Il y a deux ans, je suis passé dans les bureaux de l’école de cinéma de Jacmel. À terre, de grosses gigantesques têtes blanches en papier mâché. « C’est pour un projet secret », me disait-on. Un projet secret avec Arcade Fire.

On reconnaissait facilement Win Butler et Régine Chassagne, quatre fois plus gros que leur tête habituelle. Le groupe allait utiliser ces têtes pour leur clip Sprawl II en 2011. La série de visages des membres du groupe montréalais a été utilisée encore une fois pour leur dernier vidéo, Reflektor, filmé dans la forêt
québécoise et disponible depuis hier.

David Bowie vient d’ailleurs de confirmer sur un réseau social qu’il a bel et bien chanté avec les membres du groupe pour cette chanson.

Arcade Fire était aussi en spectacle surprise hier soir à Montréal. La Salsathèque, où s’est déroulé le show, vient de connaitre son heure de gloire (une supplémentaire est prévue demain). En plus de son nouveau vidéoclip pour Reflektor avec ses gros masques, un vidéoclip interactif pour la même chanson a été dévoilé hier.

Le papier mâché est une spécialité de Jacmel. Ses artisans défilent au carnaval et à la fête patronale de la ville.

Le clip interactif a été tourné les quatre jours entourant la parade du 18 mai à Jacmel. Les majorettes sont à l’honneur le jour de la Fête du drapeau haïtien.

Axel Muzena (à droite), personnage principale du clip interactif, est danseuse montréalaise d’origine africaine.

« On a fait entrer Axel [Muzena, danseuse] dans le milieu de la parade, me disait hier Fréro Pierre du Cine Institute, assistant réalisateur sur le tournage. Ça a surpris tout le monde. Elle portait un costume de carnaval dans une parade du 18 mai [plus solennelle]. C’était épuisant, on courait partout, avec une grosse équipe. Mais c’était trop drôle de voir la réaction des majorettes. Elles l’ont regardé, d’abord étonnées, mais lorsque la caméra est arrivée, elles se sont mises à danser plus que jamais. »

L’histoire du clip interactif dirigé par Vincent Morisset a intégré des éléments festifs de la ville : fanfares populaires rara (le groupe Miel Midi) et un atelier de masques en papier mâché où la cigarette sert pour la fumée du diable.

Un des diables pendant la parade du carnaval de Jacmel.
En 2011, les affres du choléra se prêtaient déjà à l’humour noir haïtien du carnaval.

Le concept est assez simple. On suit une danseuse dans un parcours où le miroir rappelle l’idée du « réflecteur ». Celle-ci rencontre un jeune qui lui présente un miroir sur laquelle son image se reflète, pour ensuite entrer dans un nouvel univers avec un costume rempli de paillettes. Des thématiques également reprises dans le vidéoclip conventionnel.

Le tournage s’est fait avec la participation des étudiants de Cine Institute, une école de cinéma jacmelo-américaine fondée il y a quelques années (d’ailleurs, elle est souvent à la recherche de professeurs qualifiés pour des longs séjours dans le splendide terrain de l’institution au bord de la mer).

Dans la « capitale culturelle d’Haïti », Arcade Fire passe incognito. Ils étaient de retour pour admirer le carnaval en février dernier. Les membres du groupe se confondent à la majorité des Blancs débarqués en masse pour « sauver » Haïti.

En plus, les Haïtiens détestent le rock. Un seul groupe rock un peu célèbre persiste au pays, même si certains artistes intègrent souvent des éléments de guitare électrique rock.

Mémorable et dans un décor enchanteur, le spectacle d’Arcade Fire à l’hôtel Oloffson de Port-au-Prince en 2011 avait d’ailleurs rassemblé que des étrangers (ou presque).

Le nouvel album d’Arcade Fire, Reflektor, sera disponible le 29 octobre.

Twitter: etiennecp

* Première photo: L’ex-dictateur Jean-Claude Duvalier en version papier mâché lors du carnaval de Jacmel.

+++++
MISE À JOUR – 13h35, 10 septembre 2013
Selon la photo du compte-rendu du spectacle de Cult MTL, certains membres du groupe ont porté un « masque » traditionnel haïtien durant leur performance hier soir. Un diable avec des cornes qu’on appelle lansèt kòd, immortalisé sur les magnifiques photos de Leah Gordon.