Mes excuses Monsieur BIXI

Mes excuses Monsieur BIXI
5 Mai 2010

Par Catherine Perreault-Lessard  |  Publié dans : blogue

Après avoir ri des Bixistes tout l’été passé au parc Lafontaine en criant «bixiiiiiiii!!!!!» à  leur passage, je me suis dit que, ce printemps, c’était le temps où jamais de m’abonner à BIXI. D’abord, parce que j’ai le goût de faire ma part pour l’environnement. Mais surtout parce que mon nouvel appart est c**** loin du métro.

Ce matin, le soleil semi-brillait sur Jean-Talon. J’avais mis ma nouvelle jupe en jeans. À la station BIXI, au coin de la rue, la vie était belle.
 
J’ai enfoncé tranquillement ma clé dans le rack. La petite lumière verte s’est allumée. Mon vélo était libre. Ah, la belle  sensation.
 
Fière, j’ai enfourché mon BIXI. En commençant à pédaler, j’ai réalisé que le banc était beaucoup trop haut. Je suis arrêtée pour le baisser. J’ai recommencé à pédaler. Il était encore beaucoup trop haut, mais j’ai continué mon chemin.
 
En (re)pédalant, j’ai réalisé qu’il y avait trois vitesses sur mon BIXI.
À la vitesse 1, j’avais l’impression de pédaler dans le beurre. J’ai donc changé pour la 2. Du coup, j’avais l’impression de gravir le Kilimandjaro. Et la 3, je n’en parle même pas. Je suis donc restée à la 2, histoire de faire un peu de cardio.

En roulant, je me suis rendu compte que les chauffeurs en sens inverse me regardaient drôlement. Parce que ma jupe était trop courte et qu’on voyait mes petites culottes. Lignées blanche et rouges.
 
Après 10 minutes, je me suis arrêtée à une station pour me remettre mon BIXI dans le rack. Ça ne marchait pas. Le rack ne voulait rien savoir. J’ai essayé à deux autres postes différents. Toujours rien.
 
Sur le bord de perdre mon calme, j’ai appelé au numéro inscrit derrière ma clé BIXI. Un genre de 911 pour les bikes.
-       Ouais, salut, j’ai essayé de parker mon vélo à 4 stations différentes, sur 15 postes différents et ça marche pas. Y veut rien savoir. (Bon, j’avoue, j’en mets toujours un peu dans ce genre de situation...).

-       Ok, on va vérifier si la station est défectueuse.

-       C’est pas la station! J’en ai fait 7 différentes! J’ai testé 40 postes différents et ça marche pas! Le problème, c’est l’o**** de BIXI.

 
Malgré mon objection, mon interlocuteur (appelons-le Monsieur BIXI) m’a mis sur le hold. Trois minutes plus tard, il m’est revenu :
-       Effectivement, la station n’est pas défectueuse. On va envoyer un technicien.

-       Ben là, je suis déjà en retard au travail, je peux pas attendre. C’est ridicule.

-       Ok, ben, rendez-vous au travail en BIXI, d’abord!

-       Ben voyons, c’est beaucoup trop loin! Je peux pas, lui dis-je en m’imaginant arriver au boulot aussi essoufflée que Lance Armstrong après le Tour de France.

-       Alors, prenez le métro avec le BIXI.

-       Dans le métro avec un BIXI? À l’heure de pointe?! T’es fou ou quoi?

-       Bon, ben, vous avez pas le choix. Vous allez devoir attendre un technicien. Il va être là dans une vingtaine de minutes.

-       Je peux pas attendreeeeeeeeeuuuuuhhhh! Je suis en retard. J’ai des meetings. Je resterai pas là avec un criss de BIXI. C’est de votre faute. Faites quelque chose. Je veux un dédommagement.

 
S’en suit un chapelet d’insultes à Monsieur BIXI. (Mon père m’a toujours dit qu’on avait ce qu’on veut quand on chialait).
 
-       Madame, vous avez pas le choix d’attendre un technicien, sinon, on va devoir vous charger.

 
Après 10 minutes, j’ai lâché prise. Je me suis dit que valait mieux attendre le technicien. Et s’il était cute?
 
Pendant mes longues minutes d’attente, sous le regard amusé des chauffeurs de taxi, j’en ai profité pour texter la ville au grand complet pour dire que j’étais pognée au rack à BIXI. Après coup, j’ai réessayé une autre fois. Juste pour la luck.
 
J’ai soulevé le BIXI, je l’ai rentré dans le rack.
 
La petite lumière verte s’est allumée.
 
Ça a marché.
 
C’était ma faute. Beaucoup, à part de ça.
 
***
Alors, voilà…
 
Cher Monsieur Bixi à qui j’ai parlé ce matin et à qui j’ai récité une messe au grand complet, j’aimerais vous offrir mes plus plates excuses sur ce blogue. Tout ça était de ma faute. Le rack, la jupe, les vitesses, les petites culottes rayées… Ma faute. On ira prendre une bière au rack à BIXI anytime si vous acceptez…?
Derniers commentairesRSS
  • J'adore cette fille qui ne connait rien au vélo.

    xx

    12 Mai 2010 | Steve CumShutt

  • Non, seb, bixi n'est pas seulement pour les touristes. C'est aussi pour des gens comme moi qui sont tannés qu'on vole leur vélo année après année et qui habite au 3e étage d'un bâtiment à l'escalier en colimaçon hyper penché et qui n'ont plus d'espace dans leur appartement... Bixi n'est peut-être pas la solution idéale pour tout le monde, mais pour moi , oui. Et je ne suis pas un montréalais de passage.

    11 Mai 2010 | grego

  • j'te comprend pas, achète-toé un bike à 50$ sti ! bixi c'est pour les touristes. mais ne laisse pas ton bike sans surveillance... vivre mtl.

    7 Mai 2010 | seb

  • Montres moi tes tites culottes pis on est quitte...

    6 Mai 2010 | Mr Bixi

  • Terry Elisabeth Wynd

    Héhé toute une scène. Pauvre Monsieur Bixi. Peut-être que tu pourrais mettre quelque chose de plus long sous ta jupe quand tu fais du vélo ? Juste une tite suggestion.

    5 Mai 2010 | Terry Elisabeth Wynd

  • Trop cool comme histoire :)

    5 Mai 2010 | Traitdemarc

  • Patrice Ricard

    t'étais trop cute dans ta mini-hystérie :)

    5 Mai 2010 | Patrice Ricard | Montreal

Commenter



    Le chien Urbania

    Vous devez être membre afin d'utiliser l'outil dock

    Devenir membre