Le cowboy moderne, c’est aujourd’hui à la campagne qu’on le trouve — et particulièrement sur les fermes laitières. Il vit dans la bouette, chevauche des pick-up et des gros tracteurs à longueur de journée et prend autant soin de son troupeau que de sa famille.

Émilie-Sophie Parenteau est copropriétaire de la ferme paternelle Jean Parenteau et fils (même si elle devrait plutôt s’appeler «et fille»!), à L’Avenir, près de Drummundville. Elle est aux petits soins de ses 50 vaches et lorsqu’il lui reste du temps de libre, cette cowgirl au coeur sur la main est pompière volontaire et aide les agriculteurs à préparer leurs vaches pour les concours de beauté.

***

Est-ce que c’est commun d’avoir un petit côté cowboy chez les fermiers?

Oui. Chez certains, c’est plus flagrant. C’est comme dans tout : y a tout le temps du monde que c’est écrit dans leur front, le métier qu’ils font. Tu me croises dans la vie et tu ne saurais pas que je vis sur une ferme, je suis quand même féminine.

On est mieux dans des bottes de cowboy que des talons hauts!

Te considères-tu comme une cowgirl?

J’pense que oui. On est mieux dans des bottes de cowboy que des talons hauts! Mais je ne porte pas de chaps ni de chapeau de cowboy.

Comment ça s’exprime chez toi, ce côté-là?

Je fais du cheval et tout, mais mon côté cowboy réside plus dans mes valeurs, comme dans l’entraide, l’importance de la famille et tout ce qui s’y rattache. Mes parents, je les vois tous les jours car je travaille chez eux. C’est une entreprise familiale.

As-tu toujours voulu t’impliquer sur la ferme familiale?

Au départ, je m’enlignais plutôt pour être vétérinaire, mais finalement je me suis rendue compte que j’aimais la production, faire vêler les vaches, prendre soin des veaux. Quand le vétérinaire vient chez vous, c’est jamais vraiment positif alors que là, je m’occupe de mes vaches et de les garder en santé.

Tes vaches aussi écoutent de la musique?

C’est sûr! Mon ordi joue tout le temps, toute la journée. Elles ne se sont jamais levées en beuglant pour me dire qu’elles n’aimaient pas ce que j’écoute.

Tu écoutes du country?

Oui. Plus du country américain, les sons et les rythmes viennent plus me chercher. Aussi, les artistes western et country véhiculent des valeurs qui me ressemblent plus que celles de Lady Gaga, ou qu’une toune de n’importe quel rappeur qui raconte sa dernière sortie dans un club. C’est des gens plus… terre à terre.

Quand elles sont sur le bord d’avoir leur veau, les vaches agissent bizarrement à cause des hormones.

Qu’est-ce que les gens de la ville ne savent pas sur la vie à la ferme?

Quand ils viennent ici, ils posent des questions vraiment drôles. Comme «à quel âge les vaches donnent du lait? » Je réponds que les vaches, c’est des mammifères, alors elles doivent avoir un bébé pour en donner. Ça les prend tout le temps par surprise!

Raconte-moi l’affaire la plus cowboy que tu as fait sur la ferme.

Mes vaches peuvent aller dehors et hier, l’une d’elles s’est éloignée un peu trop. Quand elles sont sur le bord d’avoir leur veau, les vaches agissent bizarrement à cause des hormones. Alors hier, on l’a cherchée avec un drone, mais ça n’a rien donné. Cet après-midi, un chien va nous aider à la retrouver.

Un chien?

Oui! Un monsieur vraiment gentil a entraîné son chien pour la chasse. Il serait ben fier de pouvoir dire que son chien a réussi à retrouver une vache! Les valeurs d’entraide, je disais!

***

NDLR: La vache vagabonde a finalement été retrouvée saine et sauve, moins d’un kilomètre plus loin, nous a rassuré Émilie-Sophie quelques heures après être partie à ses trousses. Un rodéo digne des temps modernes!

Découvrez-en plus sur les fermes de lait du Québec.

Pour lire la suite du magazine spécial country, «À la rencontre des cowboys modernes qui vivent au bord du fleuve».