Le con de la semaine

Le con de la semaine
16 Fév 2012

Par Pascal Henrard  |  Publié dans : blogue

Nous sommes entourés d’imbéciles, d’ignares, d’iconoclastes, de… Retenez-moi, sinon je vais écrire des gros mots et il y a mes enfants qui me lisent…

Et je ne veux même pas parler de ces dangereux conservateurs qui, depuis qu’ils sont majoritaires, mêlent allègrement le bon sens avec le non sens en encourageant les armes à feu, en rouvrant les questions de peine de mort et d’avortement, en censurant sur le champ les web séries qui ne leur plaisent pas, en permettant une intrusion sans mandat dans votre vie numérique, en encourageant le suicide par pendaison dans les prisons, en faisant la promotion de l’énergie fossile la plus polluante depuis la découverte du pet de vache par Nathalie Normandeau, en coupant les vivres aux forces vives de l’art et de la culture, et j’en passe des plus déprimantes aux plus révoltantes.

Non, le con dont je veux vous parler habite près de chez vous. C’est le king de la connerie, un champion du monde de la stupidité, un virtuose hors catégories de l’imbécillité.

Ce cons-là, c’est le plus dangereux de tous parce qu’il a l’air inoffensif.

Le dernier en date vient de Sorel-Tracy.

Attention, il ne s’agit pas d’une guerre entre le Plateau Mont-Royal et le reste du monde. Ça tombe que le type dont je vais vous entretenir et qui a eu son heure de gloire hier sur toutes les lignes ouvertes et dans tous les réseaux sociaux de la province vient de Sorel-Tracy. Notez que je connais même quelqu’un qui habite là (amitiés Marie-Josée) et que j’y suis même allé à une épluchette de blé d’Inde. Mieux que ça, Sorel-Tracy est la ville de la semaine dans Urbania. Comme quoi, nous n’avons vraiment, mais vraiment rien contre cette municipalité.

Hier, nous avons appris avec stupéfaction qu’un professeur de musique d’une école primaire de Sorel-Tracy que nous ne nommerons pas pour ne pas faire ombrage à l'école Saint-Gabriel-Lalemant, un prof, donc, avait décidé de censurer L'Hymne à l'amour d'Édith Piaf. Mais il pensait peut-être que c’était de Gerry Boulet.

Ce professeur qui ne voulait pas enseigner le sens des mots à ses élèves a décrété que le mot «Dieu» qui se trouve à la fin de la célèbre chanson était «inapproprié». Rappelez-vous des paroles : «Dieu réunit ceux qui s’aiment». Hé ben le bonhomme ne voulait pas que ses élèves entonnent ces mots choquants lors du spectacle de fin d'année. Exit donc la réunion de ceux qui s’aiment par une force plus grande qu’eux.

Heureux les simples d’esprit aurait justement dit Dieu si on ne l’avait pas éjecté aussi cavalièrement.

C’est une décision stupide et un geste indécent. Mais pas autant que la Commission scolaire de Sorel-Tracy qui les justifie ni la direction de l’école qui les défend.

Sorel-Tracy est donc la ville de la semaine. Et son professeur qui vandalise une des plus belles œuvres de la chanson française est le con du jour.

Les choses sont bien faites tout de même…


Derniers commentairesRSS
  • Merci pour ton article... que je trouve très approprié, malgré les quelques commentaires négatifs que j'ai lu plus haut... J'en aurais long à dire à ces personnes... Mais elles ont le droit à leur opinion... Encore merci d'avoir pris le temps de d'écrire si bien le fond de ma pensée...

    En espérant que nos enseignants sauront faire preuve de professionnalisme en informant le mieux possible nos enfants sur la diversité des religions dans le monde. Et de leurs donner ainsi la chance de faire leur propre choix, et qui sait deviendront-ils athée... ! Mais au moins ils auront fait un choix éclairé grâce à des enseignants qui ont à coeur la liberté d'opinion. Ayons l'esprit ouvert et le bonheur entrera dans votre vie ! ! ! !

    28 Fév 2012 | Fanie

  • Je trouve que cet article est dur envers un enseignant qui en est à sa première année (ma mère travaille avec lui). Tout le monde fait des erreurs. S'il n'avait pas censuré cette dernière phrase, des parents lui seraient surement tombés dessus pour avoir fait prendre " un parti religieux" à leur enfant athée ou d'une autre religion que catholique.

    c'est juste une boutille qui a servi d'appât à des journalistes qui n'avait rien d'autre à faire.

