah ha mon père nageait comme un poisson et croyez moi mon frere Lionel et moi vers l age de 6 ou7 ans nous montions tout en haut du pont pour y plonger .... merci mon gros papa ? et ces merveileux coucher de soleil que nous regardions avec tant d attention soir apres soir ha oui comme nous etions chanceux la gang de l autre bord du pont et voila il ma fait plaisir de vous faire decouvrir une autre partie de Lachine ..... une petite fille de l autre cote Lise Leduc Lafontaine ???

    27 Juil 2013 | lise lafontaine

  • j'y vis depuis 45 ans...donc de ma naissance a aujourd'hui...merci pour votre article ca fais chaud au coeur....joignez vous a notre site facebook Lachine pour une ville meilleure...ou on essais d'ameliorer la qualite de vis de tous les citoyens pour promouvoir notre ville, nos services...c'est une belle ville ou il fais bon y vivre!

    26 Juil 2013 | Nathalia

  • Que de souvenirs... Les plus vieux se rappelleront du Stardust, du An-Ro, du Snake Pit, Café Beaulieu, l'Escale.... Mon pere a été portier longtemps, j'ai connue ces endroits tres jeune, aussi la Salle Marquette. Mon frere a jouer pour les athlétiques de Lachine dans le temps du magnifique stade qu'on avait a Lachine. Ma belle soeur a été présidente de l'école Gariépy. Vous rappelez-vous du bonhomme qui avait un petit véhicule qu'il 'pédalait" avec ses main, et André (Dédé) qui souffrait de je ne sais quelle maladie.... ils étaient connus a Lachine autant que 'Cheaf" lolll. Moi aussi je suis un produit de l'Académie Piché, de Toto, de l' Université Allard.... J'ai quand meme pas trop mal réussie ma vie lollll..... A mon époque on magasinait nos affaires d'école chez Glen Bargain Store.

    Pour ce qui est du Festival des Neiges, je suis tres contente que Vicky en ait parlé, j'étais présidente cette année la. On a eu beaucoup de plaisir a organiser ce festival durant 4 ans. M. Farineau, qui était conseiller a l'époque, sa conjointe, mon conjoint et moi avions eu cette idée d'organiser un Festival des Neiges, on a jamais pensé que ca pouvait devenir si gros. C'est d'ailleurs pas mal le dernier gros événement qui a eu lieu dans notre ville. Maintenant, nous sommes tres tranquilles, fini les partys de la St-Jean, les grosses fetes de Lachine, les places pour danser, ou avec des chansonniers. Place aux condos et aux centre d'Accueil..... Je m'ennuie de ma ville!!!!!

    8 Août 2012 | Claudine

  • Je suis a Lachine depuis 15 ans et ne pourrai jamais plus quitter ce village ou il fait bon vivre. Il y a un regain de vie incroyable en ce moment avec tous ces nouveaux developpements ou de jeunes familles s'installent pour profiter de ce magnifique bord de l'eau, Lac St-Louis que j appelle mon Club Med a moi, l'ete rien n y est comparable. J'habites la 12e pres du College, et m'y suis fait mon petit paradis a moi, je ne bouge plus, j'aime Lachine.

    24 Juin 2012 | Olivier Lebrun

  • J'ai quitté Lachine en 2005, je devais avoir comme 16 ans...

    Je me souviens de la rue Notre-Dame hyper vivante, du 12 où j'allais fêter le soir et où on allait déjeûner après avoir passé le reste de la nuit dans le parc derrière... L'été c'était le party total pendant une semaine complète sur le bord de l'eau entre la Saint-Jean et la Confédération, juste face au Dairy Queen. Les terrasses des restos chics sur St-Joseph faisaient jouer du jazz et ça sentait très bon.

    C'est au début des années 2000 que Lachine a commencé à se déteriorer (les années 90 ayant été le sommet), je suis revenu rapidement pour une simple visite et j'ai été frappé de voir que beaucoup de commerces ont fermé dans l'Est (spécialement sur Notre-Dame) et que le coin 18e / remembrance soit devenu un petit ghetto. En passant, la 18e s'est toujours appelée Esther-Blondin mais seulement au Nord de Provost, en l'honneur d'une soeur du Couvent face à Dalbé-Viau.

    J'ai été aussi désolé de voir que les condos et maisons trop pareilles aient poussé en aussi grande quantité près du Marché Public. Il faut redonner à Lachine son cachet, celui qu'il avait dans le temps où beaucoup de gens se rassemblaient.

    Je m'ennuie de Lachine, surtout depuis que je suis à Québec.

    13 Mars 2012 | JamesTemple

  • Super!

    Effectivement la patate au Parc Lasalle

    Le "pitt' où en gang on se rassemblait pour des heures de Plaisirs!!

    La gang à "Lévesque"

    Bersner au coin de la 12 Notre-Dame

    La fontaine d'eau avec ces jeux de lumière à l'hotel de ville

    La grande Jettée ne pas conforme avec le Bar Lol!

    Le Bonanza

    Les régates de Lachine

    L'Aréna

    OMG! Cet article est génial et m'a fait revivre ma vie :)

    29 Jan 2012 | La Mouette

  • Ceux que ça pourrait intéresser, voici un article paru l'été dernier dans la revue La Lucarne, revue de la valeur du patrimoine bâti.

