Dans un mois c’est déjà la rentrée et la ville s’enrichira de milliers de nouvelles têtes pensantes et dansantes. Le Quartier latin de Montréal (qui s’appelle d’ailleurs comme ça à cause des universités présentes dans le coin, comme on l’apprenait récemment) va regorger de nouvelles têtes studieuses qui arpenteront le coin Saint-Denis / Sainte-Catherine et les places où la soupe tonkinoise est à 5,99$ tous les midis.

Pour fêter tous ces nouveaux neurones, le OUMF pimp le Quartier latin de jaune, d’orange et de violet depuis maintenant 6 ans, et la 7e édition séduit par sa variété et gratuité, un mot qui met généralement des étoiles dans les yeux de tout étudiant de la planète.

On a aussi demandé à Mikey B. Rishwain, directeur de la programmation du OUMF, quels étaient ses meilleurs souvenirs après 6 éditions!

Ils ont été bien fins de nous donner la programmation avant tout le monde, une programmation presque à 100% constituée de bands d’ici, petits et grands, folkeux et rappeurs. La scène hip-hop, francophone comme anglophone, est à l’honneur avec Eman x Vlooper, Lary Kidd, Ragers, Koriass, entre autres. Pis nous, ça nous intéressait ce parallèle dans le hip-hop. On en jasera avec Lary Kidd, The Ragers et notre rédactrice en chef Rose-Aimée Automne T. Morin pour savoir pourquoi le Québec «boude» ses rappeurs anglos? À surveiller sur notre page Facebook!

***

Programmation du festival OUMF 2017:

C’qui est bien, c’est qu’après avoir vu Les Deuxluxes, on peut garder la vibe et aller s’essayer aux cours de Rockabilly Jive qui seront donnés durant le festival.

Aussi, si on aime bien faire des choses qui ont crissement pas rapport les unes aux autres, on peut aller faire une session Just Dance sur du Shakira avant d’aller danser sur le gangsta rap de DJ Yella. L’expérience du contraste, voyez-vous?

On vous proposerait bien de faire un Jenga après avoir vu Radiant Baby, mais si tout se passe bien pendant le show, vous serez trop excités pour réussir à empiler du bois. Écoutez Radiant Baby dans la playlist plus bas et vous comprendrez!

***

Mais avant d’écouter la playlist de la programmation ou de commencer à checker des techniques de Quidditch en attendant le festival, on a demandé à Mikey B. Rishwain, directeur de la programmation du OUMF, quels étaient ses meilleurs souvenirs après 6 éditions?

1- La découverte de Half Moon Run

Je vais l’admettre. J’ai booké Half Moon Run avant de les avoir vu jouer. Ils n’avaient que quelques démos, mais j’ai quand même pensé que ce serait une belle opportunité pour eux. Je les ai payés 300$ et c’était le premier spectacle qu’ils donnaient dans un festival local. Je travaillais à Los Angeles quand le 1er OUMF a eu lieu, et les gens ont commencé à me texter «c’est qui ce band”? J’étais heureux de pouvoir les rebooker pour M pour Montréal plus tard dans l’année, ce qui a fait décoller leur carrière sur la scène locale et internationale.

2 – Le dernier show de Loud Lary Ajust

C’était la dernière performance de Loud Lary Ajust avant leur hiatus. Je les avait régulièrement booké depuis leurs débuts et c’était de loin leur meilleure performance! Les fans étaient plongés dans le moment et l’ambiance était électrique.

3 – Retrouver le mood block party

On a déjà invité DJ pionnier, DJ Jazzy et cette année c’est le tour de DJ Yella. On les invite à OUMF parce qu’il s’agit d’un block party, et que ces artistes étaient à l’origine de certains des premiers block party aux USA. On voulait essayer de recréer une ambiance similaire dans notre block, le Quartier latin.

***

Voici la playlist pour découvrir la programmation :

 

 

Pour lire un autre texte de Fabien Kerneis: «La Chine ne veut pas de Justin Bieber et de son attitude de marde».