boobs-612-395

J’espère que tu liras en entier cette lettre que je t’adresse. Vendredi soir, on est sortis pour la fête d’une amie. On
est pris dans la file d’un club à moitié vide qui tente pathétiquement d’écrémer son image en laissant languir les gens dehors avant de les laisser entrer.

Je n’échapperai pas le nom dudit établissement.

C’est là que tes amies et toi sortez. À en juger par ta démarche de cheval boxeur qui marche de côté pour déstabiliser son adversaire, t’es saoule.

Sur une échelle de 1 à 10, t’es à « vomi dans les cheveux ».

Une des vôtres connaît une des nôtres.

Se produit donc ce phénomène du vendredi soir, où lorsque l’électron d’un atome reconnaît l’électron d’un autre atome, s’établit une liaison chimique qui contraint tous les électrons des deux groupes à fusionner à l’aide d’un Salut-moi-c’est-(insérer nom)-enchanté!

J’arrive à toi : « Salut-moi-c’est-Rabii-enchanté! »

BELLE FILLE QUI SE CROIT TOUT PERMIS : Heyyy! C’est toi l’humoriste?

RABII INÉVITABLEMENT FLATTÉ : Oui!

BELLE FILLE QUI SE CROIT TOUT PERMIS : Heyyy!!! MILEY CYRUS!! Dude, je dis toujours à ma chum que si jamais j’te vois, j’te frenche. Faut qu’on frenche!

RABII QUI ESPÈRE DISSUADER SON INTERLOCUTRICE EN USANT D’AUTODÉRISION : Hahaha! Ben non là! J’embrasse super mal, genre j’ai un hamster dans’ yeule…

Avant d’avoir fini d’énoncer mon argumentaire béton, tes longs doigts filiformes s’enrobent autour de ma tête et ta langue se déverse dans l’Univers, avec pour mission de rejoindre le hamster que j’ai dans’ yeule.

Je recule, mon amie te repousse et lâche un « Hey! C’est pas super poli ça! »

Ce à quoi tu réponds éloquemment : « Pas besoin d’être polie quand t’es jolie! ».

Je ne sais pas quoi répondre, alors je ris. Tu surenchéris :

BELLE FILLE QUI SE CROIT TOUT PERMIS VEXÉE: Hey fuck you! Quand une belle fille t’embrasse, tu te laisses faire, c’est la règle.

RABII MOINS FLATTÉ MAIS NOUVELLEMENT CHOQUÉ : Tu niaises, là? T’imagines si un gars te disait ça? « Quand un beau gars t’embrasse, tu te laisses faire ».

BELLE FILLE QUI SE CROIT TOUT PERMIS : C’est pas la même chose, j’suis une fille!

RABII CONSCIENT DE LA FUTILITÉ DE DÉBATTRE CONTRE LA LOGIQUE DÉBRIDÉE D’UNE PERSONNE SAOULE : Ok, t’as raison. Je connaissais pas la règle. Je m’excuse, prochaine fois j’vais me laisser faire, ok?

Ton taxi arrive, tu pars.

Pauvre gentil chauffeur haïtien qui va devoir te supporter tout le long de la ride. J’espère qu’il va mettre sa radio créole super fort juste pour te faire chier.

« Quand une belle fille t’embrasse, tu te laisses faire ».

Je sais pas si c’est l’alcool qui parlait, ou si tu crois vraiment en un tel double standard.

J’espère que dans ton étroit esprit occupé par ton égo de fille narcissique à qui on a toujours tout donné, il te reste assez de place pour le logique entendement qui accepte que c’est pas tous les gars qui donneraient leur couille gauche pour t’avoir.

Ça me rappelle les 18 ans de mon ami Marco. Comme on avait juste 18 ans et qu’on savait pas encore qu’une carte-cadeau Starbucks, ça fait souvent l’affaire, on lui avait payé une danse à la table.

Au beau milieu de « Cry me a river », alors qu’il tâtait les Double D de Double Dée (c’était son nom), Marco interrompt Double Dée. Marco est pas à l’aise. Marco est sur le bord des larmes.

On comprenait pas ce qui se passait.