    Lachine… un trésor caché

    Majestueusement située à l’embouchure du Saint-Laurent, la ville s’ouvre vers ces contrées mystérieuses et pleines de promesses de l’ouest de l’Amérique. Sa population à l’instar des villes portuaires est constituée de québécois habitués aux passages, aux voyages, aux étrangers. Voies de tous genres la traversent : aérienne, autoroute, chemin de fer et maritime. Lachine est un carrefour.

    Devenue ville industrielle puis banlieue au début du XXe siècle, Lachine se développe harmonieusement autour de la paroisse, du petit canal, de deux golfs et de plusieurs parcs, dans un respect des arbres auquel on n’est pas habitué au Québec; tout ça sous la gouverne des maires Dalbé Viau et Anatole Carignan.

    Lachine s’embellit pendant les années de prospérité et se développe sur ses deux axes : le Bas de Lachine à l’est de la 34e avenue, le Haut de Lachine à l’ouest. On construit à l’est des maisons de brique, de deux ou trois étages, en rangées. Le Haut de Lachine est déjà une banlieue de maisonnettes unifamiliales, détachées, à deux étages, dites Gameroff, du nom de l’entrepreneur qui les a construites sur un vaste secteur situé entre les 40e et 56e avenues. Les résidences de prestige sont très rares même sur les rives du lac. Les exceptions à cette règle sont des maisons répertoriées appartenant à l’époque rurale.

    La beauté qui a toujours été

    Ce qui fait le charme de Lachine est incontestablement sa rive longeant le lac Saint-Louis et son coucher de soleil fabuleux, inondant une lumière basse et orangée, modulée par les saisons. « Ô lac, l’année à peine a fini sa carrière… » pensent les aînés quand surgit cette lumière unique au bout du quai de la 34e avenue.

    La vie des Lachinois est liée au lac. On disait jadis que chaque Lachinois a un pied à l’eau. À la belle époque de la plage Malô située de l’autre côté du lac, de jolis bateaux jaunes, rouges ou verts venaient chercher leur cargaison de joyeux baigneurs au quai public. De nos jours, c’est la piste cyclable qui attire de nombreux visiteurs le long de cette berge et de la promenade Marquette qui s’étend de la 1re à la 19e avenue. Le Vieux-Lachine entoure le marché public et les institutions importantes : couvent, mairie, églises et musée lesquels témoignent d’une communauté bien définie, confiante et imaginative.

    Le caractère industriel de Lachine

    Cet atout a constitué le gagne-pain d’une importante partie de la ville et est responsable du caractère inventeur, industrieux et technicien des Lachinois. Northern Electric, Dominion Bridge, Canadian Car, Tamper, Dominion Engineering, Jenkins valves et plusieurs autres s’y installent. Arrivent les années 60 avec la nouveauté. Ici comme ailleurs « tout passe, tout lasse ». Hélas ! Ce dicton est encore plus vrai pour le secteur industriel. Ainsi en fut-il de la prospérité de Lachine qui se dégrada à un point tel qu’on la qualifia de zone grise. Chacune des industries ferme au cours des années 70. Malgré ses atouts naturels et historiques, la ville se défend mal. Ses élus ne sont pas conscients du potentiel qu’offre leur ville. La triste réputation de Lachine éloigne les nouvelles générations qui vont s’établir dans les nouveaux lotissements qu’offrent les villes de la rive sud.

    L’entrée en scène d’un grand maire

    Guy Descary, maire de 1973 à 1991, devient l’artisan de la remontée de cette ville par la mise en place de mesures intelligentes, originales et progressistes. Il établit dès son entrée au pouvoir que Lachine est une ville importante eu égard à son passé. Ce passé doit donc être respecté. Il n’hésite pas à investir pour le mettre en valeur. Oh combien cette attitude s’avèrera juste dans les années qui suivent.

    Espaces publics, bord de l’eau accessible à tous

    Il définit d’abord une zone industrielle qu’il repousse de l’autre côté de l’autoroute 20 et des voies ferrées, mettant fin à la vocation industrielle le long des berges. Tous les terrains privés ayant accès directement au lac sont réquisitionnés par la municipalité qui s’attribue le privilège de premier acheteur. Ainsi sans grever ses budgets, la ville s’assure de pouvoir contrôler tout développement sur ses berges. Aucune nouvelle construction ne sera permise sur ces lots. La ville récupère alors la Vieille Brasserie, la Brasserie Dawes puis la Maison du brasseur qui furent transformées en magnifiques salles publiques dont jouissent abondamment les citoyens.

    Conséquence de ces mêmes décisions : la création du magnifique parc René-Lévesque, la restauration et l’aménagement du canal Lachine laissé à l’abandon depuis 1959, le club de canot, le club des pêcheurs puis une école de voile. Suivirent l’aménagement d’espaces verts tout le long des rives et la démolition de taudis. Tant et si bien qu’à la fin on pouvait circuler le long des berges de la 6e à la 56e avenue. Restait à y construire une piste cyclable, ce qui fut fait dans les années 90.

    L’espace privé

    La valeur foncière qui croît rapidement est redevable au respect des arbres, aux condos moins hauts, aux vieilles pierres dépoussiérées… Les berges magnifiquement aménagées entraînent d’autres projets qui contribuent à mettre en valeur le tissu urbain tels le marché public et la rue Notre-Dame. De plus en plus de gens restaurent minutieusement leur maison ancienne et de moins en moins de projets de « condos avec vue sur le lac » voient le jour. S’ensuit un engouement pour les restaurants en bordure du petit canal dont la réputation dépasse de loin les limites de la ville.

