De l’entraide, actuellement

De l’entraide, actuellement
2 Déc 2012

Par André Péloquin  |  Publié dans :

Du thon en conserve et des sous pour Moisson Montréal avec votre calendrier de l’Avent, SVP...

Chacun a son petit rituel des Fêtes.

Pour certains, c’est mettre leurs plus beaux atours dans l’espoir de frencher et/ou commencer une vie toute neuve après les douze coups de minuit en compagnie d’une demi-vieille fausse blonde ou d’un gars avec le logo de Nike tatoué sur une épaule aperçu à 23 h 59 au bar du coin. Pour d’autres, c’est se claquer des films de Ciné-Cadeau avec le même émerveillement qu’à nos huit ans, mais avec des yeux vitreux en prime (à cause de la fiesta du Nouvel An de la veille).

Pour moi, c’est au moins un visionnement de Love Actually - «ce n’est pas de mauvais goût, c’est dans la zeitgeist», que j’me répète, me mentant à moi-même - ainsi qu’une succession de partys - souvent charmant, parfois «malaisant» - où le mousseux «cheapette» me pousse à commettre les pires atrocités comme jouer du «air drum» dans un «air band» spontané le temps d’une soirée chez la belle-famille... alors que j’ai un sens du rythme comparable à «l’acting» de Caroline Néron dans sa plus récente pub...

L’horreur, j’vous dis.

...

Bien sûr, pendant ce temps, certains connaîtront des Fêtes plus luxuriantes. Éric Lapointe et Erik Canuel s’offriront des bagues qui pèsent autant qu’un ‘tit bébé joufflu alors que Blaise Renaud recevra le plus beau cadeau qu’on retrouve dans ses librairies «slash» détaillants de cossins de cuisine et autres trucmuches couverts de citations de Rimbaud : de «l’espace privilégié».

Plus sérieusement, plusieurs se farciront un mois de misère et c’est un peu de notre faute. C’est surtout de ça que je voulais vous parler aujourd’hui...



C’est avec un frisson dans le dos que j’apprenais hier que la banque de nourriture Moisson Montréal craignait de ne pas atteindre ses objectifs alors qu’on entame le mois de décembre; le moment le plus achalandé pour l’organisme. Ce n’est pas le premier cri d’alarme de l’OSBL cette année. En avril, Danny Michaud - DG de Moisson Montréal - confiait à Patrick Lagacé que, pendant que son équipe s’affairait à la transformation de fruits et légumes afin de réduire les pertes, mais aussi de faire des réserves pour l’hiver, il désirait que la population soit sensibilisée à sa cause tout au long de l’année, pas seulement pendant les Fêtes.

Des mois plus tard, non seulement les vivres manquent, mais près de la moitié des partenaires habituels de Moisson Montréal manquent toujours à l’appel. D’après M. Michaud, le beau temps - ou le réchauffement planétaire, selon vos croyances - nuirait à l’éveil de «l’Esprit des Fêtes».

Pourtant, en novembre, les Québécois se montrent particulièrement généreux pour d’autres causes comme Movember, par exemple. En attendant les chiffres de la présente campagne, le rapport 2011 mentionne que le Québec a surpris l’organisation en triplant son nombre de participants alors que le Canada, lui, décrochait la palme du pays le plus magnificent de l’expérience Movember en donnant plus de 35 M$.

Come on Montréal. Tu viens tout juste de raser ta moustache. Fais un ‘tit effort supplémentaire...

Cliquez ici pour épauler Moisson Montréal.

Derniers commentairesRSS
  • Aucun commentaire !

Commenter



    Le chien Urbania

    Vous devez être membre afin d'utiliser l'outil dock

    Devenir membre