La ville de la semaine

18 Sept 2014

La ville de la semaine: Cacouna

Magnifique village d’environ 2000 habitants, Cacouna mérite bien sa place dans l’association des plus beaux villages du Québec. Si son charme pittoresque ne fait aucun doute, il me semble qu’observer ce village du Bas-St-Laurent, de l’intérieur, du point de vue de ses contrastes et de ses côtés plus obscurs, peut s’avérer intéressant. Ce texte, qui ne se veut ni une exhaustive socioanalyse, ni un outil de promotion touristique, propose plutôt une perspective ambivalente d’une Cacounoise exilée depuis 11 ans.Suite...

Par Cyndie Caron


  • BlogueContenu de type blog

    23 Sept 2014

    Ma nostalgie de Spice Grrrl
    par Marie Darsigny

    Quand les gens me demandent pourquoi j'aime les années 90, je réponds que c'est surtout à cause...Suite...

  • BlogueContenu de type blog

    23 Sept 2014

    Le mot du Président : Non merci pour l'Écosse et le quitte ou double référendaire
    par Ogden Ridjanovic aka Robert Nelson, Président de la République libre du Bas-Canada

    Il y a quelques jours à peine, les Écossais ont été 55% à répondre à la négative à la question :...Suite...

  • BlogueContenu de type blog

    23 Sept 2014

    La saison parfaite pour être plate
    par Keven Breton

    T’es rentré chenous comme un vent frette à très exactement 22h29 c’te nuit. Un peu ivre, tu t’es...Suite...

  • BlogueContenu de type blog

    22 Sept 2014

    Lettre ouverte au gars qui veut relancer Pif Gadget
    par David Azencot

    Cher Patrick le Hyaric,Suite...

  • BlogueContenu de type blog

    19 Sept 2014

    La chanson de la (fin de) semaine
    par Urbania

    À chaque semaine, Urbania vous présente la chanson qui joue dans nos bureaux, pour vous mener au...Suite...

  • BlogueContenu de type blog

    19 Sept 2014

    Le retour de Poudy - Premier acte
    par Martin Perizzolo

    Parce que j’ai l’impression que tout ce que je vais dire va sonner emo. Parce que ces jours-ci,...Suite...

  • BlogueContenu de type blog

    19 Sept 2014

    La main
    par Catherine Ethier

    Un jour ou l’autre, au moment où tu t’y attendras le moins, elle te trouvera.Suite...

  • BlogueContenu de type blog

    18 Sept 2014

    Le Registre: Les 10 pauvres types qui vont aux pommes
    par Pierre Lemay

    Le Registre, c'est la version web des top-10 qu'on trouve depuis 2003 dans les pages de la fin du...Suite...

  • BlogueContenu de type blog

    17 Sept 2014

    Tu veux venir manger un cornet ? - Portraits de Montréal
    par Portraits de Montréal

    Inspirés par Humans of New York, les créateurs de Portraits de Montréal arpentent les rues de...Suite...

  • BlogueContenu de type blog

    17 Sept 2014

    Le Défi Urbania : Vos anecdotes de sport
    par Urbania

    La semaine passée, on vous a demandé vos meilleures anecdotes de sport! Les lecteurs d'Urbania ne...Suite...

  • BlogueContenu de type blog

    16 Sept 2014

    La peur avec un petit P
    par Les RoseMomz

    Tout ça a commencé lors d’une date avec un propriétaire de librairie dans un bar sombre de l’est...Suite...

  • BlogueContenu de type blog

    16 Sept 2014

    Le centre d’achats du mois : les Galeries du Parc
    par Olivier Boisvert-Magnen

    Si vous cherchez un endroit parfait pour jouer à la cachette un samedi soir s’a grosse brosse,...Suite...

Derniers commentaires
  • Sainte-Anne de Beaupré - Line Asselin, spécialiste des statuettes miraculeuses

    Bonjour Mme.Asselin

    Nous sommes à la recherche d'une statuette de St-Antoine de Padou

    nous habitons à Rawdon

    Merci Beaucoup

    Nicole & Henri

    Lire

    23 Sept 2014 | Nicole Desgagné

  • L'Europe se conjugue au masculin



    L'autre al Pacino qui traite le monde de sexe faible. Dommage que t'es venu avec une graine qui fait plus de peines qu'autre choses.