    La ville de Lachine indéniablement subit une « gentrification » dans le bon sens du terme. Néanmoins il ne faut pas trop vite pavoiser ; autant ce mouvement s’identifie à un seul homme, autant dès son départ on sent un « back to business as usual ». Les élus sont à nouveau courtisés par des hommes d’affaire avides de « vues sur le lac ». Peu après le décès de notre maire (1991), j’ai souvenir d’une réunion à l’hôtel de ville où la population de Lachine était allée protester massivement contre un projet de construction de condos lequel dégageait de fortes odeurs de lucre et de développeurs agressifs. Effectivement une détérioration a suivi. Mais soyons positifs. Les infrastructures si intelligemment érigées pendant cet âge d’or de la vie de Lachine sont là pour demeurer, du moins je l’espère.

    Le plus bel endroit de Montréal dans un rayon de 50 km

    Quel que soit l’avenir, il y aura toujours les couchers de soleil sur le lac Saint-Louis. Et tant qu’on préservera les espaces verts, les arbres centenaires, les vieilles pierres et les plaques commémoratives, la valeur des maisons continuera de croître. Ce qui illustre sans équivoque que le respect et la mise en valeur du patrimoine ne peuvent que rapporter, tant au sens de l’idéalisme qu’au sens commercial… pour la suite du monde.

    Pierre Amesse

    Citoyen de Lachine de 1970 à 2001 qui aimerait bien revenir y vivre; hélas je n’en ai plus les moyens.

    18 Jan 2012 | Pauline

  • Pierre L., je me souviens aussi de JAZZ (j'ignorais son surnom!), le sosie de Wesley Snipes qui se maquillait des traits rouges sur le visage, et s'habillait souvent de cuir! Toujours en possesion de baguettes de drums, il jouait de la "air battery" sur des livres à la bilbiothèque Saul-Bellow!

    Le p'tit couple en Jeep roule toujours les soirs d'été, ainsi que les deux vieux (frères) édentés qui se promènent en véhicule électrique... sinon ils chillent sur leur balcon sur la 3e ou 4e avenue, près de St-Antoine...

    Good times... Merci!

    5 Déc 2011 | nick

  • wow que de souvenirs en effet et c'est tres bien décrit..jai vécu a ville st-pierre 10 ans et ensuite 9 ans a lachine.. tout est tellement bien décrit et il y a une belle touche d'humour. anyway peu importe les bus c'est toujours long les trajets pour se rendre au métro ou ailleur lol

    22 Nov 2011 | annie

  • Wow que de souvenirs. Je suis née à Verdun et est arrivée à Lachine en 1986. J'y suis et j'y reste. Merci pour ce bel article. On y est bien, surtout si on n'a pas besoin d'attendre l'autobus :-)

    19 Nov 2011 | Chantal

  • Les colorfull characters n'ont jamais manqué à Lachine,

    La très vieille dame que je suis se rappelle encore la Pitoune Pilon, un aimable soulot qui arpentait la 6e avenue par les beaux soirs d'été et pour dix cennes vous chantait La Pitoune c'est une belle fille, chanson de la Bolduc - d'où son surnom

    La SIx était aussi dans l'temps, une rue très colorée.

    18 Nov 2011 | mewanwi

  • Que de souvenirs... moi aussi j'ai habité Lachine pendant plus de 20 ans. Suis-je la seule à avoir remarqué "Ken et Barbie" qui se promenaient lorsqu'il faisait beau l'été chacun dans leur propre Jeep à la queue leuleu... toutes portes et toit ouverts. Qu'ils étaient beaux !! ;_)

    18 Nov 2011 | Joanne

  • La dame aux toutous

    Vit-elle encore ? Il y a quelques années, elle aurait été confiée à une institution car elle ne pouvait plus subsister seule malgré l'aide et la bonne volonté de ses voisins, résidents et commerçants de la 45e avenue... IL ya toujours de la place pour les weirdos et les braves gens.

    18 Nov 2011 | lena

  • Abouuuu yeah!

    Icitte cest le parc boiselle! Phrase mytique du parc lasalle.

    Je me rapel quand les arbres n'était pas coupés. Cetait tjs le party

    dans cette petite forêt urbaine. Les deux polices harold et hardy en

    Bike! Lachine mon hood!

    18 Nov 2011 | Bezoman

  • NOSTALGIE !! certain.... jai grandit sur la 17 e entre st-Joseph et piché ... cétais vraiment fort Lachine dans ce temp la... qui se souvien de la parade et les fetes de lachine quand il fermait la rue notre - dame yavait vente troittoire et tout plein dactivtés ?? je me souvien aussi dun petit restaurant a patates sur le bord du parc pres de la piscine...les St-Jean sur le bord de leau (a la cabane coin 18 e ave)sont vraiment les meilleur a vie ... ouais jmennuie vraiment du Lachine de mon enfance... rien a voir avec ce que cest aujourd hui....

    18 Nov 2011 |

  • J'adore le portrait fait de Lachine, que trop vrai. J'y suis née, j'y ai grandi, je suis partie et y suis revenue. J'habite maintenant Verdun qui me rappelle un peu Lachine, c'est entre autres à cause de la foutue 191 que je n'y reste plus, faute de temps et je n'ai pas de véhicule. Mais chose certaine, si un jour j'ai les moyens de me payer une maison sur l'île, c'est clairement à Lachine que je souhaite m'établir. Heureusement, il me reste de la famille là-bas, j'ai alors une bonne raison d'y retourner. Et aussi, dans ce fameux parc lasalle, nostalgie en me rappelant le gros château de bois avec sa super grande glissade en tôle trop chaude l'été. WOW !