    21 Fév 2012 | Une Soreloise

  • Je pense que le con de la semaine vient d'écrire un article sur Urbania... Votre texte n'est que bassesse et préjugé... Prétendre que cette enseignant ne connait pas Édith Piaf... Qu'il est ignare, imbécile et iconoclaste... C'est bien peu connaître le milieu de l'éducation et les énormes souliers que chaussent ceux qui enseignent à vos enfants...

    Je ne dis pas que je suis d'accord avec la décision dont il est question ici... Loin de là... Mais par contre je peux très certainement comprendre ce qui l'a poussé à prendre celle-ci...

    Il ne suffit pas d'expliquer une phrase d'une chanson, mais de vérifier si la déclamation de celle-ci ne pose pas de problème aux élèves et aux parents, dont certains de sont pas catholique et ne partage pas ce type de croyance...

    Il a voulu s'éviter çà, le prof, s'éviter une plainte, de l'argumentation, des confrontations, des menaces... Mauvaise décision ? Peut-être... Mais qui sommes nous pour le juger ? Le Québec prône la laïcité de l'éducation... Mais ne donne aucun code, marche à suivre, ni de soutien aux enseignants en ce sens... Il en est de même pour l'éducation sexuelle... Le programme prévoit que chaque enseignant est en mesure d'aborder le sujet en classe... Mathématique, science, éthique, arts, musique... Mais aussitôt que ceux-ci le mettent en pratique, les plaintes et appels de parents outragés fusent de toute part... Et la commission n'est pas toujours de leurs coté... Suspension sans solde, poursuites... Pénalités...

    Ils ont peur, vos enseignants... Et c'est l'anxiété qui guide leurs décisions...

    Et, de vous à moi, il serait bien illusoire de penser que jamais un chef d'oeuvre n'a été décoiffé de quelques phrases où sonnets... On n'a qu'à penser au théâtre...

    Parlez-en à des metteurs en scène...S'agit-il aussi de cons notoires, incultes et stupides ?

    Si oui... Nous sommes nombreux...

    20 Fév 2012 | Joannie Verreault

  • soupa lognion

    Je ne prétend pas connaître l'histoire au complet, mais d'après ce que j'ai lu ici, il semble clair que cet enseignent n'a pas compris le concept de l'enseignent.

    La chose la plus importante en enseignement, à mon humble avis, c'est de susciter la curiosité chez les élèves, pour qu'ils puissent mieux apprendre par eux-même.

    Je suis d'accord que censurer une parti d'une chanson peut piquer la curiosité des élèves, mais c'est vraiment pas pédagogique, surtout si on dis aux élèves après qu'on peux pas en parler. Voyons donc!

    De toute façon, s'il y quelqu'un qui peux me donner un seul exemple dans l'histoire de l'humanité où la censure a été une bonne chose, je serais pas mal surpris.

    19 Fév 2012 | soupa lognion

  • Roland Gauthier 76 ans

    Lisé se qu'il écrie se con il parle de c'est Racine de Sorel tracy il a plutos des racine de colonisé (es que c'est posible d'être cave comme sa)

    J'ai quitté Sorel en 1987, je n'oublierai jamais mes racines :) J'aime aller faire un "Road Trip " dans le coin l'été pour faire mon "Tour du carré on arrête souper chez Prince Pizzeria, ou Sorel-Tracy BBq. Ou bien on se trouve une bonne Cantine à patates, pour y déguster la meilleure Poutine au Monde!

    Ahhh I Love Sorel

    18 Fév 2012 | Roland Gauthier

  • J'ai 76 ans

    regardé toute c'est cons c'est laches c'est momounes qui peur de blaisé c'est imigrés, sa fait 400 ans quon exite nous ici c'est laches sons prait a nous faire disparaitre

    le sant me boule dans mes veines, quelle avenir a québec avec des gens comme sa

    J'ai honte de voir c'est cons qui praine pour lui c'est des lache comme eux

    Roland gauthier

    18 Fév 2012 | Roland Gauthier

  • Je comprend votre raisonnement, mais pas vos agissements. C'est votre bon droit de trouver son geste déplorable, mais si vous vous y arrêtiez un instant pour observer un peu mieux, peut-être sauriez vous percevoir cette tempête dans le verre d'eau...

    Vous disposez d'une formidable tribune sur ce site et je crois que vous l'utilisez à mauvais escient. Rien ne sert, si ce n'est le nombre de clics sur la page de votre billet, d'engendrer toute cette haine et ce mépris.

