Votre bien-pensance aura raison de nous

Votre bien-pensance aura raison de nous
11 Mai 2012

Par Aurélie Lanctôt  |  Publié dans : blogue

Oh que je nous ai trouvés minables, hier matin. Un petit contretemps matinal pour plonger Montréal en névrose… C’est que de dangereux terroristes menaçaient la sécurité publique! Arrêtez-les quelqu’un pendant que je reprends mon souffle dans un petit sac brun, je vous en conjure!

Les gens, vous êtes cinglés.

Hier matin, le métro est tombé en panne. Il y a même eu de la fumée dans les quenoeils de quelques amis. Hon.

Le brushing de Monique a été ruiné par la bruine pendant l’insupportable attente d’une navette spéciale à l’extérieur. Jacques est arrivé en retard à son rendez-vous et Marie-Jeanne a loupé la première heure de son yoga. Et que dire de Josée qui a déposé la petite Malynka-Rose [archétype de prénom fucké attribué par un early-Y à son kid]  plus d’une heure et quarante-cinq minutes en retard à la garderie? Elle en a manqué la collation du matin!  C’est inadmissible de priver Malynka-Rose de ses Fruit Loops dans l’yogourt de dix heures et quart, osti de gang de perturbateurs de l’ordre public du câlice!


Ça c’était ma reconstitution dramatique de la scène « Névrose d’un 10 mai à Montréal».

Bref. Les gens, hier, je vous ai trouvés ridicules.

Et en prime, un joli cirque de rabâchage médiatique pour être bien certain de conditionner dans la populace un sentiment de menace et d’angoisse. Bravo, pour la self-made terreur. Beau set up. S’ils avaient besoin de drame et de torpeur, encore les grands réseaux auraient-ils pu s’employer à couvrir davantage (et mieux) les événements en Syrie, tiens.

Mais étant donné que médiocrité a force de loi ici-bas, et que notre nombrilisme n’a d’égal que notre ignorance, on préfère s’inventer des psychodrames de bas étage sur les dos des étudiants militants. Parce que c’est dans l’air du temps. De la masturbation collective alimentée par les frasques des miiiiiichants étudiants « radicaux ».

Mais il n’y a pas que ça. Le cirque du métro aura été « la goutte ».

Notre « politisation inopinée et merveilleuse » dont j’avais la profonde certitude il y a quelques semaines se mute tranquillement en amertume. J’en veux à cette majorité qui embrasse toujours et encore le niveau premier de l’argumentaire, et masque les failles de sa compréhension des enjeux avec des bons sentiments.

Pour s’en apercevoir, il aura fallu la radicalisation du mouvement. Oh que vous avez été nombreux à décrocher, là, ein? C’était facile de se battre en paradant et en lançant des fleurs. On faisait des peace avec nos doigts et on attendait candidement une offre miraculeuse…

C’était facile de soutenir la cause, aussi, ein? Ça paraissait bien en plus. C’était une ben, ben belle preuve de conscience sociale de jeune travailleur de porter le carré rouge. Mais maintenant qu’il faut en venir aux poings et à la désobéissance civile véritable pour piquer le gouvernement, c’est moins drôle, ein?

Maintenant qu’il y a eu des crânes brisés et des dents fracassées, on prend peur? Et vous vous sentez gauche et veule quand vient le temps de justifier les coups portés? Woups, les convictions s’ébranlent, d’un coup… Alors on condamne! Oh oui! Vite, vite, vite, vite, on la condamne, cette damnée « violence » proférée par de « dangereux criminels organisés qui gangrènent les manifs! »

Je ne déplore donc pas seulement l’idiotie des médias de masse et de ceux qui, d’emblée, font de « l’estudiantophobie » un hobby ou un exutoire. J’en ai autant après les sympathisants à la cause étudiante qui « militent » tout en baignant dans une bien-pensance grotesque et anesthésiante. La confrontation et l’escalade de la tension sont intrinsèques à la lutte, si on en comprend bien le sens. Plus le mur résiste à la grogne, plus il faut le marteler puissamment. C’est un principe assez simple, il me semble!

Eh non, les amis. La « violence » ne résulte pas de l’intervention inescomptée et malheureuse de groupes militants extérieurs au conflit. Ce ne sont pas des voyous anarchistes qui profitent de la cause pour piller tout leur saoul. Ça vous fend peut-être la gueule de l’admettre, mais c’est bien la souche militante étudiante qui en est venue à l’évidence : frapper.

Or, si l’ardeur et les convictions de certains ne résistent pas à l’escalade normale et inévitable de la grogne, c’est qu’il leur faudra prendre leurs distances. Soit, j’en serai sûrement. Mais n’ayez pas la prétention de croire que votre conception institutionnalisée et servile de la « lutte » est la bonne. Si tel est le cas, oubliez le carré rouge et retournez lire un peu sur la réelle définition de l’anarchisme avant de le confondre avec le « chaos », parce qu’il y a une crisse de différence.

Et pour ceux qui auront poussé les hauts-cris en traitant les responsables de l’incident du métro de « terroristes », je paraphraserai ici sans vergogne un tweet qu’il m’a été donnée d’apercevoir :

Un peu de respect pour ceux qui ont eu de vrais attentats terroristes dans le métro! Londres juillet 2005 = 56 morts, 700 blessés.


***

Aussi, j’ai pris un malin plaisir à voir des gens publier des tirades « anti violence » mielleuses et émotives sur Facebook. Leurs auteurs étaient également pour la plupart « d’ardents défenseurs de la démocratie directe ». Évidemment, le droit à la diversité des tactiques et la liberté absolue de l’individu au sein du groupe, ainsi que l’absence du droit à la coercition entre les pairs, ça, ça ne les a pas interpellés une seconde!

Mais encore. Il ne faudrait pas trop leur en vouloir. C’est leur ignorance qu’il faut blâmer, pas eux. Les pauvres.

Tout ça pour dire que je crierai « victoire! » le jour où les gens auront l’humilité de réfléchir pour la peine.
Derniers commentairesRSS
  • Toi qui a probablement encore toutes tes dents du calisse dans la bouche, tu peux bien mépriser ceux qui veulent la paix. Toi qui nous traite d'idiots parce qu'on apprécie pas qu'un climat de peur possiblement dangereux s'installe dans le métro tu fais honte à ceux que tu représente. Tu sais manier le verbe mais tu crache du venim dans chacune de tes phrases et c'est toi que j'ai envie de baffer.

    Si vous voulez des appuis, frappez au bon endroit. C'est à cause des épais trop radicaux qu'on est pogné avec la loi spéciale.

    Toé lâche ton toffu pi ton hummus (j'ai le jugement facile comme toi et j'adore les froot loops du calisse) pis va te faire crever un oeil dans la rue si ça te tente après tu écrira un beau texte méprisant sur comment la brutalité policière t'as rendue borgne mais qu'au moins tu auras frappée. Je terminerai mon message ainsi: maudite niaiseuse ferme ta boîte!

    18 Mai 2012 | Gabrielle

  • Faites vous pas des acroires, y'a rien de grandiose dans ce que vous faites.

    Vous faites dans la facilité:

    Rire des travailleurs c'est facile.

    Critiquer c'est facile.

    Manifester c'est facile.

    Faire une vigile c'est facile.

    Bloquer le métro c'est facile.

    Succomber à la violence c'est facile.

    Faire peur c'est facile.

    Mettre un baton dans une roue de vélo c'est facile.

    Travailler par contre... Construire... Ne pas se laisser embarquer par l'effet de foule... Rester objectif malgré l'émotion... Pas mal moins facile...

    15 Mai 2012 | John

  • Je ne comprends pas votre ton méprisant et condescendant?

    Pour ma part je peux vous assurer que la situation n'était pas agréable, pour ne pas dire vraiment paniquante, avec mon bébé de 3mois se matin là dans le métro!!!

    Je trouve dommage que vous preniez un malin plaisir à tourner cet évènement au ridicule...

    15 Mai 2012 | Sophia

  • J'ai rarement lu un torchon de ce genre. Aucune, je dis bien aucune cause ne permet l'utilisation de la violence. Les gens qui ont fait ces actes méritent de payer.

    14 Mai 2012 | olivier

  • Nancy Tremblay

    @Aurélie Lanctôt et à tous ces biens penseurs de la liberté d'expression, on vous a répondu:

    http://blogdecaro111.blogspot.ca/2012/05/une-lettre-aurelie-lanctot.html

    13 Mai 2012 | Nancy Tremblay | Chicoutimi

  • Ahhh.... Ouaip! C'est vrai que ca fait du bien de lancer une pierre, briser une vitrine, enfummé un métro.... Et c'est aussi bien vrai qu'il ne peu y avoir aucun changements radicals sans une sérieuse désobéisance civile.... Mais ce qui est encore PLUS vrai, c'est qu'au moment précit ou tu décide d'utiliser la violence contre l'état et la police, tu prend une position RÉVOLUTIONAIRE. Et, vraiment, quonbien y en a t'il de ceux qu'y utilise cette violence qui serait vraiment près a faire tous les énormes sacrifices qu'une VRAI révolution violente sous-entend? C'est très facile de ce laissé emporté pendant une manifestation ou les policiers agisent comme des barbares..... Mais rapelons nous que après la manif, on retourne tous dand le comfort et la sécurité de notre logement. Sécurité qui existe seulement a cause de l'état qu'on tiens tous parraiseusement en place. Bref, quand je lis des commentaires avec des ''Nous Vaincrons!'', je me demande bien si ces personne savent vraiment ce que ''vaincre'' implique.... Ons est tous beaucoup trop bien dans notre ouatte pour ètre près pour une révolution..... L'anarchie comme Peter Kropotkin l'entendait comportes énormément trop de responsabilités personellles pour tous les citoyen occidentaux. Penser vous vraiment que si, par magie, le pouvoir serait donné a n'importequelle des organisations qui font partie des revendications du moment demain matin, ce ne serait pas le kaos TOTAL??!! Ils est temps d'arrèter de ce mentir....

    13 Mai 2012 | Riccardo

  • Et pour ceux qui auront poussé les hauts-cris en traitant les responsables de l’incident du métro de « terroristes », je paraphraserai ici sans vergogne un tweet qu’il m’a été donnée d’apercevoir :

    Un peu de respect pour ceux qui ont eu de vrais attentats terroristes dans le métro! Londres juillet 2005 = 56 morts, 700 blessés.

    ***

    Aussi, j’ai pris un malin plaisir à voir des gens publier des tirades « anti violence » mielleuses et émotives sur Facebook. Leurs auteurs étaient également pour la plupart « d’ardents défenseurs de la démocratie directe ». Évidemment, le droit à la diversité des tactiques et la liberté absolue de l’individu au sein du groupe, ainsi que l’absence du droit à la coercition entre les pairs, ça, ça ne les a pas interpellés une seconde!

    Mais encore. Il ne faudrait pas trop leur en vouloir. C’est leur ignorance qu’il faut blâmer, pas eux. Les pauvres.

    Tout ça pour dire que je crierai « victoire! » le jour où les gens auront l’humilité de réfléchir pour la peine.

    13 Mai 2012 | tenten

  • Hey boy que c'est déprimant de lire un "article" comme ça... À vous lire, dès qu'une cause nous tient à coeur alors n'importe quelle action est légitime et ceux à qui sa déplait n'ont qu'à fermer leurs gueules. Pire encore, ceux qui ne cautionne pas cette désobéisance civile sont des laches! Pathétique.

    13 Mai 2012 | Vincent

  • J'ai bien aimé le grain de sel de V. J'ai cité exactement le même exemple des militants contre l'avortement en discutant avec des amis.

    Est-ce que le fait de faire changer les choses par la force donne la légitimité à ce changement? Autrement dit, et plus largement, la grève est-elle légitime si elle s'inscrit dans un rapport de force? Si la grève vise à ouvrir un débat par l'usage public de la raison, cela s'inscrit dans un cadre démocratique. Si c'est de faire plier le gouvernement à tout prix, j'ai de la difficulté à voir comment ça peut être justifié. Si des groupes anti-avortement bloquaient le métro demain matin, je serais la première défendre la démocratie, à défendre que notre société est pro-choix et que de tels actes ne donnent aucune légitimité à un changement politique en ce sens.

    12 Mai 2012 | LCT

  • L'escalade de la violence n'est pas la meilleure solution. Gandhi, M. Luther King et d'autres grands leaders l'ont compris. Au jeu de la violence, le peuple est toujours perdant. Les riches et le pouvoir font appel à la police et à l'armée pour mater les foules et rétablir l'ordre. Il faut penser autrement. Et dans ce cas-ci, je pense qu'il faut une solution de sortie de crise. Les leaders syndicaux viennent de demander un moratoire et ça me semble une bonne idée.

    12 Mai 2012 | François

  • À titre d'information collective. Voici un texte sur la désobéissance civile tiré de la revue Relations.

