9 Nov 2012

Charline Provost, photographe des yeux

Crédit: Daphné Caron

Par Judith Lussier

Elle ne fait que ça à longueur de journée : photographier des yeux à l’hôpital Sainte-Justine. De petits yeux d’enfants, parfois en santé, parfois secoués.

En quoi consiste ton travail exactement?
À l'aide de toutes sortes d'appareils, je prends des photographies de la rétine. Ça permet aux médecins de confirmer des diagnostics, comme le glaucome ou un décollement de la rétine. Et quand les parents disent qu'ils n'ont pas secoué leur enfant, c'est triste, mais la photographie oculaire ne ment pas : on constate tout plein d'hémorragies dans l'œil.

Est-ce que ces photos-là peuvent être utilisées en cour?
Oui. En photographie médicale, 20% de notre travail sert à des fins judiciaires. Avant, je prenais aussi des photos d'enfants maltraités ou brûlés, ou encore des photos d'autopsie.

Qu'est-ce qui est le plus difficile?
C'est sûr qu'une autopsie, c'est choquant, mais le plus dur, c'est de savoir que l'enfant souffre. Faut se faire une carapace. Un enfant brûlé, on sait qu'il a mal. Et même si on n'a pas le dossier de l'enfant, on comprend parfois, par les blessures qu'on a à photographier, tout le mal qui lui a été fait. On travaille très fort pour mettre l'enfant à l'aise, mais ce n'est pas toujours évident. En photo oculaire, le plus gros de mon défi consiste à emmener l'enfant à fixer un point.

As-tu une technique pour que l'image soit aussi précise?
J'ai appris ça sur le tas. Au début, je regardais les diagnostics sur Wikipédia pour mieux comprendre les indications des médecins. J'ai aussi étudié la photographie au Cégep du Vieux Montréal, parce que ça prend une bonne formation technique pour bien éclairer. Ici, il n'y a pas de place pour des flous artistiques. L'éclairage est super plate et on n'a pas le droit de retoucher du tout!

Quand même, c'est plate à dire, mais c'est vraiment beau, des yeux malades. On dirait des planètes.
Oui, c'est bizarre, mais des maladies de l'œil, c'est souvent très beau. Des iris, de près, c'est comme de la laine. Mais mon travail est très loin de ce que je faisais avant : de la pub et de la mode.

12 : Nombre de clins d'œil qu'on effectue en moyenne en une minute.

Derniers commentairesRSS
  • Frédéric Guindon

    Bonjour Merryl!

    Merci pour le gentil commentaire. En fait, nous aussi on aurait voulu voir une photo des yeux et vous la montrer. Mais cet article est issu de notre collaboration avec le Journal Métro (chaque vendredi, nous y publions un portrait de quelqu'un qui a un métier qui sort de l'ordinaire) et généralement, on doit prioriser la photo de la personne rencontrée.

    9 Nov 2012 | Frédéric Guindon

  • Un autre article intéressant sur Urbania.ca :)

    Un seul point 'négatif': j'aurais aimé voir une, une photo de yeux.

    Bravo à tout l'équipe, vous égayez mon fil de nouvelles Facebook !

    9 Nov 2012 | Merryl

Commenter



    Le chien Urbania

    Vous devez être membre afin d'utiliser l'outil dock

    Devenir membre