Se battre avec Jack

Se battre avec Jack
26 Juil 2011

Par Judith Lussier  |  Publié dans : blogue

Depuis cinq jours, tous les ingrédients sont réunis pour que notre génération perde ses repères et se réfugie dans quelque chose de pire que la religion. Mais nous allons tout faire pour éviter de devenir une génération perdue. N’est-ce pas?

On s’en souviendra, de l’avant-dernière fin de semaine de juillet 2011. Celle où l’ironie frappait avec très peu de subtilité à nos portes. Celle ou le pays le plus pacifique au monde réclamait le retour de la peine de mort après avoir vécu l’un des massacres les plus odieux de l’ère contemporaine depuis la seconde guerre mondiale. Celle où celle dont on se doutait bien qu’elle allait mourir d’un abus quelconque, mais pas si vite, est morte à l’âge où, semble-t-il, on doit mourir, pour devenir une icône. Celle ou celui qui ne devait pas mourir du cancer parce que lui, il l’avait trouvé, le truc, est mort. Celle où Jack, le bon Jack qu’on avait élu quelques mois auparavant, apparaissait amaigri, maquillé et la voix haletante, pour nous dire qu’il allait combattre un cancer. Pour nous cacher qu’il avait la chienne de ne pas revenir.

On serait tentés de tout lâcher. De jouer à World of Warcraft dans notre sous-sol et de devenir des êtres haineux et asociaux. De manger des légumes en canne (ou des langues de porc dans le vinaigre) parce que, de toutes façons, c’est pas vrai que c’est avec des fruits des champs qu’on va sauver notre peau. De boire à mort, surtout ceux qui sont nés après 1983. De voter à droite, parce que, contrairement à ce que l’on croyait dur comme fer après avoir lu Fritz Zorn, c’est la gauche qui donne le cancer.

Moi, dans de telles circonstances, je suis un peu comme la fatigante dans un groupe qui dit «come on, gang, on lâche pas!» Même quand le Canadien perd 6-0 contre Boston, je suis du genre à rester optimiste. C’est peut-être naïf, mais je préfère me battre que de m’apitoyer sur mon sort. Je ne voudrais surtout pas qu’il nous arrive la même chose qu’à la génération X. J’ai donc décidé de vous faire un petit pep talk.

Premièrement, c’est pas si pire. Par ces temps de tuerie, on tend à oublier que les États-Unis ont élu le président le plus cool de l’histoire, que le mariage gai a été légalisé à New York, que les homosexuels ont maintenant le droit de s’afficher dans l’armée américaine et que Ben Laden est mort. Au Québec, la saison de Remise à neuf tire à sa fin et Patrick Huard se remet petit à petit du décès de son père.

Deuxièmement, c’est dans ces temps de crise que naissent les plus grandes idées. Sans deuxième guerre mondiale, on n’aurait pas eu Sartre et Camus. On en serait encore à croire que la vie a du sens, puisque les gens ne se tuent pas. On ne remettrait rien en question et on continuerait à labourer les champs. De l’absurde est né l’absurde, de l’ironie naîtra l’ironie, que ça plaise ou non à Nicolas Langelier.

Finalement, comme ceux qui croient en Dieu «au cas où ça serait vrai», je suggère que nous continuions à suivre les recommandations du Dr Béliveau. Si le saumon bio et le thé vert ne sont pas une garantie contre le cancer et la dépression, ce n’est pas en nous alimentant de repas congelés et en demeurant sédentaires que nous allons nous battre avec Jack pour les familles.

Parce que, si vous ne le faites pas pour vous, s’il vous plaît, faites-les au moins pour Jack.
Derniers commentairesRSS
  • soupa lognion

    On va le faire Judith. Je suis un de ceux qui n'a jamais arrêté d'être optimiste. (Même si des gens de ma génération (génération X) m'ont souvent dis que j'étais naïf)

    Ça prend beaucoup de courage pour être optimiste... et quand ça touche les gens, ce n'est plus de la naïveté.

    23 Août 2012 | soupa lognion

  • Jack n'était peut-être pas maquillé. Une thanatologue m'a dit que certains traitements contre le cancer changeaient l'aspect et la couleur de la peau...

    26 Juil 2011 | Jean Chouinard

  • Pascal Henrard

    On va le faire. On doit le faire.

    26 Juil 2011 | Pascal Henrard | Montréal/Bruxelles

Commenter



    Le chien Urbania

    Vous devez être membre afin d'utiliser l'outil dock

    Devenir membre