Tout le monde a son cheval de bataille. Roy Dupuis a les rivières. Pierre Falardeau a la souveraineté. Moi, c’est l’interdiction des livres d’Alexandre Jardin dans les écoles secondaires.

En troisième secondaire, un prof de français (croyant naïvement bien faire) nous avait imposé la lecture de Fanfan d’Alexandre Jardin. (Fanfan, c’est l’histoire d’un homme qui tombe amoureux d’une femme et qui décide de ne jamais lui avouer sa passion pour «prolonger éternellement les préludes de l’amour». Sur 233 pages, le personnage principal multiplie les tactiques pour séduire sa bien-aimée, sans jamais coucher avec elle, sans jamais l’embrasser).
Quand on a 14 ans et qu’on est encore vierge, le concept de «passion qui dure toute la vie» est tout à fait charmant. Ça nous apparaît comme une révélation et on en vient à croire que, dans le fond, c’est ça la définition du vrai amour. Pendant les années qui suivent, Fanfan devient un modèle à reproduire. Une quête, genre.
Jusqu’à ce qu’un matin, à 25 ans, on se réveille dans le bureau de son psy au lendemain d’une soirée Frenche ou Meurs, en train de lui dire que notre vie amoureuse est un échec et qu’on ne trouve pas la personne pour nous faire vivre la passion avec un grand P.
– T’sais, dans Fanfan… qu’on lui dit.
– Oui, mais Fanfan, c’est pas la vraie vie, qu’il nous répond. La passion, ça ne dure pas toute une vie. Ça dure un an, gros max.
Sur le coup, on ressent un petit pincement au cœur. On ne veut pas y croire. Comme un enfant à qui on apprend que le père Noël n’existe pas. On se demande ce qu’aurait été notre vie amoureuse si un professeur ne nous avait pas faire lire Fanfan en troisième secondaire. Après quelque temps, on en vient à la conclusion qu’elle aurait été beaucoup mieux.
***
Parce qu’il vaut mieux prévenir que guérir et parce que la vie est trop courte, je crois sincèrement qu’il faut interdire les livres d’Alexandre Jardin au secondaire ou, minimalement, recouvrir les livres d’une mise en garde comme sur les paquets de cigarettes.
C’est dans notre intérêt à tous.

  • Pascal Henrard

    Va falloir que nous lunchions ensemble madame C. Perreault Lessard, que je vous explique certaines choses ;-)

  • Anonyme

    Et Madame Bovary, on vous a fait lire Madame Bovary?

  • Sampic

    Que de lucidité… Ça me rappelle aussi quand j’avais 9 ans et que je croyais en Dieu et que j’avais déjà prié pour avoir toutes les cassettes Nintendo. Le concept de passion amoureuse éternelle fût la seule mythologie auquel j’ai temporairement cru , dépassé l’âge adulte…

  • Mamzelle Adèle

    À lire: ce que Messieurs Jourde et Naulleau pensent d’Alexandre Jardin dans leur ouvrage « Le Jourde et Naulleau, petit livre noir du roman contemporain »…

    En voici un extrait vite vite, au hasard :
    « Comme beaucoup de grands écrivains, Alexandre Jardin n’a pas de biographie: sa vie est dans son œuvre. Comme beaucoup de grands écrivains encore, presque tous ses romans traitent d’un même thème, d’une unique obsession: comment éviter l’usure du couple? Comment continuer à séduire sa femme en dépit du désenchantement qu’engendrent le temps qui passe et la banalité quotidienne? Comment garder vivant en soi l’enfant? En ce sens, Alexandre Jardin est un écrivain engagé. Son combat: la cause du bonheur. Ses romans constituent autant de recettes de vie, d’appels à la mobilisation des époux, de conseils aux ménagères. De la littérature authentique, donc, très loin du bavardage des magazines.
    Il traite ces thèmes avec une fantaisie primesautière, féconde en trouvailles, plein de juvénile fraîcheur. Telle est sans doute sa qualité distinctive, son originalité dans la littérature contemporaine: Alexandre Jardin est frais. »

  • william r-c

    Tout dépend de ce qu’on entend par passion bien sûr… passion sexuelle, ça s’épuise, passion amoureuse et intellectuelle, ça peut durer toute une vie :)

  • Frederik von Holden

    @William

    Passion toute une vie, mon vieux tu es optimiste!

  • C’est en effet un peu « fleur bleue » pour l’imagination des adolescentes. Françoise Rey aurait pu avoir une plus grande utilité!

  • Martin Pineault

    Madame C.Perreault… faudra lire le dernier Jardin (15 ans plus tard)!! Je crois qu’il vous convaincra dans le changement de son point de vue!

  • Catherine Perreault-Lessard

    Excellent! J’en prends bonne note… Si tu le dis!

  • Marie-Noël LaCasse

    J’aime bien les romans d’Alexandre Jardin, mais je suis d’accord sur cet article. Je crois qu’il faut comprendre ses livres en un sens plus profond, alors que lorsque l’on a 14 ans, c’est dur de saisir du Jardin alors qu’on n’a pas encore vécu ne serais-ce qu’un  »semblant » de Passion. Pour ma part, j’ai moi aussi dû lire Fanfan en 3eme année de Secondaire, et je l’ai trouvé seulement long et  »obligatoire ». Allons pour les livres de mise en garde contre la cigarette, c’est une bien bonne idée ;)

  • Martial Bélanger

    On parle plus de Jardin et de ses merveilleux livres que de Falardeau et ses réalisations pourries.

  • Littéraire de coeur

    Alors il faudrait mettre l’amour dur 3 ans de Beigbeder dans le meme corpus(étape) et s’amuser avec les élèves à comparer les interprétations. Mais bon je peux toujours rêver

  • Segl.

    Justement, ne vaut-il pas mieux faire lire des livres comme ceux de Jardin pour apprendre au adolescents, tranquillement, comment devenir critique dans ses lectures? Et ne pas avaler comme véridique tout ce qui est écrit ?

  • Geneviève

    Je ne suis pas d’accord. À mon avis, vous n’avez pas lu Fanfan jusqu’à la fin ! À la fin du livre, l’idée de prolonger éternellement les préludes de l’amour est remis en cause. Le personnage de M. Ti vient contredire le point de vu d’Alexandre, qui décide de revoir son point de vue à ce sujet. Moi je pense que ce sont bien plus les comptes de Walt Disney qui sont à remettre en question ! Fanfan nous démontre que de vouloir repousser sans cesse le premier baiser n’a tout simplement pas de sens, que l’amour passionel éternel ne peut tout simplement pas exister et qu’il faut passer par l’engagement, il faut se risquer pour connaître le vrai amour. À mon avis, c’est un bon message à transmettre à la jeunesse selon moi…. vous ne croyez pas ??