cover

Ayant toujours été dans l’industrie funéraire, Angelica n’en revenait pas qu’aucun service ne soit prévu pour les animaux. Nous, on n’en revenait pas qu’il y en ait maintenant un.

Comment avez-vous eu l’idée de faire un centre funéraire pour animaux?
Quand mon chien de 18 ans est mort, j’ai réalisé que ça n’existait pas. J’étais trop affectée émotivement pour faire des démarches et je l’ai donc laissé chez le vétérinaire, d’où il a sûrement été envoyé dans un site d’enfouissement. Mon chien qui a vu ma vie au complet, de mon premier appartement à la naissance de mes deux enfants!

Avez-vous réussi à faire le deuil?

Pas vraiment. Le deuil d’un animal, ça nous prend par surprise parce qu’on ne s’attend pas à ce que ce soit aussi intense. Des gens me disent qu’ils ont plus pleuré à la mort de leur animal qu’à celle d’un parent. Je pense que je peux aider les gens parce que je les comprends.

Qu’est-ce que vous offrez comme services?
On fait l’incinération et le service funéraire dans un salon de recueillement. Le client peut ensuite garder les cendres dans une urne chez eux, au columbarium ou au cimetière Laval qui a une section compagnon. Beaucoup de personnes veulent se faire enterrer avec leur animal. Avant, on devait le faire en cachette. Maintenant, on peut organiser ça en toute légalité. On offre aussi des cercueils, mais généralement, les gens préfèrent voir leur animal dans un panier avant l’incinération.

Comment ça se passe, l’incinération?
Pour réduire l’anxiété, on montre aux clients qui le désirent que le four est vraiment bien propre avant l’incinération. C’est vraiment important pour eux de savoir que leur animal est traité avec respect.

Et vous ne faites pas d’embaumement?

Au Québec, je suis la seule à être formée pour le faire, mais comme les cimetières n’accueillent pas encore les dépouilles d’animaux, on n’offre pas ce service.

Combien ça coûte, un service funéraire animal?

Ça dépend du poids de l’animal et des besoins du maître, mais ça peut aller entre 100$ et 3000$.

Quels animaux pouvez-vous incinérer?
Tout, sauf les chevaux parce qu’on n’a pas l’espace. Les chiens et les chats, c’est ce qu’il y a de plus commun, mais on a aussi eu des oiseaux, des hamsters, des cochons d’Inde, des dragons, des tortues, et on a incinéré le lapin de ma fille, cet été, c’était très difficile.
Centre funéraire Amicus : http://www.centrefuneraireamicus.com/

En chiffres :
1989 : année de sortie du film Simetierre, basé sur le roman éponyme de Stephen King portant sur un cimetière d’animaux où figure une pancarte comportant une faute d’orthographe.

  • Animobseques

    En France aussi, c’est encore un sujet tabou et peu nombreux sont ceux qui se lancent dans ce secteur. Nous ouvrons un portail afin de faire connaître le monde des obsèques animales : http://www.animobseques.fr/ . Bon courage à Angelica !!!!