«Quand tu vas en Afrique, tu es connecté avec les gens. C’est comme si tu vivais de nouveau ; on n’a pas peur les uns des autres.»
«Ceci étant dit, chaque peuple, chaque place dans le monde a quelque chose à apporter pour rendre le monde meilleur. Nous pouvons apprendre l’un de l’autre. Et quand tu décides d’aller vers les autres, tu apprends ça. C’est comme un buffet : tu peux te contenter de manger uniquement des chicken wings, toujours la même chose. Ou tu peux goûter à tout le buffet.»

«Ça fait 17 ans que je suis célibataire, je n’ai pas réussi à refaire ma vie. Je ne suis pas chanceuse en amour, mais je suis chanceuse en amitié! Quand on s’est rencontrées il y a quelques années, je venais de perdre ma mère et elle m’a aidée à passer au travers. Elle vient de perdre la sienne il y a peu de temps, alors j’essaie d’être là pour elle. On se donne le sourire!»

 

Pour découvrir un autre Portraits de Montréal: «Je veux qu’ils soient forts».