    Extraits:

    « Elle sera d’autant plus puissante qu’elle manifestera civisme, savoir-vivre et courtoisie, en même temps que la résistance la plus déterminée face à l’injustice. »

    « La désobéissance civile demeure l’un des plus puissants moyens de l’arsenal non-violent. Comme toute arme redoutable, elle exige un fin jugement stratégique, une formation poussée et un habile déploiement tactique. Parce qu’elle puise aux sources du contrat social – au droit inaliénable de refuser son consentement –, elle est l’acte citoyen par excellence par lequel, ultimement, toute légalité sera remise en cause et recréée. »

    =================

    Source

    http://www.cjf.qc.ca/fr/relations/article.php?ida=1353

    Un acte citoyen contre l’injustice

    Relations no 743, septembre 2010

    Par Philippe Duhamel

    L’auteur, militant, formateur et organisateur spécialiste de l’action non-violente et de la désobéissance civile, est membre fondateur de nombreux groupes dont SalAMI et collabore au projet « Nouvelles tactiques pour les droits humains »



    --------------

    La désobéissance civile appartient à une longue et honorable tradition de luttes où de simples citoyens et citoyennes ont bravé ouvertement les interdits pour combattre l’injustice et obtenir des droits que l’on tient aujourd’hui pour acquis.



    « Je soutiens que quiconque enfreint une loi parce que sa conscience la tient pour injuste, puis accepte volontairement une peine de prison afin de soulever la conscience sociale contre cette injustice, affiche en réalité le plus grand respect pour le droit… N’oublions jamais que toutes les actions d’Adolf Hitler en Allemagne étaient “légales”. »



    Martin Luther King, Jr.

    ---------------



    En tant qu’instrument de combat collectif, la désobéissance civile naît en Afrique du Sud, il y a plus d’un siècle. Un projet de loi de la colonie britannique cherche alors à limiter l’immigration asiatique et à imposer aux ressortissants indiens l’obligation de porter en tout temps un certificat d’identité, sous peine de se voir arrêtés lors de rafles dans les rues ou de perquisitions à domicile, pour ensuite être poursuivis ou déportés. Le 11 septembre 1906, au Théâtre impérial de Johannesburg, un jeune avocat indien, formé en Angleterre, invite 3000 des siens à prêter serment : jamais ils ne se soumettront à cette infâme « Loi noire », même au prix de leur vie. Ils devront également résister sans violence. Cet avocat s’appelait Gandhi. La première grande action de désobéissance civile de masse était née.



    Une semaine après le serment, le gouvernement accepte de soustraire les femmes à la loi qui entre néanmoins en vigueur, en 1907. Une campagne de résistance s’amorce. Malgré la répression, la mobilisation est si efficace qu’à peine 511 des 13 000 Indiens vivant en Afrique du Sud se soumettent à l’inscription obligatoire pour obtenir le certificat. Il faudra huit années de lutte intense et l’emprisonnement de milliers d’Indiens, dont l’arrestation à répétition de leur principal dirigeant, Gandhi – que le monde découvre pour la première fois – pour que la loi soit enfin abrogée.



    C’est durant l’un de ses séjours prolongés en prison que Gandhi prend connaissance d’un texte de Henry David Thoreau que lui a recommandé son ami Léon Tolstoï dans une de ses lettres. Soixante ans auparavant, en 1846, Thoreau, poète naturaliste et abolitionniste américain, se fait arrêter pour avoir refusé de verser six années d’impôts à un gouvernement qui soutient l’esclavage et mène une guerre contre le Mexique. Il passe une nuit en prison et, à son plus grand regret, une tante bien intentionnée verse les arriérés en son nom. Mais l’événement le marque profondément et le conduit, deux ans plus tard, à prononcer ses célèbres conférences sur les droits et les devoirs de l’individu face au gouvernement. Publié en 1849 sous le titre Résistance au gouvernement civil, ce texte est réédité de manière posthume en 1866 sous le titre La désobéissance civile. Le terme inspirera grandement Gandhi qui l’adoptera pour décrire ce qui deviendra sa principale arme dans sa lutte pour l’indépendance de l’Inde.



    Principales caractéristiques



    C’est en tant que « civile » que la désobéissance montre ses caractéristiques politiques fondamentales. Puisant à l’analyse de Christian Mellon, jésuite spécialiste de la question, nous en évoquerons quatre. Premièrement, il s’agit d’une action essentiellement citoyenne, comme l’origine latine du mot « civile » (civis) l’indique, qui interpelle la collectivité, la société en son entier.



    Deuxièmement, c’est une action politique. Elle n’est ni délinquance, ni quête de profit personnel. Elle est mue par une motivation responsable en faveur de l’intérêt collectif. Il s’agit d’un geste public et politique, souvent conjugué à différents moyens (ultimatum, théâtre, humour, interventions médiatiques, symboles culturels, etc.) pour interpeller l’ensemble de la société. L’élément « désobéissance » traduit d’abord la notion de transgression, d’infraction, le fait de commettre délibérément une action interdite par la législation ou la réglementation en vigueur. Pensons à l’occupation des sièges réservés aux Blancs lors de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis, qui a popularisé la tactique du sit-in. Il peut aussi s’agir d’une omission intentionnelle, du refus d’accomplir un acte auquel la loi nous oblige. Rappelons-nous la décision du Front commun de 1972 de défier la loi de retour au travail, entraînant l’arrestation des trois principaux chefs syndicaux du Québec.



    Ensuite, c’est une action non-violente. De la même manière qu’on oppose les civils aux policiers ou aux soldats, seule la désobéissance « démilitarisée », donc sans arme et sans violence, peut être civile. Elle ne cherche pas l’anéantissement physique de l’opposant, mais plutôt l’élimination des comportements ou pratiques injustes et des règles iniques. Elle s’inscrit dans l’éventail des méthodes de ce qu’on appelle l’action non-violente – qui recoupe une diversité de moyens d’intervention tels le boycott, la grève-occupation, la non-coopération, le barrage routier, le blocage d’édifice, le sabotage matériel ne mettant pas en danger autrui – en dehors des mécanismes officiels, parlementaires ou institutionnels. Il importe ainsi de distinguer la non-violence des formes traditionnelles d’expression et de contestation démocratiques sans violence (vote, manifestations, pétitions, etc.).



    Finalement, c’est une action caractérisée par la « civilité ». Elle s’appuie sur la profonde vertu de la citoyenneté, une certaine bienveillance empreinte des valeurs que sont le respect et la démocratie. Elle incarne au mieux la vision d’un monde meilleur dont elle se veut le germe. Elle sera d’autant plus puissante qu’elle manifestera civisme, savoir-vivre et courtoisie, en même temps que la résistance la plus déterminée face à l’injustice.



    Un dilemme pour les autorités



    La désobéissance civile ne se limite donc pas à enfreindre la loi. Elle implique un élément de défi public assumé. Elle cherche à accroître la visibilité du geste et à forcer les autorités comme la société à juger du bien-fondé de la cause défendue par une action menée à visage découvert, revendiquée par tous ses participants, qui en assumeront les conséquences. Face à une telle situation, les autorités sont invitées à laisser l’infraction se dérouler librement ou à la réprimer. Dans le cas prévisible où les policiers se présentent sur place pour appliquer la loi, la fuite est hors de question. L’arrestation ou l’amende sera, au contraire, accueillie comme l’occasion de publiciser et de dramatiser la cause, notamment par la tenue du procès éventuel qui servira de plate-forme à la diffusion de l’argumentaire social, écologique et politique de l’action.



    Bien conçue, la désobéissance civile pose ainsi un dilemme insoluble aux autorités : en ignorant le défi lancé par l’acte de désobéissance, celles-ci abandonnent à ses responsables de nouveaux espaces de résistance. En choisissant la répression, les forces de l’ordre risquent de déclencher un mouvement de sympathie qui profitera encore à la résistance, si la cause est juste, bien entendu, et bien comprise par l’opinion publique.



    La désobéissance civile demeure l’un des plus puissants moyens de l’arsenal non-violent. Comme toute arme redoutable, elle exige un fin jugement stratégique, une formation poussée et un habile déploiement tactique. Parce qu’elle puise aux sources du contrat social – au droit inaliénable de refuser son consentement –, elle est l’acte citoyen par excellence par lequel, ultimement, toute légalité sera remise en cause et recréée.

    12 Mai 2012 | M. Watt

  • merci pour

    1.être divertisant

    2. ne pas avoir de tact ( ca fait du bien de lire des phrase dans lesquelles chaques mots est important)

    ;)

    12 Mai 2012 | métacognition

  • J'appuie vos propos, Aurélie.

    Aussi tranchants soient-ils.

    Je trouve dommage qu'on établisse d'emblée un lien entre une pensée comme la vôtre et le fait d'être un monstre qui se réjouit de la violence. Cependant je pense qu'il est vrai qu'il s'agit davantage d'une exagération du véritable état des choses par les médias qui ont sauté sur l'opportunité de faire mousser l'image négative du mouvement.

    Parce que je pense aussi qu'en poussant une population manifestante à bout en refusant de considérer ses revendications, on ne peut s'attendre à autre chose qu'à une radicalisation des moyens pour se faire entendre. C'est humain. Et je me considère comme un être de compassion. Et il importe de comprendre globalement les mécanismes de changements dans une société avant de s'offusquer de la moindre perturbation. Il importe de comprendre que cette nourriture médiatique est toxique, tout comme le sont les stratégies du gouvernement qui se satisfait sans doute d'être demeuré de glace pendant le conflit, finalement.

    Je ne crois pas qu'enfumer le métro était une BONNE idée. MAIS, je dirai avec détachement que je ne suis pas ÉTONNÉE d'assister à de tels actes, et je continue de penser qu'il n'y avait qu'un seul actant dans le conflit qui aurait pu en empêcher la dégénération, mais il n'a pas agi quand c'était le temps.

    Je suis désolée que des milliers de gens aient eu à sacrifier deux heures de leur salaire.

    Traitez-moi de nombriliste, mais je suis aussi et surtout désolée que la complétion de ma session soit précaire, dans un contexte où les employeurs ne veulent pas de moi étant donné la possibilité que je retourne en classe à tout moment, me mettant dans une impasse financière.

    ...Mais je continue d'appuyer le mouvement, il n'y a absolument aucun doute là-dessus.

    12 Mai 2012 | Eve

  • J'ai bien aimé l'article!

    Et à tous les «haters» qui se donnent la peine d'y porter attention: Merci!

    Pour ma part ce sont tous vos messages qui me donne encore plus le goût d'avancer pour la cause!

    Alors je vous dit : un gros LOL!

    :P

    12 Mai 2012 | Staline Beauchamp

  • Il faut arreter de croire que toutes ces manifs, tous ces gestes, violent ou non servent uniquemqnet le débat sur la hausse des frais de scolarité. C'est la gestion de notre argent commun faite de facon totalement irresponsable par notre gouvernement qui est déficiente.

    Nos ressources données au premiers venus, trop bon marché. Des centaines de millions de dollars dépensés dans des programmes futiles, la corruption, les enveloppes brunes...Certains diront que la hausse ne constitue qu'une faible poignée de dollars, imaginez si notre pays était mieux géré. Ce petit montant que constitue la hausse est une pincée de sel comparativement a tout le gaspillage que notre gouvernement fait chaque année.

    Les étudiants sont entrain de se battre pour la prochaine génération et ce bien plus que pour un petit cinquante cennes par jour...

    Quand tu bas ton chien à tout les jours, un moment donné ca se peut qu'il te morde dans la face...

    12 Mai 2012 | M-A

  • Ils ne sont pas des terroristes, ils ne sont pas dangereux, ils sont juste vraiment vraiment stupide.

    Le même genre de stupide que celui qui se rentre un hamster vivant dans le cul pour supporter la cause des animaux.

    Ils nuisent à la cause qu'ils prétendent défendre.

    Des crétins, je vous dis.

    12 Mai 2012 | Patrick Lemay

  • Moi ça ma dérangé, Je pense à ma grande qui à pris 2 ans pour se ramasser de l'argent pour pouvoir aller étudier à Montréal dans le programme de son choix . parce qu'avec nos moyen limité nous ne pouvions pas la supporter financierement. Vu la grève, elle voie ces économie diminuer rapidement. Alors elle tente de se trouver un travail en attendant mais qui veux engager qqun qui ne sais pas combien de temps il pourra travailler; car elle veux ce concentrer à ces études à temps plein. Finalement elle avais une entrevue d'embauche à laquelle elle n'a pas pu ce présenter. Résultat, pas de job.

    Si j’élargis mon regard, je pense par exemple à tout ceux et celles qui attende un rendez-vous chez un spécialiste depuis 6 mois ou 8 mois et qui, comble de malheur, n'ont pas pu ce présenter...

    Oui, il est vrai que pour beaucoup, cela n'a causé que de petit désagrément. mais pour d'autres l'enjeu est de taille.

    Je ne suis pas totalement contre la grève étudiante. À la base elle est fondé. Mais je suis dans l'impression que c'est devenue une petite gué-guerre entre les dirigeant des association étudiante et le gouvernement. Je me demande même si les association écoute encore tout leurs membre ou juste ceux qui disent ce qu'il veulent entendre.

    Et puis, prendre la population en otage n'a jamais aider les causes.

    C'est mon opinion.

    12 Mai 2012 | Maman

  • Merci pour le texte, il m'a fait bien rire.

