Rebecca double des films pornos en français. Avec sa voix aussi chaude que notre rédac’ chef pendant la production du numéro sexe, elle nous dévoile les dessous de son travail.

***

À quoi ça sert de doubler des films de fesses quand tout le monde se fout des dialogues, anyway?
C’est vrai que c’est drôle. Qu’est-ce que ça change qu’un gars se branle en disant « Oh yeah! » au lieu de « Oh oui! »? Je ne peux pas répondre à la question. Tout ce que je sais, c’est que, moi, ça me fait une job.
Comment as-tu déniché ce travail?
C’était vraiment par hasard. Une amie du secondaire m’a proposé de remplacer une fille qui faisait un doublage de film porno. J’y suis allée, j’ai aimé ça et j’ai continué.
En quoi ça consiste exactement? Comment se déroule une séance de doublage?
Le film en anglais est projeté devant moi et joue dans mes oreilles. Je traduis « on the spot », au fur et à mesure. Quand l’actrice dit « ahhh », je dis « ahhh » avec le même son qu’elle en anglais. Si elle crie aigu, je crie aigu. Si elle crie grave, je crie grave. J’essaie de m’adapter pour faire une vraie traduction, pour que ça passe inaperçu. Dans mon cas, ça fonctionne bien!
Tu es rendue une femme d’expérience… comment c’était ta première fois?
On était huit et on jouait aux cartes. Mon personnage ne parlait pas beaucoup, alors j’écoutais les autres. J’étais gênée et stressée, parce que je ne savais pas trop comment ça marchait. Je croyais qu’il fallait que je me touche…
C’est pas le cas?
Non!
Mais est-ce que ça t’arrive d’être excitée pendant une séance?
Au début, oui. Aujourd’hui, de moins en moins. Mais ça arrive…
As-tu un casting dans l’industrie?
Mon boss me réserve toujours les folles, les extraverties et les dominatrices. J’aime ça. Ce qui me plaît moins, c’est les personnages de lesbiennes.
Pourquoi?
Elles ne parlent pas! En tout cas, dans les films de cul…
As-tu une expérience de doublage drôle à nous raconter?
Les scènes à huit, c’est toujours un peu weird… Les pool party de lesbiennes, par exemple. Sinon, j’ai déjà doublé une comédie musicale dans laquelle le pénis avait des lèvres qui bougeaient. Oh my god!
En terminant, t’arrive-t-il de ramener du boulot à la maison?
Quand je me retrouve au lit, ça peut arriver que je sorte des répliques de films sans m’en rendre compte. Quand je réalise ce que je viens de dire, je décroche complètement!