360 jours autour du globe: Avoir 108 ans

360 jours autour du globe: Avoir 108 ans
15 Mai 2012

Par Dominique Audet et Mario Pesant  |  Publié dans : blogue

Bon. Loin de moi l’idée de vouloir insulter les amis qui nous faisait le récit de leur expérience des hautes montagnes et de la difficile acclimatation à l’altitude, mais je dois avouer qu’une petite partie de moi – la section juste à gauche de la pensée magique – pensait que le mal de l’altitude, ben c’était un peu du folklore.

Oui d’accord, on a tous entendu les histoires d’alpinistes qui montent les derniers mètres de l’Everest au rythme d’un unique et minuscule pas par minute, mais même là, je me disais qu’il y avait exagération. Come on. Si t’es entraîné pour monter le putain d’Everest, tu dois ben être capable de faire plus qu’une enjambée/minute, non?

Non.

Pour anéantir mes présomptions illusoires, j’ai eu droit à un avant-goût de mes 108 ans. Et on ne parle pas ici d’un 108 ans en forme. Un 108 ans qui les fait.

*

On revient d’un trek de quatre jours dans la Cordillera Blanca au Pérou, la deuxième plus haute chaîne de montagnes au monde après l’Himalaya. Une randonnée mythique à travers des paysages fabuleux de pics enneigés, de glaciers et de profondes vallées. La première journée, à 4 000 mètres d’altitude, ça allait. Oui, on est essoufflé à se brosser les dents et oui, la tête veut un peu nous exploser, mais jusque là, pas de quoi écrire à sa mère. Mais la deuxième journée…

Sa. Cra. Ment.

En gravissant les derniers mètres d’un col à près de 5 000 mètres, le fameux pas à la minute était mon rythme de croisière dans mes bons moments. La pause tous les cinq pas n’était pas un désir de savourer un moment le paysage époustouflant : c’était une nécessité de première, réclamée à grands cris par tout mon corps. Et déjà que ma tête semblait vouloir fendre à chaque battement de mon cœur – c’est-à-dire environ 192 fois par minute – et que mes poumons tentaient de sortir de ma cage thoracique pour prendre un peu d’air, je dus expliquer en long et en large à mon estomac pourquoi vomir n’arrangerait les choses en rien.

L’idée de fonder une nouvelle société, là, à flanc de montagne – avec les huttes, les bébés pis toute – pour ne pas avoir à franchir le putain de col fut proposée par mon amoureux, lui aussi ayant perdu tout ce qui avait pu s’apparenter de près ou de loin à une forme physique qui se peut. Mais l’idée, aussi alléchante fut-elle, a finalement été écartée avec l’arrivée de la neige qui rendait notre terre d’accueil un peu trop hostile à notre goût. Complètement épuisés et considérant le peu d’options qu’il nous restait, on a tenté d’évaluer combien coûterait une évacuation par hélicoptère, mais ne sachant malheureusement pas si notre police d’assurance couvrirait les frais d’une évasion à la James Bond et surtout ayant oublié notre téléphone satellite à la maison, on s’est vu contraint de continuer notre très peu glorieuse ascension.

Enfin. Après ce qui nous sembla être les plus longues heures de notre vie, on a fini par franchir les derniers pas qui nous séparaient de l’objectif honni. Notre guide s’enquit à mon amoureux à savoir si sa chica allait bien en constatant que mon teint, pas super basané à la base, était carrément fantomatique. J’étais en effet blanche comme un drap, très concentrée pour ne pas vomir quand un autre trekkeur proposa de nous prendre en photo devant la lagune.

Calvaire ! J’ai tu l’air d’une fille qui veut se faire prendre en photo ? Pis de quoi tu parles avec ta lagune ? me dis-je tout doucement. Je regardai alors en bas, du côté opposé à celui de toutes nos souffrances et… Wow.

Un des plus beaux paysages qu’il m’ait été donné de voir de toute ma sainte vie. Une lagune turquoise entourée de pics enneigés, avec la vallée immense qui s’étend à l’horizon. Tellement majestueux que j’en ai oublié de vomir. Et c’était sûrement un peu plus beau encore après avoir tant peiné pour y arriver.



Derniers commentairesRSS
  • Aucun commentaire !

Commenter



    Le chien Urbania

    Vous devez être membre afin d'utiliser l'outil dock

    Devenir membre