    J'ai été particulièrement contente en entendant la nouvelle il y a 2 jours. Une amie m'a dit: « T'as vu ce qui s'est passé dans le métro, les 3 principales lignes sont fermés!» J'étais contente. Je me suis buté rapidement à plusieurs commentaires désagréables...«Et bien tout ça, c'est de la violence, il faut penser aux gens, bla bla bla. » Comme si plusieurs personnes étaient mortes. Et puis je me suis dit; toutes les fois ou les manifestant.e.s ont été gazés, poivrés, matraqués, ont perdu un oeil pour recevoir des balles de caoutchouc, les gens arrêté.e.s, détenu.e.s, pour finalement n'avoir aucune accusation (seulement des conditions bidons), les gens morts sous l'arme des flics, les gens morts à devoir vivre dans la rue, les gens qui rush à essayer de se payer un minuscule appartement et à ne pas vraiment bien manger.

    Nous somme dans un système capitaliste qui nous fait violence tous les jours, comment se défendre? Assumer de se faire frapper en faisant des signes de peace? Attendre que le gouvernement change de position, quand on sait très bien que ce n'est pas dans son intérêt! Il faut arrêter de se fermer les yeux et accepter que, historiquement, pour réussir à créer un réel mouvement, il faut se défendre, se battre, et que la guerre est constante, présente à toutes les jours de notre putain de vie.

    La lutte va au-delà des frais de scolarité. Parce qu'il ne faut pas oublier que même avec l'annulation de la hausse, même avec la gratuité scolaire; celle-ci n'est toujours pas accessibles à tous et toutes, et on ne remet toujours pas en question, par exemple, le fait que les entreprises gèrent les universités, ...

    12 Mai 2012 | anonyme

  • Quoique très "entertaining", votre article n'est pas représentatif de la réalité. Votre caricature de l'événement relève plutôt de la vision de la journée à travers les médias, et non sur le terrain.

    Les médias se font un plaisir fou à dramatiser le moindre petit événement et pressent le citron jusqu'à l'assécher. On recherche le moindre petit scandale la où il n'y en a pas. Je ne crois pas que les gens étaient hystérique, au contraire. La très grande majorités d'entre-eux semblaient prendre la chose de façon beaucoup moins dramatique.

    12 Mai 2012 | Hugues

  • Isa Crimonie

    Bravo Aurélie. Il en coûte parfois cher de dire tout haut ce que plusieurs pensent plus bas. Mais ce sont des gens comme toi, qui ose le courage de foutre son poing dans la gueule de la bien-pensance qui restent dans les mémoires. Les autres idiots utiles finissent par se faire oublier ;)

    12 Mai 2012 | Isa Crimonie

  • A Jay,

    J'ai moi aussi été étudiante et j'ai obtenu un Bacc à Mcgill à travailler de nuit pour payer mes études et mon appart. Il arrivait que je n'avais pas de quoi mangé mais vous savez quoi, ça m'a rendu forte et je suis fière d'avoir accomplie tout cela malgré les difficultés. Car j'étais motivée et je n'ai pas perdu mon temps à niaiser non plus car je savais que l'école allait me permettre d'avoir une meilleure vie. Je connais la souffrance, mais je connais aussi le bonheur de se réaliser sans se fier sur les autres pour y arriver.

    12 Mai 2012 | Selena

  • @Selena, je sais pas moi non plus sur quel planète tu vie, mais moi pendant mes études j'ai vécu dans un taudis, à manger du kraft dinner chaque esti de jours parce que j'avais pas assez d'argent pour avoir autre chose. Alors de dire qu'on se plaint le ventre vide, c'est vraiment être éloigné de la situation des étudiants.

    12 Mai 2012 | Jay

  • @ Selena

    Allo. Est-ce que tu vis sur une autre planète?

    Parce que il serait comme temps un peu que tu te mettes à apprendre les faits pis, avec un peu d'espoir (parce que sur le dos des gens comme toi, il y en très peu), que tu les comprennes.

    12 Mai 2012 | Babe Ruth

  • @Paul

    "Ça fait du sens, Ghandi aurait dit la même chose.

    Not"

    Tu crois?

    Et si je te rappelais les faits historiques?

    Gandhi prônait la diversité des tactiques, le respect de l'autre et était étroitement épaulé par des groupes terroristes. (Et là, on parle de vrais terrorisme, blessés et morts.)

    Pensez avant de parler.

    (Et ça s'applique à chaque personne qui a commenté de façon désobligeante cet article.)

    12 Mai 2012 | Edward

  • Je trouve que ce conflit de droit de scolarité est complètement ridicule. On parle de démocratie mais ce que je vois c'est des gens qui se révolte le ventre plein. Les droits à la scolarités existent déjà au Québec hors que dans d'autres pays du monde aller à l'école est un privilège voir un luxe. De plus, ces gens radicaux ont paralysé tout montréal simplement parce que des étudiants sont fâchés de devoir payer un peu plus cher leurs études oh mon dieu que la vie est dure!! Pour étudier maintenant je vais devoir travailler plus fort... vite vite faisons payer les autres car moi je ne veux pas travailler plus fort! Ridicule

    12 Mai 2012 | Selena

  • Combattre la pensée unique, exiger qu'on réfléchisse, radicaliser les esprits, voilà qui est une position limite et incomfortable, si j'en juge par les «chriss de folle etc» qui commentent ton blogue, belle fille.

    Mais une position nécessaire, si virulente soit-elle. Notre société sentimentale et complaisante donne trop souvent dans le joli consensus et la dérive lexicale. Bravo

    12 Mai 2012 | micheline lanctot

  • Je lis les commentaires et je suis estomaqué de voir à quel point les gens peuvent être d'une méchanceté, d'une violence, d'une ignorance et d'une conformité assez extraordinaire et simpliste à la fois lorsqu'ils condamnent la violence. Bon, je n'entrerai pas dans un débat sur la démocratie parce que c'est une convention généralisé et utopique beaucoup trop longue à expliquer ici.

    Seulement la démocratie à mon sens ce n'est pas aller aux urnes une fois aux 4 ans, élire une petite gang de monde, leur signer un chèque en blanc, et ensuite se regarder le nombril en savourant son tv diner devant Julie Snyder, dans le bungalow de son choix en attendant la prochaine fois. Et la dictaure ce n'est pas non plus que les Communistes et leurs goulags ou les nazis et leurs chambres à gaz... La politique se transforme... les élus choisissent leurs batailles et font bien ce qu'ils veulent. Nous sommes menés par un petit groupe d'humain et nous travaillons pour enrichir un petit groupe d'humain. Je m'en tiendrai donc seulement au conflit étudiant et à l'escalade des derniers jours. À la lecture des commentaires, 3 choses m'étonnent.



    La première, c'est que les gens se sont fait rapidement une opinion en voyant des photos publiées par les médias, sur lesquelles nous ne voyons absolument rien... N'importe qui peut prendre en photo n'importe qui dans le métro et lui prêter des intentions bonnes ou mauvaises. De plus, qui à 8h le matin dans le métro prends en photo, en cachette avec son cellulaire de trois jeunes filles assises simplement et regardant le journal... puisque elle ne font rien de particulier sur ces photos... On devrait peut-être se poser des questions sérieuses sur cette personne... non ? Moi je trouve ça louche... Enfin.



    La seconde, c'est que personne n'a prouvé encore que cet évènement était en lien avec les mouvements étudiants. Donc, puisque nous sommes toujours sous le code criminel britannique, tout individu ou groupe est présumé innocent jusqu'à preuve du contraire... et c'est Sa majesté la Reine qui en a le fardeau de la preuve ni le peuple ni les journalistes, ni l'opinion publique et encore moins les gouvernements.

    Attention ! Rappellons-nous que les manifestations ont dépassées le cadre des revendications étudiantes. Il y a là des groupes environnementaux, des groupes politiques, des groupes sociaux...Et tout de sorte d'individus qui peuvent à tors ou à raison profiter des évènements pour mettre à exécution toute sorte de plan. Le regroupement d'individus est devenu assez large. Il est facile d'accuser la bête noire du groupe pour se laver les mains. Lisez donc la fable des Animaux malades de la peste de Lafontaine...



    Et troisièmement, le monde change. l'Histoire se construit chaque jour... Bien malgré nous, nous faisons en ce moment une page d'histoire. Je suis désolé de vous apprendre ça, (je sais qu'au Québec nous avons appris une histoire pervertie), mais la révolution se fait par des actes concrets et malheureusement souvent violents. Dois-je vous rappeller que les droits de l'Hommes ont coûté bien des têtes entre 1789-95. La Révolution russe ne s'est pas faite en se donnant des poignées de mains... La libération des noirs aux USA n'a pas été un pic-nic au lac non plus... Les pays arabes n'ont pas gentiment demandé à leur dictateur de céder la place par voie de communiqué avec accusé de réception... Il faut lire l'histoire aussi les amis... Les marguerites au bout du fusil, c'est bien mignon, mais ça ne fait pas reculer les gouvernements. C'est un non-sens de s'attendre d'un soulèvement populaire qu'il soit encadré par la police, ai demandé un permis pour un regroupement entre 14 et 16h, donne son trajet, marche en rang bien droit et que tout le monde se comporte comme des gentleman.. et rentre chez eux bien tranquille après. Des gentleman ça ne manifeste pas d'abord. La désobéissance civile, c'est bien beau mais ça commence où ? Quand Jean, Gérald et Stephen ne sont pas content ? Voyons si les gens qui manifestent ne dérangent rien... Bien il ne se passera rien c'est de la logique simple.

    En conclusion, je ne cautionne pas la violence loin de là, mais je crois effectivement que plus le mûr résite, plus certains tenteront de le détruire. Mais la vraie question qui je crois devrait nous interpeller... Plutôt que de nous plaindre de quelques retards dans nos horaires... quelques rues bloquées... Nous devrions nous demander sérieusement, non pas comment se fait-il qu'il y ai une violence grandissante dans ces manifestations... mais nous devrions nous étonner qu'avec tous ces gens corrompues qui sont en places, à tous les niveaux; Ceux qui se remplissent les poches et vident les nôtres, mentent jusqu'à l'absurdité, font passer des lois outrancières, nomment leurs amis à des postes haut-placés, méprisent la population carrément... Bien franchement demandons-nous comment se fait-il qu'il n'y en ai pas plus de cette violence...Il y a bien des pays où le parlement aurais été pris depuis longtemps par la force.

    P.s: Non, je ne suis pas étudiant. Et je les ai payé longtemps mes études.

    12 Mai 2012 | Nikolas Andreni

  • Le brushing de Monique a été ruiné par la bruine pendant l’insupportable attente d’une navette spéciale à l’extérieur et moi, j'ai raté un test médical important à l'hôpital, que j'attendais depuis 5 mois. Sans queue ni tête votre article...

    12 Mai 2012 | Etienne

  • Bravo, excellente stratégie !!! mépriser la population et lui chier dessus est certainement la meilleure façon d'augmenter l'appui à une cause. Je suis estomaquer devant autant de génie, c'est digne de Richard Martineau,,,

    12 Mai 2012 | Alain

  • Quand tes née, tes parent on oublier de te donner l'intelligence, va faire soignée tes vraiment pas bien. J' espère que t'aura jamais d'enfant. Pis si tu en as la D P J vA sûrement te l'enlever. Tes sénile assez pour être dans la société.

    12 Mai 2012 | Michel

  • Quand tes née, tes parent on oublier de te donner l'intelligence, va faire soignée tes vraiment pas bien. J' espère que t'aura jamais d'enfant. Pis si tu en as la D P J vA sûrement te l'enlever. Tes sénile assez pour être dans la société.

    12 Mai 2012 | Michel

  • T'es la personne la plus déconnectée de la réalité que j'ai jamais vu.

    Pathétique.

    La démocratie, ca se passe aux urnes, pas dans la rue.

    Retourne a tes cours de philosophie pis arrete de faire chier les millions de personnes qui payent 85% desdits cours.

    Pis si t'es pas contente, ben aux prochaines élections, vote pas libéral.

    A t'entendre parler, tlm qui n'est pas d'accord avec ta position est stupide et donc ignorant et mérite meme pas d'exister. Et bien imagine toi donc que ben des gens sont avec toi dans la cause étudiante, mais dans une démocratie, on respecte les opinions de chacun et prétendre qu'on est tous cons parce qu'on se plains des actes radicaux dans le métro, c'est exactement la meme chose que le gouvernement qui prétend que les étudiants sont bébé gatés. Tlm a des opinions différentes, et dans une société démocratique, on les exprime aux élections.

    12 Mai 2012 | Oli

  • En faisant fi de votre ton condescendant, je comprends que selon votre conception des choses, de tels actes sont justifiables afin de faire valoir ses convictions. Dans ce cas, on parle de groupes dits "de gauche". Je présume que vous avez l'honnêteté intellectuelle de ne pas prétendre détenir la vérité absolue, et que vous prônez la liberté d'action sur la foi de conviction, quelle que soit cette conviction. Je déduis donc que vous accorderiez, ceteris paribus, la même légitimité à des actes similaires perpétrés, par exemple, par des groupes militant contre l'avortement, contre le mariage gai, ou toute autre valeur dite "de droite". Autrement, vous tomberiez vous-même dans dans le discours des gentils contre les "miiiiiiiichants", que vous semblez mépriser hardiment. Mon grain de sel.

    12 Mai 2012 | V

  • Moi, j'aime bien ton texte. Il y a un peu de fumée dans mon coeur, ce matin...

    Et, c'est bien vrai, l'anarchie, ce n'est pas le chaos.

    On ne sait juste pas ce que c'est.

