Bien avant qu’Internet vienne faire notre éducation sexuelle (à des kilomètres des cigognes, des fleurs pis des condoms sur une banane), les parents pouvaient compter sur les livres pour expliquer « la chose » à leur progéniture. Curieux, on s’est demandé si les ouvrages jeunesse qui abordent la sexualité avaient bien vieilli. La réponse ? Ishhhh.

***

TEXTE COLIN BOUDRIAS-FOURNIER
POUR LE SPÉCIAL NOS PARENTS DU MAGAZINE URBANIA

***

On peut dire sans hésiter que certains livres d’éducation sexuelle sont expirés depuis un méchant boutte. Avec des titres comme L’éducation à la pureté ou Le tutoiement des parents par les enfants à l’éducation sexuelle (wtf?), on peut franchement se demander comment nos parents ont réussi à se rendre à leurs premiers ébats.

Êtes-vous de ceux qui gardent un souvenir inconfortable des livres utilisés par vos parents pour vous expliquer comment on fait des bébés ? Eh bien, consolez-vous en vous disant que vous, vous n’avez jamais eu à demander à la bibliothécaire des Archives nationales de vous donner accès aux vieux livres sur l’éducation sexuelle des tout-
petits… Feuilletage d’ouvrages phares.

Parlons à nos enfants : une bonne initiation sexuelle des enfants et des adolescents

Roméo Meloche, Éditions de la Gerbe de blé, Montréal (1952), 170 p.

Délectable ! Le recueil est à la hauteur de tous les préjugés qu’on peut avoir sur un livre d’éducation sexuelle publié pendant
la Grande Noirceur. Des réponses vagues et circulaires comme : « À l’enfant qui demanderait “maman, quelle est la différence entre un garçon et une fille ?” la mère pourra répondre qu’un garçon est de sexe masculin et une fille du sexe féminin ».

L’auteur fait tout de même preuve d’une certaine rigueur scientifique en précisant avoir consulté « les meilleurs auteurs […] sur le sujet : le pape Pie XI, Pie XII, le cardinal Villeneuve, des évêques, des prêtres et de sérieux médecins catholiques. »

La masturbation expliquée aux garçons
« Il se peut que ces émissions nocturnes soient précédées d’une couple de jours de tentations. C’est alors qu’il faudra redoubler d’efforts pour maîtriser ton imagination et occuper ton esprit à des pensées plutôt absorbantes, comme t’intéresser à des problèmes de mécanique ou de mathématiques. Tu pourras en ce temps-là te livrer avec ardeur à des jeux, même un peu violents : l’idée, ici, est de fatiguer les muscles. »

Les menstruations expliquées aux filles
« Tu auras là une belle occasion d’acquérir de la maîtrise de soi, de dominer la nervosité et la sensibilité, de développer le courage, la patience et l’esprit de devoir, de renforcer ta volonté. L’acquisition de toutes ces belles qualités te préparera bien à devenir une femme et peut-être une épouse idéale. Tâche de rester souriante et personne ni
à la maison ni au-dehors ne s’apercevra de tes malaises. »

Je dois initier mes enfants à la vie

Collectif Rayonnement, Montréal (1962), 61 p.

Ici, on délaisse un peu la religion pour tomber sans détour dans la culpabilité. Cet ouvrage vise moins à éduquer les enfants qu’à terroriser leurs géniteurs. On leur rappelle constamment que sans leur supervision, la sexualité sera expliquée à leurs enfants par des pervers débauchés qui vont « gâcher leur vie ». Mention spéciale au passage qui suggère aux enfants de se blesser pour résister aux tentations de la masturbation. Mention, aussi, aux nombreuses fautes qu’on retrouve dans ce livre, laissées ici.

Comment faire grimper dans l’tapis le niveau d’anxiété des parents
« Vous ne pouvez croire, chers parents, combien sont nombreux, hélas ! ceux et celles qui ont gâché leur vie à cause d’influences mauvaises. Ces influences perverses et néfastes, se sont infiltrées en leur vie de jeunes à la période où les parents auraient dû initier dans la vérité les enfants à ces problèmes. […] On ne peut envoyez une jeune fille de quatorze ans au travail dans une usine et garder une conscience tranquille et paisible, sans l’avoir avertie des conversations qu’elle aura à subir et des offres qu’elle devra refuser catégoriquement. »

Devenir maman > toute
« Être maman, c’est ce qu’il y a de plus grand sur terre ! Il y a sur cette terre des aviateurs, des marins, des médecins, des hommes qui travaillent dans des bureaux, dans des usines. Mais tout cela est encore moins merveilleux qu’une maman qui donne naissance à un petit bébé. »

La masturbation des garçons, un exercice de domination
« Dompte ton corps et ne crains pas de lui imposer de sévères corrections que tu choisiras toi-même ; n’aie pas peur de t’imposer personnellement des mortifications pour te prouver que c’est ton esprit qui mène et non pas ton corps qui l’emporte sur ta volonté. » (!!!)

La Sexualité expliquée aux enfants : quoi dire, comment le dire…

Françoise Cholette-Pérusse, Éditions du Jour, Montréal (1965),159 p.