    Merci, cet article a mis un baume sur mon coeur aujpurd'hui !

    18 Nov 2011 | Sandra

  • Éric Samson

    Je m'en voudrais de ne pas vous remercier tous et toutes pour ces commentaires. La "folle aux toutous", je m'en rappelle maintenant, oui. Les autres, ils sont tous nouveaux pour moi!

    C'est vrai que j'ai oublié (ou manqué d'espace, hein: dans un top-10, il faut faire des choix!) de parler du Mommy's, qui reste le meilleur Fish'n'Chips de la province, des Galeries Lachine, du Croteau qui a fermé sur Notre-Dame et tout le reste... Je trouverai bien moyen de faire un off-Top-10 un jour.

    En tous cas, c'est vraiment un plaisir de vous lire. J'espère qu'il y en aura d'autres qui viendront!

    18 Nov 2011 | Éric Samson | Montréal

  • Hey Eric,

    On m'a fait parvenir ce blogue. Chapeau bas pour ta description de ce bijou de village que j'habite depuis 22 ans. Je m'y était installée pour élever ma famille. Dans le temps de le dire, des racines m'ont poussé, bien ancrées dans le Petit canal.

    Étant très férue d'histoire locale, j'ai pu noter quelques imprécisions, mais vraiment, quel excellent portrait !

    Je n'ai malheureusement pas le temps de répondre en longueur et de rectifier ces quelques coquilles historiques, mais tout de même voici réponse à quelques questions :

    - Le Festival de Musique : il faut en rendre grâce au défunt Maire Guy Descary et à notre mécène Noël Spinelli qui a amplement financé tant de manifestations artistiques... et qui continue à le faire.

    - Les idiots du villages ? Mais oui, il y en a de très visibles et d'autres malheureusement aujourd'hui décédés. C'est dommage, ça valait le spectacle.

    Il y en avait un, monsieur Bertrand, un français, pourfendeur de la royauté, qui a pendant une dizaine d'années, donné bien du fil à retordre aux élus et aux hauts fonctionnaires aux séances du conseil, pour la plus grande joie des citoyens qui y assistaient.

    Oui, Tex le cowboy farouchement unilingue anglophone (originaire du Vermont, soit dit en passant); beau-frère du dernier maire de la Ville de Lachine William McCullock, aussi connu comme "Monsieur Patate" en raison de son droit acquis de faire engraisser les cyclistes qui se rendent aux Parc René-Lévesque. Le magasin de vieilleries de Tex existe toujours, mais sur la rue Notre-Dame.

    Son ex-épouse, Christina McCullock-Finney, est un personnage haut en couleur elle aussi. Elle s'est rendue jusqu'en Cour suprême pour faire radier un avocat qui l'avait mal servie et à s'en faire dédommager. Elle a réussi cela toute seule, sans avocat! Elle s'est aussi opposée de façon véhémente à la démolition de l'ancien église méthodiste devenue temple sikh, sise sur le boulevard St-Joseph au coin de la 11e avenue. Les murs de la salle du conseil garderont à tout jamais la mémoire effrayée de ses interventions énergiques.

    Mais l'autre, le grand des grands du genre, je ne peux pas le nommer, car il hante toujours les lieux et je ne veux pas lui faire de peine. Il a tenté de se présenter à TOUTES les fonctions électorales. Il était de TOUTES les assemblées. Il vieillit, il se fait plus rare. C'est une grande perte car sans lui, ces rencontres publiques sont tellement plus grises; on ne peut plus y rire comment avant. C'est un homme d'idées. Sa plus grande fut probablement de transformer le Parc René-Lévesque en Club Med, parce que, a-t-il suggéré au conseil municipal : "Un jour la tour de Pise tombera. Quand les touristes n'iront plus à Pise, il faudra être prêts et s'organiser pour qu'ils viennent à Lachine. Il faudra que le parc René-Lévesque remplace la Tour de Pise ." Nous avons tous bien ri, ce soir-là, mais il n'empêche que le Club Med a effectivement instauré le concept du Club Med urbain deux ans plus tard. Y avait-il un espion dans la salle :)

    Allez, on se reparle !

    18 Nov 2011 | Guinevere

  • Bravo pour cet article.

    Je suis nee a Lachine et j'ai vecu a Lachine presque toute ma vie et j'en suis fiere..

    J'en garde des souvenirs fantastiques et Lachine sera toujours ma ville preferee.

    J'aime beaucoup aller aux reunions de la Societe Historique de Lachine, cela nous ramene dans l'temps et nous rappelle des beaux souvenirs d'enfance etc...

    bravo encore pour cet article. Le Maroons, les randonnees en bateau avec M. Malo, oui la madame avec ses oursons, les cochards endormis a la 45e ave..etc....les baignades dans le lac St Louis et les randonnees en ski nautique..je pourrais ecrire moi aussi beaucoup sur Lachine.

    18 Nov 2011 | Michele G.

  • Nostalgie nostalgie! Lachine a bien changé depuis!

    Nous étions la banlieue la plus prospère maintenant les comptes de taxes les plus amères.

    On avait des « happenings » d’envergure maintenant un festival théâtrale des plus banales.

    Il y avait une vision, un leadership un exemple à suivre municipale; LA PREMIERE BANLIEUE, maintenant annexer dans un pot pourri métropolitain qui voit pas loin.

