Le carnaval de Jacmel est une carte postale qui se transforme en gigantesque party. Un peu comme le carnaval de Québec, sans les bracelets*.

Québec a ses reines. La capitale culturelle haïtienne a ses mascottes. Le papier mâché a encore règné hier après-midi,  amusant beaucoup les enfants.

Évidemment, les commanditaires n’en manquent pas une, même pour faire plaisir au président.

Avant l’entrée devant l’estrade d’honneur, un char d’un commanditaire, des enfants sous des masques
et certains personnages qui amusent la foule en attendant la musique :

Les adultes

La fête des adultes commence ensuite avec les bandes à pieds. La ligne mélodique de ces fanfares est assurée par une section de ‘cornets’, où chacun tient sa note (lui c’est « fa », l’autre c’est « mi », etc). Soumis aux rythmes des percussions, les plus grands succès pop et traditionnels sont resservis à la sauce carnaval, rapides et sautillants, dans un impressionnant ballet de notes que la foule chantonne.

À Jacmel, les Dolphins est l’un des « bandes à pieds » les plus populaires (photo principale). Je suis allé voir l’ambiance parmi les musiciens.

L’une des modes parmi les jeunes hommes est d’accrocher des capotes sur le rebord de ses lunettes. Assez explicite.

18 roues de haut-parleurs

Ensuite, viennent les chars de musique avec leurs groupes carnavalesques emblématiques. La danse (et les bousculades) s’improvisent dans les rues trop petites
pour ces 18 roues dont la structure de fer et de haut-parleurs prennent presque toute la largeur. Une grande partie du public observe la scène des
balcons et estrades de bois, sur trois étages à certains endroits.

Sur le toit des chars, qui avancent à pas de tortue pour ne pas écraser personne, les musiciens sont accompagnés par plus d’une centaine de danseurs. Là où l’alcool est gratuit.

Pendant ce temps, les marchants de bidules lumineux font des affaires d’or.

Et un policier québécois fait la circulation.

On se croirait à Québec.

Twitter : @etiennecp
Facebook : @etiennecp

* À Québec, les effigies du bohnomme, équivalent d’un laissez-passer, sont vendues au carnaval. Elles sont souvent portées sur le manteau ou en bracelet.

Bonus: Mes photos du carnaval 2012 à Jacmel sont ici.