    12 Mai 2012 | Spatule Lecoq

  • Si tout le monde pouvait commencer par arrêter d'être certain d'avoir raison et de trouver les autres caves (ceux qui n'ont pas raison) ça serait vraiment un bon début.

    11 Mai 2012 | chose

  • Je comprends les étudiants ils sont découragés, au bout du rouleau, se sentent abandonnés c'est tout. Le geste en est un de désespoir et il est par le fait même pardonnable. Un peu de compassion bordel!

    11 Mai 2012 | Denis

  • Nice to know that an estimated 10-15 million dollar loss to our economy is no big deal.

    I love reading articles written by idiot literature students, especially when they're this absurd.

    Shit blog, shit article, shit wording. Ditch this bullshit.

    11 Mai 2012 | Jayne Nicolas

  • HaHa!! Je me demande.. ou était la violence dans l'acte de boucane??

    Sérieux, les gens capotes pour 1h30 de perdu. Hmm... Bravo, c'est probablement une des action qui a fait le plus sortir les gens dans les rues.. haha!!! Ok pas pour la meme cause, mais tout l'monde était CONTRE... la boucane.

    Mais ce qui me sidère et trouble ma compréhension des "gentils", c'est que les gens se choque juste pour la boucane qu'ils peuvent voir quand on leur en CRISSS DANS FACE!!! parce que le gouvernement nous en GAROCHE en SACRAMENT de la boucane... c'est juste trop compliqué de souffler sur la boucanes que le gouvernement nous envois quand on essaye désespérément d'avaler celle de la surconsommation.. elle a donne un BUZZ au moins...

    Pour ceux qui juge mon commentaire impertinent, je vous invites à faire l'exercice suivant : demandez-vous pourquoi est-ce que 2h pevent autant perturber votre quotidien. Etes vous à bout de souffle? Vous n'avez pas assez d'heure dans votre journée? Étrangement tout le monde en a le meme nombre. Allez vous mourir? Etes vous prisonnier de votre quotidien? D'ou vous tiens cette haine pour "4" emboucaneurs? À mon sens, ces 4 Comiques vous ont donnés de quoi parler, de quoi exuté votre colère, de quoi exprimer votre opinion.. et tout ça... sans mort, sans blessé, juste un show de boucane et bin d'largent, BIN d'largent spéculé de perdu..

    un pacifique,

    PS: dsl pour les fautes, j'ai du travailler un peu plus et manqué des cours pour payer mes études.

    PS2 : dans l'fond tout l'monde s'en criss des fautes ya des correcteurs partout pis ça fait juste dire de ou tu viens.

    11 Mai 2012 | Le Pacifique

  • Un réel torchon cet article! Vous n'avez apporté aucune contribution à la problématique...autant se taire.

    11 Mai 2012 | Mika-elle

  • Fanatisme. Tu devrais peut-etre aller rejoindre Al-Quaida. J'arrive pas a croire que des etuidiants universitaires puissent penser comme ca. Tu detruits toute credibilite a leur cause. Bravo.

    11 Mai 2012 | jake

  • Tout ça est un peu confus, je ne sais même pas si tu prône l'anarchie ou le chaos...

    Mais une chose est sûre, dans un système anarchique personne ne paierais pour tes études.

    11 Mai 2012 | Alex

  • Ceux qui ont mis des bombes dans le métro de Londres étaient eux aussi convaincus d'avoir raison... Autant que toi.

    Si cela avait été fait au nom de la cause que tu défends, écrirais-tu un billet pour insulter ceux qui les condamnent?

    Oui, quelques fumigènes dans le métro c'est somme toute assez inoffensif. Personne n'est mort en effet. Mais c'est ta rhétorique qui me donne des frissons.

    Je suis triste que des gens comme toi décrédibilisent tout un mouvement.

    En changeant quelque mots par-ci par là, ton article pourrait être celui de n'importe quel extrêmiste, de n'importe quelle cause.

    As-tu ne serait-ce qu'une vague idée de la portée de ce que tu dis?

    11 Mai 2012 | Luce

  • A vous lire, on dirait que vous avez la réponse absolue. À vous lire, on dirait que tout le monde qui travaillent et qui ne sont pas d'accord avec votre révolte de p'tits enfants en crise, ne sont que des personnes qui ne voient rien, qu'elles sont aveuglées par l'apât du gain. What the f.... J'ai deux jeunes enfants. Ma job principale seront de leur enseigner que leur propre liberté fini oú celle des autres commence! Crisser nous patience avec vos principes de l'URSS, et laisser nous aller travailler en paix pour que l'on puisse payer nos impôts et faire vivre des p'tits B.S. ingrats aux études

    11 Mai 2012 | Léwis

  • Très bon texte, je me suis plu à le lire tout comme plusieurs commentaires précédents forts intéressants.

    ''La confrontation et l’escalade de la tension sont intrinsèques à la lutte, si on en comprend bien le sens. Plus le mur résiste à la grogne, plus il faut le marteler puissamment. C’est un principe assez simple, il me semble!''

    Je ne suis pas étudiant mais je supporte et je comprend que des gestes de la sorte puissent arriver si ça venait effectivement de leur part.

    Je suis plutôt modéré et je ne ferais probablement jamais ce genre d'action,mais personnellement il y a des choses plus graves que celà qui me dérange.

    On parle de fumigène ici, la même sauce que des milliers d'étudiants (et autres sympathisants de tout ages) avalent à grandes lampées depuis plusieurs semaines de la part des autorités.

    Rien de nouveau, mis à part que n'importe qui y goute.

    Un partage de la douleur avec la population en quelques sortes.

    On peut s'arrêter pour réfléchir sur ce qui se passe dans notre société, ou rager, c'est selon. Certains font les deux c'est tout.

    Chiant pour certains, mais inoffensif pour sûr.

    Pour ceux qui croient à l'escalade mortelle, je m'imagine mal un étudiant enlever/tuer quelqu'un comme ''message'', même par homicide involontaire. Le service policier à quant à moi beaucoup plus de chance d'y arriver.

    11 Mai 2012 | Vincent

  • L'article me paraît très bien tourné (on dira que c'est parce que je suis d'accord). Mais la question que je me pose surtout (indépendamment de «est-ce bien ou mal»), c'est «pourquoi?». Pourquoi des fumigènes (où ont-ils pris ça?) à ce moment-ci? Est-ce qu'ils ont soudainement cessé de prendre leur ritalin? ou sérieusement ...

    11 Mai 2012 | Bernard La Rivière

  • Merci ! Merci de nous réveiller, de nous éduquer, de veiller à nous sortir de notre tite vie nombriliste, merci de nous redonner espoir qu'un jour ce système de merde fera place à un juste équilibre des richesses! Merci chères étudiantes et chers étudiants de nous ouvrir les yeux, même si de voir fait mal. Et tant pis pour tous les démagogues de ce monde qu'ils soient sur leur divan derrière leur télé à regarder Tiviya, ou ceux payés grassement pour cracher leur venin sur les ondes des trop nombreuses radios poubelles, ou encore ceux au pouvoir, les pires, qui ne respectent ni le peuple qui les a élu et encore moins le peu de démocratie qu'il nous restait!

    11 Mai 2012 | Ségo

  • @Jeff : La démocratie et l'ordre établi, c'est deux! D'ailleurs, faut voir par qui, pourquoi et comment il est établi, ton ordre. Et puis si tu prends la peine de regarder la réalité en face, tu verras que les représentants de l'ordre, en ce moment, sont ceux qui créent le plus de désordre. J'aimerais qu'on me montre UN SEUL citoyen blessé par la police qui a posé un geste violent. Je mets la SQ et le SPVM au défi de porter des accusations de voies de fait contre une de leurs victimes. La violence, c'est des forces de l'État qu'elle vient. Mais bien sûr un policier dans l'exercice de ses fonctions ne sera jamais accusé de voie de fait ou de tentative de meurtre, même s'il y a cent vidéos et mille témoignages...

    11 Mai 2012 | Vincent

  • Aurélie, je suis entièrement d'accord avec tes propos! Tu ne saurais dire mieux de ce que je pense tout le temps. Quand je lis les commentaires des gens ici, l'être humain me décoit au plus haut point. On voit bien que ''l'intelligence'' n'est pas donné à tout le monde. Beaucoup beaucoup de petits cerveaux ici bas! Quel dommage... Ce que j'apelle ne pas voir plus loin que le bout de son nez!

    Ne déranger pas trop le ''petit peuple'' très content de leurs ''petits sort''. Ils aiment la corruption et se faire fourrer d'applomb et en redemandent... fort probablement parce que mal baisé dans la vrai vie...

    @Yasmina et cie.. Vous me faites vomir....!

    11 Mai 2012 | Jean

  • Les Internets pas contents après un article.

    lol.

    11 Mai 2012 | Atreides

  • Un geste de révolte, qu'il soit violent ou non, rate complètement sa cible quand il ne tient pas compte du contexte. Dans notre société, la seule façon de faire bouger le gouvernement est de gagner la bataille de l'opinion publique. À moins qu'on s'imagine pouvoir prendre le Parlement par la force, bien entendu. Mais je ne pense pas que les boules de billard viendront à bout des blindés de la SQ...

    Enfumer le métro, ce n'est certainement pas un acte de violence, quoi qu'en disent ces imbéciles de députés provinciaux qui ont (de façon très irresponsable, je trouve) évoqué une menace grave à la sécurité de la population. Comme si une bombe puante était plus dangereuse qu'un graffiti...

    Reste que le but de l'exercice, c'est de fédérer une majorité de Québécois contre les Libéraux. Et là, on les fédère contre nous. Si ça se trouve, les Libéraux seront réélus grâce au mouvement étudiant (eh oui, notre système électoral favorise ce genre de paradoxe à la con), et ils pourront hausser les frais à leur guise. On l'aura dans le c...

    Bref, la question n'est pas de savoir si on est philosophiquement d'accord ou pas avec la violence, mais de constater qu'elle dessert la cause. C'est bien romantique de dire «S'il n'en reste qu'un, ce sera moi», mais ça n'aidera sûrement pas le peuple à se réveiller.

    11 Mai 2012 | Vincent

  • Et dire qu'une femme comme vous aura peut-être à son tour un ou des enfants à élevé dans le monde, c'est vraiment épeurant. Je suis tentée de contacter la DPJ, avant même la création de cet embryon pour les prier de vous l'enlever...

    Des personnes comme vous me faites encore plus peur de des vrais terroristes... eux le savent ce qu'ils vont faire..quant à vous, vous êtes même pas assez futée pour comprendre les conséquences de vos actes.

    Consultez vite un médecin, vous avez besoin de médication. Prompt rétablissement chère concitoyenne... ouff

    11 Mai 2012 | Dégoutée

  • Tu parles d'une personne déconnecter de la réalité! C'est ce genre de bien pensant socialiste qu'une société maternante donne naissance. Bien venu dans un pays de république de... Enfin... Toronto nous voici

    11 Mai 2012 | Eric

  • Ça fait du sens, Ghandi aurait dit la même chose.

    Not.

    11 Mai 2012 | Paul S.

  • Seule la lutte paie.

    Seule la lutte paie.

    Seule la lutte paie.

    Seule la lutte paie.

    11 Mai 2012 | Télesphore

  • D'abord faudrait m'expliquer en quoi d'emboucaner au fumigène le metro constitue une action militante pour la cause étudiante. À moins que je ne sois pas au courant et que le prix exubérant des passes mensuels de la STM font également partie des revendications, au même titre que les hausses des frais de scolarité. Moi-même je n'aurais pas envie de m'associer à ce genre d'action tellement sa manque la cible véritable. Tu veux vraiment te faire pousser des couilles? Au lieu de déranger le monde qui vont gagner leur croûte à chaque matin où encore d'aller manifester le cul à moitié à l'air, ben tes fumigènes va les lancer sur les terrains des instituions gouvernementales qui s'en prennent réellement à vous. Mais ca sa demanderait certainement une bien plus grande et réelle dose de courage d'agir ainsi. Pis ensuite faudra accepter que les policiers qui auront à gérer vos écarts de conduites se radicalise un peu plus aussi et que certains d'entre vous en paierons d'avantage le pris. Mais comme tu semble prétendre, faut avoir le courage de ses convictions....

    11 Mai 2012 | Alexandre

  • Quel mépris dans ce texte! Non, je n'ai entendu aucun de mes collègues se plaindre d'un yogourt manqué ou d'une mise en pli défaite! Mais prendre toute une ville ainsi en otage, c'est du vol! Lorsqu'on sait que le salaire moyen des usagers du métro est de moins de 20,000$ par année, on ne peut que compatir avec ces petits salariés qui verront leur chèque de paie coupé d'autant de temps que leur retard. Quant aux usagers qui en avaient les moyes, plusieurs ont rebroussé chemin pour aller chercher leur voiture : bravo pour la pollution! L'ajout de navettes ne suffit jamais à combler le manque de métros.

    Mes collègues qui sont arrivés avec plus de deux heures de retard sont arrivés exténués, et leur journée n'était même pas encore commencée. Et plusieurs devront mettre les bouchées doubles pour "rembourser" ces heures perdues.

    Le minable, ce n'est pas celui qui s'est plain du retard... c'est l'auteure du texte...