    Il est temps de rendre Lachine aux Lachinois.

    18 Nov 2011 | simon m

  • je suis né à Lachine et j'ai revu ma vie passé devant moi, didi daudelin en bicycle, la piscine dans le parc ou on attendait en ligne avec notre 10 sous pour entrer c'était plein,

    la rue Notre-Dame lieu ou tout le monde faisait leurs achats, restaurant Toto ou on allait prendre un café et un ordre de toast à Mme Lalonde entre deux cours ecole Piché, les petites lignes de baseball au parc Lasalle le samedi matin c'était plein, l'hiver on venait y déverser la neige pour y glisser, le festival de la raquette, parade de la st-jean baptiste ou j'étais sur un char. Les fêtes de Lachine, feux d'artifice au parc Lasalle, j'ai vu Offencbach,

    Michel Pagliasro les débuts de Mistsou et bien d'autres. La lutte en avant du chatet le dimanche après-midi, la cololonie de vacances, que de beaux souvenirs je voudrais revenir en arrière, Merci beaucoup pour votre texte

    18 Nov 2011 | loulou

  • Il ne faut pas oublié le "gangster". Il se tient toujours près du eggsquis et du video!!!

    Je sais pas si les gens vont comprendre de qui je parle, mais à le voir vous comprendriez!!

    J'ai vécu à lachine pendant 20ans et je vien tout juste de déménager à LaSalle, malgré que j'adore...suite à la lecture de cet article je réalise que ma petite ville me manque. Au moin elle n'est pas trop loin :)

    p.s.: vive la 195 qui prend beaucoup trop de temps à se rendre au métro angrignon :)

    17 Nov 2011 | Veronique

  • Que de souvenirs! Moi je viens pas de Lachine mais de "Ville St-Pierre". Et petite j'y suis aller souvent au Lafleur acheter une "grosse patate frite" pour manger avec notre "steak" au souper!

    Petite, j'allais à l'occasion à Lachine avec mes parents faire un tour d'auto et débarquer pour aller marcher sur le bord de l'eau. Mais j'ai beaucoup de souvenirs des fêtes de la St-Jean. Ado, j'y allais avec des amies et je me souviens aussi des trajets de bus. Oui c'était long!!!

    Mais l'ambiance était géniale et les fêtards aussi :) Quand on accrochait un gars, disons qu'il ne manquait pas de place discrète pour aller "frencher" et ne pas de faire écoeurer!

    17 Nov 2011 | Brigitte

  • Je propose aussi feu-Chief le gentil petit'homme claudiquant, Tex le relax boutiquier-texan, Black Jesus Long Hair Freak le remorqueur-ferrailleur, les frères quatre-roues (stationnés aux Galeries près des poubelles à cigarettes) et aussi la dame aux longs cheveux blonds promeneuse-de-chiens-de-son-métier qui fait chanter son chien sur commande...

    17 Nov 2011 | SS

  • Oh mais je comprend que les commentaires viennent de gens trop jeunes pour se souvenir de Chief ''Dédé Daudelin ? C,est le premier personnage que j'ai connu qui était hors normes à Lachine. Il embarquait dans l'autobus (191) et ne payait pa...s et les chauffeurs ne disaient rien. Chief criait tout haut ``Je suis Johnny Cash and I pay cash'' et il nous jouait un petit air avec son harmonica et riait.

    Je suis natif de Lachine et j'allais au Collège de Montréal par la 191. Eh oui, le jour où j'ai eu mon premier char, je me suis juré de ne plus jamais embarquer dans un autobus de la ville de ma vie. Voilà pour le commentaire ''rendre jaloux le plus écolo des automobilistes''. Mais je l'ai quand même fait. (Il n'y a que les fous qui ne changent pas d'idée).

    J'ai également vu une femme aux toutous au centre-ville avec des pommettes peinturées gros rouge mais ce n'était pas la même.

    Il y avait aussi JAZZ. Un homme noir, grand et mince dans un ''jumpsuit'' rouge avec du maquillage rouge au visage. Mais ça fait longtemps que je ne l'ai pas vu. Il entrait souvent à la bibliothèque.

    Parlant de Lachine, j'y ai travaillé avant de redevenir étudiant. Boulanger Yacht, ça vous rappelle quelque chose ? Et le Batobus ? Dans les années 1987 à 1989 j'y étais capitaine. Là j'en ai vu des gens de toutes sortes. On se relayait comme capitaine donc on travaillait une semaine sur deux et on passait parfois plus de 1000 personnes par jour à raison de 20 maximum par traversée. Les gens embarquaient avec leurs vélos et on reliait le quai de Lachine et le parc René Lévesque. Il faut dire qu'à l'époque la piste cyclable n'était pas parfaite sur tout le bord de l'eau. Il y avait des sections assez dangereuses.

    Mais je vois aussi qu'on a oublié de parler de l'Université Allard. Surnom fort connu de l'ancienne taverne Allard coin 18e et Notre-Dame.

    J'en aurais encore bien long à dire mais je laisse la chance aux autres de partager sur cette belle ville qu'est Lachine. Merci d'avoir écrit ce bel article.

    17 Nov 2011 | Pierre L

  • Article très intéressant mais il n'a pas parlé de L'UNIVERSITÉ PICHÉ probablement parce qu'il ne l'a pas fréquenté.

    En fait on peut sortir une personne de Lachine mais on ne peut pas sortir Lachine de la personne.A Lachine c'est comme un village tout fini par se savoir

    17 Nov 2011 | Richard

  • Super ton article!

