Le cowboy moderne, c’est aujourd’hui à la campagne qu’on le trouve — et particulièrement sur les fermes laitières. Il vit dans la bouette, chevauche des pick-up et des gros tracteurs à longueur de journée et prend autant soin de son troupeau que de sa famille.

Avec son chum Jessy Gagnon, Julie Anctil s’occupe de la ferme La Brumeuse, à Saint-André de Kamouraska. Tous deux cowboys dans l’âme, ils veillent sur leur troupeau de 90 vaches — et de trois chevaux — la musique dans le piton, pis le romantisme à on.

***

Qu’est-ce que vous avez de cowboy, toi pis ton chum?

On a tout le temps des bottes de cowboy dans les pieds, parce que ce sont de vraies pantoufles, et on a des chapeaux, même si je ne le mets pas aussi souvent que je voudrais, parce que le monde me regarderait bizarre si je le portais à l’épicerie. J’ai aussi trois chevaux. Mais notre côté cowboy va bien au-delà de ça. Une simple commission en pick-up avec mon conjoint se transforme en sortie romantique! Haha! C’est un style de vie, une manière de voir les choses. C’est l’importance de la famille, c’est l’amour de la terre, c’est aussi accepter d’être différents, parce que c’est pas tellement la mode dans la région, les cowboys! Tsé quand ton rêve, c’est d’aménager la cour extérieure de l’étable afin de pouvoir sortir les vaches dehors et les rentrer à cheval au lieu d’avec un quatre-roues? Yeehaw!

Wow. Vous avez l’air de party! Vous écoutez de la musique country, j’imagine?

On écoute TOUJOURS de la musique. Chaque tracteur a sa clé USB de musique country, pis nos vaches en écoute aussi, car on en fait jouer pendant la traite. Le pire dans tout ça, c’est qu’elles doivent m’endurer durant la traite, car je ne peux pas m’empêcher de chanter!

Tsé quand ton rêve, c’est d’aménager la cour extérieure de l’étable afin de pouvoir sortir les vaches dehors et les rentrer à cheval au lieu d’avec un quatre-roues? Yeehaw!

La musique, c’est pour le bien-être des vaches?

En fait, c’est surtout pour le bien-être humain. Traire 90 vaches, ça prend entre 1h et 1h30 chaque fois. Pis il faut le faire deux fois par jour. Alors pour se lever à 5h du matin, 7 jours sur 7, ça prend une bonne motivation. Je te dirais que la musique, ça aide beaucoup à se réveiller.

Les vaches, elles aiment ça?

Je pense que oui, parce qu’elles aiment la routine. Et ça a sûrement un impact sur elles parce qu’il y en a un sur les humains. C’est dur d’être de mauvaise humeur quand t’écoutes de la musique! Mais que ce soit du country ou Justin Bieber, ça ne fait pas une grande différence.

C’est quoi ta monture préférée, sur la ferme?

Les chevaux, c’est sûr! On a de la machinerie, mais les tracteurs, c’est pas mon coup de cœur. C’est l’fun, mais ça reste dans un champ. Je capote pas mal plus sur les pick-up, parce qu’avec ça, tu passes n’importe où. Même si la route est barrée parce qu’il y a plein de trous de bouette, tu passes pareil!

Le nombre de fois que j’ai vu mon chum aller réparer de quoi pis être dans la bouse de vache jusqu’à la taille, c’est fou raide.

Ça a tellement l’air beau, la vie de cowboy moderne.

Ce qu’on te dit pas, c’est qu’après avoir joué dans la bouette avec le pick-up, on est pognés pour le laver parce l’intérieur est plein de bouette et ça pue.

Ark, j’avais pas pensé à ça.

On te dit pas non plus que 80% de la tâche, c’est de travailler dans la bouse. Mais vraiment, là. Le nombre de fois que j’ai vu mon chum aller réparer de quoi pis être dans la bouse de vache jusqu’à la taille, c’est fou raide. La bouse pis la bouette, un moment donné, ça devient la même affaire.

Au fait, ta sorte de vinaigrette préférée, c’est-tu la ranch?

OUI! Haha! Je la trouve ben bonne. Jamais j’aurais pensé me faire poser cette question-là!

***

Découvrez-en plus sur les fermes de lait du Québec.

Pour lire la suite du magazine spécial country, «À la rencontre d’un cowboy moderne de Saint-Tite».