Un nouveau festival d’humour verra le jour à Montréal, l’été prochain. Mené par un collectif d’humoristes, avec à sa tête Martin Petit, le nouveau Festival du rire de Montréal se veut une charge en règle contre le Festival Juste pour rire qui, disons-le bien honnêtement, vient de perdre les dernières plumes qu’il lui restait.

Parce qu’évidemment, les humoristes qui participeront au Festival du rire (une cinquantaine ont déjà confirmé, dont les plus gros noms de l’industrie) ne s’impliqueront pas dans l’offre de Juste pour rire. Est-ce que les galas organisés depuis des années peuvent survivre sans la présence de leur matière première : les humoristes?

La réponse est évidemment non. C’est pas avec des jongleurs de rues peinturés en jaune ou avec la Parade des jumeaux que Juste pour rire va attirer les dizaines de milliers de spectateurs habitués à venir déambuler dans les rues sur la Place des festivals. C’est cool, le Mondial des Jeux, mais c’est pas un gala animé par Laurent Paquin. On aime ça, Bouffons Montréal, mais c’est pas pour déguster une poutine au pulled pork à 17 $ que les gens vont traverser les ponts pour venir se promener autour de la Place-des-Arts. Le Festival Juste pour rire, c’est le festival de l’humour, et donc des humoristes. Sans eux, point de salut. Ou point de galas, plutôt.

Les humoristes ont le mérite de ne pas avoir laissé trainer le dossier. À peine trois semaines après le retrait de Gilbert Rozon, un nouvel événement est déjà organisé. En entrevue avec Paul Arcand ce matin, Martin Petit, un des instigateurs du mouvement, a confirmé ce qui se tramait depuis quelques semaines : les artistes veulent gérer eux-mêmes leur festival.

Parce que les problèmes du Festival Juste pour rire ne sont pas uniquement reliés au comportement odieux de son président, oh que non. Ça fait plusieurs années que le Festival a perdu de son lustre. Paiements des artistes en retard, sélections arbitraires des numéros, ambiance générale lourde… la liste des reproches adressés au Festival Juste pour rire est aussi longue que la liste d’humoristes qui ont décidé de lui tourner le dos.

Terminée l’époque des producteurs omnipotents avec une main sur les cordons de la bourse et l’autre dans les culottes des artistes.

Ce n’est pas une petite nouvelle. Le Festival Juste pour rire règne en roi et maître sur le milieu des festivals d’humour depuis des années. Même si le ComédiHa! prend de plus en plus de place, il ne possède pas « l’aura » que Juste pour rire avait.

Et pourtant, ça fait des années que plusieurs humoristes avouent préférer jouer à Québec en juin qu’à Montréal en juillet. L’ambiance est meilleure, l’organisation est plus transparente et les patrons gardent leurs attributs dans leurs pantalons.

 

Pour l’instant, les dates, les lieux et le format des spectacles que présentera le Festival du rire n’ont pas été annoncés. Tout ce qu’on sait, c’est qu’il sera géré PAR des humoristes POUR des humoristes. Un peu dans le modèle du Bordel Comédie Club qui, depuis sa création, ne cesse de connaître du succès.

Avec le Dr. Mobilo Aquafest, le Mini-Fest et maintenant le Festival du rire, ce sont trois « nouveaux » événements organisés et gérés par des humoristes. Après des décennies à être contrôlé par les mêmes personnes, l’industrie de l’humour subit actuellement de profonds changements qui modifieront notre façon de la consommer pour des années à venir.

Le Festival Juste pour rire célébrerait ses 35 ans cette année. C’est jeune pour être aux soins palliatifs.