    Personnage coloré la folle aux toutou oui... Bill oui.... Le ramasseur de feraille oui... Mais la folle a la branche magique hahaha c'est quelqun!!! Selon elle son fils c'est réincarne dans sa branche magique... Le cd de Harry Potter est indestructible Lol les esprits lui parlent et madonna lui a voler un de ses bâton wica! :-) vien faire du benevola une journée au dépaneur couche tard ( ou je travail!!) de la rue provost et 25 je te jure mon ami tu vas avoir des pas pire photo :-) il y a aussi le vagabon avec son manteau d' hiver en pleine été . Une barbe de 10 pied et une odeur a des quilometres a la ronde... Le craked de 50 ans qui de promène avec son sac a dos toutou ( recalent il a mis un chandail a son toutou!) LOL le jeune qui a 38 foulard sur la tête et 300 bagues dans une main.... Yen a vraiment bcp.... :-)

    17 Nov 2011 | Carolin

  • Bravo! On a très bien dépeint la ville de Lachine!!! Je me rappelle aussi de la dame aux toutous, elle habitait à 2 pas de chez ma mère... Triste à voir... On parle des Trois devins, que je n'ai jamais fréquenté, mais "dans mon temps" (les années 1985), on fréquentait le mythique Café des Berges (St-Joseph et 20e avenue, remplacé par d'affreux condos), qui était le siège de la vie culturelle branchée à Lachine!! Ligue d'impro, spectacle de chansonniers, piste de danse, bonne bière, service sympa! De bons souvenirs!! Sans parler des spectacles de la St-Jean au parc Lasalle!! Dommage que les spectacles et pièces de théâtre à l'Entrepôt n'attirent pas beaucoup de spectateurs!!! Il faudrait y aller avant que ça disparaisse... Une belle ville, pleine de possibilités, mais négligée par ses citoyens!!! Personnage mythique : je propose le cowboy antiquaire qui tenait boutique au coin de la 10 et St-Joseph; aux dernièeres nouvelles, il était rendu au coin de la 12 et Notre-Dame.

    17 Nov 2011 | Zab

  • il y a un personnage tres weird qui peut ete apercu sur la 45ieme av....un grand cycliste a l'allure chetive, boutoneux et sans égard pour la société...il ce nourit de saussices pas cher et de bierre passé date. on le surnomme le grand slack

    17 Nov 2011 | hardy

  • ah oui!! javais oublié Laurel & Hardy !!!! la grosse laide avec l'autre petite qui ressemble a un ptit gars...quelle gachit de la vie! svp...ne pas aprocher, leur laideur peut etre contagieuse.

    17 Nov 2011 | chris13

  • Bonjour, je vis à Lachine depuis 8 ans. C'est grâce à mon ami de coeur que je me suis établie dans cette ville. J'y ai démarré un centre musical nommé l'Oreille Musclée située dans la Place Chartier: 516, 19e avenue, 3e étage. Depuis mon arrivée à Lachine, mon métier d'enseignante de chant populaire m'a amené à connaître plein de gens sympathiques et tout comme moi partagent un amour pour la musique. Ici à Lachine, le talent musical ne manque pas. J'ai eu la chance de rencontrer des gens de tous les âges. La banlieue est un bel endroit pour y pratiquer la musique car, loin du mouvement de la ville, maintes occasions de se recueillir s'y présentent et l'apprentissage d'un instrument de musique y est propice. Le bord de l'eau à Lachine est un lieu magnifique pour observer la nature et composer des paroles. Par journées de beau temps, prendre son vélo, s'étendre sur une couverture sur la promenade René-Lévesque ou sur le pourtour du lac St-Louis permet aux adeptes de jouer d'un instrument de musique tout en s'inspirant du mouvement des vagues et des vols d'oiseaux. Je peux dire que Lachine m'a accueilli tout naturellement. En retour, je m'investi corps et âme avec ses citoyens et citoyennes. Je poursuis ma vocation d'enseignante à l'Oreille Musclée et je crois beaucoup en les jeunes et les grands de cette banlieue. Ils ont besoin de personne comme moi pour les aider à découvrir et développer leurs passions dans le cadre des loisirs de Lachine. Lachine est très dynamique et quand ceux qui la peuplent, l'animent. J'aimerais voir les lachinois et lachinoises profiter encore plus des boutiques de la rue Notre-Dame. Celles-ci méritent d'être encouragées. Elles pourraient offrir encore plus de commodités aux résidents, sans que ces derniers ait à magasiner dans les villes avoisinantes. Pour occuper ses temps libres, chacun devrait s'initier à jouer un instrument de musique et former des petits ensembles. Dans les prochaines années, je souhaite réellement rencontrer tous les jeunes et grands de Lachine. Les inviter à utiliser l'un des 4 studios du centre musical l'Oreille Musclée pour répéter. Qu'ils sachent qu'un studio d'enregistrement est accessible pour eux 7 jours sur 7. Une équipe de professionnels qualifiée offrent aussi des services de formation musicale pour tous les âges, à partir de 3 ans. Bref, Lachine a ses avantages pour moi; marché public, fromagerie, restos et cuisines multi-ethniques, l'Entrepôt (cinéma, spectacles divers), bibliothèque, patinoires, parcs, piste cyclable du canal, près du centre-ville et du bord de l'eau. Merci Urbania pour cet article. www.loreillemusclee.com téléphone 514-418-1511.