    11 Mai 2012 | Flaguette

  • C'est une bonne chose de relativiser les évennements, ne serait-ce que par respect envers les pires opprimés et les pires victimes de terrorisme. J'aime ton style quand tu parle du brushing de Monique, c'est clair qu'on est loin de l'attentat sanglant. Mais il faut tout de même appeller un chat un chat; relis la définition du terrorisme, c'en était. Cheap, pas tellement méchant, mais tout de même. Était-ce un geste efficace? Non. Était-ce un coup monté pour ternir la cote des étudiants? Peut-être bien.

    Une chose est certaine, si les étudiants n'avaient pas besoin de l'appui de la population, ils ne déambuleraient pas ainsi dans les rues pour éveiller tout le monde à leur juste cause. Des gestes comme ceux posé dans le métro hier peuvent sembler légitimes ou pas, mais la vraie question est plutot de déterminer si ca aide la cause. Je crois qu'en bout de ligne: non puisqu'on perd ainsi des appuis. C'est pour cela que je suis d'avis que c'est un évennement regrettable. Le brushing de Monique on s'en fout. Du terrorisme socialement acceptable et intelligent, ca fait réfléchir au moins. Du terrorisme impulsif et décousu comme celui là, ca se fait juste mépriser.

    Plus on s'uni tous, plus on a des chances de gagner. Plus on se divise, plus le gouvernement est satisfait. Pour être nombreux devant un gouvernement têtu, il ne faut certainement pas se mettre a trier les supporters comme tu le fais. Chaque appui à la cause est une bénédiction. Il faut faire attention de ne pas devenir encore plus facho que le gouvernement lui-même...

    Je ne cadre pas parfaitement dans ta définition du militant légitime, alors je devrais me retirer du nombre? Les contestataires sont déja trop peu nombreux, s'ils doivent en plus passer par tes critères on est pas sortis du bois!

    Si un monde vivant en anarchie se concrétisait, accepterais-tu les simples mortels dans ta société ou ce serait uniquement réservé à ton club select? Les imbéciles seraient-ils opprimés?

    11 Mai 2012 | Marie-Eve

  • Merci Aurelie, ton texte est très juste,et m'aide aussi a me positionner un peu plus durement envers ce gouvernement arrogant qui oubli même si il a été élu, qu',il est au service des citoyens,nous ne sommes pas des moutons,ni des serfs.

    11 Mai 2012 | Emmanuelle

  • Vous vouliez vous faire entendre, ça été fait. Vous vouliez négocier, ça été fait. Vous avez frappé un mur, vous avez échoué vos tentatives, c'est décevant, certes. Et si au lieu de vouloir détruire le mur, vous lui enlèveriez sa raison d'être? Vous voulez vous attaquer au gouvernement, mais vous vous prenez indirectement contre ceux qui militent pour votre cause (les relations publiques). Si vous voulez que votre gouvernement vous écoute, frappez où ça fait mal! "L'argent mène le monde". S'il vous demande plus d'argent, c'est qu'il y a un manque à palier... Si personne ne va et s'inscrit aux cours, et que vous quittiez tout simplement tout, il n'y aura plus d'argent. Il aura beau augmenter comme il veut ces tarifs, s'il y a personne pour payer, ça mènera nulle part! Frappez où ça fait mal! Vous voulez vous montrer solidaire et montrer que vous tenez à vos convictions... abandonné... ça, ça serait du "pseudo-terrorisme" qui ferait mal et frapperait à la bonne place! Croyez-moi, si tout le monde quitterait en même temps, abandonnerait leurs cours, ça prendrait pas de temps que les négociations reprendraient. Vous avez les couilles de vous battre, mais est-ce que vous en avez autant pour tout abandonner, quitte à repartir à zéro?

    11 Mai 2012 | MikeT

  • Je souhaite simplement que nos dirigeants de demain seront moins idiots que vous l'êtes.

    Vraiment incroyable comme analyse, aucun respect pour l'ordre établi et la démocratie.

    11 Mai 2012 | Jeff

  • Notre système est en faillite ? Is this Montreal's 9/11 ? really ?

    Est-ce que c'est la faute aux étudiants ? c'est qui les merdeux et les cry-babies dans cette affaire ?

    S'il y a des merdeux, ce sont ceux qui ont laissé cette "faillite" s'installer depuis des décennies en restant bêtement assis dans leur petite "paix sociale", avec leur gestion de merde.

    Et maintenant on demande aux étudiants de payer.

    Des "attentats" ? Vraiment ? Je ne peux qu'être d'accord avec la citation d'AL :

    Un peu de respect pour ceux qui ont eu de vrais attentats terroristes dans le métro! Londres juillet 2005 = 56 morts, 700 blessés.

    Oui cette hypocrite bien-pensance a de quoi donner envie de vomir et de se révolter.

    Changer une société ne se fera peut-être pas du jour au lendemain.

    Espérons que les étudiants n'en sortiront pas aigris, désabusés, égoïstes et décérébrés.

    11 Mai 2012 | Sophie

  • Hier lors de l'évacuation du métro, station Beaudry, sur les tapis mécaniques qui transportaient une foule pour la déverser dans une autre qui devenait de plus en plus compacte, parce que les gens ne sortaient pas, en cette belle journée de pluie, j'ai eu un instant de frayeur... Et si tous ces gens de plus en plus tassés se mettaient à paniquer, à manquer d'air. Qu'ils cherchaient à fuir tout en piétinant tout ce qui est rampant ou le devient... Ça n'a duré que quelques secondes avant que quelqu'un ait la présence d'esprit d'appuyer sur le bouton panique pour arrêter le tapis! Mais ça ma suffit pour comprendre que ce geste dans le métro était tout sauf intelligent!

    Il y avait dans le lot des enfants qui seraient en retard à la garderie... mais il y avait surtout un certain potentiel pour qu'ils n'aient plus jamais besoin de garderie. Ce n'est pas le genre d'action que vous devez mener pour gagner votre combat! Les 2/3 sont déjà bien assez difficile à convaincre comme ça!

    Un papa d'une famille de six qui portent tous le carré rouge parcequ'ils se demandent bien comment tout ce beau monde pourra un jour aller à l'université...

    11 Mai 2012 | Guilain

  • Quel mépris pour tous ceux qui sont sympathiques à la cause, mais qui prônent une approche raisonnée et raisonnable.

    Vous êtes pas en train de libérer un peuple oppressé, calvaire. Ça frise l'hystérie ton billet.

    De tels propos, de même que les actions d'hier (qu'elles aient été le fruits d'étudiants ou non), n'aident en rien la cause. De très, très mauvaises relations publiques.

    11 Mai 2012 | Pascal

  • Bravo quelle clareté

    11 Mai 2012 | Alberto

  • Moi je trouve que c'est un très bon commentaire, bravo Aurélie Lanctôt. J'ai aussi lu les autres commentaires et pour en faire un résumé: Nous vivons dans une démocratie où nous avons le droit de revendiquer, mais....si le gouvernement dit non et bien c'est non. Des petites nouvelles, ce n'est pas cela de la démocratie. Les grandes batailles qui ont apporté le plus dans notre société ont aussi dérangé et dites-vous bien les frustrés du métro les gains sociaux que ces jeunes gagneront dans ce dur combat vous en profiterez vous aussi. Si nous adultes se seraient un peu plus battu dans le passé nous n'aurions pas autant de problème à nous faire respecté dans cette société autant en éducation, dans la santé ou dans l’élimination de la pauvreté.

    11 Mai 2012 | Viviane Salette

  • @Marc : "Voilà pourquoi c'est grave :

    http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/201205/11/01-4524228-perturbations-dans-le-metro-un-chaos-qui-coute-cher.php"

    Ben c'est ça. Me semble que c'est clair. Que ceux qui réprouvent ces gestes téléphones à leurs députés pour se plaindre du manque d'action de l'assemblée et du gouvernement. Autrement, il semble assez difficile de jeter la pierre aux militants qui perturbent l'ordre économique ponctuellement. Parce que pour l'instant, les seuls qui pâtissent de la grève, ce sont les étudiants. Ça suffit.

    Pour ce qui est du recours à la loi, c'est un bien pauvre argument. La police fait présentement usage abusif de sa force, le gouvernement ne se montre pas diligent dans l'exercice de ses fonctions, les lois qui visent à interdire le port de masque dans les manifs frôlent l'anticonstitutionnalité, les injonctions accordées contreviennent à tous les droits possibles et impossibles de la charte canadienne et les motions avortées forçant le retour en classe auraient été jugées plus que répressives en d'autres circonstances. La loi n'est pas Dieu, Dieu n'est pas la loi. C'est une institution comme bien d'autres qui vise à encadrer une société comme bien d'autres institutions plus informelles et qui se trouve bien souvent à la remorque des avancements sociaux. Elle ne doit pas et ne peut pas, pour garantir la santé d'une société, servir de paravent à tous les abus et à toutes les répressions.

    Il n'y a pas mort d'hommes? Personne de blessé? Aucun bien social détruit? Non? Ben lâchez-moi le scandal! Vos patrons ne s'empêcheront quand même pas de se faire du cash sur votre dos de travailleur en retard.

    11 Mai 2012 | Mimi

  • Je porte le carré rouge depuis le début de la grève. Je participe à toutes les manifs que je peux, en prenant bien soin de ne pas me faire arrêter, parce que je perdrais mon permis de travail (et on ne crie pas très fort le ventre vide...) je suis contre la hausse et pour la lutte populaire. Je ne suis pas de cette élite bien-pensante décrite, je ne suis qu'une mère monoparentale qui n'a pas eu la chance d'aller à l'université par manque de fonds, et qui espère mieux pour son fils. J'ai toujours été militante pour une société plus juste, pour un Québec meilleur. Je ne condamne pas les actes commis, seulement, je n'en commettrai pas non plus. Ai-je le droit de porter mon carré rouge? Ai-je le droit d'aller manifester comme je le veux..? Peu m'importe. Je le ferai. Et je ne condamne pas les actes commis, mais le texte ci-haut qui méprise la population qui est de ton côté et qui ne fera que diviser le mouvement... Good Luck.

    11 Mai 2012 | Nanczzz

  • Sérieusement ..? Tu dois être malheureuse d'en vouloir autant à tout le monde comme tu le fais .

    11 Mai 2012 | Cynthia

  • Je trouve aussi que certaines personnes ont tendance à réagir en "bébé gâté" dans certaines circonstances, mais là faudrait lâcher le petit ton condescendant du genre: " Il y a même eu de la fumée dans les quenoeils de quelques amis. Hon." À ce compte là, j'aurais envie d'embarquer dans le jeu et dire: "Les étudiants n'arrivent pas à obtenir ce qu'ils veulent et les petits n'amis sont fâchés, fâchés, fâchés? Hon.". En quoi, mes chers petits n'amis, votre cause vous donne le droit de prendre en otage les honnêtes gens qui se rendent à leur travail? Ben oui, il y a des gens qui ont paniqué, mais ça vous n'y pouvez rien. Vous êtes importunés parce que la population ne réagit pas exactement comme vous le voudriez? Hon. Un chausson avec ça les petits n'amis?

    11 Mai 2012 | N.T.

  • C'est pourtant simple a comprendre, que se sois une minorité ou une majorité de personnes qui luttent pour cette cause, des actions doivent être prises. Pour certains on ne parlent ''que'' des frais de scolarité et cela leur semblent banal. Mais l'enjeux est énorme, cela représente un choix sociétaire. Ce choix n'a pas a être imposée par le gouvernement. Les activistes ont totalement raison d'agir ainsi, ils se battent pour une cause. Le pacifisme est cerne une option, mais avant tout une stratégie. Si les rouges n'utiliserais que cette stratégie, rien ne changerais. Tant que le gouvernement a le controle de sa population, rien ne bougera. Alors oui, il faut desendre dans les rues et violer les lois pour etre entendue. Nommez moi une cause, qui c'est dérouler dans le pacifisme total et qui a changer quelque chose? La police est le bras armé du gouvernement, si les effectif sont suffisant pour gérer une "révolte" alors rien n'est possible en termes de changement, a moin bien sur que le gouvernement fasse appel a sa morale, chose qu'il n'ont pas. Alors au lieu de râler pour si pour sa, poser vous la questions. Je suis pour ou contre ? Car bien des gens disent que les carré rouges sont des "hippies", mais il faut dire que les gens qui sont contre la grêve sont composé également de personnes qui n'ont même pas prit la peine d'y réfléchir, qui sont donc bornés. Je généralise oui, tout comme les gens qui parlent de hippies. Le Québec se réveille, après des année de sommeil profont, il est encore tant, pense - y, informez-vous, et poser vous la question, Es ce que c'est juste ? Regardez également autour de vous, le monde change, le monde a eu sa dose de capitalisme, les gens réclame leur égalitée. Le Québec s'approche d'un modele american alors que eux meme tantent de s'y défaire. La France est de retour a gauche. Je comprend les gens qui n'aime pas etre dérenger par tout sa, mais qu'il n'est meme pas prit la peine de comprend me choque énormement.

    11 Mai 2012 | CM

  • Vous êtes d'un ridicule avec vos propos.... Finalement je crois que dans votre cas, l'éducation aurait du être "GRATIS" car je trouve que vous auriez du payer un peu plus cher pour au moins en recevoir une de qualité!