    17 Fév 2012 | Mathieu B

  • Est-ce qu'on va se mettre à observer chacun des gestes des professeurs?? Pour moi il y a des conneries dans notre société c'est vrai! Mais une des plus importante est le débordement médiatique et le jugement facile et médisants des blogueurs de tout acabit....On peut traiter n'importe qui de n'importe quoi! Si j'étais le professeur en question, je vous poursuivrais pour diffamation!

    17 Fév 2012 | François

  • Je suis moi-même enseignante et je dois dire que nous marchons sur des oeufs quand il est question de religion. Je me suis déjà fait traiter d'inconsciente et de mauvais prof par un parent parce que j'avais fait un projet sur les traditions populaires du Québec. Quel est le principal sujet des contes traditionnels du Québec? Le diable en personne. Qu'aurais-je dû faire? Ne pas aborder le sujet des traditions du Québec à des élèves qui, pour la plupart, venaient d'ailleurs? J'aurais pu aussi changer ces contes pour ne froisser personne? Ce qui est difficile en tant qu'enseigant, c'est de faire le bon choix. Et quoi qu'on fasse, il y aura toujours quelqu'un dans son salon pour dire que ce choix n'était pas le bon.

    17 Fév 2012 | Chantal

  • Pascal Henrard

    Mathieu B.

    Je fais moi-même beaucoup de conneries, je sais donc de quoi je parle.

    Je ne mets pas en doute les qualités d'enseignant de votre ami... quoique...un prof qui décide de mettre Dieu à l'index me semble manquer de jugement et de pédagogie. Mais dans le climat ultra conservateur qui nous entoure, je suis convaincu qu'une décision comme celle qu'il a prise concernant la chanson de Piaf est plus qu'une erreur d'appréciation, c'est un retrait culturel, un déficit d'instruction et un manquement de convictions. Permettez-moi de trouver ça con.

    17 Fév 2012 | Pascal Henrard | Montréal/Bruxelles

  • Je crois qu'insulter l'intelligence de cet homme est cruel et gratuit. Son choix de censurer cette chanson semble plus être motivé par la précaution que par une intention maligne. L'éducation religieuse n'a pas sa place à l'école, et son geste semble dire qu'il ne voulait tout simplement pas s'engager dans une voie qui pourrait mener à des débats religieux entre les élèves. Il se peut aussi qu'il ait reçu des plaintes de certains élèves par rapport à cette chanson et qu'il ait décidé de retirer ces paroles pour ne pas rendre certains mal à l'aise. Il ne pouvait pas prédire que ça aurait l'effet contraire, et que vu qu'on a rien à mettre aux nouvelles, les journalistes lui tomberaient dessus. On a vraiment mieux à faire que de chialer la dessus.

    17 Fév 2012 | Stefanie

  • "C’est le king de la connerie, un champion du monde de la stupidité, un virtuose hors catégories de l’imbécillité." ... Tant que ça?

    Est-ce que vous vous êtes arrêté, ne serait-ce qu'un instant, pour vous demander ce qui aurait pu motiver qu'il agisse ainsi? Vous êtes vous simplement informé sur le sujet avant de juger de façon aussi gratuite?

    L'enseignant en question a fait écouter la version intégrale à ses élèves et au moment où la question de "Dieu" est venue sur le sujet, il leur a indiqué qu'il n'aborderait pas ce sujet en classe, qui doit être traité à la maison ou en classe d'éthique. Je crois qu'il a bien agi.

    Lorsque la commission scolaire défend ce professeur en disant que "c’est un excellent enseignant qui est très apprécié des parents ainsi que de ses élèves et qui est très impliqué", je sais qu'ils disent vrai et je le confirme pour l'avoir vérifié personnellement. Il s'agit d'un de mes très bons amis, que je connais depuis l'enfance et que je considère comme un frère. C'est un enseignant passionné qui se donne à fond pour ses élèves, pour leur donner le goût de la musique.

    Il ne mérite aucunement d'être traité de la sorte. Si vous vous étiez d'abord le moindrement interrogé à savoir qui il est vraiment, vous n'auriez pas rédigé ces lignes.

    Le con de la semaine dont vous parlez n'existe pas, vous avez contribué à le monter de toutes pièces. Surtout, vous contribuez à salir la réputation de quelqu'un qui ne le mérite aucunement. Je crois que votre billet d'humeur penche un peu trop dans le sensationnel et la facilité. Surtout, il n'est en aucun cas objectif; vos mots, sur une tribune tout de même importante, ont un impact important. Pesez-les comme il faut.