    17 Nov 2011 | Eve Lewis

  • En tant que personnages "colorés" comment oublier les deux filles de la 45e avenue qu'on voyait toujours ensemble et qu'un copain a surnommé Laurel & Hardy puisqu'elles formait un couple assez comique et mythique. La 1ere était assez baraquée merci, a l'air méchant et la 2eime aussi chétive qu'un p'tit gars de 10ans aux cheveux courts. Plusieurs gens que j'ai rencontré m'ont dis qu'elles seraient ensemble, et quel couple de moquettes horribles elle formaient en effet, mais qui sait ? Ce qui est du Vacancier du Styx, en tant que cycliste moi-meme, ca fait un bail que je l'ai vu, je suppose qu'il a du avoir une crevaison ou bien la calvitie.

    17 Nov 2011 | Lachinois d'adoption

  • j'ai habité Lachine pendant 21 ans et je trouve cet article formidable !

    Amélie, oui je me souviens de la dame aux nounours !

    17 Nov 2011 | P. di S.

  • Sa me fais rire de voir les commentaires moi aussi je voit souvent le monsieur en tricycle avec son''trailer'' de scrap derriere lui ou il y a un couple de personne âgés qui se promènent en chaise roulante électrique sois sur la piste cyclabe ou dans la rue habituellement sur la Victo, ils vont ou revient des Galeries! Beau texte en tout cas je l'aime ma ville :)

    17 Nov 2011 | Cynthia

  • Jaime cp ton article...sauf pour le fait que moi jhabite 13 provost.....et ya pas rien....ya plein de beau arbres sur ma rue(on est une des seule qui en a)pi la 13 cest comme une exception.....

    17 Nov 2011 | Dude de la 13

  • Wow! Quel beau portrait de notre belle ville de Lachine! Mon seul regret est le célèbre festival des neiges où les jeunes filles du bas Lachine pouvaient espérer avoir leurs bettes sur un flyer, distribué à toutes les portes, à titre de "duchesse" . Afin d'avoir la chance de remporter le "titre" il fallait vendre le plus de crayons (ou de cossins quelconques) possible pour espérer devenir la "reine du festival des neiges" et de se promener sur un ski-doo lors de la parade de Lachine (mon 2e regret...) Hé oui, j'ai effectivement vécu l'expérience, quoi qu'innoubliable, et jai été courronnée reine de l'édition de 2002!

    Ce n'est qu'un souvenir parmi toutes les belles aventures que j'y ai vécu!

    Fièrement Lachinoise!!

    17 Nov 2011 | Vicki

  • Lachtown! Bravo pour avoir tout de même bien synthétiser Lachine. Le haut versus le bas et les 4 rues du bas qui se sentent comme dans le haut! Les enfants aux chandails jaunes et orange fluos des camps de jours de Lachine! Le patinage libre, qui ma foi étais assez sur la coche avec du bon rythym des années 90! La fameuse Heure du Conte à la biblio! Bill de l'aréna et les Maroons! Ouff, du vrai hockey! Tu sais que tu a grandi à Lachine quand tu as soit bu une quille de tornade dans le parc Lasalle ou fumer sur le bord de l'eau dans les endroits cachés! Et le trois devins restera toujours le 3 cochons, sans oublier le Coin du Feu et son mur d'épilepsie, le billard Lachine avec les serveuses les plus louches en ville! Moi je l'aime Lachtown!

    17 Nov 2011 | Nancy

  • Ah man Eric tu viens d'encapsuler toute ma jeunesse en 3 minutes. Un des articles les plus droles (et vrais!) que j'ai jamais lus. Nous autres on se tenait sur les bancs a cote de la biblioteque jusqu'a temps qu'ils les demolissent. L'ete c'etait magique, on faisait des "border" (bord -de-l'eau) proche du college St-Anne les fins de semaine, on allait aux fetes de Lachine, a la St-Jean, pis au Cabillot un bar de bikers en dessous de l'autoroute ou nos amis qui avaient des groupes de heavy metal pouvaient avoir des gigs, a cote du Lafleur dont tu parles a ville St-Pierre. Moi je viens de Lasalle faque je prenais la 195, c'etait vraiment long.

    17 Nov 2011 | Canin

  • Serieux, l'exactitude de ce texte me laisse bouchebee! Pour etre ne a Lachine en 1980 et avoir vecu la jusqu'en 2008, je seconde chaque point de ce texte! Lachine a toujours ete a mes yeux une ville de petit vieux. C'etais pas pour rien que les jeune du bas Lachine se tenais generalement au Parc Lasalle.... Quel autre endroit etais cool pour s'amuser? Pas de Cinema, un centre d'achat petit, vide et remplis de petit vieux, Ont avais juste le Parc Lasalle qui, selon sa configuration, etais propice a fumer, boire et toujours avoir 10 longueur d\avance sur les Policier si il entrais dans le Parc. Meme chose pour le bord de l'eau. Pis si je peut rajouterm le personnage qui me marquais le + c'estais (ABOU ou APOU) le vieux bonhomme ittinerant, tout sale qui s'avais faite couper tout les doight des mains et qui, selon les rumeur, c'etais produit car il etais trop saoul et s'avais endormis dans la neige, les doight ont completement geler! Pis quand tu le regardais en face et que tu criais APOU!! il te repondais systematiquement APOU!!! hehe. Mais une chose par contre, Lachine sa demeure quand meme une belle ville!