Un incontournable pour toute personne à la recherche d’un ouvrage rédigé par une psycho­logue qui fait référence à ses clientes avec une délicieuse condescendance ! Preuve : « Comme cette dame qui me consultait au sujet des difficultés de comportement que présente sa fille de 12 ans. Je lui demandai […] si son éducation sexuelle avait été bien faite. “Oh, me répondit-elle, vous savez […], je lui ai dit que les enfants sortaient par le péteux.” Mon vocabulaire s’est enrichi depuis lors d’un nouveau mot. »

C’est du sport ! (L’accouchement expliqué aux filles)
« — Est-ce que cela fait mal d’avoir un bébé ? — Non cela ne fait pas mal. C’est seulement un peu fatigant, car la maman doit aider le bébé à sortir. Cela ressemble à ce que l’on éprouve quand on fait beaucoup d’exercice. Lorsque tout est fini, que le bébé est sorti, la maman se sent très contente et a le goût de se reposer, comme toi quand tu as bien pelleté de la neige. »

L’éducation des enfants de 0 à 14 ans. Réponses aux questions embarrassantes des enfants

Christoph Wolfensberger, Traduit de l’allemand, Éditions Pauline, Sherbrooke (1969), 175 p.

Coup de cœur personnel, ce livre donne des orgasmes d’absurdité. Impossible de comprendre l’intention de l’auteur. On s’éloigne ici du document éducatif pour tomber dans quelque chose qui ressemble plutôt à un mauvais scénario de film d’intérêt public. L’auteur élabore des mises en situation aussi détaillées que peu instructives. On sent qu’il aurait voulu être auteur de fiction et non sexologue. Trêve de présentations, laissons l’œuvre parler d’elle-même.

Comment naissent les bébés
« La scène se passe dans la salle de bain, le samedi soir. Personnages : la Maman, Pierre (6 ans), Ursula (4 ans). Les enfants viennent de se baigner. Ils sont encore dans la baignoire, debout l’un en face de l’autre. Ursula rit en montrant le ventre et les organes sexuels de Pierre, sur lesquels coule l’eau de la douche.

Pierre : Pourquoi ris-tu si fort ?
Ursula : À cause de ce petit robinet que tu as.
Pierre : Quand je serai grand, je serai un homme comme Papa et j’aurai des petites graines dans ces petits sacs.
Ursula : Moi, j’ai aussi des petites graines ?
Pierre : Non, tu sais bien, toi tu as des petits œufs.
Ursula : Et on peut les manger ?
La maman : Mais non, voyons. […] Mais quand tu seras grande, un de tes œufs deviendra un petit bébé […].
Pierre : C’est bien ce que je pensais ! Et qu’est-ce qu’il y a ce soir pour le dîner ?»

Rideau ! Personnellement, je n’avais vraiment pas vu venir la twist finale.

The True Story of How Babies are Made

Per Holm Knudsen, Traduit du danois (éd. originale 1971), Children’s Press, Chicago (1973), 20 p.

Avec ses descriptions directes et ses illustrations qui semblent avoir été faites par un psychanalyste qui s’autoprescrit des drogues expérimentales, ce livre est devenu un grand classique du genre. Maintenant devenu un objet de collection valant plus de 400 $ à l’état neuf, c’est LE livre d’éducation sexuelle incontournable pour les parents hippies.

La conception expliquée aux enfants
« Le père et la mère s’aiment beaucoup, et veulent être très très proches. Parfois quand le père se sent particulièrement amoureux, son pénis devient plus large. Alors, pour montrer son amour, le père met son pénis dans le vagin de la mère. Le père et la mère se tiennent très serrés, et bougent ensemble avec bonheur. Ils font l’amour ou ont des rapports sexuels. » (Traduction libre.)

Mais l’expérience n’est pas complète sans les images…

Full Sexuel : la vie amoureuse des adolescents

Jocelyne Robert, Éditions de l’Homme, Montréal (2002), 191 p.

Malheureusement pour notre divertissement, mais heureusement pour l’avenir de l’humanité, les livres d’éducation sexuelle publiés après les années 1980 sont nettement moins ridicules. Full sexuel, ouvrage incontournable dans l’éducation des milléniaux, est beaucoup plus de son temps. On y parle notamment de difficulté à atteindre l’orgasme, d’homosexualité, de harcèle­ment, et ce, en relativisant toujours la « normalité » de la sexualité. Seul bémol : les expressions comme « full sexy », « pas rap » ou « trippant », utilisées dans les mises en situation, vieillissent moyennement bien. C’est donc un livre que je recommande chaudement à tous les jeunes qui n’ont pas peur de se faire parler de sexualité dans les mots de Michel Couillard.

Le harcèlement, c’est pas très lit !
« Faire pression sur une fille, insister pour obtenir ses faveurs sexuelles, c’est complètement nul. Et on n’est pas moins nul si elle finit par céder. Si le chapeau te va, demande-toi comment tu peux te valoriser d’obtenir un faux consentement par le chantage. […] En contrepartie, si tu es celle qui se fait servir une pareille salade, […] affirme-toi : “Écoute, man : faire l’amour dans ces conditions, c’est un peu comme se résigner lorsqu’on a un revolver sur la tempe. Non, merci.” »

Constat

C’est assez étrange de fouiller dans les livres de nos parents ou grand-parents à la recherche d’aberrations, souvent très faciles à trouver. On en vient à se demander ce qui va éventuellement scandaliser nos enfants dans nos pratiques actuelles. L’utilisation de condoms en latex sera-t-elle inadmissible dans leur société 100 % zéro déchet ?

C’est malgré tout rassurant de voir que le but des livres d’éducation sexuelle s’est transformé. Nous sommes passés d’un outil de normalisation des pratiques sexuelles à un outil d’épanouissement de la sexualité de chacun. Voilà qui devrait nous garder à l’abri du jugement de ces petits morveux.

Pour lire d’autres articles déstabilisants, procurez-vous le Spécial Nos parents du magazine URBANIA, en kiosque ou sur notre boutique en ligne!