    17 Fév 2012 | Mathieu B

  • Je tiens à saluer l'initiative des rédacteurs (trices) de votre revue de nous parler sainement des femmes en 2012. Votre numéro sur les Femmes Gaies qui s'assument et vivent normalement comme Femmes, comme citoyennes avec leurs joies, leurs peines leurs aspirations comme tous les couples de la terre. Cependant j'aimerais souligner une grande oublée dans votre nomenclature: La Grande Jeanne D'Arc Jutras (militante pour le droit des femmes et écrivaine.) Elle est née en 1927 à Ste Brigitte des Saults dans le comté de Nicolet et est décédée en 1992 à l'Hopital St. Luc à Montréal. Elle a publé 3 romans : Georgie, Délira Canelle et Plaxie Pilon. Elle a été avant-gardiste et très déterminée. Elle a longtemps vécu sur le Plateau Mt. Royal. Si la France a eu sa Jeanne D'Arc le Québec a eu la sienne. Cette dernière qui a tant lutté pour faire évoluer les mentalités. Notre devise est : "Je me souviens". Je suis intéressée à la faire connaitre et à la garder bien vivante dans nos mémoires. Beaucoup d'intellectuels(les) d'artistes, de politiciens l'ont côtoyés pensons à Pauline Julien qui a été à son chevet, . Line Lapointe et Martha Flemming artistes d'Art contemporain, Nathalie Pétrowski, Pierre Foglia, Claude Jutras, Gaston Miron, Jovette Marchessault, et tant d'autres. Nous gardons d'elle sa capacité à s'indigner, à bouger, à vouloir lutter contre l'intimidation. Jeanne D'Arc Jutras toujours percutante, toujours d'actualité. Jeanne Jutras a ouvert le chemin et Jasmin Roy reprend le flambeau. Bravo !

    De celle qui veut garder en mémoire ceux et celles qui ont fait notre histoire.

    Avec fierté Brigitte Laurier

    citoyenne et artiste engagée

    16 Fév 2012 | Brigitte Laurier

  • Que faites vous des centaines de postes de radio qui amputent toutes les fins de tounes pour nous bombarder de publicités...? C'est qui l'cave ?! Ou lorsqu'ils décident d'en faire des parodies? Sacrilège! C'est qui l'cave? Mon je suis pour l'autonomie professionnelle ! Dites vous à votre mécanicien, votre médecin quoi faire? Non, parce que vous lui faites confiance. Et les profs? Ne méritent-ils pas notre confiance?

    16 Fév 2012 | Martin

  • Maurice Tituer

    Honnêtement, j'ai plus de misère avec la phrase "on peut bien rire de moi, je ferais n'importe quoi, si tu me le demandais".

    Bref, son cours, son choix.

    Pas de quoi en faire un plat.

    16 Fév 2012 | Maurice Tituer

  • En tous cas ... Son école s'appelle St Gabriel LALEMANT - Ça le fait bien d'y censurer une chanson française pour raison religieuse ! Allez, dites-le ! C't'un fake ? ;-)

    16 Fév 2012 | Stef

  • La vérité, un point, c'est tout. Voilà ce que le professeur aurait dû faire. Être honnête et ne pas censurer cette belle chanson de Piaf. Être honnête, c'est aussi expliquer aux élèves que Dieu est une invention de l'homme car «croire» est une partie intégrante à l'humanité.

    Voilà donc une belle occasion d'expliquer aux élèves la différence entre la croyance et la connaissance. Au fond, ce professeur est peut-être victime des dirigeants de l'État qui ne veulent point mettre leur culotte sur le sujet de la laïcité et d'une commission bidon sur les accommodements raisonnables qui n'a pas pu rendre clair les distinctions qui s'imposent entre les rituels, les mythes, les cultures, la science et les faits.

    Je suis donc pour l'intégrale de la chanson de Piaf et pour la vérité aux élèves quant à l'explication de son contenu.

    16 Fév 2012 | JP Québec

  • Même Gerry n'en avait pas changé un traître mot: J'irais jusqu'au du monde/ Je me ferais teindre en blonde / Si tu me le demandais ...

    16 Fév 2012 | Geneviève A.

Commenter



    Le chien Urbania

    Vous devez être membre afin d'utiliser l'outil dock

    Devenir membre