    11 Mai 2012 | jean

  • C'est pas compliquer, tu veux manifester, va y tu es au Québec, tu as le droit de parler comme tu veux, par contre , nous avons une loi à laquel nous adherons de facon démocratique, et si tu brise cette loi dans le but de manifester, tu n'es plus un manifestant, mais un fanatique, criminel ou utilisont le mot terroriste. La ligne est mince entre manifester et agir en criminel, le problème c'est des jeunes début vingtaine croit a tort que de mettre des fumigène c"est révolutionner le monde !! bande d'idiot, c'est pas Amistad calisse c'es des frais de cours et le gars qui agit en con , mérite pas vraiment d'aller a l'université de tout facon

    11 Mai 2012 | C'est pas important

  • Voilà pourquoi c'est grave :

    http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/201205/11/01-4524228-perturbations-dans-le-metro-un-chaos-qui-coute-cher.php

    D'autre part, cet espèce de mur de texte, pour ne faire passer que quelques idées, avec des figures de style à la con et des mots "compliqués", pour faire croire que la réflexion est de haut niveau est ridicule.

    11 Mai 2012 | Marc

  • Je suis pour la perturbation, car sans perturbation, aucune pression.

    Mais le métro c'est l'une sinon la plus belle des réalisations sociales. C'est non polluant, économique, accessible à tous, invisible, silencieux, sécuritaire... Ça coupe les distances, ça évite la multiplication des grands axes routiers etc.

    La cible est mauvaise, ce qui fait que je crois que ce sont des imbéciles qui ont fait ça. C'est juste facile et lâche.

    11 Mai 2012 | Charles-Antoine Carra

  • Complètement hystérique et méprisant comme blogue. C'est pas croyable qu'en 2012, dans une société évoluée il y ait encore des gens comme cette fille qui méprisent autant les gens et qui banalise et légitimise la violence. Bravo la grande, tu repousses les limites de l'imbécilité!

    11 Mai 2012 | Martin

  • Une journée dans notre vie où on arrive en retard à notre travail n'est pas un drame. Moi, je suis au secondaire et j'ai du manquer mon avant-midi (dont un examen!), pourtant, je suis toujours vivante et équilibrée mentalement.

    Beaucoup de gens condamne les actes radicaux, pourtant, n'oublions pas que ce sont ces actes qui marquent souvent l'histoire. Cette histoire, nous sommes en train de l'écrire.

    Je pense que d'arriver une heure en retard à son travail où de manquer un examen, si c'est pour contribuer à écrire notre histoire, à en faire partie, ça vaut la peine. On fait tous des sacrifices un jour, l'important c'est de les faire pour les bonnes causes... La cause des frais de scolarité en est une excellente. D'ailleurs, même si ce sont les étudiants qui sont en grève, la lutte reste populaire et concerne tous et chacun.

    Finalement, merci pour l'article, ça rejoint entièrement ma façon de penser !

    Nous vaincrons !

    11 Mai 2012 | Hélène

  • @Marc Gendron

    Vous me dites : « @Marie-Eve où est la ligne entre des bombes fumigènes et enlever des gens. Ok il y a un gros fossé entre les deux, mais vous semblez connaître la limite à ne pas dépasser, éclairez-vous svp! »

    Il ne serait PAS acceptable que les militants étudiants commettent des actes violents dirigés contre des individus, visant à les blesser ou à les tuer. Voilà où je trace la ligne. Pour moi, elle est très claire.

    L’épisode des bombes fumigènes est semblable à l’épisode des briques lancées sur les rails du métro il y a quelques semaines, ou au fait de bloquer les ponts. Ça dérange, ça perturbe, ça met les gens en retard et oui, à des rendez-vous plus importants que ceux décrits par Aurélie de façon sarcastique. Des gens sont en retard au travail et peuvent donc perdre une partie de leur revenus pour cette journée-là. C’est déplorable pour ces gens-là, mais on ne doit pas empêcher les gens de manifester pour autant. La résistance engendre certaines conséquences comme ça. On doit quand même se tenir debout pour les causes en lesquelles on croit et on doit prendre une part active à la démocratie et à la société dans laquelle nous vivons.

    Mentionnons aussi que beaucoup d’autres facteurs peuvent mettre les gens en retard: des interruptions de service du métro pour des raisons techniques, par exemple. Les gens ne créent pas un drame tel que celui d’hier lors des interruptions de service « normales ». Je tiens aussi à préciser qu’il y avait des autobus disponibles, hier matin. J’imagine que la situation était différente dans les différents secteurs, mais, personnellement, j’ai pris 3 lignes d’autobus et je suis arrivée à peine 20 minutes en retard au bureau.

    Ceci dit, je considère correct et normal que les militants assument les conséquences de leurs actes selon les punitions prévues par la loi. Ça fait partie du jeu. Les étudiants qui ont bloqué les ponts se sont faits amener au poste de police. Je trouve que leur méthode était pacifique (dérangeante certes, mais pacifique) et je les appuie. Mais ils doivent s’attendre à se faire interpeller par la police (de façon pacifique, puisqu’ils occupaient le pont de façon pacifique), ce que je trouve aussi correct et normal.

    @Yasmina

    Vous me dites : « Marie-Eve, parlant d'être vraie, essaie de l'être et ne pas comparer des sociétés complètement différentes. »

    Je n’ai pas comparé de sociétés entre elles dans mon commentaire. Le vôtre me surprend. Faites-vous référence au texte ci-haut, d’Aurélie Lanctôt, qui cite la Syrie?

    11 Mai 2012 | Marie-Eve

  • Les élections approchent et force est de constater que nous n'avons pas vraiment de choix alternatif au gouvernement Charest ... Les gens commencent à parler de vote stratégique pour lequel les réseaux sociaux commencent déjà à servir de ralliement... Mais au-delà de ce qui existe déjà pouvez-vous imaginer autre chose? Si nous laissions déborder notre créativité pour évoluer, pour trouver une alternative à cette démocratie qui en fait n'en est pas une ...

    Je ne crois plus en cette démocratie qu'on tente de me rentrer au fond de la gorge à coup de matraque et d'apparition publique...

    Est-ce vraiment une démocratie d'élire le prochain dictateur? C'est une illusion de démocratie. Premièrement, tous les choix reviennent au même, la preuve: ce sont au fil des gouvernements les mêmes institutions prédominent et le même fonctionnement de société est opéré.

    Nous choisissons de voter (stratégiquement) pour déloger les libéraux sachant très bien que le prochain gouvernement ne sera guère mieux...

    Nous en revenons à dire que nous recommencerons à chialer et à les regarder nous bouffer la laine sur le dos ...

    **Nous avons tous acheté cette idée de (fausse) démocratie pensant qu'elle nous servait, qu'on avait un importance dans la décision ... Maintenant que nous constatons que ce n'est pas le cas, nous avons peur, car nous n'avons jamais connu autre chose ...

    Alors je vous lance la balle, qu'imagineriez-vous à la place de cette (fausse) démocratie que nous subissons? Comment pourrions-nous faire valoir de nouvelles avenues?

    Pour l'instant, cette démocratie nous permet seulement d'affirmer que nous retournerons en grève d'ici deux ans et tout sera à recommencer ...

    11 Mai 2012 | kat

  • J'étais en train de lire la multitude de commentaires que soulève les propos de l'article ci-dessus, lorsque j'aperçois ceci, et je copie/colle:

    «Les coupables ont été identifiés. Ils auront un casier judiciaire et vivront dans la pauvreté pour le reste de leur vie. Et c'est TANT MIEUX !»

    (Quel imbécile va!)

    On rit, et j'imagine qu'on doit rire jaune dans certains cas, parce que ce billet dérange. Et c'est TANT MIEUX! Chapeau à Aurélie Lanctôt pour ses mots crus et pleins de bon sens!

    À la manière des manifestations (trop pacifiques) qui ne donnent aucun résultats et des articles insipides, nuancés et mous pour ne pas briser l'ego du partisan libéral moyen, il fallait rédiger un article choc, perturbant et intelligent pour «accoter» le courage qu'implique la désobéissance civile.

    Je partage ce bijou, définitivement!

    11 Mai 2012 | Noemie P.

  • Juste Merci !

    11 Mai 2012 | Myriam

  • Juste Merci !

    11 Mai 2012 | Myriam

  • une grosse partie de mon travail consiste à vérifier et accepter les demandes de prêts et bourses pour McGill et Concordia entre autre; chaque jour j'ai des line-ups de jeunes étudiants venant de partout au Canada pour venir étudier ici car c'est beaucoup moins cher que partout ailleurs (si vous ne me croyez pas vérifiez par vous même). Je leur ai souvent demandé pourquoi ils ne sont pas en grève...La réponse vous la connaissez: "pourquoi perdre ma session alors que j'ai la CHANCE de pouvoir faire mes études ici pour beaucoup moins cher ?"Je suis contre Charest et son accolyte dans sa façon de gérer la situation mais svp réveillez-vous et réalisez que vous êtes privilégiés d'avoir accès à l'éducation supérieure.

    11 Mai 2012 | Chan

  • ^^^^ ce que Nicolas a dit.

    Pour parle de diversité des TACTIQUES, encore faut-il qu'il s'agisse de tactiques. Tactique implique qu'il y a eu un calcul dans le but de maximiser l'impact de l'action dans l'atteinte d'un objectif. Fumiger le métro, c'est un effort logistique considérable pour un résultat qui est nul, voire négatif.

    11 Mai 2012 | Guillaume

  • Bon, je m'invite dans cette discussion. Je m'invite, car je ne pouvais pas lire cet article sans manifester mon complet désaccord sur ... essentiellement chaque mot de l'article. Appelez-moi ringard, suiveux, sans échine, whatever. Je m'assume quand même. Faire de telles actions dans le métro était une bêtise. Et cet "'auteur" de l'article qui dit que les seules conséquences sont quelques retards à la garderie et un peu de transpiration dans les wagons pleins. Non, pas vraiment si simple. Un seul exemple, et il y en a probablement plusieurs autres: quid des gens qui prennent le métro tous les matins pour aller au travail (car ils n'ont pas le choix), mais qui ont une certaine phobie du métro, phobie irrationnelle mais phobie quand même? J'en connais plusieurs et peut-être même que j'en suis un. (vous pouvez rajouter moumoune aux insultes que vous pouvez me lancer). Pas cool. Pas cool du tout. Et ça, c'est juste sur la forme des actions radicales. Sur le fonds maintenant. C'est correct d'être têtu et c'est vrai que rien de magique se produit sans "grinder dans les coins de patinoires". Mais la très grande majorité de la population n'est pas d'accord sur la position des étudiants! Gel des frais? Gratuité? Ceci est mon premier posting sur le sujet et probablement le dernier. Mais tout comme pour l'auteur de ce torchon, cet article était pour moi "la goutte". Good afternoon, good evening, good night.

    11 Mai 2012 | Vincent Martel

  • Je l’avais déjà dit à certains qui se sentaient « pris en otage » par les étudiants. Oui, facile de les appuyer (c’est in ?) s’ils ne dérangent pas notre petite routine de chaque jour. Mais dès qu’ils nous empêchent d’arriver à l’heure au travail en nous privant de quelques dollars sur notre prochaine paie, oups notre position change radicalement ! On ne les appuie plus et on les critique publiquement en oubliant ce que eux sont en train de perdre (pas juste quelques sous sur une prochaine paie !) en se battant pour une cause qui nous touche et touchera tous ! Devant un gouvernement compétemment sourd et aveugle et après tant de semaines dans la rue le « pacifisme » ne sert à plus rien !

    Profitons donc de l’initiative de nos jeunes et aidons-les à changer ce que NOUS n’aimons pas. Ne serait que de rester zen lors d’une activité dérangeante de nos étudiants qui nous obligera d’arriver en retard au boulot. Arrivons alors en retard et avec un sourire en plus! De toute façon le boss saura que ce n’est pas de notre faute et involontairement nous ferons le petit geste qui pourra faire la différence!

    J'aime cette citation : « Le peuple ne devrait pas craindre leur gouvernement,c'est le gouvernement qui devrait craindre le peuple".

    Bravo pour l’article !

    11 Mai 2012 | Aida

  • J'ai lu ton article qui venait faire écho à des discussion eues la semaine dernière avec des étudiants. Il y a truc qui me chicotte un peu et comme tu as vraiment bien décrit les choses j'aimerais ton avis.

    Je ne suis pas une étudiante, je suis une mère. Je porte le carré rouge et supporte le mouvement depuis de longues semaines. Je marche dan les rues, j'encourage etc...Je peux comprendre que le mépris, l'indifférence et le cynisme du gouvernement déclenche et attise la désobéissance civile. Moi je ne condamne pas celle ci, par contre je n'ai pas envie d'y prendre part. Je vous comprends de l'exercer mais moi mes actions sont plus modérées et j'ai mes raisons pour cela.

    J'aimerais donc que tu me dise et très franchement si cela fait de moi une indigne ou bien si je peux continuer de porter mon carré rouge et de porter les actions que je peux , à ma mesure ? Merci :)

    11 Mai 2012 | Carazoel

  • @EricB: Vous n'êtes pas sérieux? Star Académie, les BBQ de mononcles, vraiment?

    Mais on nage en plein délire ici! Il n'y a pas que des tites-madames avec leur brushing et des parents de "Malynka-Rose" qui n'appuient pas vos gestes. Le monde ne se divise pas en étudiants aux carrés rouges d'un côté et méchants pourris gavés de PowerCorp de l'autre... Come on!