    17 Nov 2011 | Patrick B

  • SideshowBob!! j'ai faillit en parler tantot mais je pensais que personne le connaissais. Moi aussi je le vois tout le temps soit a lachine ou sul plateau... Je pense qu'il est bipolaire pcq la moitié du temps il est clean cut et habillé propre et l'autre moitié il a un afro et du linge psyché... a moins que ce soit des freres jumeaux!

    16 Nov 2011 | Julien C

  • Et le monsieur au chapeau de cowboy qui avait un magasin d'antiquités depuis toujours? Tex??

    16 Nov 2011 | Sylvie

  • Comme personnages à Lachine y'a Chuck celui qui buvait toujours sa cannette de sprite au Whiskey Bar ou à la 12 et qui danse toujours pareil peu importe la chanson. Y'a aussi Sideshow Bob avec ses accoutrement vraiment psychédélique. Je l'ai vu sur le plateau dernièrement. Son rayonnement n'a pas de limite.

    16 Nov 2011 | VT

  • Amélie Trudel Brun

    Lachine, c'est aussi Dalbé-Viau, la polyvalente ou te changer dans le vestiaire des filles n'était pas une bonne idée... Ou même te baigner tout court! Dans "mon temps", du moins. Pour moi, c'est aussi la pêche sur la glace (ouhhhh) et MANGER du poisson du lac Saint-Louis.. Oui oui, ça se peut!

    16 Nov 2011 | Amélie Trudel Brun

  • Dans les weirdos de la Lachine c'est simple, une belle journée à coté du Eggsquis, pas loin du Queberac il y a une gang de monsieurs en chaise roulante motorisée. Il y aussi un yo avec des lunettes qui a comme un turban d'écharpes et de linge sur la tête qui apparait toujours dans le parking des Galeries Lachine. Sinon, la madame aux toutous (RIP?) on manque pas de personnages colorés!

    16 Nov 2011 | Gab2

  • J'avais oublier Le chevalier de l'apocalypse/Jesus en tricycle/black Jesus. Mais je crois qu'il couvre le sud-ouest au complet.

    16 Nov 2011 | Phil

  • et oui la 195 est pire que la 191 ... et la 110 aussi ...et la 90 aussi! en fait la 191 etait pas mal le moins pire bus pour se rendre dans la première banlieue... Par chance ils ont créer la 173 et on est enfin quasiment sa mappe avec un trajet express de 15-20 min

    16 Nov 2011 | Julien C

  • Oui la madame aux toutous!! mais comme mascotte de Lachine je propose celui que ma soeur et moi appelions LE CHEVALIER DE L'APOCALYPSE.. Toujours habillé en cuir et t-shirt de LED ZEP il arpentait les rues de Lachine sur son bicik équipé d'une énorme remorque ou il entassait toute la junk de metal qu'il pouvait trouver dans les poubelles... Avec sa longue chevelure de feu et sa barbe il semblait revenir de vacances dur les bords du Styx... Je l'ai meme deja vu essayer de scier le bicik de sa blonde avec une scie a métal.

    16 Nov 2011 | Julien C

  • J'allais justement mentionnner la madame aux nounours! J'ai récemment vu une dame au centre-ville qui lui ressemblait énormément et elle avait pleins de nounours. Je lui ai presque demandé si elle venait de Lachine, mais je n'ai pas osé. Et la 195 est encore pire que la 191 selon moi lol.

    16 Nov 2011 | Jonathan

  • Je «like» le commentaire de Chris! Le Trois Devins mérite d'être mentionné dans la section Vie nocturne

    16 Nov 2011 | Gab

  • Wow ! Quel beau et juste portrait de Lachine ! Le point 1 est particulièrement éloquent :) Je viens d'apprendre que la 18è est maintenant Esther-Blondin, mais bon, ce sera toujours la 18è ;) La madame aux nounours, mon Dieu, elle m'a marqué et la légende qui vient avec aussi. Ça fait du bien de se remémorer de si beaux moments, ce texte évoque parfaitement le Lachine dans lequel j'ai grandi :)

    16 Nov 2011 | Marilyne

  • Au coin de la 25e avenue et le boulevard St-joseph (le bord de l'eau), ya bar bien sympathique qui s'appelle "Aux trois Devins". Il y a des spectacles de jazz et d'autres genres musicaux qui s'y donnent. L'été, on peut même y manger: moules, frites et couscous! Ils ont aussi une superbe terrasse et plusieurs bières importées! Ils offrent aussi l'opportunité de louer la place pour des événements. C'est LE bar branché de Lachine!

    16 Nov 2011 | Chris

  • Aucune référence aux Galerie Lachine? Un centre d'achat de15 magasins dont 2 dollorama (un vrai et un wannabe) et un Rossi. Il y a une belle foule devieux weirdo la qui chill au Pik-nik.

    Parlant de weirdo, il y a la pute en bécyk qui offres ses services derrières la 12.

    Et il y a toujours l'incompréhensible Bill qui est toujours à l'aréna comme marqueur et livreur de journal de montreal.

    16 Nov 2011 | Phil

  • Te souviens tu de la madame qui se promenait toujours avec ses nounours? Je crois qu'elle est malheureusement décédée, mais elle les traitaient comme ses enfants...la légende disait qu'elle avait perdu ses enfants dans un feu et que chacun de ses nounours représentaient un de ses enfants.

    16 Nov 2011 | Amélie

Commenter



    Le chien Urbania

    Vous devez être membre afin d'utiliser l'outil dock

    Devenir membre