Allons à la ferme (de contenu)!

Allons à la ferme (de contenu)!
25 Jan 2012

Par André Péloquin  |  Publié dans : blogue

« Pas encore! »

C’est ce que je me suis dit en consultant les six tendances 2012 des médias sociaux sur le site de Les Affaires. Quoi de neuf outre le « 2012 » du titre? Pas grand-chose. Encore une fois cette année, le « twivage » (cette pratique ô combien détestable) sera à l’honneur, tout comme le partage d’opinion et comme l’actualité récente le démontre, l’opinion remplace notre margarine : on en a beaucoup pis certains beurrent épais en tabarnouche.

Alors que Planète Jazz est toujours en ondes, plusieurs chroniqueurs, blogueurs et autres « je pense, donc j’écris » n’en finissent plus d’en rajouter sur ce projet de remplacer la chaîne spécialisée par une succursale montréalaise de CHOI. D’autres vont même jusqu’à proposer une sélection - pas bête du tout d’ailleurs - de personnalités locales qui pourraient y tenir un micro. Ici même, chez Urbania, on a livré une opinion à ce sujet. Fidèle à elle-même, ma collègue Aurélie s’est mis une nouvelle caste de la société à dos. Après les étudiants, c’était autour des « X » de goûter au sirop Lanctôt. Cette semaine, ça sera autour des fans de Star Académie, j’imagine…

Mais bon, un moment donné, on a compris!

Bien qu’on ait qu’une idée vague de la forme – et du ton – que cette nouvelle chaîne prendra, plusieurs ne veulent pas attendre la première intervention au micro, ni même tenter le coup, histoire de voir ce qu’on nous réserve. « On nous servira du jambon, c’est clair. » D’autres, au contraire, nuancent ou privilégient la liberté d’expression à tout prix. C’est pas mal le topo en quelques mots. Dites-moi, « tweeteux » et « blogueux », est-ce que ça vaut vraiment la peine d’ajouter un énième pavé dans la marre? « Bien sûr! », me direz-vous. « Ça alimente le débat, patati, patata », mais c’est surtout l’autre raison qui se cache derrière ce raisonnement qui m’agace…

En fait, j’ai de plus en plus l’impression qu’on exprime moins nos opinions qu’on alimente notre trafic à tout prix. « Quoi? Le sujet de l’heure est PK Subban? Je me lance! Pardon? La STM veut sa part du gâteau dans les péages à venir? Ça me fait autant réagir que la nouvelle sportive, ça! Je rédige! Saperlipopette! Cœur de Pirate pose en lingerie?! Pas de doute! Ça m’agace autant que le truc du Canadien et le cossin sur le transport en commun! »  On lance des petites fermettes de contenu inspirées de ce qu’on lit à gauche et à droite puis on cultive le clique.

Oh! Une graine de sujet tranchant par ici! Tiens! Une racine d’opinion controversée par là! On saupoudre avec un titre-choc un peu agace qui – on l’espère – fera en sorte que notre billet sera « retweeté » à outrance et que notre petit coin de Web sera considéré comme un incontournable de la Ttoile (donc un lopin de choix pour les influenceurs ou, mieux encore, les annonceurs) et, hop!, à nous les cliques! 

Pour paraphraser le type derrière « Hipster Runoff », un blogue qui tente justement d’aliéner son lectorat ces jours-ci en ne rapportant que des nouvelles insipides sur Lana Del Rey, de plus en plus de médias veulent devenir « le cave qui s’insère dans nos conversations à l’improviste » sans en avoir l’air. Et comme la subtilité prend souvent le bord sur le Web…

Médias traditionnels versus clips de minous…

Comme tout le monde,  je consomme des potins et des clips viraux quotidiennement. Le dernier en lice? Celui-ci…



(source : Patrick  Dion)

Mais a-t-on vraiment besoin que des institutions comme La Presse nous pondent des capsules pour nous les expliquer? Madame Blais, votre chronique s’intitule « Les nouvelles dont on n’a pas besoin »! Ça dit tout, non? Interviewez donc des artistes auxquels on n’aura jamais accès et laissez nos niaiseries du Web tranquilles, SVP!



À une époque où la relation entre les politiciens et le peuple est on ne peut plus « it’s complicated » et à un moment où la politique elle-même semble s’inspirer des histoires abracadabrantes de la lutte WWF des années 90 (ça expliquerait d’ailleurs le nombre grandissant de lutteurs qui deviennent candidats), j’aimerais qu’on mise davantage sur les questions que les opinions et qu’on se concentre davantage sur les faits que sur les tendances 2012 des médias sociaux ou la fameuse « exclusivité » (oui, c’est une référence au crêpage de chignons entre La Presse et Le Devoir sur « l’affaire Duceppe »).

Après tout, si on ne peut plus compter sur les médias et musées pour nous transmettre l’information objectivement et correctement, vers qui peut-on se tourner?
Derniers commentairesRSS
  • Aucun commentaire !

Commenter



    Le chien Urbania

    Vous devez être membre afin d'utiliser l'outil dock

    Devenir membre