    À quoi bon discuter quand le débat sent le pipi, dites-moi...

    Le pire, c'est que je suis contre la hausse calvaire! Mais le niveau deuxième année b de certains arguments me laissent pantoite, tiens, comme dirait l'autre!

    11 Mai 2012 | Sarah

  • c'est moi ou la lecture au premier degree de ce texte est vraiment pas la facon de lire... pis que ca ne visait pas la population generale...

    11 Mai 2012 | Benoit

  • Pis pendant que vous braillez sur le net, votre patron, y vous paye-tu?

    Vous etes des terroriste economiques

    NON!!!! Vous etes des divertis, vous allez bloquer un pont si TVA arrete de diffuser Star Academie. Mais vous sortez vos belle phrase de soumis, quand d'autre ose déranger votre train-train.

    Et pour ceux qui crois avoir été victime de terrorisme, soyez heureux, vous allez pouvoir égayer vos superbes soirée BBQ avec votre tite histoire comme dans un film.

    11 Mai 2012 | EricB

  • Je suis d'accord qu'au Québec, on a le psychodrame facile--- J'a lu votre article avec intérêt. Cependant, je n'en pense pas moins que les bombes fumigènes dans le métro, c'était une grossière erreur. Celles et ceux qui se sont refusés au dialogue avec les représentants des étudiants n' ont pas été incommodés par la fumée, hier...Alors?

    11 Mai 2012 | Pierrelle

  • "Oh que vous avez été nombreux à décrocher, là, ein? C’était facile de se battre en paradant et en lançant des fleurs. On faisait des peace avec nos doigts et on attendait candidement une offre miraculeuse…"

    Oui oui, c'est en se foutant de la gueule du peuple (qui est majoritairement en désaccord avec cette cause depuis le début) que vous allez les convaincre. Pourquoi etes-vous les seuls à avoir droit à votre opinion? Pourquoi tout le monde qui n'est pas d'accord avec vous est nécessairement victime d'un lavage de cerveau?

    Bravo d'être aussi fermé à la réalité que vos ennemis au gouvernement. C'est fort éduqué de votre part.

    11 Mai 2012 | NMTL

  • Et après ça, ceux qui font un texte contre les étudiants pis qui se font blaster dans les commentaires disent que ça arriverait pas si c'était un texte pro-étudiant!

    Incroyable. Tout le monde ici est borné. Moi aussi.

    11 Mai 2012 | Charles-Olivier

  • Merci. Merci de mieux dire ce que plusieurs d'entre nous veulent dire. On regarde, on y croit pas, on ne peut que lever les bras vers le ciel. Je me sens dans 1984... Ça m'angoisse... Continuez, belle plume, à réveiller le Québec.

    11 Mai 2012 | Nancy Bouchard

  • Le mouvement étudiant n'a pas l'appui massif de la population. En fait, une majorité de gens sont d'accord avec la position du gouvernement. On ne peut donc pas parler d'un mouvement de masse du peuple mais bien d'un simple groupe de pression, d'un lobby: les étudiants (en fait, une minorité bruyante d'étudiants) qui revendique pour s'octroyer des privilèges et défendre ses intérêts, aux dépens d'autres groupes, notamment les contribuables de la classe moyenne.

    En démocratie, chacun peut s'exprimer, faire valoir ses points, argumenter, convaincre, et ultimement voter. Mais tout cela doit se faire en respectant la loi. Si chaque groupe d'intérêt s’approprie une légitimité sur une base morale subjective et arbitraire, et se donne le droit de ne plus respecter la loi, de faire du vandalisme et de la désobéissance civile, c'est le chaos, l'anarchie. Et c'est précisément ce que certains groupes souhaitent.

    Ceux qui ne dénoncent pas ces actes sont-ils prêt à remettre ce même pouvoir, ce même droit au non respect de la loi, à tous les groupes qui ont une cause qu'ils croient légitime?

    11 Mai 2012 | JD

  • C'est clair... Ca a juste fais chier tout le monde. Une connerie faites par quatre jeune irresponsable qui n'ont rien trouver à faire face à un gouvernement figé au ciment. Je ne pense pas que tout les concerné était pour... Continuer la lutte pour avoir gaint de cause oui !! mais faire chier les travailleurs c'est vraiment con comme réaction.

    DE PLUS AURELIE ON TE SENT SPECIALEMENT FRUSTRÉ PAR RAPPORT AU REACTION DES GENS MAIS FRANCHEMENT J'Y ETAIS, DANS LA FOULE A ATTENDRE DE POUVOIR ME RENDRE A MON TRAVAIL. Les gens ont rien dit de spéciale, ils sont resté super patient. On a pas a subir ça. T'es hallusions au brushing de Chantal et au baby brunch de paulette c'est ne pas connaitre le ryhtme de vie de tes concitoyens. La plupart du monde allaient bosser et certains super loin. Ca fait perdre parfois deux heures dans ta journée, ce qui réduit ton salaire. Tout le monde n'a pas un super un job ou tu peux te lacher sur des sujets assis a ton bureau. Sois un peu plus tolérente, garde ton humour certes mais franchement boit du lait.

    11 Mai 2012 | Amandine

  • Je souffrait de constipation avant de lire ce blogue.

    Maintenant ça va beaucoup mieux.

    11 Mai 2012 | Alain

  • Vous rendez-vous compte de vos propos?!

    Vous banalisez la violence gratuite et méprisez la population.

    Vous êtes qui pour juger de ce qui est et n'est pas important pour quelqu'un, de son horaire et de ses repsonsabilités?

    Ce sont des discours comme ceux-ci qui sont les plus effrayants en ce moment.

    11 Mai 2012 | Moi

  • Marie-Eve, parlant d'être vraie, essaie de l'être et ne pas comparer des sociétés complètement différentes. La violence ne s'exprime certes pas au même degré dans chacune, mais ça demeure de la violence...gratuite.

    11 Mai 2012 | Yasmina

  • Les coupables ont été identifiés. Ils auront un casier judiciaire et vivront dans la pauvreté pour le reste de leur vie. Et c'est TANT MIEUX !

    11 Mai 2012 | martin

  • @Marie-Eve où est la ligne entre des bombes fumigènes et enlever des gens. Ok il y a un gros fossé entre les deux, mais vous semblez connaître la limite à ne pas dépasser, éclairez-vous svp!

    11 Mai 2012 | Marc Gendron

  • Seb G, Si on veut gagner des causes comme celles que Mat relate, il faut embarquer TOUT LE MONDE, pas juste une poignée d'illuminés prêt à tout faire péter! (qui en plus, croient que leurs valeurs/méthodes sont plus justifiées que celles des autres) Dans ce sens, la pire chose qu'on puisse faire, c'est justement de faire péter des trucs dans le métro. Pas d'accord !?

    11 Mai 2012 | Frederic

  • Aurélie Lanctôt votre texte est bouré de mépris.Vous ne tentez même pas de défendre une position, vous incitez à la violence. J'aimerais bien voir votre réaction si des radicaux brisaient vos voitures, vos vitrines de commerces ou vous rudoyait en plein rue. C'est beau quand on veut frapper, mais si c'est vous qui seriez frappée: Ho Secours! Étant un lecteur fidèle d'Urbania, j'ai honte que vous encouragiez cette blogeuse.

    11 Mai 2012 | Mat

  • Selon moi, le fait de mettre des bombes fumigènes dans le métro n'est pas violent. Ce n'est pas un abus de force physique, ni brutale, ça n'engendre pas la destruction, ça ne porte pas atteinte à l'intégrité physique des individus. Pour leur intégrité psychologique, je crois, comme l'auteure du ce texte, qu'il va falloir que les gens se calment parce que même si ça a perturbé leur routine, même si peut avoir des conséquences déplaisantes, ce n'est pas de la violence psychologique non plus. Ce n'est pas du terrorisme non plus, contrairement à ce que certains ont dit.

    Je ne crois pas que le mouvement devrait se radicaliser au point d'engendrer de la violence dirigée envers les individus. Je ne cautionne pas ça. Le mouvement étudiant ne doit pas devenir le FLQ, ne doit pas enlever ou violenter des gens.

    Mais il y a une marge entre être enlevé, mis dans un coffre de voiture et tué; et devoir prendre le bus parce que le métro est plein de fumée.

    Pour ce qui est des (nombreux) commentaires à l'effet qu'il y a des personnes âgées qui empruntent le métro, que les auraient pu courir en s'enfuyant de la fumée et piétiner une mamie... sérieux, soyons vrais. À ce compte là on interdit de courir sur le trottoir.

    J'ai été surprise que l'incident soit décrié par Amir...

    11 Mai 2012 | Marie-Eve

  • @Patrice Support de la cause? Je crois que c'est ça qui frustre le plus les gens comme Aurélie. La plupart du monde ne supporte pas tant que ça la cause! On a beaucoup d'autres problèmes au Québec et la hausse des frais de scolarité en fait malheureusement partie. Ce n'est peut-être pas pour autant le problème numéro un dans la tête de bien des gens vieillissant qui doivent sûrement plus penser aux problèmes dans le système de santé!

    Les gens ne jouent pas nécessairement à l'autruche. Ils n'ont peut-être juste pas les frais de scolarité comme priorité, et c'est très compréhensible.

    11 Mai 2012 | Jean

  • Je crois que les commentaires nous montrent vraiment ce qu'est un Québec mouton. Aurélie, merci de lutter contre l'ignorance (in)volontaire de notre peuple. Ceux qui critiquent ton billet parce qu'il ridiculise les pauvre gens incommodés par un menu retard, illustre très bien l'idiot qui regarde le doigt, au lieu de la lune!

    11 Mai 2012 | Seb G

  • Tu penses que mon patron me paye quand je passe 2 heures dans le trafic au lieu d'être au bureau et de travailler ??? Contrairement à certain qui n'ont rien à faire de leur journée car ils sont en grève il y a des gens qui travaillent pour payer leur hypothèque, les comptes, les taxes et tout le reste.

    Merci mille fois !

    11 Mai 2012 | sushi

  • @ Jeff: Bravo, vraiment bravo...

    À ta place je déménagerais dans le sud des États-Unis ou en Alberta, tu y trouveras une population de "yi-haw" qui pensent tout comme toi.

    C'est toujours plaisant de lire des commentaires radicaux qui "bash" les radicaux.

    En ce qui concerne l'article en question, je comprend très bien le point de vue d'Aurélie sans pour autant le partager. Personnellement je crois que le support de la cause, sous toutes ses formes est tout de même mieux que de jouer à l'autruche ou de se regarder le nombril à longueur de journée.

    11 Mai 2012 | Patrice

  • @ Jeff: Bravo, vraiment bravo...

    À ta place je déménagerais dans le sud des États-Unis ou en Alberta, tu y trouveras une population de "yi-haw" qui pensent tout comme toi.

    C'est toujours plaisant de lire des commentaires radicaux qui "bash" les radicaux.

    En ce qui concerne l'article en question, je comprend très bien le point de vue d'Aurélie sans pour autant le partager. Personnellement je crois que le support de la cause, sous toutes ses formes est tout de même mieux que de jouer à l'autruche ou de se regarder le nombril à longueur de journée.

    11 Mai 2012 | Patrice

  • On va pouvoir dramatiser seulement quand on vas avoir des morts!!! C'est ca qui va falloir avant de pouvoir dire STOP! ca va trop loing! Votre phrase :

    Un peu de respect pour ceux qui ont eu de vrais attentats terroristes dans le métro! Londres juillet 2005 = 56 morts, 700 blessés.

    La réaction des gens hier la peur, le stress, la frustration... On veux justement pas en arriver a un attentats nous aussi!!!

    11 Mai 2012 | V

  • Dans notre système démocratique de liberté d'expression, c'est comme si chacun revendiquait le « droit » de jouer aux cartes à jeu découvert. Les riches, ceux qui ont le pouvoir, (je veux dire le réel pouvoir de la richesse qui permet de vivre luxueusement sans jamais travailler) curieusement, on ne les entend jamais. Parce que c'est très précisément ça le pouvoir : jouer à jeu couvert et préparer ses coups en fonction de l'adversaire qui affiche la plus grande faiblesse stratégique en offrant sur un plateau d'or le spectacle de ses intentions. J'ai peine à croire qu'une telle évidence n'ait été mentionnée encore par personne. Ne voit-on pas que la liberté d'expression nuit toujours à celui qui l'exerce en temps de conflit ? Les contestataires étudiants sont si naïfs, on croirait une souris en colère contre un chat qui s'en joue avant de la dévorer.

    François Brooks - Conseiller philosophique - www.philo5.com

    11 Mai 2012 | François Brooks

  • Ah, là tu parles, Mat.

    Tous des enjeux (les vrais) qui sont certainement sous le couvert de toute cette agitation. Des enjeux que j'ai chèrement à coeur, il es vrai, mais le texte de Mme. Lancôt me fait réagir ce matin, car il minimise dangereusement ce qui s'est produit hier.

    En effet, ne serait-il pas plus productif de multiplier les actions pour rencontrer/retarder les ministres/décideurs au lieu de s'en prendre à la population?... comme si on voulait faire pression sur les têtes dirigeantes en prenant la populace en otage ! Non mais, sérieux!, tu l'as dit, les "big shots" de ce monde mangent dans les plus chics restos et sont *loin* de prendre le métro... Alors à quoi bon emboucanner les transports en commun !?

