Mon sport préféré c’est boire du vin. De longues heures d’entraînements, de dur labeur, de remises en question entre rouge et blanc (ET ROSÉ), de recherches de meilleurs lieux pour exercer mon sport de prédilection, et je m’autoproclame médaillée d’or du marathon du raisin fermenté. Tellement que je songe à devenir designer de voyages organisés orientés sur le lever du coude à l’étranger. À ma retraite peut-être, parce que c’est pas en étant sommelière wannabe vigneronne que je vais amasser un fonds de pension intéressant.

Toujours est-il que l’Action de grâce approche, et que beaucoup de gens auront l’idée fabuleuse d’aller passer le week-end à NY. NOUILLE YORQUE. Après deux ans de relations tumultueuses avec cette ville bouillante, j’ai paqueté mes p’tits et je suis rentrée au Québec un beau matin glacial de janvier 2016 pour mettre le feu au plancher du Restaurant Candide. Mais j’y ai laissé une partie de mon âme, un chunk considérable de ma vie de jeune fille, et des bouteilles dans un cellier mystérieux et bien caché. S’il y a bien une ville où pratiquer le sport de la buvette est agréable et abordable, c’est New York. Et en plus, on peut brûler la brassière du monopole pendant quelques jours et avoir accès à un océan de vins différents de l’offre montréalaise, des bouteilles qui crient votre nom en vain.

Boire d’abord, manger aussi.

Compagnie des Vins Surnaturels : sans conteste un de mes spots préférés. La carte des vins est allumée et regorge de bijoux pour tous les goûts et toutes les gammes de prix. Tous les sommeliers y sont incroyablement sharp et on y mange super bien aussi. Le genre de place où il est vraiment très facile de s’accrocher les pieds.
249 Centre St

The Four Horsemen : Ici aussi, un équilibre exceptionnel entre la carte des vins concise et une cuisine hyper précise. Dans Williamsburg, assez centré pour être un spot parfait pour rejoindre des gens pour l’apéro.
295 Grand St

Wildair : La petite sœur coquine de Contra (dont l’étoile brille dans le firmament Michelin). Carte très nature et service de main de maître orchestré par Jorge, qui sait toujours trouver LA bouteille trippante pour votre table.
142 Orchard St

Have and Meyer : J’en croyais pas mes yeux quand j’ai vu les marges microscopiques faites sur de grands vins italiens dans cet établissement tout à fait improbable. 
103 Havemeyer St

Ten Belles : Un bar à vin institutionnel de la ville, intensément tamisé, où il fait bon commencer, ou finir, les soirées, et où la communauté du vin se rassemble pour boire des canons et refaire le monde.
247 Broome St

Verre De Terre : Caché dans un restaurant de poulet frit sur 14 th street, existe ce petit bar à vin avec une carte construite pour ne pas avoir de regrets monétaires le lendemain. On peut y boire d’excellentes bouteilles, en grandes quantités, à prix très doux.
204 W 14th St

Manger d’abord, boire aussi.

Sunday in Brooklyn : Local de fou, cuisine de feu mise en scène par Jaime Andrew Young, chef de la veine des grands, mais qui s’est lancé dans le genre « casual but serious ». Un resto où l’assiette est novatrice et libérée, autant célébré pour ses pancakes du matin que la cuisine centrée autour du feu de bois du soir. Ouvert 7/7, du matin au soir.
348 Wythe Ave

Hemlock : Petit bébé restaurant en taille et en nouveauté, qui a ouvert le printemps dernier, mais qui fait déjà tourner les têtes avec un menu court axé sur le végétal, une cuisine inventive et rigoureuse signée Diego Moya. Service électrique assuré par Zach, carte des vins courte sans prétention aucune.
65 Rivington Street

Lilia : Nouvelle venue aussi dans Williamsburg, la cuisine italienne décontractée de Missy Robbins a fait des vagues lors de l’ouverture du restaurant l’année passée et continue d’être bondé par les amateurs de ses plats simples, mais loin d’être simplistes.
567 Union Ave

Racines : La rumeur est fondée, le chef Frédéric Duca retourne en France pour ouvrir son établissement au début du printemps prochain. Ça, ça veut dire que tu devrais te dépêcher d’aller manger sa cuisine si savoureuse avant qu’il ne lève les voiles. Rares sont les chefs aussi précis dans des restaurants au service aussi détendu, avec une carte des vins à faire pleurer des larmes de sang à n’importe quel amateur.
94 Chambers St

Le Coucou : Manger au Coucou, ça vaut tous les tracas causés par les complications pour y avoir une réservation. Bonne chance.
138 Lafayette St

Tres Hermanos : Pour ceux qui sont sur un budget plus serré, allez manger les meilleurs tacos à 2 $ dans cette fabrique de tortillas où l’on peut apporter de l’alcool. La bouffe est délicieuse, ridiculement pas chère, et croyez-moi, ils ont déjà vu des gens manger 4 tostadas et boire deux magnums de riesling. The rest is history.
271 Starr St

Bunker Vietnamese : Là aussi une adresse qui ne percera pas un trou dans votre portefeuille. Excellente cuisine vietnamienne, carte des vins amusante à prix d’ami.
99 Scott Ave

Di Palo : Pas un resto, mais la place parfaite pour paqueter un pique-nique italien et aller s’empiffrer de la meilleure burrata en ville dans un parc à proximité.
200 Grand St

Crédit photo : Evan Sung

Pour acheter : parce qu’un clin d’œil au Douanier Rousseau est si vite arrivé.

Chambers St Wines : LE meilleur wine store en Amérique du Nord. Point barre.
148 Chambers St

Vine Wine : Aux abords du hipsterland qu’est Williamsburg, un wine shop de qualité supérieure avec plein de beaux petits jus nature.
616 Lorimer St

Henry’s : Niché dans une partie reculée de Bushwick, petit magasin de quartier avec une sélection toujours en mouvement et un penchant pour les vins qualitatifs faits dans le respect de la nature.
69 Central Ave

Despana : Sélection de vins espagnols de fou furieux, de xérès hallucinants. La shop à sandwich adjacente est un arrêt obligatoire pour manger du jambon. Et des anchois. Et des olives. Et du lomo. Et du fromage.
408 Broome St

Flatiron : Ce magasin fait partie du paysage au-dessus de la 14e rue et est une valeur sûre pour dénicher de bons crus. Super sélection bourguignonne.
929 Broadway

Verve Wine : Dans la catégorie plus classique, car il en faut. N’ayez pas peur des vendeurs un peu méchants, car il vaut tout de même la peine d’y entrer.
24 Hubert St

Vinyl Wine : Si par hasard vous vous perdez dans le métro et vous atterrissez dans l’Upper East Side, c’est là que ça se passe. À noter que ce magasin est très proche de Kitchen Arts & Letters, meilleur magasin de livres de cuisine.
1491 Lexington Ave

Pour poursuivre la lecture : «Le petit lexique du vin, niveau débutant»