À 18 ans, on est cave. À 18 ans, tits = bonheur. C’est la société qui le dit. C’est axiomatique. Enlève ton butt plug Marco.

On comprenait pas que le dude puisse avoir des tits entre les mains pis être malheureux.

Y’avait rien à comprendre, chère belle fille qui se croit tout permis, ça lui tentait juste pas.

Même si on a rit de lui pendant les années qui ont suivi ce qu’on a baptisé « la danse des lamentations », avec du recul, c’était beau à voir.

C’était beau de voir un gars dire: « Ça me tente pas ». Même avec de la morve qui coule partout.

Parce que c’est vrai que des fois, ça nous tente pas.

C’est juste moins évident à faire comprendre quand on ne dispose pas du dissuasif coup de sacoche en guise d’ultime échappatoire.

Bien à toi,

Rabii :)

  • C’est surement mon ex

    On dirait mon ex -_-

  • Julie Vallières

    Et oui la  »non classe » peut posséder les deux sexes.

  • 4trina

    En gros résumé…. Ce n’est pas tout le monde qui trip sur les salopes… Tsé si ta l’air d’une charrue ou que tu en ai une bin sorry girl mais ça peux aussi refroidir.

  • Elle

    Wow, pour un gars qui s’offusque des double standard, t’es pas gêné d’aller aux danseuses? Tu crois que la danseuse avait envie de se faire masser les seins par un inconnu, elle? Qu’est-ce que tu veux, les gars se croient tout permis quand ils vont dans ce genre d’établissement.

  • Mel

    Il m’est arrivée exactement la même chose. Avec un homme, beau, oui. Sauf que face à lui, je n’ai pas pu dire non. quand des bras d’un homme de 1.5fois ton poids t’entourent et te serrent pour que tu ne bouges pas, ben tu ne bouges pas. Tu fais comme tu peux, tu tournes la tête, tu joue la carte de l’humour, de l’ironie, de « mais putain tu vas me lâcher » du « tu me fais flipper arrêtes » et puis inexorablement ces lèvres embrassent les tiennes qui crient  » à l’aide ». Trop tard. T’as pas eu le choix. tu te sens sale, tu le détestes, t’as envie de pleurer mais ta fierté fait que tu le regardes d’un oeil qui cri  » je te crache au visage », puis tu es juste contente qu’il te lâche, qu’il y ait du monde autour, et que tu puisses t’échapper..

  • VeroC

    Selon le gouvernement du Québec, voici la définition d’une agression sexuelle: « une agression sexuelle est un geste à caractère sexuel, avec ou sans contact physique, commis par un individu sans le consentement de la personne visée ou, dans certains cas, notamment dans celui des enfants, par une manipulation affective ou par du chantage. Il s’agit d’un acte visant à assujettir une autre personne à ses propres désirs par un abus de pouvoir, par l’utilisation de la force ou de la contrainte, ou sous la menace implicite ou explicite. Une agression sexuelle porte atteinte aux droits fondamentaux, notamment à l’intégrité physique et psychologique, et à la sécurité de la personne. » source: http://www.agressionssexuelles.gouv.qc.ca/fr/mieux-comprendre/
    Alors, Rabii, c’était bien une agression sexuelle que cette jeune femme a commise. Je tiens à le préciser parce qu’effectivement, il y a beaucoup de préjugés et un manque de reconnaissance envers les agressions commises envers les hommes. De plus, je suis outrée de lire le commentaire de Madame M. qui dit que c’est bien de rétablir la liberté des femmes et les inégalités de pouvoir en permettant à une femme de forcer un homme à avoir un contact sexuel avec elle. Oui, c’est du féminisme mal placé Madame M. Franchement, ce n’est pas de cette façon que nous allons changer les choses.

  • Audrey

    C’est si peu enseigné au Québec (et ailleurs): si tu n’as pas le consentement de la personne, tu ne touches pas. Ni avec les mains, ni avec la bouche, ni avec d’autres choses. De bonnes habitudes à prendre même lorsque le contexte n’est pas sexuel.