    11 Mai 2012 | Frederic

  • Métro de Montréal hier matin : du retard mais zéro blessé + une motion à l'Assnat !! // Victo le 4 mai : 7 blessés graves, une centaine de personnes incommodées + aucune motion ni aucune condamnation à l'Assnat... On a résoluement un problème et je crois que c'est ce qu'Aurélie exprime ici avec un peu plus d'exaspération que je viens de le faire !

    Après 13 semaines de grève, plus de 190 manifestations et des arguments contre la hausse très difficiles à réfuter quand t'es pas dans ta bulle corporatiste ou ta bulle de libéral qui mange au resto de la Colline parlementaire tous les jours... L'intensification des perturbations me semble incontournablel Et ce serait réducteur maintenant de dire qu'il est seulement question de la hausse des droits de scolarité. Les manifestations dont celle de Victo ratissent plus large : c'est justement la grogne contre ce gouvernement pour l'accessibilité aux universités, la corruption, la gestion de nos ressources naturelles, SNC-Lavalin qui peut participer à l'appel d'offre de Turcot, le plan Nord et autres mesures plutôt favorables aux grandes banques comme la disparition de la taxe sur le capital, le nombre de paliers d'imposition, et autres hausses de tout genre, le registre des armes qu'on est impuissant à récupérer, et je pourrais continuer. Si ça ce ne sont pas les vrais problèmes pour lesquelles ça vaut la peine de se soulever, on demeurera un peuple apathique qui n'est pas maître de son destin.

    11 Mai 2012 | Mat

  • Votre texte pullule de fausses analogies et de démagogie.

    Les incidents du types ''attentats à Londres'' ne sont pas un prétexte pour éviter de trouver ce qui s'est passé dans le métro hier fortement déplorable. Vous présentez des exemples du type "retard à son cours de yoga" ou à son "rendez-vous chez la coiffeuse" quand ça vous arrange. Vous oubliez toutefois les qu'il y a des gens de la classe moyenne étant, d'ailleurs, plus susceptibles d'être sensibles à la position des étudiants, qui n'ont pas pu se rendre au travail et qui ont été pénalisés sous prétexte d'une "ministre bornée". Lorsque les transports en commun sont le seul moyen de se rendre à destination et qu'on ne peut même pas compter là-dessus sous prétexte que des étudiants frustrés se vengent sur des gens innocents, là j'ai de la misère. Étant moi-même étudiante et contre la hausse, vous verrez bien que mon opinion sur ce genre de moyens de pressions ridicules n'est pas biaisée. Et comme le dénommé ''Nicolas'' l'a si bien souligné, c'est contre-productif. Ça ne fait que répondre au gouvernement en jouant au même jeu qu'eux. Personne n'est content et le débat reste sans issue.

    Cessez-donc de banaliser et de prendre ce qui arrive à la légère. Vous vous fermez les yeux et ignorez le réel problème.

    11 Mai 2012 | Manon

  • Vraiment une pensée pas très intelligente... dû au fait que tu minimise l'impact que sa l'a eu sur le monde... faut vraiment pas avoir de respect pour personne. Le monde qui sont arriver en retard au travail... l'argent perdu, le stress encourue, la panique, toute des sentiments que nous n'avons pas besoin... ont peu tu vivre normalement.. je suis bien écoeurer de tout cette merde... je pars en vacances A cuba... parce que je suis le bord de faire une connerie qui risque de mal tourner... donc je pars loin pour me calmer!! Je crois par contre que certaine personne risque malheureusement de faire des connerie qui regretterons!!

    11 Mai 2012 | Daniel

  • Wow, bravo d'encourager la violence gratuite.

    Beau message méprisant. Ce qui s'est passé dans le métro, c'était dangereux. Il y a des personnes âgées, des personnes souffrant de de troubles respiratoires qui empruntent les lignes de métro.

    Et qui dit que c'était des étudiants? J'en doute.

    11 Mai 2012 | Karine

  • "La radicalisation est signe d'un renforcement des positions conséquemment à une exaspération face au système qui refuse à la population toute forme de respect. Elle est bien la radicalisation, peut-être triste, mais bien. Il est temps que le Québec bouge. "

    Pourquoi alors la majorité de la population est d'accord avec la hausse des frais de scolarité? Pourquoi une majorité d'étudiants ne sont pas en grève?

    En démocratie, l'État doit veiller à faire respecter la loi, pour protéger la population. La violence et la désobéissance civile n'ont pas leur place en démocratie.

    Votre discours est bien noble, vous voulez défendre VOTRE cause, et vous jugez que la violence et la désobéissance civile est permise pour sa défense. Et si moi, j'ai aussi une cause, qui n'est pas la vôtre, et que je souhaite la défendre; Est-ce que j'ai aussi le droit d'exercer la même violence? Est-ce que j'ai moi aussi le droit de ne pas respecter la loi, parce que MOI je juge que ma cause est moralement supérieure? Selon voter logique, la réponse est OUI. À moins que vous seul ayez la vérité absolu. Donc, si tous les lobbys et les groupes de pression reprennent votre raisonnement, descendons tous dans la rue, bloquons les moyens de transports, défonçons les vitrines, battons nous avec la police et frappons nous sur la gueule! Le plus fort pourra bénéficier du magot.

    11 Mai 2012 | JD

  • D'accord avec la moitié du texte. C'est quand même incitatif à la violence (et ça ne le cache pas), alors que d'autres «armes» sont à notre dispositions. Mais je comprend la logique et je suis parfaitement d'accord avec la remarque sur la dramatisation publique qui se déroule en ce moment.

    Par contre, certains commentaires me choquent. On ne se bat pas seulement pour «quelques dollars» ou «seulement le gel des frais de scolarité». On se bat pour changer, ne serait-ce qu'un peu, la société québécoise d'aujourd'hui. Pour décoincer les conceptions gravées dans l'encéphale de monsieur madame tout le monde, pour souligner le ridicule de notre gouvernement actuel, pour faire respecter à long termes les droits des étudiants, et pour protéger une des dernières richesses du Québec: son éducation.

    Mais évidemment, quand on ne fait rien et qu'on est à l'extérieur du mouvement, on se permet d'être hautain et de dire que ce ne sont qu'un petit groupe d'étudiant qui perdent leur temps et qui font chier le peuple.

    11 Mai 2012 | Trystan

  • Je suis d'accord avec toi, Guillaume, sur l'importance qu'il faut accorder à l'éducation, et, accessoirement, et bien oui, je suis aussi contre la hausse des frais de scolarité (en fait, j'imaginerais bien la gratuité complète), mais il est question ici d'un texte qui fait la promotion d'actions concertées aux bombes fumigènes dans le métro...

    je me méfie bien de vous, sincèrement, militants qui se radicalisent, car vous avez tendance à penser que "la fin justifie les moyens" ! Or on l'a vu dans l'histoire, cette pensée mène bien souvent à d'affreuses choses.

    Toutes ces choses, Guillaume, dont tu trouves qu'elles sont "un bien moindre mal"... Je me demande : jusqu'où devront aller ces escalades ? Où est la ligne de l'inacceptable ?

    11 Mai 2012 | Frederic

  • Cette torche a raison. La violence c'est bien, c'est beau. D'ailleurs la prochaine fois que je tombe sur une manif de ces demeurés d'enfants gâtés, je fonce dessus en char. A l'instar du brushing de Monique, ce ne sera pas bien grave de voir leurs masques cachant leur lacheté et leur profonde connerie volant dans les airs. Ils pourront aussi partager les fruit loops avec les petits enfants qui comme eux, seront déficitaires en dentition.

    Et non, ça me fait plaisir que ce soit les vrais étudiants et non les "anars" qui distillent ces actes de violence. Au moins ils fermeront leur gueule et apprécieront à sa juste valeur la violence policière qui en découlera. J'espère que eux, d'ailleurs tireront à balles réelles et non pas avec des fumigènes de Calinours. Tu vois ma grande, la violence c'est extra quand elle se partage avec des gens motivés.

    11 Mai 2012 | Jeff

  • Très beau texte. Certes certains passages peuvent laisser croire que l'auteure prend les actes violents à la légère, mais enfin quelqu'un ose dire les choses telle qu'elles sont. Quand le système pousse au pied du mur un groupe d'individus, il est normal que ce groupe se défende. La radicalisation est signe d'un renforcement des positions conséquemment à une exaspération face au système qui refuse à la population toute forme de respect. Elle est bien la radicalisation, peut-être triste, mais bien. Il est temps que le Québec bouge.

    À ceux qui disent que ce n'est que l'éducation, je dis qu'il suffit d'ouvrir les yeux afin de constater à quel point l'éducation est importante pour une société puisqu'elle la fait évoluer la société, avancer, et que s'il faut se battre pour le préserver, le droit à l'éducation, et qu'il y a des gens prêts à se battre, il faut les appuyer. Quelques milliers de personnes retenuent dans le trafic pour des générations à venir d'intellectuels, je pense que c'est un bien moindre mal. Une vitrine de banque fracassée pour des générations à venir d'intellectuels, je trouve que c'est un bien moindre mal. Une journaliste qui enfin sort des carcans imposés par les mass medias, je trouve que c'est franchement bien.

    11 Mai 2012 | Guillaume

  • Ah! j'savais que quelqu'un nous sortirait du "Orwell" ! Ridicule... Totalement d'accord avec JD, ça sent le mépris (et l'ignorance) de la démocratie... En fait, il faudrait vraiment qu'on enseigne la démocratie à l'école secondaire!

    11 Mai 2012 | Frederic

  • Ce texte est pratiquement de l'incitation à la violence et à la désobéissance civile. Tout ça pour quelques dollars de frais de scolarité. Comme dit plus haut, si des étudiants POUR la hausse auraient perpétrés de tels actes, auriez-vous eu le même discours? Ou bien c'est seulement "certaines" causes qui justifient la violence (en fait, les causes que VOUS jugez moralement supérieures)... La démocratie, ça ne fonctionne pas avec des lobbys qui font pression sur le gouvernement (représentant de la majorité démocratiquement élu) avec de la violence et en se foutant des lois, pour s'attirer des faveurs et défendre l'intérêt de ses membres. Honte à votre mépris de la démocratie!

    11 Mai 2012 | JD

  • Excellent texte Aurélie. Cette majorité qui n'arrive plus à prendre position et s'engager pour des et dans des luttes politiques, autre que de faire un "x" aux 4 ans. Ceux qui croient qu'il ne s'agit que d'un combat contre la hausse en font preuve. Ils n'arrivent pas à voir "the big picture". Alexis de Tocqueville l'écrivait dans "De la démocratie en Amérique": le danger du despotisme démocratique où chacun défend - à mort - sa bulle individuelle de liberté et de bonheur.

    11 Mai 2012 | xben

  • Oups, on dirait que la population a parlé, ma chère Aurélie. Vous voyez comment vous êtes déconnectée, dans votre monde pseudo-intello, gauche-hip montréalais? Les étudiants avaient peut-être une cause noble au départ, mais c'est grâce aux gens comme vous, exaltés et sans jugement que le mouvement bat maintenant de l'aile. Bien joué!

    11 Mai 2012 | Frank

  • Bravo!

    Les gens trouvent ça terrible de perdre une heure de travail et un peu de boucane mais ne réagissent pas à un continent de plastique 6 fois gros comme la France...ou à toutes les histoires d'abus de pouvoir et de corruption politique.... Et autres....Quel sorte de monde pensent ils que leurs enfants auront si on ne fait pas quelque chose maintenant pour essayer de changer les choses? C'est maintenant ou jamais !

    11 Mai 2012 | Steve

  • Enfin! On dit les vrais affaires. On peut rien changer en faisant de belles petites parades. WAKE UP.

    En ce moment, le gouvernement est en train de rire des étudiants, parce que le conflit les avantagent presque. Des petits étudiants qui déambulent dans les rues, ils s'en contrefichent.

    Bref, continuez à maintenir l'ordre social et des petits signes de peace avec les policiers. Quand vous voudrez vraiment changer quelque chose, vous changerez votre petite mentalité de "on-reste-pacifique-on-veut-pas-vous-déranger".

    11 Mai 2012 | Francis

  • On prend pour acquis ici que les fumigenes etaient une action etudiante, ce qui n'a pas ete demontre. Certaines forces auraient immensement avantage a faire passer de tels actes sur le dos des etudiants. Les etudiants savent que leur marge de manoeuvre est extremement mince pour preserver leurs supporters dans l'opinion publique.

    Les enveloppes brunes si communes aux bulletins de nouvelles l'an dernier peuvent aussi payer quelques mercenaires desoeuvrés pour aller foutre le trouble... Ce serait SI facile et SI payant politiquement...

    11 Mai 2012 | Francis

  • Voici un beau cliché de la "belle élite intellectuelle bien pensante"... le mépris de la "populasse" exprimé dans ce papier ne vous fait vraiment pas honneur... Cela me désole que ce genre d'opinion aie une tribune aussi vaste.

    11 Mai 2012 | Em

Commenter



    Le chien Urbania

    Vous devez être membre afin d'utiliser l'outil dock

    Devenir membre