    Lire

    23 Sept 2014 | lejuin

  • Le mot du Président : Non merci pour l'Écosse et le quitte ou double référendaire

    @Marie-Sophie S. , très bien dit, j'approuve et je te seconde !

    Lire

    23 Sept 2014 | Matinal

  • La saison parfaite pour être plate

    Oui.

    Lire

    23 Sept 2014 | Marie-Ève Michaud

  • Le mot du Président : Non merci pour l'Écosse et le quitte ou double référendaire

    Je pense que le problème de base est un peu le même (entre l'Écosse et le Québec, je veux dire).

    D'un côté tu as le coin qui veut devenir indépendant. C'est attirant, l'indépendance, décider pour nous, tous seuls, de ce qu'on veut et de ce qui nous convient. Mais ça comporte aussi son lot d'incertitudes et de craintes (est-ce que ça va bien aller, est-ce qu'on aura une reconnaissance internationale, est-ce que ça va être le chaos pendant bien longtemps - parce que c'est dur à nier qu'une certaine période de chaos est inévitable). Et c'est diablement facile, pour l'autre camp, de tabler sur ces peurs. Et, s'il y a beaucoup d'argent ou d'avantage stratégique en jeu dans le cas où l'indépendance voulue est obtenue, ça prend pas de temps qu'il y a des petites manoeuvres qui s'installent pour surtout que ça ne donne pas le résultat qu'on ne veut pas.

    Pour moi, tant l'échec du Québec en 1995 que celui de l'Écosse en 2014 sont dûs, à la base, à l'équation suivante:

    groupe attaché à l'ensemble dont on veut se séparer + indécis qui répondent à la campagne de peur = victoire du statu quo (le non).

    Préalablement au vote, les indécis ont pu être séduits brièvement par l'indépendance, donc remontée du "Oui" à la fin de la campagne, mais finalement l'insécurité a gagné.

    Ajout au Québec: manoeuvres douteuses dont j'ignore s'il y a eu exemple en Écosse.

    L'avenir nous dira si, au Royaume-Uni, les belles promesses de Londres de plus d'autonomie et plus de pouvoirs pour l'Écosse seront tenues et si ça tournera mieux pour eux que les belles promesses auxquelles nous, nous avons eu droit. Je suis douteuse. Déjà Londres panique parce que d'autres régions veulent aussi ces mêmes avantages.

    Quant à la pertinence d'un référendum pour accéder à l'indépendance, je crois qu'il faut que la population soit très secouée, très indignée, pour passer par-dessus l'insécurité. L'indépendance du Québec, c'était fort populaire à deux moments, dans les années 70 et dans les années 90. En 70 il y a eu la crise d'Octobre, la loi des mesures de guerres et tout ce qui s'en est suivi. En 90 il y a eu l'échec de Meech et l'impression que le Canada ne voulait pas de nous. Sérieux, on pouvait pas voir le show de la St-Jean en 90 avec Gilles Vigneault, Michel Rivard et Paul Piché, et ne pas tripper indépendance. J'avais 17 ans et je m'en souviens fort bien.

    Dans les années 2000 il y a eu une brève remontée de la ferveur indépendantiste, et bien moindre que les occasions précédemment citées, au moment du scandale des Commandites.

    Mon point finalement, c'est que ce que j'aimerais vraiment beaucoup, et qui réglerait la question de la place de l'indépendance dans la politique québécoise, c'est que tous les partis politiques au Québec disent: "Indépendamment de si on préconise le fédéralisme ou l'indépendance, si Ottawa fait vraiment quelque chose d'innaceptable, un vrai gros coup de cochon, on va aller consulter la population et leur demander s'il veulent toujours rester au Canada. Et si la réponse est non, ben on sacre notre camp."

    Parce que je pense que la vraie occasion manquée, c'était en 82, quand Lévesque s'est rendu compte que la constitution avait été signée sans lui. Il aurait dû dire "Ah ben vous avez pas voulu m'attendre pour signer? Tant pis, on s'en va." Pis le Québec l'aurait suivi.

    Je suis sûre de ça.

    Lire

    23 Sept 2014 | Marie-Sophie S.

Le chien Urbania

Vous devez être membre afin d'utiliser l'outil dock

Devenir membre