  • Olivier

    Cité de Madame M.
     » Eh bien parce que si le (ou les) verre de trop que cette fille a bu lui ont fait croire pendant quelques secondes qu’elle était assez forte, voire indestructible, pour pouvoir sauter au cou d’un homme et l’embrasser sans conséquence, eh bien, tant mieux. Tu lui aura permis d’oublier pour un instant. Ce n’est pas du féminisme mal placé, ni même une question de beauté. C’est une question d’être aussi libre qu’un homme, pendant un petit moment. »

    Madame votre commentaire est hautement insultant pour les hommes et les années de féminisme qui ont fait évolué la perception homme/femme de la société. J’en comprends par votre commentaire, que ceux qui sont fort méritent d’imposer leur suprématie sur les plus faibles. C’est littéralement un retour à l’âge de pierre ! Les agressions sexuelles qu’elle soit commises par des hommes ou des femmes devraient TOUJOURS être condamnées. Bien que je sois un homme et que j’ai la « liberté » de forcer une femme à faire ce qui me plait, j’ai l’intelligence d’utiliser ma suprématie physique à d’autre activités.

  • Lucius The Futureboy

    @Audrey cest tres occidental de respecter autant la bulle des individus ca na aucun rapport avec prendre des bonnes habitudes. Dun autre point de vue, se toucher les épaules ou entretenir un contact physique avec qui que ce soit meme des inconnus peut etre totalement acceptable, ca depend seulement des cultures.

  • Marieev3

    C’est complètement pitoyable, pauvre fille son ego va en prendre un coup quand elle va voir le texte ! Bien joué Rabii! :)

  • mamzell tourmente

    J’espère que tu ne compares pas ton expérience avec l’expérience d’agression sexuelle des femmes par les hommes? Il y a nombre de réalités spécifiques, mais il y a les rapports sociaux de sexe et donc, on ne peut pas facilement renverser le vécu des femmes agressées par le vécu des hommes agressés. Là, c’est encore pire, pcq ya un contexte qui ne te rend pas si vulnérable à cette agression. J’emploie le mot agression, pcq je constate ton vécu et que ça me semble être le mot juste et je condamne comme toi le double standard.

    Mais je constate dans ton article deux contradictions. L’une tenant au biais sexiste. Tu condamnes le double standard (un biais sexiste qui consiste à considérer que le même comportement est acceptable pour un sexe, mais pas pour l’autre – ou qu’on l’interprète/explique différemment en fonction du sexe de la personne qui agit). Un autre biais sexiste est de considérer que le vécu des femmes est le même que le vécu des hommes alors que nous vivons dans une société patriarcale qui divise les genres sexuels et qui dresse une hiérarchie des sexes où les hommes dominent les femmes. Le renversement des rapports sociaux est donc impossible…

    L’autre contradiction est que ton article utilise une image sexiste pour faire sa promotion. De fait, montrer un corps-nu-de-femmes-en-morceau (un morceau de corps nu) en coupant en plus la tête est une objectivation du corps féminin. Le corps est objet pcq sans tête et divisé en partie. Le sujet, c,est la face de gars. L’objet, c’est toutes les femmes, des corps remplaçables. Donc, ton article, en dénonçant le double standard, contribue à l’objectivation des femmes.

    Et c’est sans compter tes excuses plates de « on était jeune » pour justifier ta complicité et ta contribution dans la marchandisation des femmes par le « cadeau » de danse-contact à ton ami.

    Bref, il me semble que tu aurais pu tenir un discours proféministe sur le même sujet. Mais à la place, tu tombes dans le sexisme par l’image objectifiante et par l’emploi d’un biais sexiste. C’est dommage ET choquant.

  • Marie

    À toutes les Madame M et mamzell tourmente de ce monde.
    Come on, non ça veut dire non.
    Même si c’est une fille qui l’entend, même si c’est un gars qui l’entend.
    Même si t’es ben chix, même si t’as des gros pipes, même si ça fait 10 ans qu’on se connaît, même si ça s’est déjà produit.
    Rabii se dit victime de viol. C’est juste que ça a ben l’air qu’il ne peut pas avoir le contrôle sur qui met sa bouche sur lui, parce qu’une fille a l’air de penser que ça la regarder qui elle french. T’inverse les rôles pi tu as un videur qui intervient.
    Et pour toutes les personnes qui disent que les hommes ne sont pas victimes de viol : http://projectunbreakable.tumblr.com
    Moins fréquent peut-être, mais ça arrive quand même.

