fermieres

Pour ce souper de filles à la ferme, Marie-Christine, Maryse, Nathalie et Monia nous ont raconté leur vie de productrices agricoles, au-delà du train, de la température et des récoltes: des inconvénients de faire l’amour dans le foin au choix déchirant entre la ferme familiale et le chum, elles ont déboulonné, entre deux bouchées, les clichés de la fermière aux joues roses qui sent l’étable.

En complément à notre #35 – Spécial À la ferme | En kiosque dès le 28 septembre

Pour lire un «Souper de filles» à chaque numéro d’Urbania, le mieux, c’est de s’abonner!