  • mamzell tourmente

    Marie, on s’est peut-être mal entendues, car je ne vois rien dans ton message qui s’adresse à mon commentaire.

    À aucun moment dans mon commentaire tu peux lire que je nie les agressions sexuelles dont peuvent être victimes les hommes, ni même l’agression dont Rabii a été victime.

    Je ne fais que relever les biais sexistes de son article et l’impossibilité de renverser les rapports sociaux de sexe. Et je me désole que son article n’ait pas réussi à tenir un discours proféministe qui aurait été bienvenue. Pcq le féminisme, au cas où c’est ce sur quoi ta lecture aurait accroché, ne nie pas les agressions sexuelles dont sont victimes les hommes. Il s’agit d’une grille d’analyse des rapports sociaux de sexe qui insère les actes individuels dans un système plus grand et qui remet certaines choses en perspective… Dans la rue, c’est le combat pour l’égalité entre les sexes (pas la guerre des sexes! loll).

    Bref, je voulais faire de petites précisions pcq on glissait vers le « mamzell tourmente tient un discours pro-viol contre les hommes », tsé! Vraiment, si un jour je me rends là, je souhaite bien qu’on me remette à ma place!

  • julien

    @mamzell tourmente Vous dites: « Bref, il me semble que tu aurais pu tenir un discours proféministe sur le même sujet »

    Rabii n’a pas à être pro-féministe ou féministe. Vous devriez vous partir un blogue au lieu de lui dicter la forme que son texte devrait prendre…

  • Annie

    Cher Rabii,
    Je lis tes textes depuis peu. J’ai eu la chance de les connaitre via facebook. Me voilà conquise.
    Bon. Mon commentaire a du retard sur ce texte mais sache que c’est seulement parce qu’à titre informatif, j’ai trouvé, hier après-midi, le penchant masculin, voir même la tendre moitié de la « Chère belle fille qui se croit tout permis ». Il est assis sur une excavatrice, dans un chantier de l’est de Montréal. Je dis ça de même, en cas qu’elle cherche encore quelqu’un…
    Donc hier, j’étais au parc, avec mes élèves autistes et déficients intellectuels ainsi que l’enseignante avec qui je travaille. Nous étions à côté du chantier de la construction d’une piscine intérieure. Comme nous avons hâte que ça se termine car nos élèves adorent se baigner, j’ai décidé de demander avec sourire aux ouvriers sur place: « Messieurs, nous sommes de l’école à côté et nous aimerions savoir quand la piscine va être terminée? Le savez-vous? » Ce à quoi l’homme à la pelle mécanique m’a répondu: » Bien met-toé en bikini, m’as te creuser un trou, m’a te mettre de l’eau dedans pis tu vas pouvoir te baigner, fille! » Il s’est ensuivi un silence or. Car forcément, même ses camarades étaient malaisés (dude, qu’est-ce tu viens de dire là…). Dans un autre scénario, si j’avais été un peu déglinguée, toute de Baby Blue vêtue, accotée sur la clôture Frost en étirant ma gomme avec mon index, j’aurais cautionné à disons.. 4% ce qui venait de m’arriver mais avec ma classe, avec un enfant autiste au bout de mes bras, là on est dans le super-power-deeper-côlon aux ressources cognitives limitées. Alors après un mince « Nooon. Mais quelle bonne blague. Je suis en état d’hilarité » (je sais, ça aurait été plus drôle que je me pointe avec un bikini Budweiser avec un miroir réfléchissant et exiger mon petit trou de bouette juste pour voir sa face), il y eut un autre silence avec l’écho de cris de goélands et le tout s’est terminé ainsi.
    Tout ça pour en arriver à dire que j’ai eu le flash qu’il s’harmoniserait parfaitement avec Miss. Passe-lui le message!